MES ACCÈS
Trouver un club près de chez vous
Derniers
clichés
Espaces
FFA
STRUCTURES
CLUBS
l'actu des espaces | infos
Meeting AREVA : Mekhissi, le pari réussi
Commentez cette actualité
Meeting AREVA : Mekhissi, le pari réussi

Superbe meeting Diamond League pour l’athlétisme français, lors d’une soirée marquée par le record d’Europe de Mahiedine Mekhissi-Benabbad en 8’00’’09. Si Renaud Lavillenie (5,92 m à la perche) a été le seul Tricolore à s’imposer dans un Stade de France bien rempli, pas moins de six nouveaux Bleus ont réalisé les minima pour les championnats du Monde de Moscou et Pascal Martinot-Lagarde a claqué un impressionnant 13’’12 sur les haies hautes.

Il le clamait haut et fort depuis plusieurs jours : il voulait battre au Stade de France, une enceinte qui lui a si souvent réussi, le record d’Europe de son compatriote Bouabdellah Tahri (8’01’’18). Mahiedine Mekhissi-Benabbad a tenu parole.  Après un passage en 5’21’’ au 2000 m steeple, quasiment dans les temps demandés, le Français s’est expliqué dans le dernier kilomètre face à Ezekiel Kemboi, celui qu’il appelle son « meilleur ami et meilleur ennemi sur la piste ». Le Kényan était trop fort et l’a emporté en 7’59’’03. Mais le Rémois a serré les dents, malgré la fatigue d’une troisième course en l’espace d’une semaine. Résultat : un chrono de 8’00’’09, tout près de la barrière mythique des huit minutes, qu’il aurait tant aimé faire également tomber. Dans cette même course, Nouredine Smail (8’15’’89), pourtant peu habitué à cette distance, réalise avec la manière les minima pour les Mondiaux de Moscou.

Un seul Tricolore s’est imposé à Saint-Denis, lors d’un meeting qui s’est déroulé dans des conditions idéales, avec le retour de la chaleur et un vent souvent aux abonnés absents. Dans un concours marqué par la retraite sportive de Romain Mesnil, qui s’est arrêté sur un saut à 5,30 m et trois sauts périlleux, Renaud Lavillenie a fait honneur à son statut de favori. Deux jours après son zéro au meeting de Lausanne, le perchiste clermontois a effacé une barre à 5,92 m, soit un centimètre de plus que le record du stade qu’il détenait déjà. De quoi enflammer le public dionysien, composé d’un peu plus de 50 000 spectateurs, une vraie réussite populaire.

Les Martinot-Lagarde impressionnent
Les Français se sont visiblement sentis pousser des ailes à domicile. En plus des deux incontestables leaders cités plus haut, ils ont été plusieurs à réaliser des performances de haut vol. Le plus impressionnant a peut-être été Pascal Martinot-Lagarde. Dans un 110 m haies digne d’une finale de grand championnat, le médaillé européen et mondial en salle a explosé de dix-neuf centièmes son record personnel pour prendre la deuxième place en 13’’12 (vent nul), derrière Aries Merritt (13’’09). Il fait désormais partie des ténors mondiaux des haies hautes et devient le deuxième performeur français de l’histoire sur la distance, derrière Ladji Doucouré. Progression impressionnante également pour son frère, Thomas, qui a fait un grand pas vers Moscou en 13’’26.

Les milers tricolores ont aussi fait les yeux doux à la Russie. Ils ont été trois à descendre sous le chrono requis pour espérer participer au grand rendez-vous de l’été. A commencer par l’épatant Florian Carvalho, en course pour la gagne jusqu’à la dernière ligne droite, avant de coincer quelque peu. En 3’33’’47, il termine septième juste devant Bouabdellah Tahri (3’33’’89) et Simon Denissel (3’34’’54). Dernier grand heureux du jour côté Français : Jimmy Vicaut. En 20’’30 sur 200 m, le Parisien a largement rempli son contrat et prouvé qu’il faudrait, dorénavant, compter aussi sur lui sur cette distance. Légère déception pour Christophe Lemaitre, qui a dû se contenter, après un virage délicat, de la troisième place en 20’’07 (+0,2m/s), à distance des Jamaïcains Usain Bolt (19’’73) et Warren Weir (19’’92).

Justine Fedronic (2’00’’97) sur 800 m et Sophie Duarte sur 5000 m (15’14’’57), si elles n’ont pas réalisé les minima pour les championnats de Monde, ont su profiter du rythme des leaders de leur épreuve pour améliorer leur record personnel. Meilleur temps de sa carrière, également, pour Mame-Ibra Anne sur 400 m en 45’’73. Une performance réalisée, pour son plus grand bonheur, sous les yeux de sa maman. Le spécialiste du tour de piste n’oubliera pas de sitôt cette soirée. On jurerait que ce n’est pas le seul…

Au Stade de France, Florian Gaudin-Winer pour athle.fr 

Ils ont dit :

Mahiedine Mekhissi-Benabbad, 2e du 3000 m steeple en 8’00’’09 (record d’Europe) : « Le record d’Europe était mon objectif, je suis donc très content. Mais je voulais aussi gagner. Je suis passé près. Je me suis mis à découvert pour aller chercher le record, Ezekiel en a profité, mais il m’a aussi aisé pour le record. Je voulais aussi casser la barrière des huit minutes, ce sera pour la prochaine fois. Je vais maintenant retourner en altitude pour m’entraîner avant Moscou. »

Renaud Lavillenie, 1er du saut à la perche avec 5,92 m : « La soirée a été parfaite. Je gagne, je bats le record du meeting et je reprends la tête de la Ligue de Diamant. Après mon zéro à Lausanne, j’avais besoin de cela pour me remettre sur les rails avant les Mondiaux. Pour la deuxième fois en dix ans, les conditions météo étaient parfaites. Je voulais en profiter. La soirée a été super, j’ai pris beaucoup de plaisir. »

Pascal Martinot-Lagarde, 2e du 110 m haies en 13’’12 (0.0 m/s) : « Sur la ligne d’arrivée, j’ai su que j’avais accroché les meilleurs. C’est le Stade de France qui m’a donné des ailes. C’est un immense cap que je viens de passer. Et en plus, il y aura deux Martinot-Lagarde aux Mondiaux car mon frère, Thomas, a fait les minima ce soir. J’ai appris que je venais de faire le deuxième temps français de l’histoire. Maintenant, je suis obligé d’effacer ce que j’ai fait car je n’ai que 21 ans et il faut continuer à aller de l’avant. »

Christophe Lemaitre, 3e du 200 m en 20’’07 (-0.2 m/s) : « J’ai un goût amer, un sentiment d’inachevé. Je voulais profiter de cette course rapide pour faire un gros chrono avant les Mondiaux. Mais j’en suis loin. Je sors du virage trop en retard pour espérer revenir. C’est un problème purement technique, mais je vais devoir le corriger si je veux espérer me rapprocher. C’est une déception, alors que l’occasion était belle. »

Jimmy Vicaut, 6e du 200 m en 20’’30 (-0.2 m/s) : « Je suis très content d’avoir fait les minima pour les Mondiaux. J’ai réussi ! C’est bizarre de rester à côté des meilleurs. Bolt est vraiment impressionnant. J’ai l’habitude de courir avec Christophe, mais pas avec Bolt. Il sert de locomotive pendant la course. J’ai encore beaucoup de travail à faire avant Moscou mais je pense que je peux encore progresser. »

Phara Anacharsis, 7e du 400 m haies en 56’’55 : « Je n’ai pas respecté le schéma de course demandé par mon entraîneur. Il voulait que je change de jambe à la huitième et je l’ai fait à la septième. J’ai une douleur à l’ischio qui m’a empêché de relancer sur la fin. J’aurais pu faire mieux, c’est dommage. »

Myriam Soumaré, 9e du 100 m en 11’’32 (-0.2 m/s) : « Avec ces conditions et le niveau de la course, l’occasion était belle de réussir un gros chrono. Je n’en ai pas profité. Je suis déçue. 11’’32, c’est mon meilleur temps de la saison, mais j’espérais mieux. J’ai commis une faute technique aux 50 m. Et j’ai manqué de fraicheur sur la fin. Je n’ai pas pu m’entraîner la semaine dernière à cause d’une douleur au tendon d’achille. Je l’ai payé sur la fin de course. »

Mame-Ibra Anne,  8e du 400 m en 45’’73 : « C’est une grande joie. La course est passée tellement vite. Je suis vraiment super content. Ma maman était  dans le stade. J’espère qu’avoir réussi à battre mon record sous ses yeux, c’est un beau cadeau. Je ne me suis pas posé de questions. Je n’avais pas de pression. La semaine dernière, je suis passé pour la première fois sous les 46’’. Si je respecte les consignes de mon coach lors des championnats de France, je pense que je peux encore bien descendre mon chrono. »

Romain Mesnil, 11e du saut à la perche avec 5,30 m : « Je suis content et, en même temps, j’éprouve un grand soulagement. Je pars au bon moment. A 5,45 m, j’ai réalisé que je n’avais plus ce qu’il faut pour mettre les choses en ordre et franchir la barre. Il était donc temps d’arrêter. Ma femme est venue avec moi, je sais qu’elle avait peur que je fasse un zéro. Je vais maintenant travailler comme ingénieur à Bordeaux. Mais je reste impliqué dans l’athlétisme, via mon club et par le biais d’une association. »

 

PG
Administrateur
les réactions
Commentez cette actualité
Pour commenter une actualité il faut posséder un compte sur le site FFA, utilisez la rubrique ci-dessous pour vous identifier ou vous créer un compte.
Login (Email) : 
Mot de Passe : |
mot de passe oublié ?
dans la même rubrique
20/06 > (2)
19/06 >  
19/06 >  
18/06 >  
18/06 >  
18/06 > (4)
17/06 >  
17/06 > (1)
16/06 >  
16/06 >  
le reste de l'actualité
28/06 > (4)
27/06 >  
26/06 > (3)
25/06 > (2)
24/06 >  
24/06 >  
24/06 > (2)
24/06 >  
24/06 >  
23/06 > (2)
23/06 >  
23/06 > (5)
23/06 >  
21/06 > (4)
20/06 > (4)
20/06 >  
17/06 >  
17/06 >  
17/06 >  
16/06 >  
16/06 >  
15/06 >  
15/06 >  
15/06 >  
14/06 > (1)
rechercher
Fil
Info
12345
Défi
Perf
boutique
FFA
INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS