MES ACCÈS
Le programme du jeudi

Encore une journée riche en rendez-vous pour l’équipe de France, avec en point d’orgue les finales du triple saut avec Melvin Raffin et du 110 m haies avec Aurel Manga et Pascal Martinot-Lagarde. Fil rouge de ce jeudi : la deuxième journée du décathlon, avec un Kevin Mayer placé en embuscade.

2h00 - Décathlon (110 m haies - série 1) : Kevin Mayer (Montpellier AMM)

Revoilà Kevin Mayer ! Après une première journée frustrante pour le recordman du monde, perturbé par un dos récalcitrant depuis quelques jours, il compte un peu plus de 400 points de retard sur le Canadien Damian Warner, leader du décathlon. Placé dans la série 1, puisqu’il n’a pas de chrono de référence en 2021, Mayer a de loin le meilleur record des engagés, avec 13’’54. S’il veut croire encore à l’or olympique, il lui faudra au moins s’en rapprocher.

3h00 - 4x100 m féminin (série 1) : Equipe de France

Les Bleues ont tiré le gros lot avec une série qui regroupe les deux nations phares du sprint mondial, les Etats-Unis (couloir 4) et la Jamaïque (couloir 6). Le collectif tricolore, composé dans l’ordre suivant de Carolle Zahi, Orlann Ombissa-Dzangue, Gémima Joseph et Cynthia Leduc, évoluera au couloir 3. Seule la troisième nommée a disputé la compétition individuelle, avec une demi-finale prometteuse sur le demi-tour de piste. Le stage de préparation terminale à Kobe a permis de travailler les automatismes. « On a effectué un travail relativement important, qui nous a permis d’affiner les réglages avec l’objectif que chaque relayeuse puisse avoir encore plus confiance en ses partenaires », explique Franck Né, référent national du sprint. Pour entrer en finale, les Françaises devront terminer dans le top 3 de la course ou réaliser un des deux meilleurs chronos parmi les équipes non qualifiées à la place sur l’ensemble des deux séries.

3h55 - Décathlon (Disque - groupe B) : Kevin Mayer (Montpellier AMM)

Engagé dans le deuxième groupe du disque, Kevin Mayer lancera en dixième position, soit après ses principaux rivaux pour le podium. Cette saison, le Montpelliérain a lancé à 48,18 m et dispose d’un record personnel à 52,38 m. Le favori du concours est le Grenadin Lindon Victor, puisqu’il a réalisé 55,34 m cette saison.

4h00 - Triple saut (finale) : Melvin Raffin (Bordeaux Athlé)

Onzième avec 16,83 m de qualifications abordées « la boule au ventre », l’élève de Teddy Tamgho a décroché son billet pour la finale à l’occasion de son premier grand championnat en plein air chez les seniors. Il sera le septième sauteur à s’élancer et va pouvoir aborder ce concours libéré. En ayant en tête qu’il a beaucoup de marge. « Ça n’était pas bien du tout techniquement, ce qui me rassure, a-t-il reconnu dans la foulée des qualifs. Ça prouve que la forme est là. On va devoir recalibrer la machine avec Teddy. Il y a quelque chose à aller chercher en finale ». Derrière son camarade d’entraînement Hugues-Fabrice Zango (Burkina Faso), qui a frisé la correctionnelle en qualifications, et le Portugais Pedro Pablo Pichardo, le concours est plutôt ouvert. A Melvin Raffin d’en profiter.

4h30 - 4x100 m masculin (série 1) : Equipe de France

Au tour de leurs homologues masculins d’entrer en piste pour disputer leur série. Les Bleus s’élanceront à l’aveugle, depuis le couloir 9, avec une équipe composée de Mouhamadou Fall, Jimmy Vicaut, Méba-Mickaël Zézé et Ryan Zézé. Un collectif homogène emmené par Jimmy Vicaut, demi-finaliste sur la ligne droite à Tokyo avec le meilleur temps de sa saison à la clé en 10’’07. La Jamaïque et le Japon partiront avec la faveur des pronostics dans cette course assez indécise sur le papier. Les séries du 4x100 m aux Mondiaux de Doha, il y a deux ans, avaient été d’une densité exceptionnelle. Si c’est à nouveau le cas, les Bleus devront se rapprocher voire descendre sous les 38’’ pour entrer en finale, avec le même mode de qualification que chez les femmes. « On part avec l'ambition de s'exprimer à notre niveau et de passer en finale », annonce Dimitri Démonière, référent national du sprint. Les athlètes, eux, n’hésitent pas à parler « d’objectif médaille ».  

4h55 - 110 m haies (finale) : Aurel Manga (US Créteil)

Avec sept athlètes en quatorze centièmes lors des demi-finales, derrière le grand favori, l’Américain Grant Holloway (13’’13), c’est l’embouteillage sur 110 m haies pour le podium. Aurel Manga, cinquième temps des demies en 13’’24, record personnel égalé comme en séries, a une grosse carte à jouer. Il sera placé au couloir 9, tout à l’extérieur, une situation qui ne devrait pas lui déplaire, lui qui aime pouvoir se focaliser sur son couloir. « Tout peut se passer, ça se joue dans un mouchoir de poche. C’est celui qui sera le plus malin qui gagnera », prévient le hurdler de l’US Créteil.

4h55 - 110 m haies (finale) : Pascal Martinot-Lagarde (ES Montgeron)

PML sera lui aussi à l’écart des couloirs centraux, puisqu’il s’installera dans les starting-blocks juste à côté de son compatriote, au couloir 8. Grant Holloway, qui s’est approché cette saison à un centième du record du monde en 12’’81, sera au couloir 4, à côté du Jamaïcain Ronald Levy (couloir 5), 13’’08 cette année. Arrivé à Tokyo en manque de séances spécifiques, le sociétaire de l’ES Montgeron monte en puissance dans ces championnats, avec une demie bouclée en 13’’25, son meilleur temps en 2021. « Un champion doit être fort en championnats, a-t-il rappelé à l’issue de cette dernière course. J’ai fait des meetings corrects mais pas fulgurants, et maintenant, je suis prêt. La personne qui devine le podium olympique est vraiment un devin. Je ne suis moi-même pas capable de vous dire si je vais faire un hold-up ou me croûter (sic). En tout cas, je suis capable de tout. Et je casserai comme un renard, ce que je n’ai pas fait aujourd’hui (hier). »

5h45 - Décathlon (Perche - groupe B) : Kevin Mayer (Montpellier AMM)

Antépénultième épreuve du décathlon, la perche est habituellement l’un des grands points forts de Kevin Mayer, puisqu’il est celui qui dispose sur le papier de la meilleure performance des engagés avec 5,45 m. Mais Mayer a connu quelques difficultés dans cette discipline en 2019 et 2020, et n’a pas encore sauté en compétition cette année. A l’issue de cette épreuve, les contours du podium devraient commencer à se dessiner dans ce décathlon.

9h30 - 20 km marche : Gabriel Bordier (US Saint-Berthevin)

Les épreuves de marche débutent à Sapporo, avec le 20 km masculin. Les conditions météo sur l’île de Hokkaïdo, au nord du Japon, s’annoncent très difficiles. Mercredi, le taux d’humidité était de 89 %, ce qui devrait mettre les organismes à rude épreuve. Interne en médecine, Gabriel Bordier a préféré privilégier la fraicheur en restant en Mayenne plutôt que de partir effectuer des séances en chambre thermique en juillet, un dispositif qu’il avait pu tester en mai. « Je suis complètement outsider, je suis assez loin des favoris, analyse l’athlète coaché par Gérard Lelièvre. Ce sera très probablement une course d’attente. Il va falloir regarder qui va craquer et lâcher. »

9h30 - 20 km marche : Kevin Campion (Stade Dieppois)

Le facteur installé en Normandie a effectué plusieurs séjours en chambre thermique à Coimbra (Portugal), qui lui ont permis de s’acclimater à la chaleur et à l’humidité attendues. Comme son compatriote, il recevra de la part du staff tricolore des casquettes et tours de cou préparés avec de la glace pilée pour tenter de faire baisser sa température corporelle. Habitué aux grands championnats - il n’en a pas raté un seul depuis les Mondiaux de Moscou en 2013, le marcheur de 33 ans « aborde sereinement la compétition ». Après une préparation compliquée, il a pu monter en puissance à partir du mois de juin. Les ambitions de celui qui se définit comme « un éternel insatisfait » ? « Continuer ma progression et être demi-finaliste ».

12h25 - 4x400 m féminin (série 1) : Equipe de France

Les Tricolores prendront le départ des quatre tours de piste depuis le couloir 9. L’équipe, dont la composition sera révélée la nuit prochaine, mêlera quoi qu’il arrive athlètes d’expérience et nouveaux visages. Le mode de qualification sera le même que lors des 4x100 m : terminer dans les trois premiers ou réaliser un des deux meilleurs temps parmi les non qualifiés à la place. La Pologne sera la favorite de cette série très ouverte. « Notre équipe a une belle densité, il faut maintenant que le ciment puisse prendre, explique Djamel Boudebibah, responsable de ce relais. Je sais qu'avec ces filles, on peut aller à la guerre. »

13h10 - 1500 m (demi-finale 2) : Azeddine Habz (Val d’Europe Athlétisme)

A son affaire en séries, avec une quatrième place en 3’41’’24 synonyme de qualification directe pour les demies, le Francilien est ambitieux. Huitième meilleur performeur mondial de l’année (3’31’’74), il aborde « les demi-finales avec beaucoup de confiance ». Pour entrer en finale, il devra se classer dans le top 5 ou aller chercher un des deux chronos qualificatifs au temps. Un défi de taille puisqu’il sera opposé à des clients du calibre du Norvégien Jakob Ingebrigtsen (3’29’’65) et de l’Australien Stewart McSweyn (3’29’’51). « On va aller chercher la finale », promet Azeddine Habz.

13h20 - décathlon (Javelot - GROUPE B) : Kevin Mayer (Montpellier AMM)

Avant-dernier rendez-vous de la journée pour Kevin Mayer, qui aborde le javelot en position de chasseur de podium. Quatrième à lancer dans le groupe B, il aura l'avantage de connaître le résultat de ses adversaires Ashley Moloney et Pierce Lepage. S'il n'a pas encore lancé en compétition en 2021, Mayer dispose d'un record à 71,90 m qui en fait le favori du moment.

14h40 - Décathlon (1 500 m) : Kevin Mayer (Montpellier AMM)

Le moment décisif pour Kevin Mayer, en quête d'une deuxième médaille olympique après l'argent récolté à Rio il y a cinq ans. Trois tours trois quarts à lutter contre la fatigue avant de connaître le résultat de ces deux journées de labeur. Un chrono entre 4'30'' et 4'40'' serait dans les standards du recordman du monde au cours des cinq dernières années.

22h30 - 50 km marche : Yohann Diniz (EFS Reims)

Dernier départ de sa carrière, dernier 50 km marche au programme des J.O. Yohann Diniz s’apprête à prendre part à une course historique à Sapporo. Son histoire olympique a jusque-là été tumultueuse, et le recordman du monde rêve de terminer sur une première médaille pour sa quatrième participation. Après son abandon aux Mondiaux de Doha en 2019, le sociétaire de l’EFS Reims a mis toutes les chances de son côté pour briller au Japon, en effectuant de nombreux stages à Coimbra (Portugal) pour s’acclimater à la chaleur. Les marcheurs s’élanceront à 5h30 du matin à Sapporo, ce qui ne les épargnera pas de la canicule puisqu’une température autour de 30°C est prévue au moment de l’arrivée. « On s'attendait à des conditions climatiques difficiles, ça n'est pas une surprise, évacue le champion du monde 2017. Je suis prêt à affronter ces conditions très particulières et à prendre un maximum de plaisir. Je n’ai rien à perdre et tout à gagner. »

A Tokyo, Florian Gaudin-Winer pour athle.fr

Retrouvez le programme complet des Bleus en cliquant ici

INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS