MON ACCÈS
Trouver un club près de chez vous
Les
Vidéos
Espaces
FFA
STRUCTURES
CLUBS
l'actu des espaces | infos
Championnats de France UNSS de Cross, Emmanuel Flamand : « Une source de motivation »
Commentez cette actualité(1)
Championnats de France UNSS de Cross, Emmanuel Flamand : « Une source de motivation »

1968 athlètes et 295 équipes sont attendus, ce dimanche 26 janvier, sur les sites du théâtre romain et du plan d’eau du Vallon à Autun, en Bourgogne, pour les traditionnels championnats de France de cross UNSS. L’occasion pour Emmanuel Flamand, professeur d’EPS et responsable de la section sportive d’athlétisme du lycée Uruguay d’Avon, en Seine-et-Marne, de revenir sur l’intérêt d’une participation à un tel championnat.

Athle.fr : Votre section sportive participera ce week-end aux championnats de France UNSS de cross. Après les trois podiums de 2013, quelles sont vos ambitions cette année ?
Emmanuel Flamand : Contrairement à l’année dernière où nous avions réussi à qualifier nos quatre équipes, nous n’aurons que deux équipes garçons cette année aux championnats de France UNSS de cross, soit un total de douze élèves (6 cadets et 6 juniors). Nos équipes filles ont en effet terminé 3e des championnats académiques et n’ont pas décroché leur qualification. Pour autant, notre objectif reste ambitieux puisqu’après avoir remporté trois médailles d’argent en 2013, nous viserons cette fois-ci les deux titres chez les masculins, avec l’espoir de décrocher chez les cadets une qualification pour les prochains championnats du monde scolaire.

En quoi est-ce important pour un lycée comme celui d’Uruguay de bien figurer à ces championnats ?
Notre lycée est connu et reconnu grâce à ses résultats sportifs qui lui donnent une image positive. L’accueil des sportifs est l’une de nos particularités depuis plusieurs années (la section sportive d’athlétisme a été officialisée en 2007). Il est donc important que nous ayons de bons résultats lors de ces championnats de France. Tout le monde, que ce soit le proviseur ou le proviseur adjoint, les professeurs ou les entraîneurs, y est très sensible.

Et pour les lycéens, qu’est-ce que cela représente de participer à un tel championnat ?
C’est un temps fort de l’année, un peu comme les championnats des France en salle auxquels nous participerons également dans une semaine à Bordeaux, mais avec d’autres athlètes. C’est une source de motivation et un moment très attendu par nos élèves. Ils s’y préparent d’ailleurs tous depuis quasiment un an. Depuis la fin des derniers championnats, en fait. Car ils ont tous à cœur de faire mieux et de progresser d’une année sur l’autre. C’est aussi une épreuve par équipes qui fédère l’ensemble de la section. Même les élèves du pole espoir, qui ont des échéances fédérales et internationales plus importantes comme Hamza Habjaoui (sélectionné aux championnats du monde juniors en 2013), se sentent très impliqués. En ce sens, il y a un véritable échange entre le monde scolaire et le monde fédéral. D’un côté, nous proposons un aménagement scolaire aux athlètes des pôles et, de l’autre, ils participent dans une certaine mesure aux compétitions scolaires. Tout le monde joue le jeu, d’autant que pour ces athlètes, les compétitions scolaires servent souvent de préparation aux échéances fédérales car elles se situent toujours un peu en amont et leur permettent donc de monter en puissance.

Justement parlez-nous de la composition de ces deux équipes. D’où  viennent ces jeunes qui vont participer à ce championnat ?
Nos équipes sont composées principalement d’élèves qui viennent du pole espoir ou de la section sportive d’athlétisme, mais d’autres élèves ont également été sélectionnés au sein de nos classes d’enseignement d’exploration ou de complément qui bénéficient d’un créneau horaire plus important en EPS. Ils ne pratiquent donc pas tous l’athlétisme en club, mais ils se sont tous déjà croisés et côtoyés les mercredis après-midi en AS (association sportive). Cela fait d’ailleurs partie de notre politique de provoquer ainsi les rencontres et le brassage. Les élèves de la section sportive d’athlétisme sont par exemple très souvent en contact avec les élèves du pole espoir durant la semaine. Ils ont les mêmes entraîneurs et cela peut arriver qu’ils partagent les mêmes créneaux d’entraînement. Même chose avec les élèves des classes exploration ou complément d’EPS. Même s’ils sont dans une pratique multisports encadrée par les professeurs d’EPS, l’objectif est de pousser ceux qui en ont les qualités vers la section sportive d’athlétisme en les rattachant déjà à certains entraînements communs du mercredi ou du vendredi soir, ceci grâce à une convention que nous avons passée avec les clubs et qui permet aux jeunes licenciés UNSS de s’entraîner sur le stade sur certains créneaux horaires.

Comment avez-vous préparé ce championnat ?
Pour le pole et la section sportive, c’est l’entraîneur responsable du demi-fond qui a adapté les entraînements des athlètes en fonction de leur niveau et de la section dans laquelle ils étaient. En revanche, ce sont les professeurs d’EPS qui ont détecté ceux qui, au sein de nos cours d’enseignements de complément, étaient intéressés par une participation à ces championnats. Nous les avons ensuite raccrochés au groupe afin de créer une sorte d’émulation et d’appartenance pour que tout le monde donne le meilleur de lui même.

En quoi ce brassage de niveau est-il si intéressant finalement ?
Quand vous mettez des élèves qui sont en complément d’EPS avec des élèves qui visent des podiums sur des championnats de France, ça les booste forcément. Ils ont envie de faire pareil et ils se motivent pour réussir à intégrer l’équipe. Malgré la différence de niveau, il y a beaucoup de positif, car cela crée une saine rivalité qui tire tout le monde vers le haut. Sans compter que les meilleurs, qui ont déjà une certaine maturité athlétique, n’hésitent pas à donner des conseils aux autres, parce qu’ils ont tous envie de bien représenter le lycée. Pour nous, cela ne fait aucun doute : ces championnats contribuent vraiment à attirer des jeunes vers l’athlétisme. Beaucoup ont d’ailleurs commencé sur un cross UNSS avant de se diriger vers un club et d’autres compétitions.

Propos recueillis par Véronique Bury pour athle.fr

 

RB
Admin Athle.fr
les réactions (1)
Ludovic Jany - 24/01 (18h16)
Effectivement, Uruguay Avon, c'est du lourd mais j'espère que l'on pourra rivaliser avec eux en cadets garçons. Ce sera difficile pour nous qui n'avons pas le moindre soutien fédéral ce que je regrette toujours. D'ailleurs il y a des chances que je qui le lycée. Ludovic JAny Lycée Font Romeu
Commentez cette actualité
Pour commenter une actualité il faut posséder un compte sur le site FFA, utilisez la rubrique ci-dessous pour vous identifier ou vous créer un compte.
Login (Email) : 
Mot de Passe : |
mot de passe oublié ?
dans la même rubrique
02/03 >  
13/02 >  
15/01 >  
24/01 > (1)
le reste de l'actualité
30/06 >  
28/06 >  
20/06 > (1)
25/04 >  
08/03 >  
12/02 >  
05/02 >  
30/01 >  
13/12 >  
19/11 >  
30/10 >  
26/10 >  
08/10 > (2)
20/09 >  
01/09 >  
13/08 >  
29/06 > (3)
27/06 >  
22/06 >  
14/05 >  
09/05 >  
05/04 >  
29/03 > (3)
06/03 >  
12/02 >  
rechercher
Plateforme
PASS-ATHLE
passathle
boutique
FFA
INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS