MES ACCÈS
Trouver un club près de chez vous
Derniers
clichés
Espaces
FFA
STRUCTURES
CLUBS
l'actu des espaces | infos
Bertrand Moulinet : « Je n’ai pas assez décompressé après les Jeux »
Commentez cette actualité
Bertrand Moulinet : « Je n’ai pas assez décompressé après les Jeux »

Le finaliste olympique sur 20 km ne sera pas présent dimanche à Saint Renan (Bretagne) aux championnats de France, une course dont le grand favori sera son ami Kevin Campion. Le marcheur de l’Amiens UC, fonctionnaire de police dans la vie, enchaîne en effet les blessures à un rythme infernal depuis les Jeux de Londres. L’illustration de la difficulté de gérer l’après-grand championnat. Malgré une préparation très perturbée, Bertrand Moulinet espère toujours décrocher son billet pour les Mondiaux de Moscou. Rencontre à l’occasion du lancement de la Team Pro Isostar, dont le très discret athlète fait partie.

Athle.fr : Bertrand, comment s’est déroulé l’après-Londres pour vous, après vos deux belles courses sur 20 et 50 km ?
Bertrand Moulinet : Cette fois, et contrairement à Daegu, je n’ai pas assez décompressé. En 2012, j’étais très motivé par les Jeux olympiques. J’ai eu beaucoup de chance d’y être compétitif. J’étais en grande forme mais j’étais toujours fragile. D’ailleurs, je me suis blessé pendant le 50 km marche (12e en 3h45’35’’), avec un épanchement de liquide dans le jambier intérieur gauche, et j’ai continué sur la douleur. L'après-midi, j’ai voulu sortir du village pour voir la course filles. J’ai mis une heure trente pour faire un kilomètre. J’ai boité pendant trois jours, j’ai pris dix jours d’arrêt et on n’a rien vu à l’IRM. J’ai donc repris le footing et le vélo pour ne pas trop perturber mon organisme. J’étais tellement dans l’euphorie des Jeux que j’en avais envie.

Justement, la page olympique a-t-elle été difficile à tourner mentalement ?
Je me refais tous les jours la course du 20 km (8e en 1h20’12’’) dans ma tête. C’est devenu une obsession. J’ai d’énormes regrets. Autant je ne pouvais pas aller plus vite sur 50 km,  autant, avec les sensations que j’ai eues sur 20, j’avais les moyens physiologiques de gagner. Ce jour-là, j’avais l’impression de ne pas respirer. Je me sentais tellement fort. C’était irréel, un état de grâce. Mais j’ai eu un problème musculaire. Ma jambe gauche est plus faible que la droite. Au bout d’un moment, elle s’est bloquée et j’ai été obligé de ralentir. Psychologiquement, je n’étais pas non plus prêt pour ça. Je n’avais jamais été en tête d’un grand championnat. J’ai réagi en inexpérimenté.

A quel moment avez-vous véritablement repris le chemin de l’entraînement après Londres ?
Je suis parti dix jours en Turquie, en septembre, avec ma copine. J’ai fait des footings jusqu’à début octobre. Puis j’ai repris l’entraînement avec des semaines à 140 km début novembre. J’ai tout de suite eu une tendinite à la voûte plantaire. Il a fallu quinze jours pour la traiter. J’ai enchaîné avec une tendinite au genou. Quinze jours d’arrêt à nouveau. J’ai retrouvé l’entraînement en décembre. Mais, vers le 20, je me suis fait une contracture au quadriceps droit. J’ai ensuite attrapé la grippe lors des fêtes de Noël. Après le Nouvel An, j’étais guéri et je suis redevenu super costaud à l’entraînement.

Vous n’en aviez pourtant pas fini avec vos malheurs…
Je suis parti le 9 janvier en stage à Cadix (Espagne) avec l’équipe d’Allemagne. J’ai eu la confirmation que j’avais passé un cap. Mais je me suis fait une contracture au bout de quatre jours. J’ai réussi à continuer de m’entraîner cinq semaines dessus, en serrant les dents. A la fin du stage, j’ai même fait 41 km sur les bases de mon record sans m’en rendre compte. A mon retour en France, je suis remonté à Font-Romeu. Et lors d’une séance de fractionné, j’ai ressenti à nouveau une contracture très douloureuse à l’ischio gauche. Je suis allé passer des examens à Toulouse le 9 février. Le médecin a diagnostiqué une déchirure de douze centimètres à l’ischio. J’ai pris un gros coup derrière la tête.

Vous êtes-vous enfin reposé ?
La règle, pour ce genre de blessures, est d’une semaine d’arrêt par centimètre de déchirure. Je n’ai fait que du vélo pendant trois semaines. Le soir du 17 mars, lors du week-end des 20 km de Lugano, je ne sentais plus rien à la cuisse. Après une échographie de contrôle, le médecin  m’a dit que ça avait cicatrisé. J’ai pu reprendre le lendemain, en y allant très progressivement. La semaine dernière, j’ai fait 200 km avec beaucoup de fractionné. J’avais retrouvé mes meilleures jambes. Mais je me suis pété à nouveau hier à l’ischio gauche. Je repasse une IRM demain…

Comment expliquer une telle cascade de blessures ?
Je n’ai pas assez décompressé après les Jeux olympiques. J’ai sous-évalué la fatigue physique liée à l’enchaînement de deux courses en une semaine.

Qu’est-ce qui a changé pour vous concrètement depuis Londres ?
Je n’ai plus d’entraîneur. J’ai quitté Gérard (Lelièvre). Je n’ai rien à lui reprocher. Au contraire, je le remercie. C’est lui qui m’a appris toutes les bases pour atteindre le niveau mondial. Mais j’avais besoin de changer. Ça me trottait dans la tête. Je fais toujours confiance à mon instinct. Au final, j’applique les mêmes méthodes qu’avant, sauf que c’est moi qui les adapte. Le coach de l’équipe allemande, Ronald Weigel, un ancien marcheur (champion du monde 1987 et double-médaillé d'argent olympique), me conseille par ailleurs et me donne des pistes. Je tente aussi des choses, comme des sorties plus longues qu’avant. Après les Mondiaux de Moscou, je prendrai une décision pour savoir si je me fais accompagner par un nouveau coach.

Votre vie quotidienne est-elle toujours la même ?
Mes résultats n’ont rien changé concrètement. Mon employeur a même réduit mon temps de détachement professionnel. S’il y a eu une modification, c’est au niveau de la tête. Les JO m’ont confirmé que j’avais les moyens de lutter avec les meilleurs mondiaux à court terme. J’ai été finaliste aux Jeux à vingt-cinq ans. Il faut viser plus haut pour 2016, comme une médaille.

Propos recueillis par Florian Gaudin-Winer pour athle.fr

Retrouvez la biographie de Bertrand en cliquant ici

Retrouvez tous les reportages, interviews et résultats de l’athlétisme en vous abonnant sur ce site à Athlétisme Magazine, le mensuel de référence de l’athlétisme français. Cliquez ici !!

 

RB
Admin Athle.fr
les réactions
Commentez cette actualité
Pour commenter une actualité il faut posséder un compte sur le site FFA, utilisez la rubrique ci-dessous pour vous identifier ou vous créer un compte.
Login (Email) : 
Mot de Passe : |
mot de passe oublié ?
dans la même rubrique
18/05 >  
13/05 >  
29/04 >  
20/04 >  
06/04 >  
30/03 >  
26/03 > (5)
16/03 > (1)
28/01 > (1)
21/01 >  
le reste de l'actualité
11/06 >  
11/06 >  
09/06 >  
09/06 > (1)
09/06 > (1)
08/06 > (1)
08/06 >  
07/06 > (1)
06/06 >  
04/06 > (1)
04/06 >  
03/06 > (1)
01/06 > (1)
01/06 > (1)
31/05 >  
30/05 >  
29/05 >  
28/05 >  
28/05 >  
27/05 >  
25/05 > (1)
25/05 >  
20/05 >  
20/05 >  
20/05 > (2)
rechercher
Fil
Info
12345
Défi
Perf
Les
Sondages
Athlète du mois - Mai 2021
Athlète du mois - Mai 2021Elisez l'athlète du mois de mai 2021
Quentin Bigot
Gabriel Bordier
Rouguy Diallo
Mouhamadou Fall
Thomas Jordier
Alexis Phelut
Alexandra Tavernier
Teuraiterai Tupaia
Gros
Plans
Inscrivez-vous et abonnez-vous gratuitement sur la plateforme de formation pour tous les licenciés FFA en CLIQUANT ICI. Puis sur la plateforme accédez aux différents contenus en cliquant sur « JE M’ABONNE ». En cas de souci d’abonnement, cliquez sur le lien ci-dessus, puis allez dans la rubrique « CONTACT ». Les domaines (Direction, Jury, Encadrement sportif, et Organisation d’événements) ont leurs propres contenus.
boutique
FFA
INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS