MES ACCÈS
Trouver un club près de chez vous
Derniers
clichés
Les
Vidéos
Espaces
FFA
STRUCTURES
CLUBS
l'actu des espaces | infos
Emilie Menuet : « Si je veux aller aux Jeux… »
Commentez cette actualité
Emilie Menuet : « Si je veux aller aux Jeux… »

C’est le genre de performance qu’on attend plus tard dans la saison, pas forcément à l’occasion d’une épreuve régionale en janvier. Mais, décidément, Emilie Menuet progresse à  pas de géante dans le landernau de la marche. Après avoir pris part aux Mondiaux de Pékin (dont elle a terminé 31e), une première depuis douze ans pour une Française, et amélioré le record national sur 5000 m (21’41’’72) en 2015, la sociétaire de Blois-Onzain a amélioré le record de France du 3000 m en salle, dimanche dernier, à l’occasion des championnats régionaux d’Ile-de-France à Eaubonne. En 12’35’’17, elle efface Fatiha Ouali (12’40’’44 en 2002) des tablettes. De quoi voir s’ouvrir la saison olympique avec sérénité, et une certaine dose d’ambition.

Athle.fr : Emilie, vous vous attendiez à améliorer aussi nettement le record de France du 3000 marche à cette période ?
Emilie Menuet : Ce n’était pas vraiment planifié, non, car je suis rentrée de deux semaines de stage au Portugal le samedi, la veille de l’épreuve. C’était plus un test pour voir où je me situais, sachant qu’il y avait la fatigue du stage… Je voulais partir vite (ndlr : elle est passée en 4’08 au premier mille), mais le record n’était pas un objectif.

Vous n’avez pas l’air si surprise, finalement…
Surprise, si, car c’est une belle rentrée, mais j’avais vraiment bien travaillé à l’entraînement, et j’avais déjà fait cette performance sur 3000 m en extérieur l’été dernier. C’est vrai qu’en salle, avec les virages relevés, sur une piste de 200m et en devant doubler souvent au deuxième couloir comme je l’ai fait dimanche, c’est plus compliqué. Mais cette performance est logique dans le sens où si je veux réussir à faire les minima pour les Jeux (ndlr : 1h31’45) cette année, je dois progresser encore un peu. Le niveau des femmes est très relevé, il faut donc en passer par là si je veux faire les Jeux…

Justement, vous avez pris part à vos premiers Mondiaux à Pékin l’été dernier. Qu’en avez-vous retenu ?
Que le niveau international est très fort, bien plus que ce qu’on peut connaître en France. On a quand même la chance d’avoir la Coupe d’Europe ou la Coupe du Monde chaque saison, ce qui nous permet de côtoyer ce niveau. Mais je me suis rendu compte qu’il y avait encore pas mal de travail à effectuer… Il existe encore un fossé avec les meilleures mondiales. Mais si les Chinoises paraissent inaccessibles, les autres Européennes, les Portugaises, les Italiennes, ne sont pas si loin.

Vous avez obtenu votre diplôme de kinésithérapeute l’été dernier. Vos conditions de vie et d’entraînement ont changé ?
J’ai commencé à travailler dès septembre, période où je coupais niveau entraînement, à Orléans, où j’avais effectué mes études. Je travaille en libéral dans un cabinet auquel j’ai exposé mon projet, et qui me permet de ne pas travailler à temps plein pour pouvoir m’entraîner. C’est aussi ce qui m’a permis de partir deux semaines au Portugal. J’ai aussi changé d’entraîneur. Ce n’est pas un conflit, mais Marc Glaudel me suivait depuis que j’étais benjamine, et j’avais besoin d’autre chose. Or j’ai rencontré Pierre Pompili, qui vit à Font-Romeu et entraîne des triathlètes et des coureurs sur route ou de longues distances. Il a aussi pratiqué un peu de marche dans sa jeunesse. J’ai pensé qu’il pouvait me donner un nouvel élan.

Vous ne craigniez pas de choisir un entraîneur qui n’était pas spécialiste de marche ?
En fait, la plupart des entraîneurs de marche viennent du demi-fond, aujourd’hui. Ce sont les mêmes filières d’effort, et ils ont tout de même la vision d’une discipline de fond. Quant au travail technique de la marche, il est aujourd’hui acquis, et ce sont juste de petits détails qui vont me permettre d’aller plus vite.

Votre coach vous entraîne à distance ?
Oui, comme les années précédentes, en fait. Cela fait six ou sept ans que c’est comme ça, cela ne me dérange pas. Il y a aussi à Saran un groupe de marcheurs que je rejoins deux ou trois fois par semaine pour partager leurs séances.

Cette collaboration a-t-elle amené des changements dans votre préparation qui vous ont permis de progresser ?
Par rapport à ce que je viens de réaliser en salle, je crois que j’avais déjà pas mal d’acquis de l’été dernier. J’ai un peu augmenté mon volume de travail, surtout pendant le stage au Portugal. Après, les principes de travail restent les mêmes. J’ai fait pas mal de VMA et de travail foncier depuis novembre.

Et pour la suite de cette saison olympique, quelle sera votre programme ?
Je marcherai aux championnats de France élite en salle (ndlr : les 26-27 février), pour le plaisir, pour mon club, pour travailler la vitesse, aussi. Il y aura ensuite les championnats de France des 20 km, le 13 mars. Puis la Coupe du Monde de marche à Rome (nouvellement Championnat du monde de marche par équipes, les 7-8 mai). On cherchera ensuite un autre 20 km pour réaliser les minima si je ne les ai pas encore faits. Je pense que ce sera un peu juste pour que je sois au top dès les championnats de France, mais on verra… Il faudra en tout cas que toutes les conditions soient réunies pour que j’y parvienne.

En tout cas, cela se présente bien, vu votre performance à Eaubonne…
Oui, et puis, je suis contente d’avoir battu ce record de France là-bas. Jean-Pierre Dahm, qui est juge sur la marche et était présent sur la compétition, venait de perdre son papa quelques jours plus tôt (ndlr : Jean Dahm, figure historique de la marche en France, officiel international et organisateur, nous a quittés le 17 janvier 2016). Je sais que cela lui tenait à cœur.

Propos recueillis par Cyril Pocréaux pour athle.fr

Retrouvez la biographie d'Emilie en cliquant ici

Retrouvez tous les reportages, interviews et résultats de l’athlétisme en vous abonnant sur ce site à Athlétisme Magazine, le mensuel de référence de l’athlétisme français. Cliquez ici !! 

 

RB
Admin Athle.fr
les réactions
Commentez cette actualité
Pour commenter une actualité il faut posséder un compte sur le site FFA, utilisez la rubrique ci-dessous pour vous identifier ou vous créer un compte.
Login (Email) : 
Mot de Passe : |
mot de passe oublié ?
dans la même rubrique
04/10 >  
23/09 >  
18/05 >  
13/05 >  
29/04 >  
20/04 >  
06/04 >  
30/03 >  
26/03 > (5)
16/03 > (1)
le reste de l'actualité
22/10 >  
22/10 >  
22/10 > (2)
20/10 >  
19/10 > (1)
18/10 >  
18/10 >  
18/10 >  
17/10 > (1)
15/10 >  
15/10 > (1)
15/10 > (3)
12/10 >  
11/10 >  
11/10 > (1)
11/10 > (1)
07/10 >  
04/10 >  
28/09 > (3)
27/09 > (1)
27/09 >  
24/09 >  
24/09 > (1)
20/09 >  
20/09 >  
rechercher
Fil
Info
22/09 (12h17)
Histoire (par la CDH) : Le marathon de Neuf-Brisach
12/09 (10h29)
Recherche entraîneur confirmé au Nantes Métropole Athlétisme
06/09 (11h38)
La Fédération Luxembourgeoise d’Athlétisme (FLA) recherche
03/09 (21h44)
Meeting National de la Roche sur Yon (P-L) : les résultats
03/09 (09h02)
Le Castres Athlétisme recrute
12345
Défi
Perf
Gros
Plans
Inscrivez-vous et abonnez-vous gratuitement sur la plateforme de formation pour tous les licenciés FFA en CLIQUANT ICI. Puis sur la plateforme accédez aux différents contenus en cliquant sur « JE M’ABONNE ». En cas de souci d’abonnement, cliquez sur le lien ci-dessus, puis allez dans la rubrique « CONTACT ». Les domaines (Direction, Jury, Encadrement sportif, et Organisation d’événements) ont leurs propres contenus.
boutique
FFA
INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS