MES ACCÈS
Les sauteurs prêts à s’envoler

Présentation des athlètes français à suivre lors du rendez-vous continental, organisé dans la capitale italienne du 7 au 12 juin. Troisième volet avec les sauteurs.

Hauteur

Qualifiées toutes les deux en finale des Mondiaux de Budapest l’été dernier, du jamais vu pour les Bleues à la hauteur, Nawal Meniker et Solène Gicquel vont tenter de rééditer cette belle performance à l’échelle continentale. Pour cela, elles devront évoluer dans les eaux de leur record personnel, dont elles se sont déjà approchées cette année. La première a franchi 1,92 m, à un centimètre de sa marque de référence, et la seconde 1,90 m, à deux centimètres de son PB. La concurrence est particulièrement relevée dans cette épreuve, avec notamment deux immenses talents : la championne du monde et d’Europe, l’Ukrainienne Yaroslava Mahuchikh (2,04 m l’hiver dernier), 23 ans, et la Serbe Angelina Topic (1,98 m), 18 ans.

Perche

C’est une compétition qui va lui rappeler de bons souvenirs. Il y a deux ans, Marie-Julie Bonnin s’était révélée aux yeux du grand public lors des Europe de Munich, en terminant à une prometteuse sixième place. La Bordelaise retrouve le rendez-vous continental en ayant sauté à 4,50 m et 4,51 m en début de saison estivale, de quoi lui donner de la confiance. Ninon Chapelle a moins de repères, après une perturbation perturbée par une chute à la Réunion, mais l’expérience des grands championnats sera un précieux atout pour celle qui avait franchi 4,60 m aux Mondiaux de Budapest l’an dernier. Enfin, Alix Dehaynain fera ses grands débuts en équipe de France seniors à Rome. Comme les sauteuses en hauteur, les perchistes devront évoluer à leur meilleur niveau pour rallier la finale, lors de laquelle un duel au sommet est attendu entre la Britannique Molly Caudery (4,86 m) et la Finlandaise Wilma Murto (4,81 m).

Sur la route de Paris 2024, ces championnats d’Europe sont une étape importante pour Thibaut Collet. Magnifique cinquième des Mondiaux de Budapest, le Grenoblois rêve de s’offrir un premier podium international seniors dans la capitale italienne. Si le Suédois Mondo Duplantis a toutes les chances de décrocher un troisième titre continental consécutif, fort d’un record du monde porté à 6,24 m en avril, la lutte pour le top 3 s’annonce très indécise avec dix athlètes ayant sauté à plus de 5,80 m en 2024. Parmi lesquels Collet, qui a amélioré cet hiver son record avec 5,92 m, mais qui a dû pour l’instant se contenter de 5,70 m en plein air. Robin Emig et Baptiste Thiery, 5,75 m en salle tous les deux, devront batailler pour passer l’obstacle des qualifications. Le premier nommé fera ses grands débuts en équipe de France seniors pour l’occasion.

Longueur

Hilary Kpatcha aborde ce rendez-vous en position d’outsider, avec une meilleure performance à 6,51 m et une qualification décrochée grâce à un bon ranking mondial, qui lui permet de rester dans la course à la qualification olympique. Le contexte de grand championnat et la présence de pointures, comme l’Allemande Malaika Mihambo (6,95 m cet hiver), championne olympique en titre, peuvent l’aider à trouver le déclic.

Statut similaire pour ses homologues masculins, Tom Campagne et Jules Pommery. Le premier est retombé à 8,00 m en salle, alors que le second a pour l’instant enregistré une meilleure performance à 7,78 m mais arrive en pleine forme, après avoir pris le temps de bien soigner sa cheville au printemps. L’ambiance sera au rendez-vous sur le sautoir, avec la légende grecque Miltiadis Tentoglou face à la pépite italienne Mattia Furlani, 8,36 m tous les deux cet été. Un duel qui pourrait être arbitré par le Croate Filip Pravdica (8,35 m).

Triple Saut

Ilionis Guillaume a passé un cap cette année, avec une qualification en finale mondiale indoor à Glasgow, puis un record personnel porté tout récemment à 14,28 m à Forbach. En Moselle, la sociétaire du Stade Bordelais s’était même envolée à 14,72, aidée par un vent beaucoup trop favorable. Quatrième meilleure performeuse des engagées, elle est une candidate crédible au podium. L’Espagnole Ana Peleteiro-Compaoré a de la marge sur la concurrence avec ses 14,75 m en salle, mais ça se bouscule derrière avec, dans un mouchoir de poche, la Bulgare Gabriela Petrova (14,38 m), la Turque Tugba Danismaz (14,32 m) et donc la Française.

Alors que l’Espagnol Jordan Diaz (17,55 m) et le Portugais Pedro Pichardo (17,51 m) devraient, si la logique est respectée, livrer bataille pour la victoire, les concurrents à la troisième place sont nombreux. Parmi eux, trois Français, qui devront d’abord passer le piège des qualifications : Jean-Marc Pontvianne, qui a sauté à 17,13 m en salle, Thomas Gogois, qui portera pour la première fois le maillot de l’équipe de France seniors grâce à ses récents 16,87 m, et l’expérimenté Benjamin Compaoré, qui est retombé à 16,65 m début mai.

Florian Gaudin-Winer pour athle.fr

INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS