MES ACCÈS
Trouver un club près de chez vous
Espaces
FFA
STRUCTURES
CLUBS
l'actu des espaces | infos
Entraînement : Kevin Mayer vers d’autres horizons
7953
Commentez cette actualité(1)
Entraînement : Kevin Mayer vers d’autres horizons

Après douze ans de relation commune, le recordman du monde du décathlon et son entraîneur Bertrand Valcin ont décidé de stopper là leur collaboration, pour permettre à Mayer d’assouvir ses envies d’aller encore plus loin dans la recherche de la perfection.

C’était un des binômes les plus emblématiques de la scène athlétique mondiale, de ceux qu’on a toujours vus ensemble. Désormais, les chemins de Kevin Mayer et Bertrand Valcin vont bifurquer, mais sans déchirure ni heurts entre les deux hommes. « C’est une décision mûrement réfléchie, nous avons beaucoup parlé avec Bébert, explique Mayer. Cela fait douze ans que nous fonctionnons dans une relation qui va bien au-delà de l’entraîneur et de l’entraîné. On se connaît beaucoup trop pour que je lui demande de ne plus venir sur certaines séances ou d’en faire moins dans son engagement. Comme tous les grands coaches, il m’a appris à être autonome, plutôt que de créer une dépendance pour s’approprier l’athlète. Je ne pouvais pas lui demander de rester avec moi tout en réduisant ses responsabilités. »
Arrivé à Montpellier quasiment en même temps que celui qui est devenu le meilleur performeur mondial de tous les temps, Bertrand Valcin avait bâti avec son élève une relation très forte, qu’ils avaient « su faire évoluer ». Il reconnaît que ces derniers temps, l’autonomie acquise par Mayer, en quête perpétuelle de progression et de perfection, a pu créer un « malaise dans l’entraînement au quotidien, pour trouver le bon équilibre. Or, on sait qu’à haut niveau, il faut que tout soit fluide pour que l’athlète soit le plus serein possible. Je suis confiant dans l’avenir de Kevin, car je sais qu’il est prêt pour ce défi. L’autonomie est une de ses forces. Avec Jérôme (Simian), il sait veiller sur son corps. Il a la clé de la réussite pour la suite. »

Toujours plus loin dans l’expertise

Blessé et contraint à l’abandon aux derniers championnats du monde, à l’automne dernier, le décathlonien de Montpellier AMM assure que « ce n’est pas l’échec de Doha qui a entraîné cette décision. Au contraire, Bertrand m’a beaucoup soutenu dans cette épreuve, et m’a aidé à me dépasser. C’est plus le confinement qui a joué. Je m’entrainais seul, en étant plus à l’écoute de moi-même, moins en demande envers les autres. Petit à petit, j’ai le sentiment que je peux faire les choses tout seul, même si j’ai besoin d’être encadré. » Toujours mu par « la volonté de m’améliorer chaque jour pour trouver de nouvelles sensations le lendemain, plutôt que de me reposer sur mes lauriers et me dire qu’un décathlon à 8800 points me permettra de décrocher des médailles à chaque championnat », Kevin Mayer va faire appel dans les mois à venir à des entraîneurs spécialistes pour le conseiller sur les différentes épreuves qui composent son menu quotidien.

« Je veux m’entraîner avec des spécialistes, des Pascal Martinot-Lagarde, des Mélina Robert-Michon, des Jimmy Vicaut, et avec leurs coaches, parce que l’un ne va pas sans l’autre. Quand vous écoutez les conseils d’un Philippe d’Encausse, il y a forcément l’expérience de Renaud Lavillenie qui va de pair. L’ambition que j’ai est de progresser le plus vite possible dans mes dix épreuves. Je pense être le plus grand technicien du décathlon, car je suis physiquement moins fort qu’Eaton ou d’autres. Je pense avoir compris la technique dans chacune des épreuves, et j’ai besoin de répétitions pour parvenir à la qualité qui a toujours été ma priorité par rapport à la quantité. Je veux aller encore plus loin dans ce sens-là. » Outre les meilleurs spécialistes français, il évoque également des pistes à l’étranger, auprès du lanceur de javelot allemand Thomas Röhler, avec qui il est en contact, mais aussi son prédécesseur Ashton Eaton. Dans l’idéal, il tentera de faire venir le plus possible ses nouveaux interlocuteurs à Montpellier, pour éviter la fatigue engendrée par les déplacements.

Une détermination sans faille

A un an des Jeux olympiques de Tokyo, Mayer assure savoir où il veut aller et ce dont il a « besoin pour y parvenir. Tout changement apporte ses points positifs et négatifs, mais je n’ai pas peur, je suis quelqu’un qui va de l’avant. C’est une décision ‘’hard’’, ça me crée des responsabilités, il faut que je les assume. Si ça ne marche pas, je ne pourrai qu’en prendre qu’à moi. Tout entrepreneur vous dira qu’il faut prendre des risques à un moment donné. Mais j’adore la nouveauté, je suis donc tout excité par mon projet. »
Si Bertrand Valcin n’interviendra plus sur le contenu technique de ses séances, Jérôme Simian sera toujours le préparateur physique du champion du monde 2017. « Kevin est entièrement maître de son projet. Mon rôle est de l'aider et je vais continuer à le faire en m'appuyant sur mes capacités avec toute l'humilité requise devant l'héritage laissé par Bertrand qui reste l'entraîneur du recordman et champion du monde », explique le Lyonnais. En compétition, notamment à l’international, Mayer pourra également s’appuyer sur l’expérience de Romain Barras, qui le connaît bien. Il est également à la recherche d’un « super assistant » pour l’épauler au quotidien. « Ce ne sera pas forcément quelqu’un avec un bagage technique, mais plutôt un passionné d’athlé, prêt à tout pour m’aider à progresser, notamment en créant une base de données mesurées lors de chacune de mes séances, pour pouvoir augmenter les charges tout en gérant la fatigue pour éviter les blessures. Même si tout athlète est son propre coach, car il faut savoir s’auto-analyser, je ne tiens pas à fonctionner tout seul. » Tout devrait se mettre en place progressivement dans les semaines à venir, avant son retour prochain en compétition, qui le fait déjà piaffer d’impatience. « Dès que j’aurai une compète à me mettre sous la dent, je sauterai dessus. Tous mes bobos de 2019 sont terminés, j’ai fait tout ce qu’il fallait pendant le confinement pour être prêt, et j’attends beaucoup des prochaines compètes, j’espère battre beaucoup de records ! »

 

RB
Admin Athle.fr
les réactions (1)
Bruno Vauthier - 17/06 (20h57)
Kevin MAYER le plus grand technicien de l'histoire du décathlon a de mon point de vue, totalement raison de tourner la page après 12 années de collaboration, même fructueuses. Choisir des spécialistes reconnus sur certaines épreuves ciblées, est intelligent et pragmatique pour grandir encore plus, dans le sublime de l'efficacité. Oui, il y a encore des ajustements, points bonus gagnants, oubliés ou non pensés, comme ceux que j'ai posté sur sa dernière vidéo de YT, que j'espère il a lu..... B.V
Commentez cette actualité
Pour commenter une actualité il faut posséder un compte sur le site FFA, utilisez la rubrique ci-dessous pour vous identifier ou vous créer un compte.
Login (Email) : 
Mot de Passe : |
mot de passe oublié ?
dans la même rubrique
31/07 > (1)
22/07 > (1)
20/07 >  
20/07 >  
15/07 > (1)
10/07 > (1)
09/07 >  
02/07 >  
25/06 >  
16/06 > (1)
le reste de l'actualité
10/08 > (2)
03/08 >  
31/07 > (4)
28/07 >  
27/07 >  
23/07 >  
20/07 > (2)
17/07 > (1)
13/07 >  
11/07 > (2)
10/07 >  
08/07 > (1)
29/06 >  
29/06 > (2)
26/06 > (4)
22/06 > (3)
15/06 >  
11/06 > (2)
11/06 > (11)
08/06 >  
15/05 > (16)
08/05 >  
23/04 > (4)
23/04 > (12)
16/04 > (3)
rechercher
Athlé
Estival
Fil
Info
12345
Gros
Plans
Inscrivez-vous gratuitement sur la plateforme de formation pour tous les licenciés FFA en CLIQUANT ICI. Puis sur la plateforme accédez aux différents contenus en cliquant sur « JE M’ABONNE ». En cas de souci d’abonnement, cliquez sur le lien « CONTACT ». Tous les domaines (Direction, Encadrement sportif, Jury et Organisation d’événements) ont leurs propres contenus.
boutique
FFA
INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS