MES ACCÈS
Trouver un club près de chez vous
Derniers
clichés
Espaces
FFA
STRUCTURES
CLUBS
l'actu des espaces | infos
JO 2012 - C'était il y a... : Robert Korzeniowski, le marcheur volant
Commentez cette actualité
JO 2012 - C'était il y a... : Robert Korzeniowski, le marcheur volant

Chaque jour, retrouvez ici une présentation d’un ou une athlète ayant marqué une édition des Jeux olympiques de son empreinte. Records du monde, collections de médailles et exploits de légende seront au menu cette rubrique.

La marche est une discipline atypique de l'athlétisme, qui ne ressemble à aucune autre et Robert Korzeniowski est sans doute celui qui l'a le mieux maitrisée. Arrivé à la course à pied après que les autorités polonaises ont fermé le cours de judo où il a débuté son parcours sportif pour des raisons politiques, Korzeniowski se qualifie pour les championnats nationaux dès sa première course de marche en 1984. En 1985, il revient aux championnats de Pologne et s'y impose pour la première fois d'une longue série. S'ensuit une progression constante qui l'emmène jusqu'aux Jeux olympiques de Barcelone. Hélas, il est disqualifié du 50 km en Catalogne pour trois fautes, alors qu'il était en deuxième position à quelques encablures de l'entrée dans le stade olympique. Il connaît la même issue malheureuse aux championnats du Monde de Stuttgart l'année suivante. Robert se remet alors en question, et change son mode de fonctionnement en même temps qu'il s'installe du côté de Tourcoing dans le nord de la France. Jusque là désordonné à l'entraînement, il devient progressivement plus professionnel, apprend la patience et perfectionne sa technique.

Cette évolution porte ses premiers fruits lors des mondiaux de Göteborg, où le marcheur polonais prend la médaille de bronze sur 50 kilomètres. Le déclic est arrivé, et la domination outrageuse de Korzeniowki peut commencer. Aux Jeux d'Atlanta, il prend sa revanche en remportant la course après avoir porté son attaque à un peu moins de dix kilomètres de l'arrivée. Il confirme en devenant champion du Monde en 1997 et champion d'Europe en 1998.

Les Jeux de Sydney sont son chef d'oeuvre. A 32 ans, il a atteint sa pleine maturité, et sa technique lui assure une certaine sérénité face aux juges. Doté d'une bonne vitesse de base, inhabituelle pour un spécialiste du 50 km, il se met en tête de rivaliser avec les meilleurs sur 20 km. Il avait déjà fait ses armes sur la distance à Atlanta, où il avait pris la huitième place quelques jours avant son premier sacre. En Australie, il commence par une lutte acharnée avec deux Mexicains sur le 20 km marche. La dramaturgie s'en mêle, et Segura, qui a récolté trois cartons de la part des juges, entre dans le stade sans en être informé, et remporte la course avec une poignée de secondes d'avance sur le Polonais. Il est finalement déclaré hors course au moment où il reçoit un appel de félicitations du Président mexicain, quinze minutes après l'arrivée. Après une victoire privée d'émotions, Korzeniowski prend le départ de sa distance fétiche avec l'idée de frapper les esprits. Il doit cependant se méfier de ses adversaires, et attend le 40e kilomètres pour passer à l'offensive. Le Letton Fadejevs, le dernier à s'accrocher à la locomotive de Lubacsow, finit par craquer et termine à une minute du premier homme à doubler 50 km et 20 km à une semaine d'intervalle, mais aussi le premier à conserver son titre sur la plus grande des deux distances.

Korzeniowski continue à écrire sa légende dans les années qui suivent, et remporte deux nouveaux titres mondiaux à Edmonton (2001) et Paris (2003), entrecoupés d'une deuxième couronne européenne à Münich (2002). Invaincu en grand rendez-vous depuis neuf ans, son hégémonie est telle que lorsqu'il se présente au départ de ses quatrièmes Jeux olympiques en 2004, celui qui est déjà le plus grand marcheur de l'histoire a plus à perdre qu'à gagner. Mais Robert tient à finir en beauté et écrase la concurrence sur 50 km. Il bat le record olympique et devance de plus de quatre minutes son dauphin à l'arrivée. A 36 ans, à la tête de quatre titres suprêmes dont trois consécutifs sur la distance supérieure, il se retire de la scène internationale au sommet de son art.

Etienne Nappey pour athle.fr

--------------------

10/08 - C'était il y a... : Le 4x100 m féminin, l’épreuve des légendes
09/08 - C'était il y a... : Jonathan Edwards, la grâce et la gloire
08/08 - C'était il y a... : Jackie Joyner-Kersee, polyvalente dans l’excellence
07/08 - C'était il y a... : Al Oerter, la bête de concours
06/08 - C'était il y a... : Kevin Young survole le monde
05/08 - C'était il y a... : Jesse Owens, symbole malgré lui
04/08 - C'était il y a... : Carl Lewis au firmament
03/08 - C'était il y a... : Raymond Ewry voit triple

 

RB
Admin Athle.fr
les réactions
Commentez cette actualité
Pour commenter une actualité il faut posséder un compte sur le site FFA, utilisez la rubrique ci-dessous pour vous identifier ou vous créer un compte.
Login (Email) : 
Mot de Passe : |
mot de passe oublié ?
dans la même rubrique
28/06 > (1)
28/06 > (1)
29/05 >  
17/05 >  
01/05 >  
24/03 >  
21/03 >  
14/03 > (1)
20/02 >  
16/02 > (3)
le reste de l'actualité
17/07 >  
16/07 >  
15/07 > (3)
12/07 >  
12/07 >  
12/07 > (1)
12/07 >  
11/07 > (1)
10/07 >  
09/07 > (1)
09/07 >  
09/07 > (10)
08/07 >  
07/07 >  
07/07 > (9)
07/07 >  
07/07 >  
06/07 >  
05/07 >  
05/07 > (4)
04/07 >  
01/07 > (3)
30/06 > (1)
30/06 > (4)
29/06 >  
rechercher
Fil
Info
12345
Plateforme
Enterprise
boutique
FFA
INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS