MES ACCÈS
Trouver un club près de chez vous
Derniers
clichés
Les
Vidéos
Espaces
FFA
STRUCTURES
CLUBS
l'actu des espaces | infos
Championnats de France Elite en salle : Billaud la guerrière
Commentez cette actualité
Championnats de France Elite en salle : Billaud la guerrière

La deuxième journée des championnats de France Elite en salle a souri à Cindy Billaud, de retour à son meilleur niveau après une blessure aux adducteurs, mais aussi aux demi-fondeurs aquitains, poussés par leur public du Stadium de Bordeaux-Lac. Paul Renaudie s’est ainsi offert le 800 m et Yoann Kowal le 1 500 m. La surprise du jour est venue d’Emilie Tissot, toute proche du record de France sur 3 000 m marche.

Les championnats de France en salle 2014 se sont achevés sur un hurlement. A l’arrivée de la dernière course du week-end, Cindy Billaud a crié si fort qu’elle a presque couvert les applaudissements du Stadium de Bordeaux-Lac, tout à sa joie d’avoir battu son record personnel. La hurdleuse cristolienne était arrivée en Gironde entourée d’un doute sur l’état de ses ischios, récalcitrants après le meeting de Moscou, fin janvier. Dans le flou à l’entraînement, Billaud a retrouvé ses sensations dès les séries, en égalant sa meilleure performance de l’hiver, en 7’’96. La petite gêne qui s’est réveillée à ce moment-là n’a pas perturbé plus que cela la battante de l’US Créteil. Auteur d’une course très propre en finale, au moins jusqu’au troisième obstacle, elle coupait la ligne en 7’’93, améliorant au passage son record personnel. Pas suffisant pour la rassasier, puisqu’elle avouait dans la foulée qu’elle espérait passer sous les 7’’90 et reprendre la meilleure performance mondiale de l’année. Sans oublier de remercier son coach et son kiné, pour l’avoir remise d’aplomb à l’approche des rendez-vous importants. Désormais quatrième aux bilans planétaires, elle peut ouvertement viser la boîte aux championnats du monde de Sopot, dans deux semaines.
L’autre temps fort de la journée de dimanche avait lancé l’après-midi sur les bons rails. Malgré un hiver compliqué, Emilie Tissot (Alsace Nord Athlétisme) s’est approchée, avec ses 12’41’’56, au plus près du record de France en salle détenue depuis 2002 par Fatiha Ouali (12’40’’44). Partie sur des bases très élevées, l’Alsacienne n’a pas fléchi et a battu de plus de huit secondes sa meilleure marque nationale chez les espoirs. Elle-même surprise de son état de forme, Tissot a profité de sa bonne base de vitesse pour se pour la suite de sa saison. Chez les hommes, c’est Antonin Boyez (Romilly Sports) qui s’est offert un cinquième titre consécutif sur 5 000 m marche en salle. Prudent en début de course, il a laissé filer le Tunisien Hedi Teraoui pour mieux contrôler Keny Guinaudeau et Xavier Le coz afin de parvenir à ses fins.

Les demi-fondeurs locaux avec panache
Le demi-fond masculin a sacré deux athlètes locaux. Sur 800 m, Paul Renaudie (Bordeaux Athlé) a pris les commandes de la courses dès le rabat pour ne plus les lâcher, menant un train d’enfer. A l’arrivée, le Bordelais a tenu et réussi son pari, alors qu’il avait été qualifié au temps la veille en séries, à cause d’un finish défaillant. Une belle revanche. La victoire de Yoann Kowal (Entente Périgueux Sarlat Trelissac) sur 1 500 m est encore plus limpide. Passé à l’attaque à 500 mètres de la ligne, il n’a jamais semblé en mesure d’être battu par Guillaume Adam et Benjamin Pires. Renelle Lamote (Athlé Sud 77) a opté pour une tactique similaire à celle de Renaudie sur 800 m et a devancé sa camarade de club Camille Laplace, qui a vaillamment lutté avant de craquer dans la dernière ligne droite. Rénelle a tout de même été devancée à l’arrivée par la Béninoise Noélie Yarigo (Running 41).
Sur 400 m, les favoris ont répondu aux attentes placés en eux. Malgré une hospitalisation pour une sévère inflammation de l’intestin grêle, Estelle Perrossier (Entente Sud Lyonnais) a remporté en 54’’35 son premier titre chez les Elite en serrant les dents après avoir battu son record en séries. La course des messieurs s’est avérée serrée et indécise jusqu’au poteau, mais c’est finalement Angel Chelala (EFS Reims), en tête tout du long, qui a devancé Bastien Mandrou pour trois petits centièmes. Le sacre de Jeffrey John sur le tour de piste, tout aussi attendu, est beaucoup plus net, puisque le sociétaire de Fontenay-Plessis-Clamart Athlétisme a confirmé sa forme de l’hiver en passant une deuxième fois sous les 21’’ (20’’91). Plus surprenante est la victoire de Deborah Sananes (EA Bourg-en-Bresse) chez les demoiselles. Bien que détentrice du meilleur chrono de l’hiver, elle avait sur son chemin la tenante du titre Johanna Danois, qui n’avait pas encore couru en 2014. La Guadeloupéenne a longtemps tenu la corde avant de s’effondrer dans les derniers mètres pour laisser la junior bressane l’emporter en 23’’91.

Menaldo s’affirme
A quelques encablures de Talence, référence en la matière, les épreuves combinées ont régalé le public bordelais. Bastien Auzeil (EA Grenoble) a repris son titre national de l’heptathlon, acquis en 2012 mais qu’il avait cédé à Aubière l’an passé. Crédité d’un nouveau record personnel, avec 5 910 points, il a confirmé ses progrès à la perche (5,15 m), au poids (15,81 m) et en longueur (7,39) pour contenir la concurrence de Romain Martin (5 892 points). Chez les demoiselles, Annaelle Nyabeu Djapa (CA Montreuil 93) a profité d’une grosse bagarre pour battre son record au total et glaner un premier titre national. Si elle progresse à la hauteur (elle a battu ce dimanche son record en franchissant 1,64 m), elle devrait pouvoir concurrencer à l’avenir la lauréate suisse de cet heptathlon, Michelle Zeltner, qui a compilé 4 369 points. A sa suite, Gaëlle Le Foll et Sandra Jacmaire ont, elles aussi, dépassé la barre des 4 000 points. Pour la Vendéenne, c’est même une première.
Comme la veille, les concours ont connu plus de difficultés à décoller. A la longueur, Kafétien Gomis (Lille Métropole Athlétisme) a « retrouvé la lumière » après plusieurs saisons de galère. S’il n’a pas encore franchi la ligne fatidique des huit mètres, ses 7,90 m lui offrent son premier titre national depuis l’été 2011. Il devance l’inusable Salim Sdiri, retombé à 7,79 à son dernier essai. La satisfaction de Gomis tranchait nettement avec la déception de Gaëtan Saku Bafuanga (Stade Sottevillais 76), victorieux au triple saut malgré une douleur au pied, après un œdème osseux contracté il y a dix jours. Son saut décisif à 16,48 m lui laissait en bouche un goût d’inachevé et une grosse frustration.
Le concours de hauteur s’est résumé à un remake du championnat régional de Rhône-Alpes, avec à la clef un doublé pour l’Entente Sud Lyonnais. Auteur d’un nouveau record personnel à 2,22 m, Sébastien Deschamps s’est paré d’or devant son camarade d’entraînement Florian Labourel. Le concours a été remporté par le Soudanais Ali Mohamed Younes Idris, qui a franchi 2,28 m avant de gratifier les nombreux spectateurs de quelques pirouettes aériennes.

Enfin, à la perche, la grosse bagarre annoncée, en l’absence de Renaud Lavillenie qui a salué le public bordelais par liaison vidéo, a tourné au duel entre Valentin Lavillenie et Kevin Menaldo. Bien qu’expérimentés, Damiel Dossevi et Jérôme Clavier n’ont jamais pu se mêler à la lutte. Le premier n’a franchi aucune barre, et ne verra pas Sopot, tandis que le second s’est arrêté à 5,30 m. Ayant tous deux franchi 5,55 m au troisième essai, Menaldo et Lavillenie se sont disputés la victoire. Après une impasse surprenante à 5,60 m, pendant que le Clermontois échouait par trois fois, le perchiste de l’Entente Franconville Cesame Val d’Oise effaçait 5,65 m à sa première tentative pour enfiler les lauriers. Menaldo demandait ensuite 5,77 m, sans succès. Cela ne devrait pas l’empêcher d’être du voyage en Pologne.

A Bordeaux, Etienne Nappey pour athle.fr

  • Retrouvez toutes les start-lists et résultats, épreuve par épreuve en cliquant ici
  • Retrouvez les résultats complets en cliquant ici

Pour voir quelques photos de la 2ème journée, cliquez ici
Pour voir quelques photos de la 1ère journée, cliquez ici

Les réactions :

Cindy Billaud (US Créteil), championne de France du 60 m haies en 7’’93 : « J’étais un peu dans l’inconnu avant ces championnats de France. Je n’avais pas de très bonnes sensations à l’entraînement, suite à mon début de claquage au meeting de Moscou. Je tiens à remercier mon kiné et mon entraîneur, qui ont fait du super boulot. Après la série, j’avais un peu mal. Mais je suis quelqu’un de dur au mal et une combattante. En finale, je commets des erreurs. J’arrive avec tellement de vitesse sur les deux dernières haies que je fais de trop grosses impulsions. Je voulais absolument le titre. Aux Mondiaux, si j’atteins la finale, je donnerai tout ce qui me reste pour le podium. »

Déborah Sananes (EA Bourg-en-Bresse), championne de France du 200 m en 23’’91 : « Je visais le podium. Je suis contente de décrocher le titre. Je pense être bien partie même si Johanna m’a rattrapée assez tôt. A la fin, ça s’est joué à la bagarre. Mais je me sens souvent bien sur les fins de course. »

Yoann Kowal (Entente Périgueux Sarlat Trelissac), champion de France du 1500 m en 3’45’’32 : « J’ai décidé de participer à ces championnats de France il y a seulement quinze jours. Je pensais courir plus vite pour aider Guillaume (Adam) à se rapprocher des minima pour Sopot. Mais quand j’ai voulu le relayer, je crois que j’ai en fait ralenti un peu la course. Je n’avais pas forcément les jambes. Le principal, c’est le titre. Pour les Mondiaux, je déciderai ce soir si j’y vais ou pas. Si je cours comme aujourd’hui, ça ne le fera pas ! »

Annaelle Nyabeu Djapa (CA Montreuil 93), championne de France du pentathlon avec 4151 points : « L’an dernier, j’étais déjà montée sur la plus haute marche du podium mais j’étais encore camerounaise. C’est une revanche pour moi d’avoir cette première place en tant que Française. J’ai commencé mon pentathlon avec un record sur 60 m haies. A la hauteur et au poids, je suis autour de ma meilleure performance. Je bats aussi mon record en longueur. J’ai été très régulière aujourd’hui. Mon objectif est désormais de décrocher des sélections en équipe de France, après avoir représenté mon pays pour la première fois il y a quelques jours. »

Gaëtan Saku-Bafuanga (Stade Sottevillais), champion de France du triple saut avec 16,48 m : « Je suis forcément déçu d’une telle performance, mais j’avais un œdème osseux il y a dix jours à Eaubonne, et je n’ai pas pu m’entraîner pendant une semaine. Je pensais être prêt physiquement pour le concours, mais je ne l’étais pas. Le pied ne répondait pas, tout simplement. J’ai décidé de venir jeudi, après une séance sur six foulées. J’ai encore le meeting de Metz à mon programme, on va voir l’évolution de mon pied dans la semaine, mais pour l’instant, je suis vraiment très déçu. »

Sébastien Deschamps (Entente Sud Lyonnais), champion de France de la hauteur avec 2,22 m : « Ce titre me fait très plaisir, parce qu’il y a eu beaucoup de bagarre, aussi bien dans le concours qu’avant, pendant mes années d’études et d’entraînement. C’est le résultat de beaucoup de travail, et je vais en fournir encore plus pour mériter les prochains titres dans le futur ! Sur mon premier concours cet hiver en décembre, je bats mon record avec 2,20 m. A ce moment-là, j’ai senti que j’avais progressé. J’ai fait une saison régulière entre 2,14 et 2,20 m, c’est la meilleure de ma carrière. En plus, le podium d’aujourd’hui est le même qu’aux championnats régionaux de Rhône-Alpes, dans un ordre différent. C’est bien pour l’émulation. »

Kevin Menaldo (Entente Franconville Cesame Val d’Oise), champion de France du saut à la perche avec 5,65 m : « Ce titre est de bon augure pour la suite et les Mondiaux de Sopot. L’absence de Renaud (Lavillenie) offrait une grande opportunité mais il fallait la saisir. Il y avait de la concurrence. J’ai fait l’impasse à 5,60 m car je savais que j’avais encore de l’énergie pour passer directement à 5,65 m. Je devais me battre aujourd’hui pour pouvoir aller en Pologne et j’ai réussi. »

Bastien Auzeil (EA Grenoble), champion de France de l’heptathlon avec 5910 points : « J’aurais bien aimé me rapprocher des 6 000 points, mais je bats mon record, j’égale ma meilleure performance à la perche, où j’ai bien progressé ces derniers temps, donc je suis satisfait. Sur des championnats de France, l’objectif, c’est le titre, donc l’essentiel est là. Ce titre me fait plaisir, parce que l’an dernier, j’avais eu quelques difficultés et j’avais terminé quatrième, avec une grosse concurrence, et j’avais à cœur de récupérer le bien acquis en 2012. »

Jeffrey John (Fontenay Plessis Clamart Athlétisme), champion de France du 200 m en 20’’91 : « Ce premier titre en Elite me tenait à cœur, cela faisait longtemps que je le convoitais. Mais c’est un titre en salle, et l’été, ce sera beaucoup plus difficile à obtenir, avec d’autres adversaires plus costauds, à commencer par Christophe Lemaitre. J’aurais d’ailleurs bien aimé qu’il soit là pour me booster. Malgré tout, j’ai réussi à refaire moins de 21’’ et c’est une satisfaction de plus. Je peux encore progresser au départ, pour faire descendre le chrono. »

Paul Renaudie (Bordeaux Athlé), champion de France du 800 m en 1’48’’94 : « Je suis parti fort devant pour leur faire mal aux jambes et ça a marché. 1’49 tout seul sur cette piste, je suis content. C’était une belle course. J’ai couru devant pour ne pas être gêné avec mes grandes jambes. Il fallait que je sois capable d’assumer mon statut. Je dois encore progresser au niveau de la pression, surtout quand je suis à domicile. »

Angel Chelala (Efs Reims A), champion de France du 400 m en 47’’65 : « Ce titre me tenait à cœur. J’avais gagné ici en espoir. Même si la piste n’est pas extraordinaire, je voulais montrer qu’on pouvait courir dessus. A l’arrivée, on se tient tous. Ça va être positif pour l’été. Ma stratégie était de me rabattre en tête puis de contrôler, avant de mettre une boîte dans les derniers cent mètres. Ça a finalement tenu pas mal ! »

Estelle Perrossier (Entente Sud Lyonnais), championne de France du 400 m en 54’’35 : « Je voulais la médaille d’or, et j’avais décidé de faire la course en tête. C’est un beau titre, que je suis allée chercher avec ma tête. Il y a dix jours, je ne pensais même pas venir. J’ai été hospitalisée, avec une très forte inflammation au niveau de l’intestin grêle. Je savais donc que je n’avais pas beaucoup de fraîcheur, alors forcément, la dernière ligne droite était très longue. J’avais déjà été étonnée de battre mon record hier en séries dans ces conditions. »

Rénelle Lamote (Athlé Sud 77), championne de France du 800 m en 2’07’’44 : « Je suis championne de France mais je suis quand même très déçue car mon objectif était de remporter la course (ndlr : elle a été devancée par la Béninoise Noellie Yarigo en 2’07’’26). J’ai un peu les boules. J’aurais dû poursuivre mon effort jusqu’au bout. Je vais me faire un peu engueuler par mon coach. Le retour de Camille (Laplace, deuxième), c’est super pour l’émulation ! Je suis contente de la retrouver à l’entraînement et en compétition. »

Kafetien Gomis (Lille Métropole Athlétisme), champion de France du saut en longueur avec 7,90 m : « On disait que j’étais l’homme du sixième essai. Maintenant, j’arrive à me réveiller au cinquième. Ça doit être l’âge (rires) ! C’est dur de retomber dans l’anonymat, de se retrouver à faire des quatrièmes places aux championnats de France. Avec ce titre, je montre qu’il faut encore compter sur moi. »

Antonin Boyez (Romilly Sport 10 Athlétisme), champion de France du 5000 m marche en 20’13’’75 : « J’ai eu de la chance ! Bertrand (Moulinet) s’est pété la cheville, Yohann (Diniz) s’est blessé au pied, Kevin (Campion) a d’autres objectifs. J’étais venu pour le titre et pas dans l’optique d’un chrono. C’est ce qui explique ma stratégie de course. J’ai laissé faire puis j’ai accéléré pendant la deuxième partie, en maitrisant jusqu’au bout. C’est mon sixième titre en salle. Mon premier était à Bordeaux en 2008. En sept ans, j’ai connu sept déménagements. J’espère que cette victoire clôt et ouvre une nouvelle période. Je suis motivé pour aller chercher des sélections en grand championnat. »

Emilie Tissot (Alsace Nord Athlétisme), championne de France du 3000 m marche en 12’41’’56 (record de France espoirs) : « Je suis contente de m’être imposée. Le 3000 m n’est pas du tout un objectif, surtout en salle. Je ne l’ai pas préparé. Mais je m’amuse beaucoup car j’ai une belle base de vitesse. Je ne m’attendais pas du tout à battre le record de France espoirs, et encore moins en m’approchant tout près du record de France seniors. Ça me motive à m’accrocher pour le 20 km. »

 

RB
Admin Athle.fr
les réactions
Commentez cette actualité
Pour commenter une actualité il faut posséder un compte sur le site FFA, utilisez la rubrique ci-dessous pour vous identifier ou vous créer un compte.
Login (Email) : 
Mot de Passe : |
mot de passe oublié ?
dans la même rubrique
30/04 > (6)
02/03 >  
23/02 >  
22/02 >  
07/10 >  
le reste de l'actualité
11/02 >  
31/01 > (2)
29/01 >  
24/01 >  
23/01 >  
08/01 >  
20/12 >  
04/12 > (1)
01/11 > (1)
28/10 >  
23/10 >  
15/10 >  
30/09 >  
25/09 > (1)
05/09 >  
28/08 >  
15/08 > (2)
06/08 >  
22/07 > (1)
23/06 >  
21/06 >  
14/06 >  
07/06 >  
10/05 >  
02/05 >  
rechercher
boutique
FFA
INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS