MES ACCÈS
Trouver un club près de chez vous
Derniers
clichés
Les
Vidéos
Espaces
FFA
STRUCTURES
CLUBS
l'actu des espaces | infos
Gaël Quérin : « Je suis un bosseur »
Commentez cette actualité(1)
Gaël Quérin : « Je suis un bosseur »

Neuvième du décathlon des championnats d’Europe de Zurich avec 8194 points, son record personnel, quatrième de l’heptathlon continental de Prague cet hiver avec 6115 points, Gaël Quérin progresse à son rythme dans la hiérarchie internationale. A bientôt vingt-huit ans, l’athlète du Lille Métropole Athlétisme n’est pas le « combinard » français le plus médiatisé. Mais ce spécialiste des cavaliers seuls en demi-fond, auteur de spectaculaires remontées lors de l’ultime épreuve des « hepta » et « déca », se rapproche progressivement de son premier podium. Un coup d’éclat qui l’enverrait, c’est certain, sous le feu des projecteurs.

Athle.fr : Gaël, vous avez terminé quatrième des championnats d’Europe en salle cet hiver. Votre premier podium international, c’est pour quand ?
Gaël Quérin : Le plus tôt possible sera le mieux ! J’ai laissé passer celui de Prague. Je suis arrivé en République Tchèque avec quelques doutes. J’avais la troisième performance des engagés, ce qui était complètement nouveau pour moi. Lors des deux premières épreuves (le 60 m et la longueur), j’étais assez stressé. Puis je me suis ressaisi et j’ai pu m’éclater. Au final, je me suis rendu compte que j’avais largement ma place sur le podium.

Comme souvent, vous avez réalisé une belle démonstration lors de la dernière épreuve, le 1000 m. Comment abordez-vous cette course ?
Avec beaucoup de confiance. Je me dis que c’est le moment où je peux reprendre des points aux autres. Si j’ai moins de cent cinquante points de retard sur un athlète devant moi, je sais que je peux le dépasser au classement. A Prague, après la perche, j’avais conscience que j’étais promis à la quatrième place, sauf miracle. J’ai quand même fait ma course. Sur le coup, j’étais dégoûté par le résultat final. Mais j’ai ensuite réussi à le savourer. Mon objectif, c’est de continuer à battre mon record lors de chaque grand championnat.

En 2009, vous aviez battu le record de France espoirs de l’heptathlon. Cette année, vous êtes devenu le sixième meilleur performeur français de tous les temps dans cette discipline. Vous êtes un spécialiste de la salle ?
Non, c’est une fausse impression. L’été, mon seul petit point faible parmi les épreuves en plus par rapport à l’hiver, c’est le javelot, où je suis souvent à cinquante mètres (51,67 m en 2014 mais 58,16 m en 2013). Si j’arrivais à lancer à cinquante-huit ou soixante mètres le jour J, je serais dans le « top huit » mondial. Au javelot, j’ai eu beaucoup de pépins physiques. J’ai peur de me péter donc je ne me lâche pas. C’est plus un travail psychologique que technique que je dois effectuer. J’ai aussi de la marge en vitesse, où je suis sur la bonne voie avec mon nouveau record sur 60 m cet hiver (7’’07). Et il y a bien sûr aussi le poids et le disque, où je progresse tout doucement.

Votre progression au décathlon est très linéaire. Vous ne faîtes pas de vagues…
Je fais en sorte d’être au top lors des grands championnats. Je fais mon petit bonhomme de chemin. Je suis un bosseur. Si je gagne un jour trois cents points par rapport à mon record personnel lors d’un décathlon, je prends. Mais je préfère grappiller cent points chaque année, plutôt que de claquer une grosse performance puis de disparaître.

On parle souvent des haies hautes et du triple saut comme les deux disciplines les plus relevées en France chez les hommes. Mais le décathlon n’est pas mal non plus…
C’est super d’être plusieurs à pouvoir réaliser les minima pour les championnats. On est tous potes et, en stage, c’est du régal. Là, on part du 14 au 24 avril à Montpellier. Pour cet été, comme d’habitude, je viserai la qualification pour le grand rendez-vous, à savoir les Mondiaux de Pékin. Je ne suis pas le genre de mec qui dit : « je vais faire ça cette année ! ». Je préfère ne pas me fixer de limites.

Vous vous entraînez dans le Nord, au pôle de Wattignies. Avez-vous déjà eu des envies d’ailleurs. Une bonne partie des meilleurs décathloniens français sont au pôle de Montpellier…
Non, car j’ai trouvé le bon équilibre ici, avec Gaëtan Blouin comme coach. C’est la recette qui marche bien pour moi. On forme un bon petit groupe, où il y a Axel Martin (sixième du décathlon aux championnats d’Europe juniors en 2013) avec moi. Sa présence me motive. On se tire la bourre tous les deux.

Où en êtes-vous sur le plan professionnel ?
J’ai commencé l’an dernier une formation BPJEPS (brevet professionnel de la jeunesse, de l'éducation populaire et du sport), que j’ai mise entre parenthèses cette année et la prochaine. Je veux préparer dans les meilleures conditions possibles les Jeux olympiques de Rio en 2016. En 2012, je ne suis pas passé loin de Londres. Depuis deux ans, les J.O sont dans ma tête.

Malgré vos belles performances, vous restez en France un peu dans l’ombre, avec la concurrence de Kevin Mayer notamment. Ce n’est pas trop frustrant ?
Ça ne me dérange pas particulièrement. Je ne cherche pas à focaliser l’attention sur moi. Mais c’est vrai que, à chaque fois que je claque une performance, il y a un autre décathlonien français qui brille un peu plus ce jour-là. Alors je me dis que, le jour où j’obtiendrai un résultat bien plus valorisant que ce que j’ai réalisé jusque-là, je passerai devant tout le monde.

Propos recueillis par Florian Gaudin-Winer pour athle.fr

Retrouvez la biographie de Gaël en cliquant ici

Retrouvez tous les reportages, interviews et résultats de l’athlétisme en vous abonnant sur ce site à Athlétisme Magazine, le mensuel de référence de l’athlétisme français. Cliquez ici !!

 

RB
Admin Athle.fr
les réactions (1)
Thierry Rouillé - 04/04 (14h42)
Gaël, c'est un grand monsieur dont quelques athlètes de la SAM Bois d'Arcy, auxquels il était venu rendre visite et donner quelques conseils un soir de printemps avec son pote Hadrien Choukroun, maintenant coach aux States, se souviennent pour sa gentillesse, sa discrétion et son partage de compétences... Lui ne s'en souvient peut-être pas mais nous ne lui en tiendrons pas rigueur ! Salut champion !
Commentez cette actualité
Pour commenter une actualité il faut posséder un compte sur le site FFA, utilisez la rubrique ci-dessous pour vous identifier ou vous créer un compte.
Login (Email) : 
Mot de Passe : |
mot de passe oublié ?
dans la même rubrique
22/09 >  
21/08 >  
22/07 > (1)
15/07 > (1)
10/06 > (1)
20/04 > (2)
09/03 >  
06/03 > (5)
07/01 > (1)
19/12 > (4)
le reste de l'actualité
26/10 >  
22/10 > (1)
19/10 > (10)
17/10 > (2)
16/10 >  
14/10 > (1)
13/10 > (9)
13/10 > (48)
12/10 > (1)
12/10 >  
09/10 > (2)
08/10 > (1)
05/10 >  
05/10 >  
01/10 > (1)
29/09 >  
27/09 >  
25/09 >  
25/09 >  
25/09 >  
25/09 >  
24/09 >  
23/09 >  
21/09 >  
21/09 > (8)
rechercher
Infos clubs
Covid
Fil
Info
12345
Gros
Plans
Inscrivez-vous et abonnez-vous gratuitement sur la plateforme de formation pour tous les licenciés FFA en CLIQUANT ICI. Puis sur la plateforme accédez aux différents contenus en cliquant sur « JE M’ABONNE ». En cas de souci d’abonnement, cliquez sur le lien ci-dessus, puis allez dans la rubrique « CONTACT ». Les domaines (Direction, Jury, Encadrement sportif, et Organisation d’événements) ont leurs propres contenus.
boutique
FFA
INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS