MES ACCÈS
Trouver un club près de chez vous
Derniers
clichés
Les
Vidéos
Espaces
FFA
STRUCTURES
CLUBS
l'actu des espaces | infos
Dimitri Bascou : « On a tous été marqués par Ladji »
Commentez cette actualité
Dimitri Bascou : « On a tous été marqués par Ladji »

C’est une page de l’histoire de l’athlétisme français qui a été tournée, samedi dernier à Berlin, par Dimitri Bascou. Avec ses 7’’41 sur 60 m haies, le Cristolien a effacé d’un centième le dernier record de France seniors que détenait Ladji Doucouré*. Comme tous les hurdlers de sa génération, l’athlète entraîné par Giscard Samba a été un grand admirateur du champion du monde 2005. Pour athle.fr, Dimitri Bascou revient sur son exploit berlinois et sur la manière dont il aborde les courses avec obstacles. A la recherche du fragile équilibre entre agressivité et relâchement qui, lorsqu’il est trouvé, ouvre de nouvelles frontières.

Athle.fr : Dimitri, combien de fois avez-vous revu votre course de Berlin ?
Une bonne trentaine de fois. Je voulais savoir ce qu’il en était techniquement et ça me faisait aussi plaisir de revoir ce 60 m haies. Je me rends compte qu’il y a encore des points à améliorer. L’aspect positif, c’est que j’arrive enfin à prendre des départs qui me ressemblent et je conserve une belle vitesse jusqu’à l’arrivée. Mais j’arrive encore trop près de la première haie. Je dois aussi être un peu plus naturel lors du franchissement des obstacles et trouver du relâchement. Je suis presque trop agressif.

Avez-vous été surpris par le retentissement qu’a eu votre record de France ?
Oui et non. Oui, car mon résultat a été beaucoup relayé assez vite. Non, parce que c’est un record qui a été frôlé par plusieurs Français, notamment par ceux qui sont allés très vite en plein air, mais que personne n’avait réussi à faire tomber depuis dix ans (ndlr : en fait, onze ans). Et puis, il n’était pas détenu par n’importe qui. C’était le record le moins atteignable laissé par Ladji (Doucouré). Les athlètes autour de 7’’40 sur 60 m haies sont moins nombreux que ceux en moins de 13’’ sur 110 m haies (ndlr : 18 en 7’’41 ou moins, contre 20 en moins de 13’’). Mais c’est aussi dû au fait que certains hurdlers ne font pas d’indoor.

Que représentait Ladji Doucouré pour vous lorsque vous étiez plus jeune ?
Je ne vais pas mentir : oui, je l’admirais. On a tous été marqué par sa technique de départ si particulière, avec sa tête relevée en direction de la première haie. C’était un personnage à part qui, en plus, avait de bons résultats. Il m’a donné envie de faire comme lui. C’est un grand honneur de battre son record. On aura sans doute bientôt l’occasion de se rencontrer en compétition et d’en discuter.

Avez-vous toujours été un bon partant ?
J’arrive à partir fort depuis que j’ai commencé l’athlé. C’est quelque chose que je n’explique pas. C’est peut-être dû à mes qualités nerveuses. J’arrive à m’activer dès le coup de feu. C’est un peu mon côté sprinter. J’ai toujours été capable de courir vite. En cadet, lors de mon premier 100 m (en 2004), j’ai été chronométré en 10’’90. C’était lors du meeting IAAF de Fort-de-France (Martinique). Il faut dire que la présence de Maurice Greene m’avait boosté. Il n’était pas dans la course mais il s’échauffait vers le sautoir en longueur, accompagné de tout son staff. J’étais au couloir 8 donc je savais que j’allais passer juste à côté de lui (rires).

Quelles sont vos intentions techniques sur les premiers appuis ?
Je prends surtout des repères visuels. J’utilise beaucoup mes bras et j’essaye de pousser le plus possible dans l’axe, pour avoir le maximum d’efficacité vers l’avant. Je cherche le meilleur angle possible. Je ne me focalise pas plus que ça sur le temps de réaction. D’ailleurs, en finale à Berlin, j’ai eu le moins bon de tous les hurdlers, avec 157 millièmes.

L’an dernier, à la même époque, vous nous expliquiez avoir des progrès à faire au niveau de la concentration en course…
C’est un palier que j’ai franchi. Pendant ma carrière, j’ai connu une période de doutes, même si j’arrivais à me mettre dans ma bulle quand il y avait de l’enjeu. Avec Giscard (Samba), on a cherché à ce que je retrouve une confiance stable. Désormais, quand je cours, je ne pense qu’à mes intentions. Je ne regarde plus ce que font les autres. J’ai travaillé avec mon coach et aussi avec une préparatrice mentale, que j’ai vue deux fois avant les Mondiaux de Pékin. Le but, à l’entraînement, c’est que tous mes gestes deviennent instinctifs, afin d’éviter tout parasitage. Rester dans sa bulle, c’est se trouver soi-même et agir avec ses propres armes.

Dans quel état d’esprit allez-vous aborder les championnats du monde de Portland ?
C’est un véritable objectif, que j’ai en tête depuis le début de la saison. Je veux ramener une médaille et m’affirmer à fond lors de ce championnat. Mais c’est aussi une étape dans la perspective de la saison estivale.

Votre finale mondiale à Pékin (5e) a-t-elle servi de déclic sur le plan mental ?
En 2015, j’ai connu un petit passage à vide en début de saison. Le 110 m haies, ce n’est pas la même chose que le 60 m haies au niveau de l’attitude à avoir. Sur la plus longue des deux distances, il faut trouver le l'attitude qui permettra  garder une constance technique. Cette attitude, j’ai commencé à la trouver à partir des séries des championnats de France Elite, mais j’étais malheureusement un peu blessé. Ce n’est qu’à Pékin, lors de mes trois courses, que j’ai pu mettre tout ça véritablement en pratique. Ça m’a donné de la confiance sur ma capacité à être bon tout au long d’un 110 m haies.

Fatalement, vous pouvez commencer à rêver maintenant à la barrière des 13’’…
13’’, c’est une belle barrière, mais ce n’est pas une finalité. Ce serait un bon passage pour cet été. Mais pour moi, une saison réussie, c’est être capable de répéter plusieurs fois une performance pour arriver à réaliser l’exploit lors de la course de championnat. Tout ce qui se passe avant, ça n’est que de l’entraînement.

Propos recueillis par Florian Gaudin-Winer pour athle.fr

*si l’on excepte le 50 m haies, distance parcourue par Ladji Doucouré en 6’’36 lors de son record de France du 60 m haies en 7’’42.

Retrouvez la biographie de Dimitri en cliquant ici

Retrouvez tous les reportages, interviews et résultats de l’athlétisme en vous abonnant sur ce site à Athlétisme Magazine, le mensuel de référence de l’athlétisme français. Cliquez ici !!

 

RB
Admin Athle.fr
les réactions
Commentez cette actualité
Pour commenter une actualité il faut posséder un compte sur le site FFA, utilisez la rubrique ci-dessous pour vous identifier ou vous créer un compte.
Login (Email) : 
Mot de Passe : |
mot de passe oublié ?
dans la même rubrique
22/09 >  
21/08 >  
22/07 > (1)
15/07 > (1)
10/06 > (1)
20/04 > (2)
09/03 >  
06/03 > (5)
07/01 > (1)
19/12 > (4)
le reste de l'actualité
29/09 >  
27/09 >  
25/09 >  
25/09 >  
25/09 >  
25/09 >  
24/09 >  
23/09 >  
21/09 >  
21/09 > (8)
21/09 > (1)
21/09 > (1)
20/09 > (2)
19/09 >  
18/09 >  
18/09 >  
18/09 >  
18/09 >  
17/09 > (3)
17/09 >  
17/09 >  
16/09 > (1)
16/09 >  
15/09 >  
15/09 > (2)
rechercher
Rentrée
2020-2021
Fil
Info
12345
Gros
Plans
Inscrivez-vous gratuitement sur la plateforme de formation pour tous les licenciés FFA en CLIQUANT ICI. Puis sur la plateforme accédez aux différents contenus en cliquant sur « JE M’ABONNE ». En cas de souci d’abonnement, cliquez sur le lien « CONTACT ». Tous les domaines (Direction, Encadrement sportif, Jury et Organisation d’événements) ont leurs propres contenus.
boutique
FFA
INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS