MES ACCÈS
Jules Pommery, médaillé de bronze à la longueur avec 8,06 m
« J’ai fait deux gros concours, et prouvé que je suis capable de me montrer dans de grosses compétitions. Bien sûr que je suis venu ici pour gagner, mais l’objectif d’une carrière, c’est les Jeux dans deux ans. Entre faire 8,50 m maintenant ou dans deux ans à Paris, au choix, j’attendrai volontiers. Un centimètre, c’est un maillot pas rentré dans le short, un cuissard au lieu d’un short, une connerie en fait (sic). Mais ça fait partie du jeu. J’ai essayé de construire mon concours pour avoir cinq sauts pour m’exprimer, donc j’ai assuré le premier. Au deuxième, je fais 7,85 m, ce qui me place bien. Après le but, c’est de mettre de l’intensité et de la vitesse, et mon 8,06 m arrive au quatrième essai. A la fin, je n’ai pas eu la lucidité d’écouter mon coach qui me demandait d’avancer mes marques, parce que je commençais à manquer un peu de cannes. La prochaine fois, je l’écouterai. »
Mouhamadou Fall, 5e de la finale du 100 m en 10’’17
« Je suis content, vraiment. Je suis de retour à un bon niveau, même si je pense que j’aurais pu courir plus vite. Surtout, je me suis montré compétitif, par rapport aux Mondiaux où ça n’était pas ça. Après, j’aurais préféré que le troisième fasse moins de 10’’, plutôt que 10’’13. En passant la ligne, je pensais être sur le podium. Ça s’est joué à rien. Je vais me servir de ça pour le 200 m ! ça m’a ouvert l’appétit, il faut que je reste concentré et positif. »
Baptiste Thiery, 9e du décathlon avec 8057 pts (record personnel)
« Passer cette barre-là dans ce stade, c’est mythique pour moi, même si j’ai cru que j’allais mourir lors du 1500 m. C’est vraiment une victoire. Au javelot, je bats bien mon record. J’ai sorti le jet que je voulais quand il le fallait pour aller chercher les 8000 points. Je me suis révolté, même si j’ai du mal à m’en vouloir pour la perche. Neuvième, je prends et je profite de l’expérience que ça me donne. La suite, ce sont les championnats méditerranéens espoirs, où je vais reprendre la perche en compétition en essayant, pourquoi pas, d’aller chercher les 5,80 m. Et puis j’aurai déjà un œil sur les championnats du monde l’année prochaine. »
Mélina Robert-Michon, 8e du disque avec 60,60 m
« Je ne peux pas dire que je suis contente, mais j’ai essayé et j’ai pris des risques, une fois que j’étais dans les ‘’8’’. Je n’ai pas de regrets. La saison a été dure, mais là, j’ai vraiment réussi à me lâcher, même si ça n’a pas payé métriquement. Je me suis engagée, j’ai essayé de mettre de l’intensité et j’ai mis tout ce que j’avais. C’était important d’aller à la bagarre et d’être capable de me sentir dedans. C’est de bon augure pour la suite. J’ai vraiment clos le chapitre Tokyo et je peux me projeter vers Paris 2024. »
Hugo Hay, 19e du 5000 m en 13’45’’63
« Je suis très énervé ! Je faisais la course parfaite, j’étais placé exactement où il fallait au moment où l’emballage débutait, et l’Espagnol vient me pousser alors qu’il n’y avait clairement pas la place… C’est abusé ! Même si je refais un gros chrono dans les prochaines semaines, ma saison est ruinée. Ça me saoule. J’ai hésité à repartir, et je me suis dit que ça allait peut-être tamponner, mais c’est juste à ce moment-là que Crippa a accéléré… Je vais aller me faire une séance pour oublier ça. »
Félix Bour, 24e du 5000 m en 14’05’’84
« Je ne me suis vraiment pas senti bien, j’ai tout de suite été asphyxié par la chaleur. J’ai serré les dents autant que je pouvais, mais j’étais dans le dur dès la mi-course. Ça a été très compliqué pour les quatre derniers tours. C’est de l’expérience qui rentre. Je suis plus un coureur de 10 km et de semi-marathon, donc c’est un travail qui me sera utile pour la suite. Et courir dans un stade rempli comme ça, ça reste une sacrée expérience. »
Jimmy Vicaut, 3e de sa demi-finale du 100 m en 10’’18, éliminé
« C’est une grosse déception. Ca me fait vraiment ch… Je sors pour deux centièmes. Ça n’a pas été une saison incroyable. Il n’y a pas eu de fun ! Ca se passait bien jusqu’à Montreuil, puis plus rien. Même l’an dernier, avec beaucoup de blessures, ça allait plus vite. »
Meba-Mickael Zeze, 3e de sa demi-finale du 100 m en 10’’21, éliminé
« A partir du moment où il fallait se redresser, j’ai senti que je n’avais pas assez de force et de puissance pour pouvoir être à côté de Jacobs, qui fait un chrono de 10’’00. Normalement, ça aurait dû être dans mes cordes. Je suis frustré, car je passe à rien du tout de la finale. Je vais me remobiliser pour le 200 m et le relais. »
Sébastien Micheau, 10e des qualifications de la hauteur avec 2,21 m, qualifié
« J’aurais aimé passer 2,21 m au premier essai, ce qui aurait dû être le cas si je n’avais pas fait de bêtise. Je suis tellement heureux d’en être là aujourd’hui. J’ai eu beaucoup de galères cet hiver… J’étais en position d’outsider, et arriver en finale, c’est une victoire. Je voulais être combatif, sauter avec beaucoup d’envie. Je me doutais qu’à 2,12 m, ça allait passer, mais ensuite, une montée de barre de 5 cm, c’est assez violent, je n’avais pas l’habitude. Au troisième, je me suis fait plaisir, j’ai demandé la clape, c’était génial. Tu tapes deux fois dans tes mains, il y a tout le stade qui répond, ils sont vraiment connaisseurs sur le sport ! »
Nathan Ismar, non classé en qualifications de la hauteur
« Je n’ai pas retrouvé mes repères techniques que j’ai perdu depuis les Jeux Méditerranéens, à cause d’une blessure au genou gauche, mon pied d’impulsion, que je traîne depuis un moment. Je peux m’entraîner, mais sans mettre une impulsion. J’ai fait beaucoup d’imagerie mentale pour essayer d’y remédier, mais il y avait beaucoup trop de facteurs qui n’allaient pas pour réussir aujourd’hui. A l’échauffement, je sautais mieux sans mes marques qu’avec. Dès que j’aurai guéri ça, je regagnerai en régularité. »
Yanis David, 9e des qualifications de la longueur avec 6,57 m, qualifiée
« Je me suis mis en confiance au premier essai avec 6,44 m, sans y aller à 100 %. Je fais 6,51 m au deuxième. Il y a eu ensuite un peu d’attente avant le troisième. J’ai dû bouger et faire des accélérations. Au dernier, c’était tout ou rien. Je fais 6,57 m. Je suis contente de ma série, c’est de bon augure pour jeudi. En finale, je veux aller plus loin, pourquoi pas battre mon record personnel ? Je n’aurai rien à perdre. Je vais courir sur la piste comme je ne l’ai jamais fait. »
Aurore Fleury, 12e de sa série du 1500 m en 4’12’’48, éliminée
« Je n’aime pas être dans le peloton, donc j’ai voulu courir devant. Mais je n’avais pas les jambes pour répondre aux attaques. Ca n’est pas vraiment compréhensible, vu mes dernières semaines d’entraînement qui étaient vraiment excellentes. Et quand je vois le niveau devant, la qualification était largement à ma portée. C’est très décevant, et c’est dur à la fois pour moi et mon coach. »
Maëlly Dalmat, non classée en qualifications de la longueur
« J’ai eu des problèmes de marques, ce qui ne m’était pas arrivé depuis un long moment. Au premier essai, comme lors de mes derniers championnats, je ne réussis pas à me mettre dedans. Au deuxième, j’arrive à me lâcher un peu plus mais je mords d’un demi-pied. On recule mes marques, mais j’impulse mauvaise jambe et je mords à nouveau, même de pas beaucoup. C’est une grosse déception. J’apprends, il y aura des leçons à en tirer. »
Aurélien Quinion, disqualifié du 35 km marche
« C’est le jeu : j’ai joué, j’ai perdu. Je n’ai pas compris les cartons, aucun des quatre. Des fois, on sent quand la technique n’est pas en place, mais là, non. Je suis dégoûté et frustré, mais j’ai kiffé. J’ai été acteur, dans le groupe de tête. Quand Lopez et Karlström sont partis, on savait que ça ne servait à rien d’essayer de suivre. Mais après, je ne voulais plus laisser partir les autres, il y avait trop de choses à jouer. J’aurais peut-être dû être un peu plus patient, mais je n’ai pas de regret. C’est dommage, parce que j’avais plutôt bien récupéré de Eugene, et je sentais que la forme est là. J’avais les capacités pour jouer une médaille. Ma saison est quand même magnifique malgré cette disqualification. »
Louis Gilavert, 4e de sa série du 3000 m steeple en 8’32’’26, qualifié
« J’ai du mal à aborder les championnats. Je suis toujours là à me tétaniser et à me crisper. Là je me suis dit avant la course : arrête, c’est bon, si tu continues comme ça, c’est comme d’habitude. Le soir, je me regarde dans la glace et je me dis : mais qu’est-ce que tu as fait encore ? Je fais des séances de monstre, je me sens prêt. Aujourd’hui, je ne vais pas mentir, j’étais dans la facilité. J’ai pris beaucoup de plaisir. Je suis satisfait. Je vais sortir et juste voir des sourires. Je vais aborder la finale le plus sereinement possible. Si les gars font l’erreur de m’attendre, je ne les attendrai pas. »
Djilali Bedrani, 7e de sa série du 3000 m steeple en 8’35’’57, qualifié
« Le plus important est que ça passe. J’ai eu chaud ! Les sensations ont été un peu mitigées. Je manquais un peu de rythme sur cette course, mais cette série peut tout changer. En finale, ça sera une autre course. Ce seront les plus frais qui vont réussir. J’ai déjà hâte d’y être pour essayer d’aller chercher que chose de beau. Ça va être ‘’ouf’’ ! »
Mehdi Belhadj, 10e de sa série du 3000 m steeple en 8’42’’38, éliminé
« J’ai attrapé une tendinite au genou à Font-Romeu. Dix jours de vélo ne remplacent pas la course. J’ai hésité à disputer les championnats d’Europe. Je m’attendais à avoir de mauvaises sensations. J’ai dû courir 2-3 fois en 17 jours. Ca allait jusqu’au 1300 m, mais ensuite ça puisait. »
Amandine Brossier, 4e de sa demi-finale du 400 m en 51’’21, éliminée
« Je m’en fiche un peu d’avoir battu mon record, parce que je pensais vraiment l’améliorer beaucoup plus et passer sous les 51’’. Je me sentais bien, après ma bonne course des séries. Forcément, j’ai des regrets, sur l’opportunité d’entrer en finale, mais pas sur ma manière de courir aujourd’hui. Je suis persuadée que j’avais les capacités d’aller en finale et de faire une médaille. Les filles ont été meilleures que moi, c’est la loi du sport. Je suis très, très déçue. Je n’ai peut-être pas pris assez de risques. J’ai un peu paniqué en voyant Bolingo partir très vite, et j’ai bataillé autant que je le pouvais dans la dernière ligne droite. »
Gilles Biron, 3e de sa demi-finale du 400 m en 45''75, éliminé
« Je savais que j’allais améliorer mon chrono des séries en prenant un peu plus de rythme. Mais je suis quand même déçu et frustré par rapport à mon classement. Je rate la finale pour quelques centièmes. Mon plan de course ne s’est pas déroulé comme prévu. J’avais décidé de coller aux autres, mais j’aurais sans doute dû relancer un peu plus tôt, avant le passage aux 200 m. J’aurais peut-être pu dépasser mes concurrents dans la dernière ligne droite, mais on ne le saura jamais… »
Thomas Jordier, vainqueur de sa demi-finale du 400 m en 45’’37, qualifié
« En championnats, le plus important est de progresser tour par tour. Maintenant que je me suis hissé en finale, je vais essayer de grappiller place par place pour aller chercher la médaille. Une breloque me ferait le plus grand bien, même un bronze en 46’’0. Hudson-Smith risque d’envoyer très fort en finale, à nous les autres concurrents de lui donner du fil à retordre. Ce sera une très belle course, très serrée. Je n’avais pas beaucoup dormi cette nuit, et j’ai ressenti de la fatigue en fin de course, mais on est tous sur un pied d’égalité avec l’anxiété, le stress, la fatigue… Je vais bien récupérer avant la finale. »
Baptiste Thiery, 11e du décathlon avec 6569 pts après huit épreuves
« C’était un peu compliqué ce matin. Le 110 m haies est à l’image de ma saison… Au disque, c’est une petite victoire pour moi, parce qu’après avoir très mal débuté le concours, j’ai quand même réussi à sortir un gros jet à la fin. 5,40 m, ça reste une très belle perf’, mais dans mon tableau de marche, j’en attendais beaucoup plus. Les conditions n’étaient pas évidentes, et j’avais déjà beaucoup de fatigue accumulée. C’est un peu dur à digérer… »
Alexandra Tavernier, 4e des qualifications du marteau avec 68,99 m, qualifiée
« Je suis qualifiée en finale, et c’est bien l’essentiel. Comme je n’avais pas fait de grosses compétitions depuis un moment, je n’avais pas beaucoup de rythme, donc je marchais sur des œufs en arrivant ici. J’ai eu peur, parce que les qualifications, ce n’est jamais simple. J’étais crispée, et la crispation au marteau, n’est clairement pas notre meilleure alliée. Mais même avec des petits bras, je fais presque 69 m, donc c’est que la forme est plutôt bonne, et que j’ai l’expérience nécessaire pour m’en sortir. On verra ce que ça donnera en finale, mais les cartes seront redistribuées. »
Rose Loga, 20e des qualifications du marteau avec 66,27 m, éliminée
« J’ai zéro regret ! Je me suis beaucoup amusée du début à la fin, et j’ai retrouvé des jets que je n’avais pas fait, ni en compétition, ni à l’entraînement, depuis les championnats de France Elite. Même si je suis encore un peu loin de mon record, ça fait du bien de terminer ma saison là-dessus. Je me suis sentie à ma place, et j’ai très envie de revenir sur ce genre d’évènements. »

Florian Gaudin-Winer et Etienne Nappey pour athle.fr

INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS