MES ACCÈS
Trouver un club près de chez vous
Derniers
clichés
Les
Vidéos
Espaces
FFA
STRUCTURES
CLUBS
l'actu des espaces | infos
Championnats d’Europe espoirs : un tiercé gagnant !
Commentez cette actualité(1)
Championnats d’Europe espoirs : un tiercé gagnant !

L’équipe de France a connu une journée particulièrement faste aux championnats d’Europe espoirs, avec six médailles dont trois en or. Thomas Jordier a dominé le 400 m, Rénelle Lamote le 800 m, et Alexandra Tavernier le marteau. Maeva Danois (argent) et Emma Oudiou (bronze) ont également brillé sur le steeple, tout comme Brigitte Ntiamoah, en bronze sur 200 m.

Le Temps Fort

Rénelle Lamote au bout de la souffrance
La joie de Rénelle Lamote à l’arrivée de son 800 m victorieux était proportionnelle à la souffrance endurée avant de franchir la ligne de la délivrance. Le titre acquis par la Seine-et-Marnaise, le premier de sa jeune carrière, n’a rien de surprenant si l’on se borne à la lecture des bilans estivaux. Ce serait oublier la vérité de la piste et le principe de la confrontation directe, qui fait le goût de l’athlétisme. « Le demi-fond, ce n’est jamais facile », prophétisait Rénelle après sa série de jeudi.
Ce samedi, elle a souffert comme rarement pour s’imposer, en 2’00’’19. Après que la Suédoise Anna Silvander s’est étonnamment convertie en lièvre durant la première moitié de la course, l’Ukrainienne Anastasiya Tkachuk a offert une résistance acharnée à l’élève de Thierry Choffin à Fontainebleau, ne craquant que dans les ultimes foulées. « Ce n’était pas du tout ce qui était prévu ! J’envisageais 300 m assez cool, avant de placer une accélération progressive. A 150 m de la ligne, je me suis dit qu’elle était vraiment très forte. Mais à la sortie du virage, ma détermination a repris le dessus. Il n’y avait pas d’autres options possibles, il fallait que je gagne », soufflait-elle, marquée par l’effort et la joie combinée. « Je n'ai pas pu sourire ou faire un tour d'honneur, je n'en avais pas la force. Je n'ai jamais terminé dans cet état-là. C’est ma première victoire internationale, et c’est beaucoup mieux qu’un meeting ! » Surtout après en avoir sué de la sorte.

La Perf'

Alexandra Tavernier efface le passé
Alexandra Tavernier était en mission commando à Tallinn. Marquée au fer rouge par son échec aux Europe espoirs de Tampere en 2013 (élimination en qualifs), la Savoyarde avait une revanche à prendre. Avec son jet à 72,98 m dès son premier essai des qualifications vendredi, la plaie était cautérisée. Elle a recousu le tout avec des fils d’or, en expédiant son marteau à 71,68 m à sa première tentative, avant d’enjoliver un peu la cicatrice avec un dernier essai à 72,50 m.
Pourtant, la perfectionniste Alexandra n’avait pas la mine des grands jours au moment de brandir le drapeau tricolore. « Je voulais mon record de France. Je ne crache pas sur un titre, mais sur le coup, j’ai un peu du mal. Maintenant, il faudra sortir les gros jets aux Mondiaux. D’ici là, il faudra retravailler certaines choses, car les concours de qualifications et la finale en Chine seront à peu près aux mêmes horaires qu’aujourd’hui », avançait-elle. Parmi les détails qui la chiffonnaient, une gestion émotionnelle encore perfectible. « J’ai perdu beaucoup de jus en qualifs à cause du stress lié à Tampere. Et encore aujourd’hui, je me suis levée tôt, et la journée a été très longue. » Déjà tournée vers l’avenir, elle connaît le chemin.

La Phrase du jour

« On peut mesurer 1,70 m et faire de gros chronos »
Champion d’Europe espoirs du 400 m en 45’’50, Thomas Jordier avait à cœur de partager son titre avec beaucoup de monde. « Mes camarades d’entraînement, ma famille, mon coach, mes amis, et aussi tous ceux qui m’ont critiqué cette année et dans les années précédentes. J’ai prouvé qu’on pouvait mesurer 1,70 m et faire de gros chronos. »
Il est arrivé sur le stade au ralenti, pendant que les autres rejoignaient leurs blocs de départ promptement, pressés d'en découdre. Mais après le coup de feu du starter, c'est bien lui qui est allé le plus vite. Formé au Tremblay AC par Randy Fondelot, le facétieux Jordier a opté pour un schéma de course assez différent lors de la finale du tour de piste, avec un départ très tonique, « peut-être un peu trop rapide. Cela me coûte un peu de solidité en fin de course. Habituellement, je pars plus lentement, et je finis plus vite. Là, j’ai fait l’inverse. Ainsi, je cherchais les minimas pour les Mondiaux de Pékin », relevait-il. Il a finalement manqué deux dixièmes, mais le quartermiler l’a vite oublié. « Je vais entendre pour la première fois ma Marseillaise, et ça fait vraiment plaisir. » Avant de filer sur le podium, il avait aussi une pensée pour sa « maman de coeur, Mme Laurence Haller, qui est décédée y’a trois ans. Elle avait déjà cinq enfants, et elle m’a pris sous son aile, comme un sixième. Elle m’a encouragé, m’a mis des baffes quand il le fallait et m’a réconforté lorsque j’en avais besoin. Je lui dédie cette belle médaille. » Le partage, encore.

Le Chiffre

2
Un record de France ne tombe pas tous les jours. Voir deux Françaises le battre dans la même course est encore plus rare. Sur 3 000 m steeple, Maeva Danois (9’40’’89) et Emma Oudiou (9’44’’74) ont réussi une performance de premier choix. Aspirées par l’intouchable Turque Tugba Guvenc, les deux Françaises sont montées sur le même podium. Ce n’était plus arrivé depuis 2005 (Kankarafou et De Lépine sur 100 m, et Dossevi et Clavier à la perche). Maeva Danois a même entrevu la victoire, lorsque Guvenc a chuté sur la barrière placée à 300 m de l’arrivée. « J’en avais rêvé la nuit d’avant, et quand c’est arrivé, je me suis demandé si j’étais encore en train de rêver. Mais je n’avais pas les moyens d’aller la chercher », se marrait-elle. « Je suis très heureuse de cette première médaille en championnat. Je n’étais pas stressée avant la course, j’ai vraiment passé un cap à ce niveau-là. Et puis, j’ai facilement trouvé ma place derrière la Turque, et la course s’est parfaitement déroulée. Je l’ai vraiment savourée. C’est d’autant plus beau que le podium est partagé avec Emma, que j’apprécie », souriait-elle.
Emma Oudiou a dû faire appel à son orgueil et puiser dans ses dernières forces, lorsque la Finlandaise Camilla Richardsson l’a rejointe à la dernière barrière. Au prix d’une ligne droite pleine de hargne, elle a conservé sa place sur la boîte. « C’est ma première médaille internationale, et les deux devant moi étaient plus fortes aujourd’hui. Dans deux ans, je reviendrai pour l’or, mais d’abord je vais savourer. J’ai été malade une semaine avant ces championnats, et même si ce n’est pas du tout une excuse pour aujourd’hui, cela m’a fait douter un peu. Et c’est encore mieux d’être deux Françaises sur le même podium. » Le partage, toujours.

Le Coup Dur

Gado se mord les doigts
Tout avait pourtant bien commencé pour Ruben Gado. Un nouveau record personnel sur 100 m pour débuter son décathlon (10’’85), récompensé par le dossard jaune de leader du classement provisoire. Mais dès la deuxième épreuve de la journée, hélas, patatras. Trois essais mordus, dont le dernier de justesse, ont ruiné les espoirs du jeune combinard clermontois. A chaque fois, il semblait être retombé au-delà de son record personnel (7,31 m). La grande forme était là, assurément. « Il avait trop de cannes, relève Pierre-Charles Peuf, qui suit et encadre les décathloniens sur ces championnats d’Europe espoirs. A chaque fois, il a reculé d’un pied, mais cela n’a pas suffi. » L’apprentissage du haut niveau passe souvent par de douloureuses expériences.

Les Promesses

Parti sur les chapeaux de roues (deux records personnels d’entrée de jeu), le décathlon de Basile Rolnin a subi un petit coup d’arrêt à la hauteur (1,86 m). « Ce n’est pas honteux, mais presque, dans le contexte d’un championnat d’Europe. J’ai pensé arrêter mon décathlon, mais mon coach et les kinés ont fait ce qu’il fallait pour me rebooster et soigner mon genou droit, douloureux à cause de tendinites chroniques. » Après un bon 400 m en 50’’73, l’Amiénois était regonflé à bloc. « Je suis en avance d’une quarantaine de points sur mon record personnel, et ma journée forte est la deuxième, alors je suis pressé d’y être », annonçait-il au moment de faire le bilan à mi-parcours.
Ludvy Vaillant voit les choses à plus long terme. Coureur de 400 m haies, le Martiniquais s’est aventuré ces dernières semaines sur le plat, avec une certaine réussite puisqu’il a pris la septième place de la finale remportée par Thomas Jordier. Surtout, son nouveau record personnel (46’’03 en séries, record de Martinique) laisse augurer une suite prometteuse sur la distance de ses premières amours. « Je me sens toujours hurdler, et dès les championnats de France dans quinze jours, je referai des haies. » Avec de solides bases de vitesse et de résistance acquises cette saison.

Et Aussi

Discrète, Brigitte Ntiamoah se fait une place au soleil. Alors que le clan français reprenait à peine son souffle suite à une avalanche de médailles sur la piste rouge, la sprinteuse alsacienne a saisi l’occasion parfaite pour en remettre une couche. En battant son record en séries la veille (23’’19), elle avait entrouvert une porte qui ne demandait qu’à bailler en grand. Idéalement placée entre les deux Allemandes Haase et Freeze, la Mulhousienne a profité du cadre pour aller cueillir une jolie médaille de bronze en 23’’47, quelques heures après sa camarade d’entraînement Maeva Danois, au sein du groupe de Bruno Gajer. « Je trouve que je ne suis pas bien partie, mais après, j’ai fait mon taf’. J’étais arrivée ici avec le cinquième chrono, et je termine troisième, je suis super contente. » Plutôt avare de mots, Brigitte a trouvé sur la piste un parfait moyen d’expression. Elle y retournera dès dimanche pour le relais 4x400 m. « J’ai hâte d’y être », glissait-elle peu de temps après l’arrivée. Cela sonne comme une promesse.
Au sein du collectif bleu, Brigitte pourrait bien côtoyer Aurélie Chaboudez, en fonction de l’état de forme de cette dernière lors de la finale du 400 m haies. En demi-finale ce vendredi, la Doubiste a peiné à se qualifier, mais a assuré l’essentiel en 56’’97. Margaux Soriano (58’’25) et Joan Medjid (58’’52), n’ont pas réussi à l’accompagner. Jean-Marc Pontvianne a vu s’envoler la finale du triple saut pour deux petits centimètres seulement, pénalisé par des problèmes lors de sa course d’élan. Marvin René, encore émoussé par son long voyage jusqu’à Tallinn, a montré qu’il avait les moyens d’aller très vite sur 200 m en réalisant un excellent virage, mais a payé sa fatigue dans la ligne droite. Il s’est arrêté au stade des demi-finales, au contraire de Stuart Dutamby, qualifié pour la grande finale. Lors de celle-ci, il a pris une méritoire cinquième place en 20’’89.
Tout comme le protégé de Guy Ontanon, Alexia Sedykh est passée tout près d’une médaille individuelle, deux ans après le bronze à Tampere au marteau. Avec 67,37 m, elle termine à la quatrième place, sans céder à la morosité. « Je suis déçue car j’aurais aimé lancer plus loin, mais c’est le jeu », rappelait-elle fort justement. Le constat, plein de sagesse, prévaut également pour Axel Chapelle, dixième de la finale de la perche avec 5,20 m, mais aussi Nicolas Borome, septième du 110 m haies en 14’’05 et Alexis Miellet, neuvième du 1500 m en 3’46’’59. Dans d’autres circonstances, une issue plus souriante leur arrivera sans doute.

L’image du jour, chez nos voisins européens

Insolent de facilité jeudi soir sur 10 00 m, Ali Kaya a remis ça sur 5 000 m ce samedi. Après un kilomètre de course, il avait déjà une ligne droite d’avance sur le peloton. Un peloton assez désorganisé qui a connu une course pleine d’à-coups. Les deux Français Alexandre Saddedine et Félix Bour ont bien tenté de se porter en tête pour réguler l’allure, mais n’ont pas réussi. Bour, quinzième, a craqué dans le dernier kilomètre (14’25’21), tandis que Saddedine, finalement septième, a manqué de jambes dans l’emballage final, alors qu’il était à la lutte pour une médaille.

A Tallinn, Etienne Nappey pour athle.fr

Les photos de la journée en cliquant ici 
Revivez le film de la journée en cliquant ici

Tous les résultats des français en cliquant ici

RB
Admin Athle.fr
les réactions (1)
Erick Lecocq - 12/07 (08h03)
Bonjour, a tous. Un très grand bravo aux jeunes espoirs, l'athlétisme français à une belle page à écrire. J'espère que nous seront a la hauteur pour les Championnats du Monde masters à Lyon en aout prochaine. -:) bravo.Erick
Commentez cette actualité
Pour commenter une actualité il faut posséder un compte sur le site FFA, utilisez la rubrique ci-dessous pour vous identifier ou vous créer un compte.
Login (Email) : 
Mot de Passe : |
mot de passe oublié ?
dans la même rubrique
25/02 >  
10/01 >  
24/12 >  
25/10 >  
14/10 >  
20/09 >  
30/08 >  
26/08 >  
27/07 >  
26/07 >  
le reste de l'actualité
03/04 >  
03/04 >  
02/04 >  
01/04 >  
30/03 > (1)
30/03 > (1)
27/03 >  
25/03 >  
24/03 > (1)
23/03 > (6)
20/03 > (1)
19/03 > (9)
18/03 >  
18/03 >  
17/03 >  
13/03 > (19)
10/03 > (1)
09/03 >  
09/03 > (2)
06/03 > (5)
06/03 > (2)
04/03 > (2)
03/03 > (32)
02/03 >  
02/03 >  
rechercher
Fil
Info
12345
boutique
FFA
INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS