MON ACCÈS
Trouver un club près de chez vous
Les
Vidéos
Derniers
clichés
Espaces
FFA
STRUCTURES
CLUBS
l'actu des espaces | infos
Kévin Campion : « Je ne me donne pas de limites »
Commentez cette actualité
Kévin Campion : « Je ne me donne pas de limites »

En avalant samedi 9 avril son 20 km marche en 1h20’45 dans les rues de Podebrady, à l’occasion d’un match international en République tchèque, Kevin Campion s’est offert un visa pour Rio. Pour 45’’, il a en effet réalisé le niveau de performance requis pour les Jeux olympiques. Un chrono tout proche de son record personnel (1h20’39 en 2014) qui lui ouvre de belles perspectives, et valide des choix forts effectués en début de saison. Confidences.

Athle.fr : On vous imagine heureux et soulagé…
Kevin Campion : Oui, évidemment, même si j’aurais aimé faire les minima un peu plus tôt, lors des championnats de France du 13 mars. Mais je me suis blessé en fin de stage, sur la dernière séance avant ces championnats. Une déchirure de l’aponévrose au niveau des ischios, qui m’a demandé dix jours de repos complet puis dix jours de vélo. Cela m’a un peu fait douter, mais ce n’était pas assez grave pour tout remettre en question. J’avais fait un gros cycle depuis le mois d’octobre, j’ai pu bien revenir.

Comment s’est déroulée la course à Podebrady ?
Je visais uniquement les minima, partir en 4’04 - 4’05 au km, sans partir trop vite. Quand le premier s’est détaché, le peloton a suivi, et je suis passé en 3’58 - 3’59 au kilo, mais je me sentais bien, et je n’étais pas embêté techniquement. Au 15e, sans aucun carton, j’ai compris que c’était fait, et je suis un peu sorti de ma course. Je n’ai même pas pensé à essayer de battre mon record. C’était secondaire.

Cela laisse penser que vous disposez encore d’une belle marge sur le plan chronométrique…
On est en pleine discussion à ce sujet avec mon entraîneur, Gilles Garcia, dans le but de préparer une programmation pour les Jeux. Vu ce que j’ai fait à Podebrady, j’ai de la marge, oui. Mais je ne sais pas laquelle, et je ne veux pas me donner de limites. On va bien se préparer, mais on ne connaîtra le résultat que le 12 août…

Quel sera votre programme d’ici là ?
En accord avec Pascal Chirat, je ne participerai pas aux Championnats du Monde par équipes au mois de mai. Je ferai les Interclubs, pour retrouver un peu la famille de l’athlé, puis un ou deux meetings, puis les championnats de France élite avant de revenir en stage à Font-Romeu, où je suis actuellement pour deux semaines. C’est surtout un stage de récupération et de ré-oxygénation après la compétition.

Vous aviez abandonné lors des Mondiaux de Moscou en 2013 et terminé 33e l’an passé à Pékin. Vous en avez tiré des enseignements ?
Jusque là, les grands championnats ne m’ont pas réussi. En septembre 2015, j’ai changé d’entraîneur. J’ai aussi mis l’accent sur le suivi psychologique, en travaillant avec un psychologue du sport. On a réussi à mettre des choses en place.

C'est-à-dire ?
Les échecs à Zurich (ndlr : 11e des Championnats d’Europe 2014), à Moscou, à Pékin, c’était trop répétitif. J’étais anxieux, je n’avais pas du tout confiance en moi. Ce fut un travail, il a fallu bien apprendre, bien écouter, puis bien appliquer tout cela à l’entraînement, assimiler les choses.

Que vous a appris le psychologue ?
Il m’a ouvert les yeux : « Ce n’est que du sport, la vie est belle, soyons positif et arrêtons de se prendre la tête. » J’ai appris à me concentrer sur moi-même, à ne pas penser par rapport aux autres. C’est fou, c’est tout bête, on se le répète, mais il suffit parfois que quelqu’un d’autre vous le dise pour le comprendre vraiment.

A Rio, au-delà des progrès physiques ou psychologiques, un autre élément peut jouer. Les marcheurs russes, largement concernés par les affaires de dopage, ne seront pas forcément là, et pas les suspendus en tout cas. Cela peut modifier la donne dans le peloton ?
Déjà, auparavant, on ne les voyait pas du tout sur les meetings, uniquement sur les grands championnats. On se sentira peut-être un peu plus libérés, oui… Mais sur 20 km, ils étaient moins présents depuis quelques années. Ce sont plutôt les Chinois qui ont récemment posé la main sur la discipline. Et ils n’auraient été que trois sur quatre-vingts au départ. Des gars en 1h19, il y en aura plein.

Finalement, vous avez déjà un objectif pour ces Jeux ?
C’est trop tôt pour y penser, et très difficile à dire… En fait non, ce n’est pas difficile, je ne peux pas dire ça. Je peux dire que je veux être le plus près possible de la première place, donc à mon meilleur niveau. Battre mon record personnel. Si c’est le cas, la place devrait être honorable…

Propos recueillis par Cyril Pocréaux pour athle.fr

Retrouvez la biographie de Kevin en cliquant ici

Retrouvez tous les reportages, interviews et résultats de l’athlétisme en vous abonnant sur ce site à Athlétisme Magazine, le mensuel de référence de l’athlétisme français. Cliquez ici !!

 

RB
Admin Athle.fr
les réactions
Commentez cette actualité
Pour commenter une actualité il faut posséder un compte sur le site FFA, utilisez la rubrique ci-dessous pour vous identifier ou vous créer un compte.
Login (Email) : 
Mot de Passe : |
mot de passe oublié ?
dans la même rubrique
18/06 > (3)
05/06 >  
22/05 >  
07/05 >  
30/04 >  
18/04 >  
04/04 >  
02/04 >  
27/03 >  
22/03 >  
le reste de l'actualité
20/07 >  
19/07 > (2)
19/07 > (1)
18/07 > (1)
18/07 >  
17/07 >  
17/07 >  
16/07 >  
16/07 >  
16/07 > (6)
15/07 >  
15/07 > (1)
14/07 > (1)
13/07 > (1)
13/07 >  
12/07 >  
12/07 >  
11/07 > (1)
10/07 > (2)
09/07 > (4)
08/07 >  
08/07 >  
07/07 >  
07/07 > (1)
07/07 >  
rechercher
Fil
Info
12345
boutique
FFA
Derniers
résultats
International
National
Régional
Départemental
INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS