MES ACCÈS
Trouver un club près de chez vous
Les
Vidéos
Derniers
clichés
Espaces
FFA
STRUCTURES
CLUBS
l'actu des espaces | infos
Renaud Lavillenie : « Ambitionner le record du monde »
Commentez cette actualité
Renaud Lavillenie : « Ambitionner le record du monde »

Le propre des champions est de toujours se remettre en question. Deux jours après son record de France à Rouen grâce à un saut à 6,04 m, Renaud Lavillenie pense déjà à la suite. Ses tentatives à 6,16 m, soit un centimètre de plus que le record du monde de Serguei Bubka, ont encore ouvert un peu plus son appétit. Avant de s’envoler pour la Pologne et le meeting de Bydgoszcz, où il sautera vendredi, le champion olympique du saut à la perche s’est confié au téléphone à athle.fr. Serein et plus déterminé que jamais, alors que la saison en salle n’en est qu’à ses prémices.

Athle.fr : Renaud, avez-vous réussi à trouver le sommeil samedi soir, après votre saut à 6,04 m ?
Renaud Lavillenie : Non, j’en étais incapable. J’étais dégoûté mais il y a pire, quand même (rires). Je suis rentré à mon hôtel vers 1h00-1h30 du matin. Vers 3h, je regardais les vidéos de mes sauts. Et à 6h du matin, j’avais encore les yeux grands ouverts. Le concours défilait à toute vitesse dans ma tête.

Vous avez été beaucoup sollicité par la presse ?
Oui, juste après le concours. Mais j’ai pu ensuite me poser. Je ne voulais pas non plus me disperser. J’ai une nouvelle compétition dès vendredi et la saison est loin d’être finie. Je me suis concentré sur la récupération pour continuer sur ma lancée. Dimanche, j’en ai profité pour regarder le handball. C’était top ! Ca m’a rappelé la finale des Jeux de Londres, à laquelle j’avais pu assister dans la salle.

Comment situez-vous sur le plan technique votre saut à 6,04 m, par rapport à vos autres réussites à 6 m ou plus ?
C’était un très beau saut, bien exécuté. Je peux le comparer à celui réussi à 6,01 m à Göteborg l’an dernier, qui était particulièrement énorme et lors duquel je m’étais senti extrêmement facile. C’était fluide et très haut. Là, à 6,04 m, les sensations étaient un peu similaires. Tout s’est fait naturellement. Il n’y a pas eu d’erreur technique. C’est un des deux ou trois meilleurs sauts de ma carrière.

Comment vous êtes-vous senti lors de vos trois tentatives à 6,16 m ?
J’étais super bien lors de ma première tentative. J’ai presque été surpris de voir que je pouvais passer même si, quand on est en bout de piste d’élan, on se dit que c’est possible. Je ne m’attendais pas à engager aussi bien. Si la barre avait été placée entre 6,08 m et 6,11 m, je ne suis pas sûr qu’elle serait tombée. C’est un sentiment partagé par ceux qui étaient avec moi, dont Philippe (d’Encausse). Je me suis retrouvé avec une perche un peu souple, une 14.3 de 5,20 m, ce qui est de bon augure pour la suite. Je peux réellement ambitionner le record du monde. Lors de mes deux autres sauts, j’ai changé de perche en en prenant une que je n’avais jamais utilisée. Une 14.0. Et au final, elle n’était pas si monstrueuse que ça.

N’êtes-vous pas en forme un peu tôt ?
Si on remet la performance dans son contexte, c’est vrai que c’est seulement ma troisième compétition. La semaine dernière, j’étais aux Etats-Unis. Le vol retour a été retardé et je ne suis rentré en France que mardi après-midi. J’ai accumulé pas mal de fatigue et je n’ai rien fait pendant trois jours. Mais ce résultat concrétise ma maitrise technique et mes progrès au niveau physique. A Clermont, début janvier, j’allais déjà vite mais je n’étais pas encore en accélération à la fin de la course d’élan. Pareil à Reno. Pour tenir le rythme tout au long d’un concours, il faut avoir quelques concours dans les jambes. Je n’ai pas encore fait du sprint pur à bloc. Ma première grosse séance de haies date seulement de mercredi dernier. Il y a donc encore de la marge.

Quel est le programme de votre semaine ?
Elle est ultralégère. Je pars demain matin pour Bydgoszcz. Le voyage va être assez compliqué donc je prends l’avion l’avant-veille. Hier, j’ai fait une séance de course. Ce mardi, je vais sauter tranquillement avec une petite « muscu ».

Quelles seront vos ambitions vendredi ?
J’arrive à un niveau où ça devient assez compliqué de battre son record en permanence. Ma philosophie, c’est d’enchaîner les performances à haute altitude. L’idée, c’est de franchir à chaque fois 5,85 m ou 5,90 m pour, derrière, tenter 6 m. J’aimerais effacer cette hauteur deux, trois fois cet hiver, sachant que je suis persuadé que je peux aller encore un peu plus haut.

Propos recueillis par Florian Gaudin-Winer pour athle.fr

Retrouvez la biographie de Renaud en cliquant ici

Retrouvez tous les reportages, interviews et résultats de l’athlétisme en vous abonnant sur ce site à Athlétisme Magazine, le mensuel de référence de l’athlétisme français. Cliquez ici !!

 

RB
Admin Athle.fr
les réactions
Commentez cette actualité
Pour commenter une actualité il faut posséder un compte sur le site FFA, utilisez la rubrique ci-dessous pour vous identifier ou vous créer un compte.
Login (Email) : 
Mot de Passe : |
mot de passe oublié ?
dans la même rubrique
16/10 > (2)
12/09 >  
04/09 >  
20/08 > (3)
16/08 >  
14/08 > (2)
02/08 >  
31/07 > (3)
18/06 > (3)
05/06 >  
le reste de l'actualité
18/10 > (3)
17/10 >  
14/10 >  
14/10 > (3)
14/10 >  
14/10 >  
14/10 >  
14/10 >  
13/10 >  
11/10 > (2)
10/10 >  
09/10 >  
07/10 >  
07/10 >  
06/10 >  
06/10 > (2)
06/10 >  
05/10 >  
05/10 >  
04/10 >  
04/10 >  
04/10 >  
03/10 >  
03/10 >  
02/10 >  
rechercher
Fil
Info
12345
boutique
FFA
INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS