MES ACCÈS
Trouver un club près de chez vous
Derniers
clichés
Les
Vidéos
Espaces
FFA
STRUCTURES
CLUBS
l'actu des espaces | infos
Entraîneurs : Au chevet des motivations
3943
Commentez cette actualité
Entraîneurs : Au chevet des motivations

En cette période de pandémie, les athlètes ne sont pas les seuls à devoir s’adapter au confinement. Leurs coaches aussi ne cessent de chercher des solutions afin de les aider au quotidien à garder leur condition physique, tout en conservant leur motivation intacte. Ce qui n’est pas toujours simple.

Entraîneure au CA Roannais, Vanessa Pecel, n’a pas attendu l’annonce du confinement pour imaginer les futurs entraînements de ses lanceurs. « Dès le lendemain de la première allocution du président de la République, j’ai tout de suite anticipé en récupérant un maximum de matériel au club afin de le redistribuer à mes athlètes durant le week-end », confirme la coach de la jeune discobole Amanda Ngandu Ntumba. Des barres, des plints, des médecine-balls, des poids, des disques, tout ce qui pouvait aider ses lanceurs à continuer de s’entraîner à domicile, qu’ils aient ou non accès à un jardin ou à une zone pour lancer. Depuis, elle leur envoie leur programme d’entraînement de la semaine chaque dimanche et continue de l’agrémenter quotidiennement de petites vidéos dans lesquelles elle se met en scène pour expliquer les exercices les plus complexes du jour. Une façon de garder le lien et de rester à leurs côtés.
Gérald Baudouin, en revanche, avoue ne pas avoir assez anticipé ce confinement avec ses perchistes. « On n’a pas pris conscience du confinement tout de suite, reconnait l’ancien perchiste. Même quand l’INSEP a fermé ses portes, on a continué de se regrouper autour du bois de Vincennes pour s’entraîner. Ce n’est qu’après coup que l’on a pris toute la mesure de ce que cela voulait dire, que l’on ne pourrait pas continuer ainsi. Cela a été le plus gros choc à encaisser. » Ne plus pouvoir se voir, ne plus avoir accès à un stade ou à un bois pour s’entraîner, ne plus avoir accès à du matériel pour travailler la technique de la perche. « Mais on s’adapte quand même », souffle le coach, qui, comme ses collègues de clubs, n’a plus d’autres solutions aujourd’hui que d’envoyer ses séances d’entraînement par mail ou par téléphone et de composer avec les moyens du bord. C’est-à-dire avec ce dont dispose chaque athlète chez lui ou à proximité immédiate de son habitation. Et à ce stade, entre Alioune Sene, confiné dans son appartement dans le centre de Paris, Emma Brentel repartie à Nantes chez ses parents où elle bénéficie d’un jardin, et l’Israélien Lev Skorish, étudiant à Minsk et pas encore confiné, « tous les athlètes ne sont pas logés à la même enseigne », reconnait Gérald Baudouin, qui doit donc encore plus personnaliser les séances qu’il envoie chaque semaine par mail.

Motivation en berne

Même constat pour Mickael Hanany qui, même s’il a l’habitude d’entraîner ses athlètes à distance depuis les États-Unis, doit désormais composer avec des lieux d’entraînement confinés et peu adaptés à la pratique de l’athlétisme. « Pour les athlètes qui ont un vélo d’appartement chez eux ou une corde à sauter, ça va encore, on peut limiter la casse en variant sur les séances et les intensités d’effort, mais pour les autres, c’est beaucoup plus compliqué, car il leur est beaucoup plus difficile d’effectuer la dépense énergétique dont leur corps a besoin avec uniquement des séances de gainage et de renforcement musculaire ». Du coup, c’est la motivation qui trinque. « Sur six athlètes, j’en ai trois qui sont aujourd’hui totalement démotivés », assure Mickael Hanany, avouant être lui-même un peu démuni face à cette situation.

Car finalement, les coaches le reconnaissent tous : le plus dur pour eux actuellement, ce n’est pas forcément d’imaginer de nouvelles séances de circuit training adaptées à des espaces réduits sans matériel spécifique. Mais plutôt, avant tout, de conserver intact le moral de leurs troupes. « Les athlètes ont des difficultés à rester motivés car ils n’ont aucune visibilité quant à la reprise de la saison », admet Gérald Baudouin. Pour tenter de remédier à cette éventuelle chute de motivation, l’ancien perchiste a décidé de laisser plus d’autonomie à ses athlètes. « Chaque semaine, je leur donne un plan avec des exercices dans lesquels ils doivent picorer. Je leur demande juste de me rendre des comptes sur ce qu’ils ont fait afin que je réadapte ensuite sur la semaine suivante. L’objectif est qu’ils soient davantage acteurs de leur pratique, qu’ils y réfléchissent, ceci afin de booster leur motivation du moment. »

De la pratique à la théorie

Vanessa Pecel, elle, appelle ses athlètes quasi tous les jours pour discuter avec eux et booster leur motivation, grâce à du lien social, malgré l’éloignement. Elle a également demandé au petit frère d’Amanda Ngandu Ntumba, confinée en famille dans un HLM de Saint-Etienne, d’effectuer les séances avec sa sœur afin de la stimuler. Car comme beaucoup d’autres athlètes, la lanceuse, médaillée de bronze aux derniers championnats d’Europe juniors, a subi le contrecoup de l’annulation de ses échéances compétitives. « Heureusement, il lui reste encore les Europe à Paris pour se projeter… » Mais c’est plus difficile pour les athlètes de niveau régional et pour les plus jeunes, pour lesquels les contours de la saison estivale sont particulièrement flous. Les clubs et leurs entraîneurs doivent alors trouver d’autres parades pour conserver le lien et maintenir la motivation.
Au CS Ternes Paris Ouest, Sylvain Darrasse, le coach de la section running, a ainsi lancé des visioconférences sur l’entraînement. « Dès le début, notre priorité a été de jouer le confinement à fond afin de ne pas propager ou attraper le virus », rappelle le coach, qui n’a pas voulu proposer de séances d’entraînements en extérieur à son groupe. « Mes athlètes ne font pas du haut niveau. Pour eux, arrêter un mois ou deux, c’est un peu comme faire une pause dans la saison, cela n’aura pas de véritables répercussions sur leur pratique et leur niveau de performance. Mon objectif a plutôt été d’éviter la frustration qu’ils auraient pu avoir à ne pas pouvoir s’entraîner correctement si je leur avais proposé quelque chose. Je leur ai juste envoyé quelques conseils pour conserver une petite activité physique chez eux en renforcement musculaire et j’ai lancé ces visioconférences d’une heure afin d’essayer de maintenir leur motivation en mettant de la théorie dans leur pratique. » Et ça marche ! Ils étaient, en effet, une vingtaine à y participer samedi dernier. Allures, VMA, fréquence cardiaque, étirements, planification d’entraînement, formule de Fick, les thématiques évolueront au fil des semaines. Quand on ne peut pas faire travailler ses jambes, on peut toujours faire bosser sa tête.

Véronique Bury pour athle.fr

 

RB
Admin Athle.fr
les réactions
Commentez cette actualité
Pour commenter une actualité il faut posséder un compte sur le site FFA, utilisez la rubrique ci-dessous pour vous identifier ou vous créer un compte.
Login (Email) : 
Mot de Passe : |
mot de passe oublié ?
dans la même rubrique
28/05 >  
28/05 >  
22/05 >  
20/05 >  
30/04 >  
18/04 >  
15/04 >  
13/04 >  
08/04 >  
07/04 >  
le reste de l'actualité
25/05 >  
15/05 > (16)
14/05 >  
11/05 > (6)
11/05 > (1)
08/05 >  
29/04 > (3)
27/04 >  
25/04 >  
23/04 > (4)
23/04 > (12)
20/04 > (2)
17/04 >  
16/04 > (3)
09/04 >  
07/04 > (15)
02/04 >  
30/03 > (1)
25/03 >  
24/03 > (1)
23/03 > (6)
20/03 > (1)
19/03 > (9)
18/03 >  
17/03 >  
rechercher
Fil
Info
12345
Gros
Plans
Inscrivez-vous gratuitement sur la plateforme de formation pour tous les licenciés FFA en CLIQUANT ICI. Puis sur la plateforme accédez aux différents contenus en cliquant sur « JE M’ABONNE ». En cas de souci d’abonnement, cliquez sur le lien « CONTACT ». Tous les domaines (Direction, Encadrement sportif, Jury et Organisation d’événements) ont leurs propres contenus.
boutique
FFA
INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS