MES ACCÈS
Les hurdlers en finale

Aurel Manga (13’’24) et Pascal Martinot-Lagarde (13’’25) ont validé avec la manière leur billet pour la finale du 110 m haies, en prenant tous les deux la deuxième place de leur demi-finale. La tradition d’excellence tricolore sur les obstacles se poursuit. Au décathlon, Kevin Mayer, diminué par une douleur au dos, occupe le quatrième rang avec 2662 points. Mais le Montpelliérain s’accroche.

Les qualifiés

Manga et Martinot-Lagarde au top

Et de trois ! Après 1968 (Marcel Duriez et Pierre Schoebel) et 2016 (Pascal Martinot-Lagarde et Dimitri Bascou), l’équipe de France alignera à nouveau deux hurdlers en finale des Jeux olympiques : Aurel Manga et Pascal Martinot-Lagarde. « C’est un honneur et ça aurait été encore plus beau avec Wilhem (ndlr : Belocian, diminué par une blessure et éliminé en série), qui en avait largement les moyens », relève Aurel Manga.
Dans la moiteur de la matinée tokyoïte, le duo tricolore a plus que fait le job lors des demies. Avec deux courses diamétralement opposées. Après « encore un départ un peu poussif », selon ses propres mots, Manga a passé la surmultipliée en restant « concentré sur (s)es intentions ». Comme en séries, il égale son record personnel en 13’’24 (+0,1m/s), six centièmes derrière l’Américain Devon Allen. « J’ai fait ce temps trois fois cette saison avec des schémas de course très différents, note l’athlète de l’US Créteil. Aux championnats de France, j’ai été capable de partir très fort. En combinant ces schémas, ça devrait donner un chrono intéressant demain. »

A l’inverse, PML a réalisé une mise en action surpuissante, en attaquant les premiers obstacles en tête. Il récolte les fruits du travail réalisé à l’entraînement grâce, de manière paradoxale, à ses pépins physiques. « Pendant une bonne période, je ne pouvais pas faire beaucoup de haies, retrace le sociétaire de l’ES Montgeron. On a beaucoup bossé le départ et, hier et aujourd’hui, il était réglé. Il a encore intérêt à l’être demain, car je vais être un mort de faim jusqu’à la ligne d’arrivée. » Il a ensuite bien résisté au retour de la concurrence, même si le Jamaïcain Ronald Levy l’a doublé dans les derniers mètres, en 13’’23 contre 13’’25 (+0,3m/s). L’élève de Benjamin Crouzet améliore largement son temps des séries (13’’37), qui était déjà sa meilleure performance de la saison. « Un champion doit être fort en championnats, rappelle-t-il. J’ai fait des meetings corrects mais pas fulgurants, et maintenant, je suis prêt. »
Cinquième et sixième temps des demi-finales, Aurel Manga et Pascal Martinot-Lagarde sont dans la course au podium. Si Grant Holloway, auteur du meilleur chrono du jour en 13’’13 (-0,1m/s), semble au-dessus du lot, c’est l’embouteillage derrière avec sept athlètes en quatorze centièmes. « Tout peut se passer, ça se joue dans un mouchoir de poche. C’est celui qui sera le plus malin qui gagnera », estime Manga. » Honnêtement, au vu du championnat, il n’y a aucun pronostic à faire, prolonge Martinot-Lagarde. La personne qui devine le podium olympique est vraiment un devin. Je ne suis moi-même pas capable de vous dire si je vais faire un hold-up ou me croûter (sic). En tout cas, je suis capable de tout. Et je casserai comme un renard, ce que je n’ai pas fait aujourd’hui. »

Et aussi

Mayer quatrième et diminué

Le sport de haut niveau peut parfois être cruel. Kevin Mayer a la sensation d’avoir « des jambes et un haut de feu ». Mais, le jour du rendez-vous qu’il attend depuis cinq ans, il ne peut pas pleinement s’exprimer. La faute à un dos bloqué depuis huit jours malgré les soins, avec des irradiations douloureuses qui l’ont particulièrement pénalisé au poids. Un peu en retrait par rapport à ses meilleures performances sur 100 m (10’’68) et à la longueur (7,50 m), le combinard du Montpellier A2M a surtout perdu de gros points dans ce premier lancer, avec un meilleur jet à seulement 15,07 m, à plus de deux mètres de son record (17,08 m). « Je prends très peu de plaisir et j’ai très peu de sensations, confie-t-il, les yeux rougis. Mes larmes ne sont pas de tristesse mais de frustration. »
Dans un décathlon survolé après trois épreuves par le Canadien Damian Warner, largement sur les bases du record du monde avec 2966 unités (10’’12 sur 100 m, 8,24 m à la longueur et 14,80 m au poids !), le champion du monde 2017 occupe la quatrième place avec 2662 points. « Je crois que je peux aller chercher une médaille, même comme ça, veut espérer le Français. Le poids était la pire épreuve (ndlr : par rapport à la douleur). Au disque et au javelot, ça me gênera peut-être aussi un peu, mais ça n’est pas du tout la même torsion de dos. On me connaît, je vais tout donner jusqu’au bout et on verra ce que ça donne. On va essayer de rendre la chose belle en allant chercher quelque chose. » Le concours de la hauteur, à partir de 18h30 heure locale (11h30 en France), donnera de nouvelles indications sur son état de santé.

A Tokyo, Florian Gaudin-Winer pour athle.fr
Photos : © J. Crosnier - JM Hervio / KMSP / FFA

INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS