MES ACCÈS
Trouver un club près de chez vous
Derniers
clichés
Les
Vidéos
Espaces
FFA
STRUCTURES
CLUBS
l'actu des espaces | infos
Simon Krauss : « J’ai changé de mentalité »
Commentez cette actualité(1)
Simon Krauss : « J’ai changé de mentalité »

Seizième meilleur Français sur les obstacles il y a encore un an, Simon Krauss est devenu l’été dernier, à Tampere, champion d’Europe espoirs du 110 m haies. En douze mois, l’Orléanais de vingt-et-un an a fait passer son record personnel de 13’’97 à 13’’55. Une progression due, en partie, à l’augmentation de sa charge d’entraînement. Après plusieurs années au pôle espoirs de la ligue du Centre, Simon, étudiant en première année de DUT technique de commercialisation, a en effet rejoint, depuis un peu plus d’un an, l’Insep et le groupe d’Olivier Vallaeys. Juste après sa séance, il a répondu, mardi soir, aux questions d’athle.fr. Découverte d’un athlète à la tête bien faite.

Athle.fr : Simon, vous avez gagné près d’une demi-seconde en un an sur 110 m haies. Une progression impressionnante. A quoi l’attribuez-vous ?
Simon Krauss : Je suis entré à l’Insep en septembre 2012, au sein du groupe d’Olivier Vallaeys. J’ai doublé mon nombre d’entraînements, en passant de quatre à huit séances hebdomadaires. Par ailleurs, fin 2011, j’ai été victime d’une déchirure à l’ischio-jambier et j’ai eu beaucoup de mal à revenir l’été suivant. C’est pour cela que le chrono s’est arrêté à 13’’97 pour moi en 2012, alors que je valais déjà bien mieux.

Avant l’Insep, vous étiez membre du pôle espoirs de la ligue du Centre, à Orléans. Qu’est-ce qui vous a poussé à rejoindre la capitale ?
Mon entraîneur, Patrick Treuvelot, a décidé d’arrêter d’entraîner. Il m’a dit : « Prend ton envol et découvre autre chose ». A la base, je pensais rester encore un an à Orléans. J’ai fait une demande pour entrer à l’Insep et j’ai eu le grand bonheur d’être accepté.

Comment vous êtes-vous adapté à ce nouvel environnement ?
L’Insep, c’est un petit monde à l’intérieur de la France. Tout est fait pour la réussite de l’athlète. Mais on doit aussi se débrouiller seul. On apprend à être autonome et ça permet de gagner en maturité. Côté piste, j’ai eu la chance de tomber sur Olivier Vallaeys, qui a su me prendre sous son aile pour me faire évoluer, sans me dégoûter de l’entraînement. Il y est allé étape par étape, et pas comme un  bourrin. J’avais déjà de bonnes bases en arrivant à Paris. Ce que j’ai fait depuis un an m’a permis de les consolider.

Il y a de la concurrence au sein de votre groupe…
Nous avons été cinq athlètes à intégrer le groupe d’Olivier l’an dernier. Il s’est adapté à nous. D’ailleurs, nous, les nouveaux (Stella Akakpo, Cherif Banda, Nicolas Borome et Aurel Manga), nous avons tous battu notre record personnel. Et quand on arrive dans un groupe où quatre des athlètes font partie des huit meilleurs espoirs français sur 110 m haies, tout le monde est poussé vers le haut.

Dimitri Bascou était le hurdleur le plus expérimenté du groupe la saison dernière, avant son départ. Vous sentez-vous désormais dans la peau d’un leader ?
Dimitri m’a beaucoup aidé. Il a été super sympa avec moi. On a tout de suite bien accroché. Il me donnait régulièrement des astuces lors des entraînements. Notre « grand frère » est parti, comme on dit dans le langage des jeunes. Le fait qu’il ne soit plus là va peut-être changer la donne. Beaucoup de gens utilisent l’expression de leader, que je n’aime pas. J’ai le même âge que les autres athlètes du groupe et j’ai autant de progrès à faire qu’eux. J’ai juste eu le déclic cette saison. Cette année, ce sera peut-être à leur tour.

Vous parlez de déclic. Comme on vous le faisait remarquer au début de l’entretien, vous avez explosé votre record personnel et, en plus, vous êtes devenu champion d’Europe espoirs cet été…
J’ai encore beaucoup de mal à me dire que j’ai décroché ce titre. Le déclic, je crois que je l’ai eu lors des championnats de France espoirs en salle sur 60 m haies l’hiver dernier, où j’ai couru en 7’’74. Jusque-là, j’avais beaucoup de mal à m’adapter. Mais à partir de ce moment, j’ai changé de mentalité avec la volonté de progresser dans tous les secteurs. L’été, mon chrono de 13’’41, même avec du vent trop favorable, m’a ouvert des portes dans ma tête. Je me suis dit que je n’allais plus seulement aux championnats d’Europe espoirs mais que je voulais monter sur le podium à Tampere. Mais franchement, dans ma tête, j’aurais un peu rigolé si on m’avait dit, en début de saison, que je décrocherais ce titre. Je me sentais capable de descendre sous les 13’’70. Mais de là à courir en 13’’55, lors d’une finale de grand championnat…

Que représente pour vous cette première victoire au niveau international ?
Je ne vais pas mentir. Beaucoup de gens disaient : Krauss craque l’été, il ne tient pas la distance. Il y a une forme de revanche à travers ce titre. Cela montre à certaines personnes qu’il faut parfois du temps mais que chacun arrive un jour à maturité. J’ai prouvé que je faisais partie des meilleurs espoirs du continent, alors que je n’étais pas arrivé en favori. Je ne serai plus le « petit » Simon Krauss de la salle. Cependant, je relativise un peu. Les espoirs, ça n’existe qu’au niveau européen. Pour moi, ça a moins de valeur qu’un titre aux championnats d’Europe juniors. Cette victoire est juste une étape, un palier pour parvenir ensuite à rivaliser avec les meilleurs Français. Avant de pouvoir, peut-être, un jour les battre.

Il vous reste encore une année chez les espoirs…
Dans ma tête, je suis déjà senior. L’objectif que j’ai en point de mire, ce sont les championnats d’Europe de Zürich. Ce serait ma première compétition à ce niveau chez les grands, même si j’ai participé aux Jeux de la Francophonie, où Ladji (Doucouré) m’a beaucoup soutenu.

N’avez-vous pas l’impression que, finalement, tout est allé trop vite pour vous cette année ?
J’aurais pu me dire que ça allait trop vite si j’avais couru en moins de 13’’40 et si j’avais été, du même coup, sélectionné pour les Mondiaux de Moscou. Cela m’aurait peut-être trop fait évoluer d’un coup. Mais là, je n’ai pas brûlé les étapes.

Pour aller à Zurich, il faudra, en plus d’avoir réalisé les minima, faire partie des trois meilleurs Français. Le 110 m haies est une des disciplines les plus relevées en France, chez les hommes…
Quand on voit Renaud Lavillenie à la perche ou Teddy Tamgho au triple saut, et tous les jeunes qui arrivent derrière… Sur 110 m haies, c’est pareil. Tant mieux ! Avoir de la concurrence permet de se dépasser. Un athlète de haut niveau, lorsqu’il arrive à une compétition, ne veut pas perdre. Je sais que, pour l’instant, je ne suis pas le plus fort. Mais mon but, à terme, est d’être le meilleur. Comme je suis un petit nouveau, pour l’instant, on vient me dire bonjour, on plaisante. Pour l’instant, je suis encore quelqu’un de neutre, je ne suis pas toujours considéré comme un adversaire. Je veux que dans un an, en finale des championnats de France Elite, on se dise qu’à tel couloir il y a Simon Krauss, et qu’il ne faut pas l’écarter…

Propos recueillis par Florian Gaudin-Winer pour athle.fr

Retrouvez la biographie de Simon en cliquant ici

Retrouvez tous les reportages, interviews et résultats de l’athlétisme en vous abonnant sur ce site à Athlétisme Magazine, le mensuel de référence de l’athlétisme français. Cliquez ici !!

 

RB
Admin Athle.fr
les réactions (1)
Maxime Bauchet - 17/10 (09h58)
Bravo simon ! Et Good luck pour la suite.
Commentez cette actualité
Pour commenter une actualité il faut posséder un compte sur le site FFA, utilisez la rubrique ci-dessous pour vous identifier ou vous créer un compte.
Login (Email) : 
Mot de Passe : |
mot de passe oublié ?
dans la même rubrique
04/10 >  
23/09 >  
18/05 >  
13/05 >  
29/04 >  
20/04 >  
06/04 >  
30/03 >  
26/03 > (5)
16/03 > (1)
le reste de l'actualité
25/10 >  
25/10 >  
25/10 >  
22/10 >  
22/10 >  
22/10 > (2)
20/10 >  
19/10 > (1)
18/10 >  
18/10 >  
18/10 >  
17/10 > (1)
15/10 >  
15/10 > (1)
15/10 > (3)
12/10 >  
11/10 >  
11/10 > (1)
11/10 > (1)
07/10 >  
04/10 >  
28/09 > (3)
27/09 > (1)
27/09 >  
24/09 >  
rechercher
Fil
Info
22/09 (12h17)
Histoire (par la CDH) : Le marathon de Neuf-Brisach
12/09 (10h29)
Recherche entraîneur confirmé au Nantes Métropole Athlétisme
06/09 (11h38)
La Fédération Luxembourgeoise d’Athlétisme (FLA) recherche
03/09 (21h44)
Meeting National de la Roche sur Yon (P-L) : les résultats
03/09 (09h02)
Le Castres Athlétisme recrute
12345
Défi
Perf
Gros
Plans
Inscrivez-vous et abonnez-vous gratuitement sur la plateforme de formation pour tous les licenciés FFA en CLIQUANT ICI. Puis sur la plateforme accédez aux différents contenus en cliquant sur « JE M’ABONNE ». En cas de souci d’abonnement, cliquez sur le lien ci-dessus, puis allez dans la rubrique « CONTACT ». Les domaines (Direction, Jury, Encadrement sportif, et Organisation d’événements) ont leurs propres contenus.
boutique
FFA
INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS