MES ACCÈS
Trouver un club près de chez vous
Derniers
clichés
Espaces
FFA
STRUCTURES
CLUBS
l'actu des espaces | infos
Le top 10 de la décennie : Londres 2012, Lavillenie est champion olympique
3477
Commentez cette actualité(1)
Le top 10 de la décennie : Londres 2012, Lavillenie est champion olympique

Dernier épisode du top 10 des grands moments de la décennie 2010-2019 avec Renaud Lavillenie, médaillé d’or aux Jeux de Londres, seize ans après Jean Galfione.

C’est la rançon du succès. Renaud Lavillenie, plus beau palmarès de l’histoire de l’athlétisme français chez les hommes, aurait mérité d’apparaître à deux reprises (au minimum) dans ce top 10 des grands moments de la décennie. Mais les dix dernières années ont été tellement riches pour notre sport, dans l’Hexagone, que nous avons fait le choix de ne pas mettre en avant plus d’une fois un athlète. Il fallait donc choisir entre un titre olympique et un record du monde pour le natif de Cognac. Nous avons privilégié la première option, même si nous avons encore en mémoire ce samedi 15 février 2014 où, à Donetsk sous les yeux du tsar Sergueï Bubka, il franchit une barre à 6,16 m pour entrer dans la légende de l’athlétisme. Il faut dire que le principal intéressé nous a bien aidés en déclarant, en février dernier : « Tu peux battre dix records du monde, si tu n’as pas de podium aux J.O., il te manquera quelque chose. »

Nous voici donc à Londres le vendredi 10 août 2012, en début de soirée. Pendant que Renaud Lavillenie termine son échauffement - son meilleur de la saison - le stade se remplit progressivement. Il y a du bleu, blanc, rouge un peu partout dans les tribunes. Et, au-dessus du sautoir, ses proches, son entraîneur et bientôt Jean Galfione le couvant de « son regard apaisant ». Le sociétaire du Clermont Athlétisme Auvergne débute son concours à 5,65 m.  Une barre effacée au premier essai, comme 5,75 m et 5,85 m. Il est déjà assuré au minimum d’un podium. Pour la hauteur suivante à 5,91 m, seuls les Allemands Bjorn Otto et Raphael Holdzeppe l’accompagnent. Avec une 14.6, la même perche qu’à Istanbul lors de son titre mondial indoor et à Leiria lors de ses 6,01 m, il rate son premier essai, à l’inverse d’Otto et Holdzeppe qui se sont élancés avant lui. Il fait l’impasse pour s’attaquer à 5,97 m. Nouvel échec. Les Allemands ne sont pas non plus passés. Il reste une dernière tentative à Renaud Lavillenie à cette hauteur.

C’est lui qui la raconte, avec une précision clinique : « Je pense surtout à donner le meilleur de moi-même pour ne pas avoir de regrets. J’accélère quand il le faut pendant la course d’élan. Au moment du décollage, je sens que la première phase est exceptionnelle. Tout est en place. Je ne me concentre que sur une seule chose : appuyer très vite sur la perche pour remonter le plus haut possible. Je suis ensuite en mode automatique. Ce n’est pas un saut de raccroc, où on peut se dire qu’il y a eu un petit coup de chance. » Otto et Holdzeppe sont assommés et manquent leur ultime tentative. Seize ans après, il succède à Jean Galfione au sommet de l’Olympe.

Mais Renaud Lavillenie n’explose pas de joie. Il est encore dans son concours, le visage impassible, laissant pour l’heure le bonheur à ses proches. Il vient d’entrer au panthéon du sport français. Mais il veut aussi marquer l’histoire de l’athlétisme. Pendant qu’Otto, médaillé d’argent, et Holzdeppe, en bronze, posent pour les photographes, lui se cache le visage sous une serviette. Il échouera d’abord à 6,02 m, puis par deux fois à 6,07 m. Qu’importe, il est enfin sur le toit du monde. Le concours est fini. Il s’approche de la tribune et tombe dans les bras de son frère Valentin et de sa compagne Anaïs Poumarat. Il craque, submergé par l’émotion. Le lendemain, ce sont Guy Drut et Sergueï Bubka qui lui remettront la médaille d’or. Deux membres de sa famille, celle des champions olympiques.

La rédaction

-------------------------
2e : Talence 2018, Mayer dans la légende
3e : Zurich 2014, le chef d’œuvre de Diniz
4e : Moscou 2013, le rebond de Tamgho
5e : Londres 2017, le coup de poker gagnant de Bosse
6e : Moscou 2013, l’argent de la persévérance pour Robert-Michon
7e ex-aequo : Rio 2016, Lemaitre est éternel
7e ex-aequo : Prague 2015, le triplé des hurdlers
8e : Annecy 2015, le triomphe des traileurs
9e : Zurich 2014, la renaissance de Mekhissi
10e : Barcelone 2010, l’euphorie Soumaré

Renaud Lavillenie
Age / Sél.33 ans / 41 A
ClubClermont athletisme auvergne
SpécialitéPerche
RB
Admin Athle.fr
les réactions (1)
Claude Candite - 01/01 (13h02)
Je pense que le record du monde et quand même aux dessus du titre olympique.D'autant plus que ce record n'a pas encore etais battue.Mais j'avous qu'être champion olympique dans un sport,l'athlétisme,ou il y'a eu peut de champion est une très belle performance.
Commentez cette actualité
Pour commenter une actualité il faut posséder un compte sur le site FFA, utilisez la rubrique ci-dessous pour vous identifier ou vous créer un compte.
Login (Email) : 
Mot de Passe : |
mot de passe oublié ?
dans la même rubrique
19/01 > (3)
08/01 >  
03/01 >  
31/12 > (1)
30/12 >  
29/12 >  
28/12 >  
27/12 >  
27/12 > (1)
26/12 > (1)
le reste de l'actualité
24/01 >  
21/01 >  
20/01 >  
20/01 >  
17/01 >  
16/01 > (1)
15/01 >  
13/01 > (1)
13/01 >  
10/01 >  
10/01 >  
10/01 >  
07/01 > (1)
06/01 > (5)
03/01 > (1)
03/01 >  
02/01 > (3)
29/12 > (1)
24/12 >  
23/12 > (2)
20/12 > (2)
19/12 > (4)
17/12 >  
17/12 >  
16/12 >  
rechercher
Fil
Info
12345
boutique
FFA
Derniers
résultats
International
National
Régional
Départemental
INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS