MON ACCÈS
Trouver un club près de chez vous
Les
Vidéos
Derniers
clichés
Espaces
FFA
STRUCTURES
CLUBS
l'actu des espaces | infos
Kevin Mayer : « Mes échecs m’ont servi à quelque chose »
Commentez cette actualité
Kevin Mayer : « Mes échecs m’ont servi à quelque chose »

Le décathlonien Kevin Mayer a tout raflé chez les jeunes avant de connaître ses premiers coups d’arrêt en sénior l’année dernière. Pas de quoi le décourager ! Il vient de remporter, à tout juste 21 ans, sa première médaille d’argent européenne chez les grands en explosant le record de France Espoirs de l’heptathlon de 300 points (6297 points). Et cela ne fait que commencer…

Athle.fr : Vous étiez très attendu l’année dernière pour votre entrée chez les seniors après vos titres mondiaux et européens chez les jeunes. Mais vous êtes passé à côté des Europe d’Helsinki, puis êtes resté un peu en retrait lors des Jeux de Londres. Cette médaille d’argent à Göteborg sonne un peu comme une revanche, non ?
Kevin Mayer : Oui, un peu. J’ai surtout enfin réussi à m’affirmer. Je savais que cela arriverait un jour ou l’autre.  Aujourd’hui, je suis content d’avoir réussi à montrer que je pouvais faire quelque chose chez les grands malgré mon peu d’expérience. J’ai aussi montré que mes échecs de l’année dernière m’avaient servi à quelque chose…

La saison 2012 avait été si difficile à encaisser ?
Oui. Cela a été très dur, tant physiquement que mentalement. J’étais frustré de ne pas avoir pu réussir à terminer normalement un décathlon chez les seniors après ma performance de Bruxelles (où il réalise 8415 points). J’avais mordu tous mes sauts à la longueur à Helsinki et, aux Jeux olympiques, j’avais fait de la m… sur les haies ! C’était frustrant de ne pas avoir pu montrer ce que je pouvais faire alors que je pense avoir les capacités de réaliser de belles choses en grands championnats. J’ai ensuite eu beaucoup de mal à vouloir reprendre la compétition… Sans compter que j’ai eu pas mal de pépins physiques (suite à une blessure au dos lors de la soirée d’inauguration de la salle Stéphane Diagana à Lyon, en octobre) deux mois avant les Europe. Cela a été très difficile de se remettre dedans, de vouloir refaire des médailles et de redevenir un compétiteur. Mais, c’est peut-être ce qui m’a permis de me dépasser à Göteborg avec seulement deux mois et demi de préparation.

Vous avez justement battu ou égalé six records personnels sur sept épreuves pour exploser le record de France Espoirs de 300 points. Vous attendiez-vous à une telle performance ?
Honnêtement, pas du tout. Je pensais pouvoir faire dans les 6100 points. Je savais que c’était possible et, qu’avec, il y aurait la médaille au bout. Mais faire un total aussi énorme… non. Je n’imaginais pas réussir à me mettre autant dedans pour battre tous mes records. J’ai pris du plaisir et j’ai surtout retrouvé les sensations que j’avais chez les jeunes, avec cet esprit de compétiteur et cette concentration qui me permettent de réussir à optimiser toutes mes performances.

Votre entraîneur Bertrand Valcin confie que cet esprit de compétiteur est l’une de vos plus grandes qualités… Qu’est-ce-qui vous transcende tant en compétition ?
Franchement, je ne sais pas. Mais une semaine avant un championnat, je sens déjà que l’envie monte en moi. Je pense que je dois me mettre dedans mentalement et physiquement bien avant d’y être.

Et avant ce week-end à Göteborg, comment vous sentiez-vous ?
Je n’avais pas repris depuis très longtemps et j’avais du mal à revenir. Je voulais juste y aller en me faisant plaisir et sans me blesser, même si j’avais quand même dans la tête une médaille et l’envie de faire un gros score. En fait, je crois que j’ai abordé cette compétition assez relâché. D’après mes sensations lors des France, je savais que je pouvais réaliser quelque chose, mais ce n’était pas le Kévin Mayer de Bruxelles !

Dans quelles disciplines vous êtes vous finalement le plus surpris lors de ces championnats d’Europe ?
Sur le concours de poids, c’est clair ! Je remporte l’épreuve malgré mon physique et en battant mon record de pratiquement un mètre ! Bien sûr, je savais que cela pouvait exploser d’un moment à l’autre dans cette discipline. Mais honnêtement, je ne m’y attendais pas aussi tôt et de cette manière. Cela a été un moment exceptionnel pour moi…

À quel moment avez-vous senti que le podium allait être accessible ?
Généralement dès que j’arrive sur la piste, je sens que cela va être bien ou pas. Là, je n’ai pas fait un super 60 m mais je bats quand même mon record. Je savais que si je ne mordais pas à la longueur, ce serait bon… Et ça a été le cas. C’est à ce moment, en tous cas, que je me suis dit que ça y est, j’étais vraiment revenu.

Comment vous projetez-vous désormais pour la suite de la saison. Cette médaille décuple-t-elle vos ambitions ?
Mon total à Bruxelles m’avait déjà ouvert pas mal de perspectives que je n’avais pas réussi à confirmer dans la foulée. Je vais donc relativiser. Ce n’est qu’une deuxième place en championnat d’Europe en salle, ce n’est pas un titre européen ou une médaille mondiale en extérieur. Je sais que j’ai beaucoup de potentiel. Je vais donc continuer à m’entraîner afin de bien préparer la saison estivale pour arriver en forme. L’objectif est de garder ce même état d’esprit et d’arriver en compétiteur pour essayer de tout rafler.

Avez-vous un objectif précis en termes de place ou de total de points ?
J’aimerais d’abord faire quelque chose lors des championnats d’Europe Espoirs. C’est la dernière médaille que je pourrai décrocher chez les jeunes et la seule qui me manque. Ce serait bien de terminer en beauté chez les jeunes avant d’essayer d’aller chercher une place de finaliste, dans les cinq premiers, aux championnats du monde de Moscou. Voire, pourquoi pas, un podium. Au décathlon tout est possible. Il y a dix épreuves et cela peut vraiment changer d’une année sur l’autre… En revanche, au niveau des points, je ne connais pas mes limites. L’année dernière, j’avais réalisé 8416 points en faisant un décathlon quasi parfait à Bruxelles. Je sais que je continue à progresser… J’aimerais bien aller jusqu’à 8500 points… Mais si j’arrive déjà à réaliser à nouveau le même score qu’à Bruxelles en grand championnat, ce sera déjà très beau pour moi.

Propos recueillis par Véronique Bury pour athle.fr

Retrouvez la biographie de Kevin en cliquant ici

Retrouvez tous les reportages, interviews et résultats de l’athlétisme en vous abonnant sur ce site à Athlétisme Magazine, le mensuel de référence de l’athlétisme français. Cliquez ici !!

 

RB
Admin Athle.fr
les réactions
Commentez cette actualité
Pour commenter une actualité il faut posséder un compte sur le site FFA, utilisez la rubrique ci-dessous pour vous identifier ou vous créer un compte.
Login (Email) : 
Mot de Passe : |
mot de passe oublié ?
dans la même rubrique
18/04 >  
04/04 >  
02/04 >  
27/03 >  
22/03 >  
20/03 >  
06/02 >  
01/02 > (1)
23/01 >  
12/12 >  
le reste de l'actualité
19/04 >  
19/04 >  
19/04 > (1)
17/04 >  
16/04 >  
15/04 > (2)
15/04 >  
14/04 > (4)
13/04 >  
12/04 > (2)
12/04 >  
11/04 >  
11/04 >  
09/04 >  
08/04 >  
05/04 >  
05/04 > (3)
04/04 >  
01/04 > (1)
01/04 > (2)
30/03 >  
29/03 >  
25/03 > (1)
22/03 >  
20/03 >  
rechercher
Fil
Info
12345
boutique
FFA
INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS