MON ACCÈS
Trouver un club près de chez vous
Les
Vidéos
Derniers
clichés
Espaces
FFA
STRUCTURES
CLUBS
l'actu des espaces | infos
Bastien Auzeil : « Me faire plaisir, épreuve après épreuve »
Commentez cette actualité(2)
Bastien Auzeil : « Me faire plaisir, épreuve après épreuve »

Qualifié pour ses premiers Jeux olympiques à la faveur de ses 8197 points réalisés lors des championnats de France à Angers, Bastien Auzeil va rejoindre sa maman Nadine dans le cercle fermé des olympiens français en athlétisme. Le décathlonien grenoblois en profite pour faire le point sur sa saison, au déroulement inattendu, ses ambitions et sa préparation olympiques. En toute décontraction.

Bastien, où et comment s’est passée votre préparation pour les Jeux depuis les championnats de France Elite ?
Je me suis essentiellement préparé à Grenoble, chez moi, même s’il y a eu un stage d’une semaine à Montpellier. C’est toujours sympa de ne pas être tout seul, cela met un peu de vie, et on apprend à connaître les autres. Je partirai le 5 pour le camp de base de l’équipe de France à Sao Paulo pour faire les derniers réglages tranquillement, avant de décoller le 14 août pour Rio.

Pas de petits bobos ?
Rien à signaler de ce côté-là. J’ai traîné une blessure à l’épaule quasiment tout l’été, mais elle a disparu.

Vous avez participé à quelques épreuves le 16 juillet à Agen…
Il n’y a pas beaucoup de décathlons de niveau national sur le territoire française, cela me tenait donc à cœur d’y prendre part. J’y suis surtout allé pour faire quelques réglages techniques dans un contexte de compétition, mais compte-tenu de mon état de fatigue avancé à ce moment-là, cela s’est avéré être plus un entraînement.

Comme Kevin Mayer, vous avez pris la décision de ne pas aller aux championnats d’Europe d’Amsterdam…
Ce genre de décision n’est jamais facile à prendre. J’aime bien représenter la France, et refuser une sélection n’est pas évident. Mais j’ai fait le choix de la raison. Les Jeux, ce n’est que tous les quatre ans, et c’est la grosse échéance de l’été pour tout le monde. De cette façon, j’ai pu mieux récupérer et mieux me préparer pour Rio.

Sentez-vous monter une excitation particulière pour les Jeux ?
Par rapport aux championnats du monde auxquels j’ai participé l’an passé, on sent une différence. Les Jeux sont annoncés tous les jours à la télévision, les gens se renseignent. J’ai beaucoup de personnes autour de moi qui sont au courant que j’y vais et y prêtent attention. Mais cela ne me dérange pas, au contraire.

En avez-vous parlé avec votre maman Nadine, sélectionnée au javelot en 1988, 1996 et 2000 ?
Un peu, oui, même si on ne pratique pas la même discipline. Elle m’a dit que c’était une compétition incroyable, qui donnait envie d’y retourner à tout prix. J’espère que ça fera le même effet sur moi. Elle ne sera pas au Brésil, au contraire de ma copine qui a pu prendre des billets en avance, mais elle va me soutenir derrière la télé, c’est sûr !

Aborder une compétition de ce niveau avec un camarade engagé dans la même épreuve est-il plus facile mentalement ?
C’est difficile à dire aujourd’hui, puisque l’an passé à Pékin, j’étais tout seul, et ça s’était bien passé. Mais je pense que sur un décathlon, c’est toujours mieux d’avoir quelqu’un à qui parler. En plus, Kevin est un ami dans la vie. On peut s’entraider, partager les bons moments, et sortir un peu la tête du guidon pour se relâcher entre les épreuves, ce qui est très important pendant nos deux jours d’épreuves.

Quelles seront vos ambitions à Rio ?
Elles seront les mêmes qu’aux championnats de France, à savoir un objectif plus comportemental que lié à une place ou un nombre de points. Il s’agira d’abord de prendre les épreuves une par une, en me faisant plaisir, pour réussir une compétition aboutie. Si j’y parviens, je sais très bien que les performances suivront, et donc les points et la place viendront avec. Je pense que je peux espérer 8300 points ou mieux, et si c’est le cas, une place dans les huit premiers.

La saison écoulée s’est-elle déroulée comme vous l’aviez espérée ?
Pas du tout ! Je voulais prendre l’hiver comme une préparation, et je fais 0 à la perche aux France, ce qui n’est pas bon pour la confiance. J’avais prévu de faire les minima à Götzis pour ensuite être tranquille pour me préparer pour les Jeux, et je me blesse à l’épaule là-bas. C’était mal embarqué ! Heureusement, tout s’est mis en place au meilleur moment lors des championnats de France.

Vous avez débuté votre été par un décathlon en une heure du côté de Montpellier…
J’avais déjà essayé en une journée, mais jamais en une heure. La gestion de la fatigue change beaucoup de choses, parce qu’on n’a pas le temps de récupérer entre les épreuves. Le pire, c’est entre le 400 m et le 110 m haies. Mais sur le plan mental, il y a beaucoup de similitudes, parce que la notion d’enchaînement reste la même. On réfléchit beaucoup avant, sur le timing des épreuves. Il faut gérer certaines, comme le 400 m, pour ne pas flinguer la suite, mais en même temps ne pas trop mettre le frein à main, sinon, on perd beaucoup de points !

Peut-on facilement prévoir une telle épreuve en année olympique ?
Pour moi, bien sûr. Il n’y a pas plus de risques de blessures que lors d’un décathlon conventionnel, puisque les intensités ne sont pas du tout les mêmes. Comme on ne peut pas trop jouer sur le physique, on se focalise beaucoup sur la technique. Il y a donc moins de risques de se blesser, et c’est aussi très utile pour faire des ajustements techniques. Et puis, j’adore la compète, et j’avais envie de la faire !

Vous aviez battu tous vos records dans les épreuves de courses en 2015. Cette année, vous avez amélioré votre record personnel au disque. Est-ce un point que vous avez particulièrement travaillé ?
Le disque, cela fait deux-trois ans que je le travaille, et cela a fini par payer ! J’ai encore beaucoup travaillé les courses en 2016, même si cela ne s’est pas trop vu jusqu’à maintenant. J’espère que cela se verra à Rio…

Propos recueillis par Etienne Nappey pour athle.fr

Retrouvez la biographie de Bastien en cliquant ici

Retrouvez tous les reportages, interviews et résultats de l’athlétisme en vous abonnant sur ce site à Athlétisme Magazine, le mensuel de référence de l’athlétisme français. Cliquez ici !! 

 

RB
Admin Athle.fr
les réactions (2)
Michel Lafont - 07/08 (12h32)
Toute la joie de vivre et la fraîcheur de Bastien font plaisir à tous ceux qui le connaissent; "Merde" à toi Bastien.......... Forte pensée pour ces Jeux
René Fabreguettes - 02/08 (15h14)
10 épreuves en 60 min. Quelqu'un pourrait-il nous expliquer le déroulement des concours? Et surtout combien y avait-il de concurrents (2 ou3 ça doit passer, mais plus?). Ou bien l'heure était-elle élastique?
Commentez cette actualité
Pour commenter une actualité il faut posséder un compte sur le site FFA, utilisez la rubrique ci-dessous pour vous identifier ou vous créer un compte.
Login (Email) : 
Mot de Passe : |
mot de passe oublié ?
dans la même rubrique
16/08 >  
14/08 > (2)
02/08 >  
31/07 > (3)
18/06 > (3)
05/06 >  
22/05 >  
07/05 >  
30/04 >  
18/04 >  
le reste de l'actualité
16/08 > (2)
13/08 >  
13/08 > (4)
11/08 >  
11/08 >  
10/08 >  
10/08 >  
09/08 >  
09/08 >  
08/08 >  
08/08 >  
05/08 >  
05/08 > (7)
30/07 >  
30/07 >  
28/07 >  
27/07 >  
27/07 >  
26/07 >  
26/07 >  
25/07 >  
25/07 >  
24/07 >  
24/07 > (1)
24/07 > (1)
rechercher
Fil
Info
12345
boutique
FFA
Derniers
résultats
International
National
Régional
Départemental
INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS