MON ACCÈS
Trouver un club près de chez vous
Les
Vidéos
Espaces
FFA
STRUCTURES
CLUBS
l'actu des espaces | infos
Yohann Diniz : « Ma médaille pour l’équipe »
Commentez cette actualité
Yohann Diniz : « Ma médaille pour l’équipe »

C’est un magicien. Capable de proposer, au fil des années, de nouveaux tours qui émerveillent tout le monde, même les spécialistes les plus aguerris. Sept mois après son record du monde du 50 km marche, Yohann Diniz a récidivé. Cette fois sur 20 km, à Arles, lors des championnats de France. En 1h17’02’’, il a transformé une séance de travail d’allures en meilleure performance mondiale de tous les temps, effaçant des tablettes les 1h17’16’’ du Russe Vladimir Kanaykin. Une performance stratosphérique qu’il commentait hier, après avoir pris sa douche, d’un ton presque égal. Préférant se projeter vers les Mondiaux de Pékin et les Jeux de Rio, où il fera figure d’homme à battre.

Athle.fr : Yohann, vous aviez prévu de profiter de ces championnats de France pour effectuer une grosse séance d’entraînement…
Yohann Diniz : Au départ, c’était ça. Mais c’était aussi ma première compétition de l’année en plein air avec un dossard. Les conditions étaient bonnes même s’il faisait un peu frais, pour quoi qui revenait d’Afrique du Sud. Le revêtement n’était pas exceptionnel mais c’était une boucle de 1250 mètres sans relance ni demi-tour. Avec Gilles (Rocca, son entraîneur, NDLR), on avait prévu un travail d’allures. Mais au bout de cinq kilomètres, j’étais largement au-dessus du rythme demandé. Je me suis alors dit : « on va changer de stratégie ! » Gilles m’a seulement demandé de rester dans ma bulle et de conserver une technique propre.

Quand avez-vous senti que vous pouviez faire tomber le record du monde ?
Je passe au dixième kilomètre en 38’40 et, là, je me dis que je peux aller le chercher. Au quinzième kilomètre, je suis en 58’. J’accélère après, pour finir les cinq derniers kilomètres en 19’02. J’avais l’impression de voler. Je pense même que j’aurais pu aller un peu plus vite. Un record du monde, c’est une bonne émotion. Les entraîneurs qui m’ont suivi depuis le début de ma carrière de marcheur étaient là : Denis Langlois, Pascal Chirat et Gilles Rocca. C’était un beau moment de partage. Ils m’ont forgé chacun à leur façon et, aujourd’hui (hier, NDLR), ce record leur appartient à tous les trois.

Vous venez de réaliser un exploit mais vous parlez avec un certain détachement…
Je ne suis pas dans l’euphorie. En toute humilité, je sais que je suis peut-être le meilleur marcheur au monde actuellement. Mais il faut que j’arrive à remonter sur un podium international maintenant. Mon seul leitmotiv, c’est la médaille ! Il faut que j’arrive à rompre le signe indien aux Mondiaux et aux Jeux olympiques et que j’arrête avec cette poisse. C’est sûr, je vais avoir une sacrée étiquette lors des prochains championnats. En tout cas, en ce moment, je prends du plaisir à chaque course. Je m’amuse.

Dans quel état d’esprit allez-vous aborder les 20 km de Lugano, programmés le week-end prochain ?
Le doublé à Pékin est maintenant clairement envisageable. Je vais quand même aller en Suisse, mais en changeant mon fusil d’épaule. Comme je viens de faire un gros 20 km, on va transformer cette semaine en répétition générale des Mondiaux. Je vais donc plutôt effectuer une séance d’allure 50 km à Lugano, pour voir comment mon corps réagit à l’enchaînement des courses et au protocole de récupération que nous allons mettre en place dans les jours qui viennent, avec notamment beaucoup de natation.

Comment expliquez-vous votre forme éblouissante, alors que nous ne sommes que début mars ?
J’avais déjà fait un bon hiver, même si je n’avais malheureusement pas battu le record du monde du 5000 m en salle à Mondeville. Après cette course, j’ai effectué un gros travail technique. Le stage en Afrique du Sud a été fructueux. Et je sais que, de J+2 à J+4, je bénéficie encore des effets de l’altitude au niveau cardio-pulmonaire. Maintenant, il va falloir bien récupérer. Etre champion de France et battre le record du monde, ce n’est pas une finalité. On a aussi quelque chose à faire lors de la Coupe d’Europe. Aujourd’hui, il y a aussi eu la superbe performance de Bertrand (Moulinet, qui a porté son record personnel à 1h19’18’’). Tout ça, c’est bien pour la marche !

Vous battez le record du monde au moment où se déroulent les championnats d’Europe en salle…
C’est ma médaille pour l’équipe de France ! J’étais frustré de ne pas être à Prague. C’est dommage que la marche soit encore à part, en n’étant pas au programme de cette compétition. Surtout qu’un vrai collectif est né chez les Bleus. J’aurais aimé être avec eux ce week-end. En tout cas, même si je n’ai pas apporté une breloque, mon record fera partie du bilan de l’athlé du week-end (rires) !

Propos recueillis par Florian Gaudin-Winer pour athle.fr

Retrouvez la biographie de Yohann en cliquant ici

Retrouvez tous les reportages, interviews et résultats de l’athlétisme en vous abonnant sur ce site à Athlétisme Magazine, le mensuel de référence de l’athlétisme français. Cliquez ici !! 

 

RB
Admin Athle.fr
les réactions
Commentez cette actualité
Pour commenter une actualité il faut posséder un compte sur le site FFA, utilisez la rubrique ci-dessous pour vous identifier ou vous créer un compte.
Login (Email) : 
Mot de Passe : |
mot de passe oublié ?
dans la même rubrique
05/06 >  
22/05 >  
07/05 >  
30/04 >  
18/04 >  
04/04 >  
02/04 >  
27/03 >  
22/03 >  
20/03 >  
le reste de l'actualité
16/06 >  
15/06 > (1)
14/06 >  
14/06 >  
14/06 > (1)
13/06 >  
12/06 >  
12/06 > (1)
11/06 >  
11/06 > (1)
10/06 > (1)
10/06 >  
09/06 >  
08/06 >  
07/06 > (1)
07/06 >  
07/06 >  
06/06 >  
06/06 >  
05/06 >  
04/06 > (1)
04/06 >  
03/06 >  
03/06 > (2)
31/05 >  
rechercher
Fil
Info
12345
boutique
FFA
Derniers
résultats
International
National
Régional
Départemental
INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS