MES ACCÈS
Trouver un club près de chez vous
Derniers
clichés
Les
Vidéos
Espaces
FFA
STRUCTURES
CLUBS
l'actu des espaces | infos
Eloyse Lesueur : « Besoin de gagner en vitesse »
Commentez cette actualité
Eloyse Lesueur : « Besoin de gagner en vitesse »

Après une préparation hivernale quasi exclusivement basée sur le sprint, Eloyse Lesueur s’est offert une victoire de prestige aux Millrose Games de New York, avec à la clef la troisième performance mondiale à la longueur. De quoi aborder les championnats du monde de Sopot, qui ne figuraient pas dans son programme initial, avec sérénité et ambition, avant un été qui la verra à l’œuvre à la fois sur la ligne droite et dans les bacs à sable. Impressions.

Eloyse, vous n’avez pris part qu’à deux concours de longueur cet hiver avant les championnats du monde de Sopot, et participé à plusieurs meetings et aux championnats de France en salle sur 60 m. Pourquoi ce choix ?
A la base, je ne devais même pas faire du tout de longueur. Avec Renaud Longuèvre, mon coach, nous avions décidé de faire une préparation exclusivement pour le sprint cet hiver. Renouer avec une de mes premières disciplines devait me permettre de reposer un peu mon pied, blessé l’été dernier. Et puis, l’année où j’ai été la plus performante, en 2012, j’avais déjà effectué une préparation de ce type.  Nous voulions renouveler l’expérience, de façon encore plus poussée. J’avais vraiment besoin de gagner en vitesse. Mais pour casser un peu la routine du sprint, nous avons décidé de faire deux concours de longueur.

Aviez-vous préparé spécifiquement ces deux échéances ?
J’avais fait une séance technique avant chaque concours. Lors du premier meeting, à Karlsruhe, je n’avais pas trop de repères. Mais à New York, où nous avions toutes six essais, il n’y avait qu’à sauter, l’esprit libre. Sur mon essai à 6,86 m, j’ai encore beaucoup de choses à améliorer. La course d’élan était nickel, mais au niveau de l’impulsion, de l’antépénultième appui ou de la sortie de planche, la qualité était un peu dégradée, parce que je n’avais jamais sauté avec autant de vitesse.

Après Gainesville en 2008, qui avait marqué votre éclosion au plus haut niveau mondial, vous réalisez la troisième meilleure performance de l’hiver à New York. Les Etats-Unis vous réussissent bien…
C’est vrai ! Ils ont souvent de très bonnes pistes. Je me sens comme à la maison là-bas. Bon, j’aimerais bien faire les mêmes performances en France aussi ! (rires)

Abordez-vous Sopot dans la peau d’une favorite ?
Même si ça n’était pas un objectif au départ, je n’y vais pas en touriste. J’ai pour habitude de m’engager à fond et de me battre quand je fais quelque chose. J’aurai d’ailleurs quelques séances techniques de plus dans les jambes au moment de commencer le concours. Je veux d’abord passer les qualifications, le samedi après-midi, avant de penser à la finale du dimanche. Mais évidemment, j’ai envie de battre mon record !

Allez-vous continuer le sprint après les Mondiaux en Pologne ?
Oui ! J’ai besoin de courir vite pour sauter loin. Je continuerai donc à faire du sprint cet été, au moins dans un premier temps, car cela ne va pas à l’encontre de mes objectifs. Je ferai du 100 m, mais pas de 200 m. Le collectif pour le relais 4x100 m ? Bien sûr, nous l’avons en tête, mais ça n’est pas la priorité, qui reste de bien me préparer pour défendre mon titre européen à la longueur à Zurich. Une fois en bout de piste, je pourrai faire jouer mes qualités de vitesses.

Est-il facile de passer d’une discipline à l’autre ?
On ne court pas pareil sur un sprint ou pour une prise d’élan en longueur, le cycle n’est pas le même. Cela dit, sur 60 m, j’ai encore des automatismes de la longueur qui sont restés cet hiver, et beaucoup de gens m’ont dit qu’ils croyaient que j’allais prendre une impulsion après la ligne d’arrivée. J’espère arriver à gommer ces petits défauts au printemps sur 100 m.

La saison 2014 est celle qui vous verra remettre en jeu votre titre européen glané à Helsinki en 2012. Cela vous apporte-t-il plus de pression ?
Je suis forcément plus attendue, en tant que tenante du titre. Mais cela n’est pas du tout quelque-chose de négatif pour moi. C’est un nouveau challenge, qui me procure beaucoup d’envie et de plaisir, et c’est peut-être ça qui fera la différence.

Propos recueillis par Etienne Nappey pour athle.fr

Retrouvez la biographie d'Eloyse en cliquant ici

Retrouvez tous les reportages, interviews et résultats de l’athlétisme en vous abonnant sur ce site à Athlétisme Magazine, le mensuel de référence de l’athlétisme français. Cliquez ici !!

 

RB
Admin Athle.fr
les réactions
Commentez cette actualité
Pour commenter une actualité il faut posséder un compte sur le site FFA, utilisez la rubrique ci-dessous pour vous identifier ou vous créer un compte.
Login (Email) : 
Mot de Passe : |
mot de passe oublié ?
dans la même rubrique
11/12 >  
28/11 >  
20/11 > (1)
13/11 > (2)
07/11 > (1)
16/10 > (3)
12/09 >  
04/09 >  
20/08 > (3)
16/08 >  
le reste de l'actualité
12/12 >  
11/12 >  
09/12 >  
09/12 >  
08/12 >  
07/12 >  
06/12 >  
05/12 >  
02/12 > (1)
29/11 > (2)
27/11 >  
25/11 > (1)
22/11 > (1)
22/11 > (1)
18/11 > (1)
16/11 >  
16/11 >  
15/11 >  
15/11 > (1)
14/11 >  
13/11 > (1)
12/11 > (1)
08/11 > (2)
07/11 >  
04/11 >  
rechercher
Fil
Info
12345
boutique
FFA
INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS