MON ACCÈS
Trouver un club près de chez vous
Les
Vidéos
Derniers
clichés
Espaces
FFA
STRUCTURES
CLUBS
l'actu des espaces | infos
Djilali Bedrani : « Je rêve des Jeux depuis que je suis gosse »
3759
Commentez cette actualité
Djilali Bedrani : « Je rêve des Jeux depuis que je suis gosse »

C’est ce qui s’appelle un hiver fructueux. Au pied du podium lors des Europe en salle sur 3000 m, champion de France sur la même distance et sur cross court, le protégé de Sébastien Gamel, licencié au SA Toulouse UC, a franchi un palier au cours des derniers mois. De bon augure à moins de deux ans des Jeux olympiques de Tokyo, auxquels il rêve de participer.

On peut dire que votre hiver a été prolifique…

C’est de loin ma meilleure saison hivernale et c’est une grosse satisfaction. J’ai passé un cap cet hiver aussi bien aussi bien au niveau du foncier que de la vitesse. Je sens que j’ai abouti à quelque chose, que je commence à être bien. Après, ma quatrième place aux championnats d’Europe est une belle performance, mais il y a quand même une petite déception sans le podium. Malgré tout, je me dis que les mecs devant moi étaient vraiment très costauds. Je n’ai donc pas de regrets car je pense avoir donné le meilleur de moi-même ce jour-là. J’étais au maximum de mes capacités. Maintenant, il faut que je continue de m’entraîner car il y a encore du travail pour aller chercher des médailles internationales.

Vous dites avoir franchi un cap. Comment l’expliquez-vous ?

Les gens diront que c’est la maturité. Moi, je pense que je ne suis pas encore à maturité, même si je commence à être bien et que j’ai pris de l’expérience, c’est certain. Par exemple, je gère beaucoup mieux qu’avant le stress à l’approche d’une compétition. J’aborde aussi beaucoup mieux mes courses en championnats. De ce côté-là, je pense donc avoir franchi un cap. Mais il n’y a pas que ça. J’ai aussi progressé dans la gestion de l’effort au fil des années. Au niveau de l’entraînement, partir souvent en stage au Kenya m’a aussi aidé à franchir un cap. Mais c’est surtout le fruit d’un travail que l’on a mis en place avec mon entraîneur depuis trois, quatre ans.

C’est-à-dire ?

J’ai travaillé tous les détails, la vitesse, le foncier, la musculation. Je suis bien entouré et on a aussi tout mis en place autour de moi, stages, soins, kinés, préparation mentale, préparateur physique, pour que je puisse exploiter mes capacités à 200 %... C’est important même si, au final, je pense que c’est plus la régularité sur les années qui finit par payer aujourd’hui. Il faut travailler dur pour pouvoir être fort. Après, j’ai aussi bien géré mon hiver en y allant crescendo. Pour ma première sortie, j’ai d’abord fait un 800 m, en 1’52’’ (1’52’’02). Cela m’a permis de me rendre compte que j’avais gagné en vitesse. Puis, je suis monté sur 1500 m en 3’42 et j’ai fini sur 3000 m en 7'50. Voilà, j’ai réussi ma saison hivernale, mais ce n’est pas le plus important. Je pense déjà à cet été et aux J.O. de 2020, mon véritable objectif. J’en rêve depuis que je suis gosse et que j’ai découvert les Jeux à la télévision en 2008.

Après une telle saison, vous sentez-vous capable de désormais viser une finale mondiale à Doha ?

Cet hiver, mon objectif était de faire les minima pour les Europe (7’55), j’ai fait mieux (7’50’’84). Cela m’a fait prendre conscience qu’il ne fallait pas viser un chrono ou un podium, mais plutôt donner le meilleur de soi-même. Car c’est là que l’on pouvait se surprendre… A Glasgow, vu comment je finis le dernier kilomètre, je me dis que ça peut me laisser présager de bonnes choses pour les futurs championnats sur le steeple. Disons que, maintenant, j’ai davantage confiance dans ma vitesse terminale.

Quels sont désormais vos objectifs pour la saison estivale ?

Me qualifier pour les championnats du monde de Doha et les Jeux olympiques de Tokyo. Les minima sont les mêmes : 8’22’’. L’objectif est donc de faire d’une pierre deux coups dès cet été. Après, pour Doha, si je fais les minima, je ne me fixerai pas de limites et je viserai une finale. Mais je compte aussi faire du 1500 m cet été afin de continuer à travailler ma vitesse et abaisser mon chrono sur cette distance.

Quel va être votre programme d’ici là ?

Contrairement à l’année dernière, j’ai coupé après la saison hivernale pour prendre un peu de repos, deux semaines, dont une et demie sans courir. L’idée était de régénérer mon corps avant de repartir pour un an et demi. Je pars d’ailleurs dès vendredi en stage au Kenya pour un mois. J’enchainerai ensuite avec un autre stage de trois semaines en Afrique du Sud avec la Fédération. Ça fera sept semaines de stages pour me permettre de bien lancer la saison estivale.

Propos recueillis par Véronique Bury pour athle.fr

Djilali Bedrani
Age / Sél.25 ans / 6 A
ClubSa toulouse uc
SpécialitéCross - 1 500 m - 3 000 m - 3 000 m steeple
RB
Admin Athle.fr
les réactions
Commentez cette actualité
Pour commenter une actualité il faut posséder un compte sur le site FFA, utilisez la rubrique ci-dessous pour vous identifier ou vous créer un compte.
Login (Email) : 
Mot de Passe : |
mot de passe oublié ?
dans la même rubrique
16/08 >  
14/08 > (2)
02/08 >  
31/07 > (3)
18/06 > (3)
05/06 >  
22/05 >  
07/05 >  
30/04 >  
18/04 >  
le reste de l'actualité
16/08 > (2)
13/08 >  
13/08 > (4)
11/08 >  
11/08 >  
10/08 >  
10/08 >  
09/08 >  
09/08 >  
08/08 >  
08/08 >  
05/08 >  
05/08 > (7)
30/07 >  
30/07 >  
28/07 >  
27/07 >  
27/07 >  
26/07 >  
26/07 >  
25/07 >  
25/07 >  
24/07 >  
24/07 > (1)
24/07 > (1)
rechercher
Fil
Info
12345
boutique
FFA
Derniers
résultats
International
National
Régional
Départemental
INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS