MES ACCÈS

Bon pied, bonnes dents
L'hygiène bucco-dentaire a une importance capitale, chez l'athlète notamment. Des dents en mauvais état peuvent en effet favoriser l'apparition de problèmes physiques inattendus... par exemple des ennuis tendineux.
 
1. INTRODUCTION
Athlètes, attention, les enquêteurs sont sur les dents. L'état de vos incisives et autres molaires, les gingivites (inflammation des gencives), la position de vos mâchoires, tout cela est désormais sous haute surveillance. Plusieurs études ont montré en effet que les inflammations dentaires pouvaient générer à distance des inflammations des tendons. Ce n'est évidemment pas l'unique cause possible d'une tendinite, mais c'en est une non négligeable.

Le mauvais état dentaire peut transformer le sportif en souffre-douleur. Rages de dent, fièvres, plus quelques mots affreux comme "trismus" (une contracture des muscles de la mâchoire) ou "adénopathie" (des ganglions) : voilà une cohorte d'handicaps pour l'athlète en période d'entraînement et de compétition. La contre-performance peut être tapie derrière vos dents... Il est parfois nécessaire d'arracher une dent pour prévenir une tendinite, alors que c'est inutile pour les claquages.

Les kinésithérapeuthes modernes parlent de "chaînes musculaires" : les muscles ne travaillent pas indépendamment les uns des autres. C'est ainsi que l'occlusion dentaire - la position des mâchoires quand celles-ci sont fermées - peut avoir une influence sur l'attitude ou - si vous préférez - la "posture"de l'individu.
 
LES DENTS FONT LA FORCE
On s'est aperçu qu'en modifiant l'occlusion dentaire des joueurs de rugby, on pouvait diminuer de 50% la force de leurs cuisses ! Mais aussi à l'inverse qu'en comblant avec de petits morceaux de caoutchouc les espaces entre les dents, ce qui redonne une occlusion correcte, on augmentait leur puissance ! Un défaut d'occlusion des dents peut aussi perturber l'appui des pieds au sol durant la course. Si des sprinters comme Carl Lewis ou Leroy Burrell ont utilisé des appareils dentaires pendant leur carrière, c'est pour placer leurs mâchoires en position idéale.

Des spécialistes n'hésitent plus à penser que l'agencement des dents peut également influencer fractures de fatigue, hernies discales ou migraines... Les dents ne sont pas seules concernées, mais aussi tout l'appareil "manducatoire", utilisé pour tous les actes que vous accomplissez pour manger : préhension de l'aliment, mastication et déglutition. Tous ces "gestes" sont en rapport avec la chaîne des muscles du cou et de la tête.

Si vous avez des incisives supérieures proéminentes, votre tête et votre tronc auront tendance à basculer vers l'avant. Au contraire, si votre menton pointe vers l'avant et que vos incisives se recouvrent bien, la tête et le tronc se redressent. Autre chose : une dent manquante peut inciter la langue à s'avancer... et les épaules risquent de suivre le mouvement à droite ou à gauche (sans compter que les dents voisines font bouger et dérégler la chaîne musculaire intervertébrale). Attention, d'ailleurs, à ne pas utiliser les appareils dentaires à des fins exclusivement esthétiques : c'est la posture qui compte avant tout.
 
CONSEILS A SUIVRE
L'examen bucco-dentaire chez l'athlète doit être au minimum annuel (on peut en dire autant d'ailleurs pour Monsieur Tout-le-monde) afin :

- d'éliminer tout foyer inflammatoire (carie)
- de vérifier l'occlusion dentaire (position mâchoires fermées)
- d'éliminer les dents de sagesse mal positionnées

On ne négligera pas non plus un "panoramique" dentaire tous les deux ans. C'est très utile en cas de traitement d'orthodontie et de posturologie. On peut également conseiller :

- l'utilisation quotidienne de produits fluorés (dentifrice, gel, gomme à mâcher, solutions pour bains de bouche) renforce la prodection dentaire contre les agents cariogénes (qui donnent des caries).
- les brosses à dents "périodentales" (légérement recourbées).
 
ATTENTION, ENNEMIS !
Vous redoutez plus que tout d'avoir à aller chez le dentiste ? La prévention des pathologies bucco-dentaires passe avant tout par une bonne hygiène dentaire et notamment un rinçage de la bouche à l'eau claire après usage de boissons ou d'aliments acides ou sucrés. Chacun sait que les sportifs adorent les boissons gazeuses. Or les colas, comme les boissons acides, abaissent les sécrétions salivaires. Quand vous faites du sport, vous êtes déjà en "acidose"... et ces boissons en rajoute ! On ne vous interdit évidemment pas d'en boire, mais rincez-vous la bouche après...

Ce rincage permet de faire remonter les propriétés salivaires de moitié par rapport à ce qu'elles ont perdu lors de l'ingestion d'une boisson acide. Nous n'en voulons pas particulièrement au Coca-Cola et consorts : les boissons sucrées plates ou gazeuses, mais aussi les chocolats ou cafés sucrés en vente dans les distributeurs, nécessitent les mêmes précautions après usage. Notons aussi que le thé est riche en fluor (de 30 à 600 mg par kg selon les variétés) : par conséquent, non sucré, c'est un bon édulcorant pour les dents.

Certains apports nutritifs, sous forme de barres ou d'aliments semi-liquides, généralement riches en acides et en saccharose peuvent également entraîner des lésions dentales ou parodentales. Quelques médicaments (anxiolythiques, somnifères, tranquillisants, diurétiques), certains produits dopants (amphétamines, anorexigénes) peuvent modifier les secrétions salivales et aggraver les lésions bucco-dentales pré-existantes.
 
LE SYNDROME DE LA BOUCHE SECHE
Si l'on vous dit "xérostomie" ou "aptyalisme", cela n'éveille rien en vous. Il s'agit pourtant du phénomène bien connu de la "bouche sèche". Cette impression de "palais en carton" est souvent accompagnée de picotements gingivaux, palatins ou pharyngés, voire de maux encore plus barbares (comme la glossodynie, une douleur de la langue). La sensation de bouche sèche, dont se plaint trés souvent le sportif, peut perturber son psychisme et son comportement.

Respirer par la bouche, fumer, être anxieux (l'anxiété provoque la bouche sèche chez tout le monde, y compris les non-sportifs) sont autant de facteurs qui semblent contribuer à cette sensation. Sans compter certains médicaments (psychotropes, tranquillisants, anti-inflammatoires, diurétiques, anorexiques) et produits dopants (amphétamines...). Il est évident que la déperdition du corps en eau non compensée diminue également la salive.
 
SPORTIFS A L'ETUDE
Une étude a été réalisée par messieurs Raynaldy, Boyer et Lamendin sur 100 sportifs de haut niveau et 100 sportifs dits "de base". Tous étaient de sexe masculin et l'âge moyen était de 20 à 31 ans pour le premier groupe et de 20 à 22 ans pour le second.

- l'hygiène dentaire inexistante (pas de brossage de dents) ou minimale (un seul brossage par jour) est identique dans les deux groupes : 43 sur 100 pour le haut niveau, 42 pour la base. Mais sept athlètes de haut niveau déclarent ne pas se brosser les dents du tout, alors que tous les sportifs de base se les brossent au moins une fois par jour.

- en matière de sensation de "bouche sèche", les sportifs de haut niveau sont 12% plus nombreux à s'en plaindre. Dans les deux groupes, les sports collectifs sont plus concernés que les sports individuels, mais davantage chez les "haut niveau" (25 contre 7) que chez les sportifs de "base" (12 contre 8).
 
L'EFFET MEXICO
Si Bob Beamon a fait sauter les données du saut en longueur aux Jeux de Mexico, en 1968, l'altitude a aussi eu une drôle de conséquence... en faisant sauter les dents des athlètes. Tous les dentistes ne sont pas convaincus par l'explication du phénomène, mais un chiffre laisse rêveur : environ 600 extractions dentaires auraient été effectuées durant les Jeux.

Vous avez dit "dentesque"...? Il semble que l'influence de l'état des dents sur l'état général de l'individu est mieux connue depuis ces Jeux. Sous l'effet de l'altitude, de nombreux problémes bucco-dentaires se sont "décompensés". C'est souvent le cas également lors de la pratique de la plongée sous-marine ou lors de longs voyages en avion. Mais mieux vaut s'occuper de ses dents avant de partir pour un long déplacement.
 
Propos recueillis par Geoffroy DEFFRENNES


Autres Articles

INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS