MON ACCÈS
Trouver un club près de chez vous
Les
Vidéos
Derniers
clichés
Espaces
FFA
STRUCTURES
CLUBS
l'actu des espaces | infos
Pierre-Ambroise Bosse : « Une finale mondiale, ça me mettrait dans des états… »
Commentez cette actualité
Pierre-Ambroise Bosse : « Une finale mondiale, ça me mettrait dans des états… »

Comme depuis le début de sa carrière, Pierre-Ambroise Bosse n’a guère perdu de temps à l’orée de la saison estivale. Le médaillé de bronze sur 800 m des championnats d’Europe 2012 s’est fendu, pour sa course de rentrée, d’un record personnel en 1’44’’77, minima pour les Mondiaux de Moscou (10-18 août) à la clé. A Doha, le 10 mai dernier, il a fini dans les pas du recordman du monde David Rudisha pour prendre la 4e place d’une course estampillée Diamond League. Un beau cadeau pour ses 21 ans, qu’il fêtait le lendemain. Et le Girondin de Gujan n’imagine pas s’arrêter en si bon chemin. Il évoque ses ambitions, ses espoirs, et ses certitudes de plus en plus solides.

Athle.fr : Avant la course de Doha, vous espériez réaliser les minima pour les Mondiaux de Moscou (1’44’’92). Vous vous attendiez à le faire aussi nettement ?
Pierre-Ambroise Bosse : Non, pas vraiment ! J’avais fait de meilleures séances spé que l’an dernier, et je savais que j’étais au moins au même niveau. Je pensais être aux alentours de mon record (ndlr : 1’44’’97), mais pas du tout en dessous d’1’44’’80…

A priori, la course était parfaite…
Ah, ça, ce fut vraiment la course idéale. On a vite vu que Rudisha (ndlr : vainqueur en 1’43’’87) ne suivait pas le lièvre. Ça nous a bien aidés. Je suis passé en 50’’5 au 400 m, c’est bien, ce sont mes allures. Et jusqu’aux 600 m, j’étais vraiment très bien, relâché, alors que ce n’est pas le cas d’habitude sur les courses de rentrée. Mais après, je me crispe. C’est sur ce genre d’erreur que je peux progresser sur ma deuxième course car à Doha, je n’ai pas eu de problème, personne qui m’ait gêné pour expliquer ça. En plus, tactiquement, en prenant le couloir 1, j’avais bien couru. Ce qui est plutôt étonnant venant de moi (rires) !

Une telle performance, à la lutte avec quelques-uns des meilleurs mondiaux, cela ouvre des perspectives…
Ça, il faut le demander aux managers et aux organisateurs de meetings ! J’étais sur liste d’attente à Rome, mais j’espère qu’une 4e place en Diamond League ouvre des portes.

Cela peut aussi ouvrir des portes au niveau de la confiance et des ambitions…
C’est sûr que j’ai énormément gagné en confiance. C’est la meilleure rentrée que je pouvais faire. Que je puisse me confronter à des gars comme Osagie et Rimmer, et les battre, c’est bien.

Cela vous conforte dans vos objectifs de la saison ?
Il y a les Europe espoirs, que j’aimerais beaucoup gagner, mais mon objectif principal sera d’accrocher une finale mondiale à Moscou. Pour cela, il faudra que je progresse encore, que je descende à 1’44’’5, voire 1’43’’9. Si j’y parviens, l’objectif d’une finale mondiale sera envisageable.

Certains athlètes recherchent un gros chrono, vous visez surtout une place parmi les meilleurs…
Parce que je suis un vrai compétiteur. Une finale mondiale me mettrait dans des états que je n’ai encore jamais connus ! Je préfère largement un tel résultat avec un 1’44’’20 à la fin de la saison qu’une demi-finale et un chrono sous les 1’44.

Les temps que vous envisagez sont encore nettement en-dessous de votre performance de Doha, mais vous semblez confiant…
J’espère vraiment être dans ces eaux-là en juillet. Et sur ce plan, j’ai une confiance aveugle en mon coach (ndlr : Bruno Gajer). Je sais que les chronos vont descendre progressivement, crescendo, que ce que j’ai fait à Doha ne sera pas ma meilleure perf de la saison. Après, pour réaliser une performance de pointe, il faudra vraiment beaucoup souffrir le jour de la course…

A l’entraînement, aussi ?
J’ai déjà effectué cette année des séances beaucoup plus dures que l’année dernière. Là, le gros de l’entraînement est fait, à mon sens. Et puis, les séances spé ne me font pas peur, elles me font même plutôt marrer. Maintenant, on va juste attaquer les finitions, mettre un peu d’huile dans tout ça, et multiplier les courses.

Même si vous accordez moins d’importance au chrono, il y a un record de France espoirs du 800 m, les 1’44’’63 de Florent Lacasse en 2003, qui est à votre portée…
Il y a deux records de France espoirs que je voudrais battre : celui du 800 et celui du 1000 m, de Mehdi (ndlr : Baala, 2’15’45 en 2000). Celui du 1000 m sera vraiment très dur. J’espère que celui du 800 m sera davantage une étape.

Le fait de ne pas courir en hiver vous réussit plutôt bien…
Bizarrement, j’adore ça. Je bouillonne pendant longtemps, et le fait de ne pas courir pendant longtemps m’aide à en vouloir encore plus quand je reprends. Et puis, j’ai des douleurs au pied, je ne tiendrais pas une longue carrière si je faisais de la salle…

Propos recueillis par Cyril Pocréaux pour athle.fr

Retrouvez la biographie de Pierre-Ambroise en cliquant ici

Retrouvez tous les reportages, interviews et résultats de l’athlétisme en vous abonnant sur ce site à Athlétisme Magazine, le mensuel de référence de l’athlétisme français. Cliquez ici !!

 

RB
Admin Athle.fr
les réactions
Commentez cette actualité
Pour commenter une actualité il faut posséder un compte sur le site FFA, utilisez la rubrique ci-dessous pour vous identifier ou vous créer un compte.
Login (Email) : 
Mot de Passe : |
mot de passe oublié ?
dans la même rubrique
18/04 >  
04/04 >  
02/04 >  
27/03 >  
22/03 >  
20/03 >  
06/02 >  
01/02 > (1)
23/01 >  
12/12 >  
le reste de l'actualité
19/04 > (3)
19/04 >  
19/04 > (1)
17/04 >  
16/04 >  
15/04 > (2)
15/04 >  
14/04 > (4)
13/04 >  
12/04 > (2)
12/04 >  
11/04 >  
11/04 >  
09/04 >  
08/04 >  
05/04 >  
05/04 > (3)
04/04 >  
01/04 > (1)
01/04 > (2)
30/03 >  
29/03 >  
25/03 > (1)
22/03 >  
20/03 >  
rechercher
Fil
Info
12345
boutique
FFA
INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS