MES ACCÈS
Robert-Michon assure, Belhadj apprend

Mélina Robert-Michon s’est qualifiée pour sa huitième finale des championnats du monde, en expédiant son disque à 61,21 m ce lundi dans l’Oregon, tandis que Mehdi Belhadj a pris la treizième place d’une finale du 3000 m steeple très tactique.

La promesse

Nouvelle tournée pour Mélina Robert-Michon

Le jour de son anniversaire, Mélina Robert-Michon s’est offert un joli cadeau sous la forme d’une huitième finale aux Mondiaux, en neuf participations. Avec 61,21 m à son deuxième essai, la Lyonnaise a assuré l’essentiel, avec une douzième place synonyme de dernier strapontin pour la grande explication. « Une qualification, qu’on en sorte première ou douzième, ça ne change rien », souriait-elle, soulagée. Car même avec toute l’expérience qui est la sienne, l’obtention du convoité sésame n’avait rien d’une sinécure pour la recordwoman de France. « J’avais une vraie appréhension, parce que mon élimination aux Jeux l’an passé a été dure à digérer, elle a vraiment entamé ma confiance. Je suis contente de solder cet épisode », positivait-elle après coup.

Son premier essai, à 59,88 m, traduisait d’ailleurs le stress qui habitait Mélina Robert-Michon lors de ses premiers pas dans le Hayward Field. « J’étais tellement tendue que je n’ai pas pu profiter du stade, mais j’espère pouvoir m’amuser en finale », promettait-elle. Mercredi soir (dans la nuit de mercredi à jeudi en France métropolitaine), elle retrouvera nombre de vieilles connaissances dans la cage de l’Oregon, pour déguster un gâteau dont elle connaît la recette par cœur. « Douzième, par rapport à ma saison, c’est déjà mieux que ce que j’avais sur le papier. Désormais, je veux entrer dans les huit. »  Et si elle réussit à retrouver ses sensations d’avant la pandémie, après avoir « remis [sa] forme au niveau » au sortir d’une contamination par le Covid-19 début juin, pourquoi ne pas y ajouter une jolie cerise ?

La déla

« J’étais trop impatient »

Dans une course partie sur un train franchement lent (2’57’’ au premier kilomètre), Mehdi Belhadj avait « des bonnes jambes », et des fourmis plein les pattes. Aux 2000 m, le demi-fondeur de Villeneuve-la-Garenne a hésité à porter une attaque, avant de se raviser, préférant « en garder sous le pied pour le dernier tour ». Entre temps, ses adversaires ont mis en œuvre un autre plan, la grande bagarre débutant à 650 m de la ligne. « L’effort que j’aurais dû faire à ce moment-là, je ne le fais pas, soupirait Belhadj à sa sortie de piste. La prochaine fois, je ne ferai pas cette erreur. » Et quand El Bakkali et Girma se sont envolés pour se jouer l’or, le Français a subitement coincé, ne pouvant mettre à profit son bon positionnement jusqu’alors. Il a achevé son effort en 8’34’’49, en treizième position. « Malgré la déception, c’est une finale mondiale, je ne cours pas contre les premiers venus. J’apprends, et ça me servira pour les prochaines courses », jurait-il.

Enfin, Mouhamadou Fall a été éliminé en séries du 200 m, en prenant la cinquième place de sa course en 20’’83 (+0,5). A la bagarre à la sortie du virage, il a « paniqué en voyant revenir d’un coup » ses concurrents dans la ligne droite, et s’est crispé dans le dernier quart de son demi-tour de piste, remporté par le Dominicain Alexander Ogando en 20’’01.

Etienne Nappey pour athle.fr
Photos : S. Kempinaire - JM Hervio / KMSP / FFA

INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS