MES ACCÈS
Le programme du vendredi

Place aux relais avec la finale du 4x100 m féminin, lors de laquelle on retrouvera une équipe de France rafraichissante et à son avantage en séries. Les garçons, eux, seront en piste pour les séries du 4x400 m. Seul Français engagé en individuel ce vendredi après-midi, après le 50 km marche disputé aux aurores par Yohann Diniz (jeudi à 22h30 en France), Jimmy Gressier disputera la finale du 5000 m pour ses premiers Jeux olympiques.

22h30 - 50 km marche : Yohann Diniz (EFS Reims)

Dernier départ de sa carrière, dernier 50 km marche au programme des J.O. Yohann Diniz s’apprête à prendre part à une course historique à Sapporo. Son histoire olympique a jusque-là été tumultueuse, et le recordman du monde rêve de terminer sur une première médaille pour sa quatrième participation. Après son abandon aux Mondiaux de Doha en 2019, le sociétaire de l’EFS Reims a mis toutes les chances de son côté pour briller au Japon, en effectuant de nombreux stages à Coimbra (Portugal) pour s’acclimater à la chaleur. Les marcheurs s’élanceront à 5h30 du matin à Sapporo, ce qui ne les épargnera pas de la canicule puisqu’une température autour de 30°C est prévue au moment de l’arrivée. « On s'attendait à des conditions climatiques difficiles, ça n'est pas une surprise, évacue le champion du monde 2017. Je suis prêt à affronter ces conditions très particulières et à prendre un maximum de plaisir. Je n’ai rien à perdre et tout à gagner. »

13h37 - 4x400 m masculin (série 2) : Equipe de France

Le quatuor tricolore, composé dans l’ordre de Mame-Ibra Anne, Muhammad Abdallah Kounta, Ludovic Ouceni et Thomas Jordier, prendra part à la deuxième série et s’élancera du couloir 5. Les Bleus seront bien entourés, avec la Jamaïque dans le ‘’rétro’’ et la Belgique des frères Borlée juste devant eux. Attention également à la Pologne, toujours redoutable dans cette épreuve, et à l’Afrique du Sud du revanchard Wayde Van Niekerk. Pour entrer en finale, il faudra terminer dans les trois premiers de cette course ou réaliser un des deux meilleurs temps parmi les non qualifiés à la place. Au vu des derniers grands championnats, il est fort possible qu’un chrono inférieur à trois minutes soit nécessaire pour intégrer le top 8. « On est à 120 %, notre but est de donner le maximum dès les séries en étant à la hauteur de l’événement », annonce Mame-Ibra Anne, le « papa » de ce relais du haut de ses 31 ans.

14h00 - 5 000 m (finale) : Jimmy Gressier (Boulogne-sur-Mer AC)

A son avantage en séries mardi dernier, avec une neuvième place en 13’33’’47 dans la course la plus rapide et une dernière ligne droite gérée pour garder le plus d’énergie possible pour la suite, Jimmy Gressier s’apprête à disputer la finale pour sa première participation aux Jeux olympiques. Pas du genre à avoir froid aux yeux, le fondeur nordiste est bien décidé à jouer sa carte à fond face aux favoris que sont l’Espagnol Mohammed Katir, le Canadien Mohammed Ahmed et bien sûr l’Ougandais Joshua Cheptegei, recordman du monde de la discipline. La récupération n’inquiète pas particulièrement l’athlète de 24 ans. « On s’entraîne pour enchaîner ce type de courses, ça ne me fait pas peur. Je viens du long, je sais que j’aurai récupéré. Il faudra donner ses tripes et prendre tout ce qu’il y a à prendre. On a Paris 2024 qui arrive prochainement, c’est comme ça qu’on se construit. »

15h30 - 4x100 m féminin (finale) : Equipe de France

Quatrièmes de leur série en 42’’68 jeudi matin, le meilleur temps d’un relais tricolore depuis les championnats d’Europe de Zurich en 2014, les sprinteuses tricolores ont apporté un vent de fraicheur bienvenu à l’équipe de France. « On est arrivées au Japon toutes contentes, très sereines aussi, et on avait confiance les unes envers les autres. Sur la piste, ça a fait toute la différence », ont souligné Orlann Ombissa-Dzangue, Carolle Zahi, Gémima Joseph et Cynthia Leduc à l’issue de cette première course. Placées au couloir 2 en finale, les Bleues aborderont leur tour de piste en position d’outsiders, prêtes à profiter de la moindre opportunité face aux favorites jamaïcaines, américaines et britanniques. « Ça n’est que du bonus, on va s’éclater et prendre des risques », ont-elles promis.

A Tokyo, Florian Gaudin-Winer pour athle.fr

Retrouvez le programme complet des Bleus en cliquant ici

INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS