MES ACCÈS
Trouver un club près de chez vous
Derniers
clichés
Espaces
FFA
STRUCTURES
CLUBS
l'actu des espaces | infos
Paris 2003 : La France quatrième nation mondiale
Commentez cette actualité

Le rideau est tombé, dimanche soir, sur les neuvièmes championnats du monde d’athlétisme. Le Stade de France s’est vidé d’un public record, plus de 504.000 spectateurs payants, sur l’ensemble des neuf jours de compétition. Le village des athlètes, à la Cité Universitaire de Paris, a salué les quelques 210 délégations venues à Paris. Et l’équipe de France a fêté l’événement avec des airs de premier de la classe.

Avant le début des compétitions, Robert Poirier, le DTN, avait joué la prudence en annonçant ses objectifs : trois à quatre médailles, histoire d’égaler ou surpasser d’une unité le meilleur résultat jamais obtenu jusque-là par une équipe de France aux championnats du monde. Dimanche 31 août, les Bleus en ont déposé sept sur la table du banquet final. Deux en or, pour Eunice Barber à la longueur et le 4x100 m féminin, trois en argent, pour Mehdi Baala au 1500 m, Eunice Barber à l’heptathlon et le 4x400 m masculin, deux en bronze, pour Marc Raquil sur 400 m et Manuèla Montebrun au marteau.

Mieux que prévu, donc. Réduit à cette poignée de chiffres, le bilan français dépasse les plus folles espérances. Même si Robert Poirier s’amusait à avouer, dimanche soir, au moment de commenter la performance collective de l’athlétisme français :
« J’avais annoncé un objectif de trois médailles, mais je rêvais secrètement de sept places sur le podium. Mon rêve a été réalisé ».

Avec sept places sur le podium, dont deux titres, la France a bouclé les Mondiaux à la cinquième place du classement des médailles, derrière les Etats-Unis, la Russie, l’Ethiopie et le Bélarus. Plus significatif, sa place de quatrième à la « placing table », un classement par points incluant également les places de finalistes. La France y est devancée largement par les Etats-Unis et la Russie, mais elle n’est qu’à un petit point derrière le Kenya.

Ce résultat historique (« Un évènement qui marquera les mémoires », pour Bernard Amsalem, le président de la FFA), les athlètes français en ont accordé une part du crédit à un public souvent en ébullition, fiers de ses Bleus, mais sans jamais verser dans le chauvinisme. « Ils nous ont portés vers les podiums », affirme Marc Raquil. « Dans les concours, la présence d’un tel public a sans doute parfois perturbé les athlètes, explique Robert Poirier. Mais dans les courses, il a été décisif ». Bernard Amsalem va plus loin, assurant calculette à la main que l’avantage du terrain est sûrement à l’origine d’une moitié des médailles françaises. « Recevoir les championnats du monde nous a permis de doubler le résultat que nous aurions obtenu dans un évènement mondial à l’extérieur », dit-il.

Les prochains Jeux Olympiques, en août 2004 à Athènes, devraient permettre à l’équipe de France de mesurer ses progrès dans un contexte moins favorable. Elle s’y rendra le cœur gonflé d’envie et de confiance. Pour confirmer, dans la plus belle des compétitions, sa formidable réussite d’un inoubliable été 2003.

Alain Mercier pour athle.com
 

RB
Admin Athle.fr
les réactions
Commentez cette actualité
Pour commenter une actualité il faut posséder un compte sur le site FFA, utilisez la rubrique ci-dessous pour vous identifier ou vous créer un compte.
Login (Email) : 
Mot de Passe : |
mot de passe oublié ?
dans la même rubrique
17/09 >  
01/09 >  
01/09 >  
31/08 >  
31/08 >  
31/08 >  
31/08 >  
30/08 >  
30/08 >  
30/08 >  
le reste de l'actualité
20/05 >  
19/05 >  
18/05 > (6)
18/05 >  
17/05 > (2)
17/05 > (1)
17/05 >  
17/05 >  
16/05 > (1)
16/05 >  
15/05 >  
15/05 >  
14/05 >  
14/05 >  
13/05 >  
13/05 >  
12/05 > (4)
12/05 >  
10/05 >  
09/05 >  
07/05 >  
06/05 >  
06/05 >  
05/05 >  
04/05 >  
rechercher
Fil
Info
12345
Plateforme
Enterprise
boutique
FFA
INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS