MES ACCÈS
Trouver un club près de chez vous
Les
Vidéos
Derniers
clichés
Espaces
FFA
STRUCTURES
CLUBS
l'actu des espaces | infos
Relais mondiaux : le 4x100 masculin et le 4x400 m féminin en finale
7024
Commentez cette actualité(4)
Relais mondiaux : le 4x100 masculin et le 4x400 m féminin en finale

Face aux meilleures nations de la planète (à l’exception de la Russie), l’équipe de France n’a pas démérité lors de la première journée des relais mondiaux à Yokohama (Japon). Le 4x100 m masculin et le 4x400 m féminin ont en effet gagné leur place pour les finales de demain, synonyme de qualification pour les championnats du monde de Doha (Qatar). Si les autres relais tricolores n’ont pas passé le cap des séries, le 4x400 m mixte a lui aussi obtenu son ticket pour le rendez-vous qatarien en signant l’un des douze meilleurs chronos des séries.

Sur les six relais français engagés lors de cette première journée des relais mondiaux, trois ont déjà rempli l’objectif de qualification pour les championnats du monde de Doha (27 septembre - 6 octobre 2019). Les affaires avaient pourtant mal commencé pour l’équipe de France. En ouverture de la compétition, le nouveau relais de haies mixtes n’a pas vraiment souri à Sacha Alessandrini, Wilhem Belocian, Laura Valette et Pascal Martinot-Lagarde. Deuxième de sa course en 56’’56, le quatuor inédit a signé le cinquième chrono des séries, échouant à gagner sa place pour une finale où seules quatre équipes étaient retenues. Suite au forfait de dernière minute de la Jamaïque puis du faux départ de l’Australie, les États-Unis ont logiquement dominé le Japon en 54’’96, un temps qui fait désormais office de référence mondiale de la discipline. Après les hurdleurs, les relayeuses du 4x400 m féminin français ont, elles aussi, goûté à la désillusion… Mais seulement temporairement ! Troisièmes de leur course derrière les États-Unis (3’25’’72) et l’Italie (3’29’’02), Amandine Brossier, Déborah Sananes, Elea Mariama Diarra et Agnès Raharolahy ont signé en 3’29’’89 le neuvième chrono des séries. Premières non-qualifiées pour la finale A, elles n’ont appris que tardivement leur repêchage suite à la disqualification de l’Ukraine. « On a été informées de la bonne nouvelle sur le terrain d’échauffement, au moment de quitter le stade, témoigne Déborah Sananes, auteure d’un impressionnant deuxième relais en 50’’60 (temps manuel fourni par l’IAAF). Sur le moment, on était vraiment déçues de ne pas s’être qualifiées. Je pensais qu’on avait mieux couru que cela… Là c’est bon, on y est ! Même si je reste un peu mitigée, je suis vraiment contente d’être en finale A parce que c’était l’objectif. »

Dutamby résiste à Guliyev

Avant de recevoir cette première bonne nouvelle de la journée, les Bleus avaient encore souffert avec la troisième place du relais 4x400 m masculin dans sa course. Auteurs du onzième chrono des séries (3’04’’11), Mame-Ibra Anne, Thomas Jordier, Ludvy Vaillant et Fabrisio Saidy gardent néanmoins la possibilité de décrocher l’une des deux places mises en jeu pour Doha lors de la finale B, dont le départ est programmé demain à 12h05 (heure française). Une opportunité dont les relayeuses du 4x100 m féminin français sont privées suite à leur disqualification en série. Bien lancé par Maroussia Paré, Sarah Richard Mingas et Cynthia Leduc, le témoin tricolore était clairement en tête à la sortie du dernier virage. Hélas, il n’a pas survécu au dernier passage entre Cynthia Leduc et Carolle Zahi. Quelques minutes plus tard, le 4x100 masculin français s’est, lui aussi, fait quelques frayeurs, parfois à la limite des zones de transmission. Mais l’expérience aidant, Stuart Dutamby a réussi à résister au retour du Turc Ramil Guliyev, champion d’Europe et du monde du 200 m, pour prendre la deuxième place qualificative de la série en 38’’46. Et empocher le ticket pour Doha, sous réserve d’arriver au bout la finale de demain...

Objectif podium pour le 4x100 messieurs

« Le bilan est positif. L’objectif de qualification aux championnats du monde a été atteint, c’est le principal, retient Mouhamadou Fall, au départ. On n’était pas très bien placés, c’était dur au couloir 2. Les passages n’ont pas été hyper réussis, même si ce n’est pas catastrophique non plus. Au niveau du chrono, on fait mieux qu’aux derniers championnats d’Europe (38’’51 en finale ; 38’’62 en série). » « Il y a quelque chose à aller chercher en finale, ajoute Meba-Mickael Zeze, auteur du deuxième virage. On est tous en forme. Je sais qu’on prendra un peu plus de risque, mais il va falloir rester lucide. Demain est un autre jour, et je pense qu’on aura tous les crocs pour décrocher ce podium. » Un appétit confirmé par Jimmy Vicaut… « On peut jouer le podium ! », lance le corecordman d’Europe du 100 m (9’’86), qui a effectué la ligne droite opposée. D’autant que « tous les passages sont perfectibles, souligne Stuart Dutamby. On peut aller chercher plusieurs dixièmes ! » Demain, la France s’élancera en aveugle, au couloir neuf.

Patrice Gergès : « Une première journée plutôt correcte »

Dernière équipe en lice, le 4x400 m mixte français n’est, quant à lui, pas parvenu à gagner sa place en finale. Wilfried Happio, Kellya Pauline, Estelle Perrossier et Nicolas Courbière ont pris la quatrième place de leur série en 3’18’’93. Ce chrono les classe toutefois au dixième rang des séries, synonyme de qualification pour Doha. L’épreuve y fera en effet son apparition au programme des championnats du monde. Au terme de cette première journée, Patrice Gergès dresse un bilan plutôt satisfaisant pour le clan français. « On a démarré un peu en douceur, avec la déception de ne pas voir le relais de haies en finale, confie le directeur technique national. Sur 4x400 m, les filles sont entrées en finale A, où elles joueront la qualification pour Doha si elles terminent la course. Le 4x400 m mixte est également dans le top 12 et va se qualifier pour Doha. Ça aussi, c’est intéressant ! Pour le 4x100 m femmes et le 4x400 m hommes, il va encore falloir aller la chercher soit demain pour les hommes, soit durant la saison pour les femmes. La satisfaction, c’est aussi de voir ce 4x100 m messieurs plus que correct, qui se qualifie pour la finale A en 38’’46. C’est un bon temps pour cette période de l’année. Enfin, le 4x100 m femmes était le plus jeune et inexpérimenté de tous. Ce manque d’expérience explique qu’il soit passé à côté. Globalement, cette première journée est donc plutôt correcte, avec trois équipes en lice demain, même s’il subsiste quand même une pointe d’insatisfaction. »

Camille Vandendriessche pour athle.fr
Photos : © Jiro Mochizuki

 

RB
Admin Athle.fr
les réactions (4)
Bertrand Westphal - 12/05 (20h45)
Dès la première ligne du chapeau, l'article déclare que "toutes les meilleures nations du monde étaient présentes (à l'exception de la Russie)". Non, désolé, c'est faux. Les équipes russes ne sont actuellement pas parmi les meilleures du monde. Elles sont disqualifiées par suite d'un scandale de dopage d'Etat, comme chacun sait. Est-il si difficile de reconnaître que le dopage est un fléau? Il serait bon de retirer cette parenthèse qui semble banaliser une situation absolument intolérable.
Bernard Preau - 12/05 (07h43)
In faut vraiment être inconscient ou de mauvaise foi pour considérer le bilan "plutôt correct". Il est plutôt insuffisant: tout le monde progresse sauf ....les français et sans les disqualifications des autres, le bilan aurait été encore plutôt plus lourd, comme dirait quelqu'un!!!
Bruno Vauthier - 11/05 (20h33)
Et enfin, Messieurs de la FFA, pardon mais merci de repenser avec ASICS, le maillot de l'EDF, d'un goût très particulier, avec ce BLEU TROP FONCE qui ne prend pas la lumière sous les projecteurs. Ce merveilleux sport qu'est l'athlétisme, mérite des COULEURS plus FUN. Chaque centième ou chaque centimètre comptent et peuvent faire la différence par certains détails oubliés ou non pensés.. Si Monsieur le Président me lit, je me tiens à sa disposition pour lui amener plusieurs clés gagnantes...
Bruno Vauthier - 11/05 (20h14)
Les stages techniques au JAPON c'est bien M. GERGES, mais j'aimerais que nos hurdleuses Laura VALETTE et Sasha ALLESSANDRINI, s'inspirent vraiment de SHUBENKOV. En effet, leur buste n'est pas assez penché sur la jambe d'attaque pour avoir une reprise du pieds plus rapide et gagner du temps en suspension. Pascal M. peut leurs expliquer lui si proche de Sergey, l'orfèvre en la matière. FALL 1er relayeur court trop à droite de la ligne dans le virage, rallongeant de fait la distance.;;
Commentez cette actualité
Pour commenter une actualité il faut posséder un compte sur le site FFA, utilisez la rubrique ci-dessous pour vous identifier ou vous créer un compte.
Login (Email) : 
Mot de Passe : |
mot de passe oublié ?
dans la même rubrique
14/11 >  
13/11 >  
07/11 >  
27/10 >  
25/10 >  
06/10 >  
06/10 >  
05/10 >  
05/10 >  
04/10 >  
le reste de l'actualité
13/11 >  
13/11 > (2)
12/11 > (1)
08/11 > (2)
07/11 > (1)
07/11 >  
04/11 >  
03/11 >  
01/11 >  
31/10 >  
31/10 > (1)
28/10 >  
28/10 >  
25/10 >  
25/10 >  
22/10 >  
21/10 >  
21/10 >  
18/10 > (3)
17/10 >  
16/10 > (3)
14/10 >  
14/10 > (3)
14/10 >  
14/10 >  
rechercher
Fil
Info
12345
boutique
FFA
INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS