MES ACCÈS
Trouver un club près de chez vous
Derniers
clichés
Les
Vidéos
Espaces
FFA
STRUCTURES
CLUBS
l'actu des espaces | infos
Florian Carvalho : « Une équipe pour récupérer notre titre »
Commentez cette actualité(1)
Florian Carvalho : « Une équipe pour récupérer notre titre »

Florian Carvalho a rattrapé pas mal de temps perdu, dimanche dernier, lors de l’épreuve de sélection pour les championnats d’Europe de cross. Sur le parcours de Gujan-Mestras, en Gironde, l’athlète de l’US Nemours Saint-Pierre a envoyé aux oubliettes le souvenir de ses genoux douloureux et du syndrome de l’essuie-glace (tendinite du fascia lata) qui l’a privé de saison estivale 2015. Second de la course, mais premier Français une vingtaine de secondes devant ses compatriotes, il a gagné en confiance et prouvé qu’il faudrait compter avec lui lors des Europe d'Hyères, le 13 décembre prochain. Il n’en oublie pas pour autant l’enjeu collectif de la compétition. Entretien.

Athle.fr : Premier Français, deuxième de la course, on vous imagine satisfait après ce cross de sélection…
Florian Carvalho : J’étais juste venu pour prendre ma qualification pour les Europe, mais je ne connaissais pas du tout le parcours. Je ne savais pas à quoi m’attendre. Il n’était pas gras, c’est déjà plus plaisant pour moi. Au final, j’ai plutôt eu de bonnes sensations, j’ai pris du plaisir, même si j’ai eu du mal sur certaines parties de la course. Je crois que la saison estivale m’a fait défaut, comme on l’analysait avec mon entraîneur après la course : je manquais d’allure, ça allait très vite et je pensais parfois que je ne pourrais pas suivre. Mais quelques instants après, ça allait mieux. C’était étrange. Après, une fois passée la mi-course, je savais que j’allais pouvoir bien finir.

Surpris, donc, de vous retrouver devant ?
Franchement, je ne pensais pas jouer la gagne, mais cela a été possible à un moment donné, et j’ai essayé. Mais le plus important était de se rassurer. En plus je me suis bien rentré dedans, et je pense que cette course m’aura bien débridé.

Finir devant tous les autres Français est une surprise, après la saison estivale blanche que vous avez connue ?
En fait, j’ai eu la chance, entre guillemets, de ne pas faire de saison estivale. J’ai pu reprendre plus tôt, dès fin août, avec un entraînement par jour. Les autres coureurs ont eux planifié les Europe comme pic de forme, et je pense qu’ils sauront élever leur niveau d’ici trois semaines. Là, tout sera remis à zéro, ce sera une autre course pour nous tous.

Justement, comment voyez-vous la compétition sur l’hippodrome d' Hyères ?
On a une belle équipe, et tout le monde a envie de bien faire, chez nous, en France. Il y a Mohrad (Amdouni) ou Timothée (Bommier), qui fait 10e l’an passé et est toujours régulier en équipe de France, comme d’autres coureurs sur qui ont peut compter car on sait qu’ils ne font jamais de contre-perf. C’est une équipe sûre, et c’est ce qu’il faut pour récupérer ce titre de champion d’Europe qui nous fuit depuis quatre ans maintenant, où nous terminons 4e (ndlr : la France a effectivement toujours échoué au pied du podium depuis son dernier titre par équipe en 2011). Ce sera à la maison, on sera bien, avec une équipe jeune en plein renouveau.

Sur le plan personnel, vous êtes déjà champion d’Europe junior (2008), puis espoir (2011), 4e en senior l’an passé… La suite logique serait d’accrocher le titre chez les grands, non ?
Je fais 4e l’an dernier sur un parcours boueux, difficile, où on ne tournait pas plus vite qu’à 18 km/h… Cela n’aura rien à voir avec Hyères, j’espère. Je peux viser une médaille, pourquoi pas le titre… Mais cela reste la course d’un jour, on n’est à l’abri de rien. Je vais en tout cas tout faire pour être aussi fort, voire plus fort qu’à Gujan. Mais je ne maîtrise pas le niveau des autres…

Le fait de courir en France sera-t-il un réel avantage, ou un surcroît de pression ?
La pression, on l’a quoi qu’il arrive quand on joue une médaille. Je l’aurai, comme tout le monde, en France comme à l’étranger. La différence c’est qu’ici, il y aura plein de gens qu’on connaît, les amis, la famille, des athlètes du club… Malgré le manque de médiatisation, il y a beaucoup de monde en France qui aime le cross. On aura tout fait avant pour être prêts, et on sait qu’on sera soutenus jusqu’au dernier mètre de la course par toute une nation. Ce sera très positif.

Physiquement tout va bien aujourd’hui ? Les blessures sont derrière vous ?
Oui, ça va. Le syndrome de l’essuie-glace est venu d’abord sur le genou gauche, puis à droite après les championnats d’Europe en salle de Prague. J’ai eu de petites tensions, de petites gênes jusqu’à fin août, ce n’était pas évident. Mais là, je n’ai plus aucune douleur.

Vous étiez même en forme dès début octobre, où on vous a vu réaliser un chrono très concluant, 29’00 en passant en 14’45 au 5e, pour le premier 10 km de votre carrière…
J’avais de meilleures sensations ce jour-là à Paris qu’à Gujan dimanche dernier ! Des sensations exceptionnelles. C’était mon premier 10 km, je n’avais aucun repère. Le fait de pouvoir enchaîner à nouveau des séances après ma blessure faisait plaisir, je n’avais rien à perdre… Cela m’a permis de repartir sur de bonnes bases.

Cette expérience vous donne l’envie d’aller tenter votre chance sur les distances supérieures, comme le 5000 m sur piste ?
J’ai encore un goût d’inachevé sur le 1500 m. Quand je fais 3’33 (ndlr : 3’33’’47 en 2013), je pouvais descendre un peu plus bas, je pense. Mais au-delà de l’aspect chrono, faire une finale olympique sur 1500 m, ce serait beau… J’ai pris du plaisir sur un 10 km, mais il n’est pas dit que ce sera le cas à chaque fois. Sans compter que pour exister au niveau international sur cette distance, il faut tourner en 27’30. C’est un autre monde. Je prends du plaisir à m’entraîner sur 1500, et il faut rester là où on se plaît.

Propos recueillis par Cyril Pocréaux pour athle.fr

Retrouvez la biographie de Florian en cliquant ici

Retrouvez tous les reportages, interviews et résultats de l’athlétisme en vous abonnant sur ce site à Athlétisme Magazine, le mensuel de référence de l’athlétisme français. Cliquez ici !!

 

RB
Admin Athle.fr
les réactions (1)
Jean Gilbert - 30/11 (00h44)
Heureux que Florian revienne à un bon niveau, juste à temps pour ce championnat d'Europe "at home". Il nous manquait... Ce charmant garçon, qui a "oublié d'être c..", il suffit de lire son entretien plus haut, fait mentir l'assertion qui voudrait qu'un athlète de niveau national à 15 ans ne pouvait émerger, dix ans plus tard, chez les "grands". On suivra avec attention, et sympathie, ce come back original. Qui nous fait penser à celui d'Amdouni en 2015, après plusieurs saisons blanches...
Commentez cette actualité
Pour commenter une actualité il faut posséder un compte sur le site FFA, utilisez la rubrique ci-dessous pour vous identifier ou vous créer un compte.
Login (Email) : 
Mot de Passe : |
mot de passe oublié ?
dans la même rubrique
09/03 >  
06/03 > (5)
07/01 > (1)
19/12 > (4)
11/12 >  
28/11 >  
20/11 > (1)
13/11 > (2)
07/11 > (1)
16/10 > (3)
le reste de l'actualité
03/04 >  
03/04 >  
02/04 >  
01/04 >  
30/03 > (1)
30/03 > (1)
27/03 >  
25/03 >  
24/03 > (1)
23/03 > (6)
20/03 > (1)
19/03 > (9)
18/03 >  
18/03 >  
17/03 >  
13/03 > (19)
10/03 > (1)
09/03 > (2)
06/03 > (2)
04/03 > (2)
03/03 > (32)
02/03 >  
02/03 >  
01/03 >  
29/02 >  
rechercher
Fil
Info
12345
boutique
FFA
INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS