MES ACCÈS
Trouver un club près de chez vous
Derniers
clichés
Espaces
FFA
STRUCTURES
CLUBS
l'actu des espaces | infos
Election de l’athlète du centenaire : Marie-José Pérec, comme une évidence
3985
Commentez cette actualité(3)
Election de l’athlète du centenaire : Marie-José Pérec, comme une évidence

Marie-José Pérec l’a emporté en finale face à Renaud Lavillenie avec 56,9 % des suffrages, à l’issue d’une élection organisée sur les comptes Instagram, Facebook et Twitter de la Fédération Française d’Athlétisme. Plus de 430 000 suffrages ont été comptabilisés du premier tour jusqu’au duel final, un chiffre impressionnant qui symbolise l’intérêt et les débats passionnés que ce vote a pu susciter.

Ils étaient trente-deux dans les starting-blocks. Et c’est finalement Marie-José Pérec, fidèle à sa réputation de grande compétitrice, qui a franchi en premier la ligne d’arrivée. L’élection de l’athlète du centenaire, proposée par la FFA sur les réseaux sociaux, avait pour objectif de permettre à la famille de l’athlé de désigner le champion ou la championne qu’il plaçait tout en haut d’une hiérarchie de légendes bleu, blanc, rouge. Tout en revivant les grandes heures de notre sport au cours des cent dernières années et, pour les plus jeunes d’entre nous, en en profitant pour découvrir des visages qui appartiennent à la fabuleuse histoire de l’athlétisme, pour paraphraser le titre du célèbre ouvrage de Robert Parienté et Alain Billouin.
Un choix difficile que chacun pouvait effectuer selon ses propres critères : médailles et records, contexte et adversité, ou encore cote de popularité. Forcément, la subjectivité entrait en ligne de compte. Mais, clin d’œil du destin, ce sont finalement les deux plus beaux palmarès qui se sont retrouvés en finale.

Des médailles à la pelle

D’un côté, la seule triple championne olympique de l’athlétisme hexagonal, Marie-José Pérec. En or sur 400 m en 1992 à Barcelone, puis sur 200 m et 400 m en 1996 à Atlanta. Une foulée exceptionnelle, une aura unique, et des souvenirs qui perdurent encore pour toutes celles et tous ceux qui assistèrent devant leur écran à ses démonstrations lors de la soirée espagnole ou dans la nuit américaine.
Pour atteindre la finale lors de cette élection organisée sous la forme de duels pour pimenter les votes, la Guadeloupéenne, également championne du monde sur le tour de piste en 1991 et 1995, a successivement devancé Pascal Martinot-Lagarde, Mahiedine Mekhissi, Ladji Doucouré, et enfin Kevin Mayer, son adversaire le plus redoutable grâce à l’appui de nombreux fans. Près de 20 000 votes ont été comptabilisés lors de cette demi-finale, le duel le plus prolifique de l’élection !
Renaud Lavillenie affiche, pour sa part, une régularité inégalée dans les grands rendez-vous depuis son ascension au plus haut niveau en 2009. Et ça n’est pas fini. Champion olympique en 2012 et en argent en 2016, quintuple médaillé mondial et triple champion d’Europe en plein air, le Clermontois a remporté dix-huit médailles internationales chez les seniors en douze ans. Recordman du monde avec 6,16 m jusqu’à l’hiver dernier, il est devenu le plus grand perchiste de l’histoire de l’athlétisme français, dans une discipline pourtant riche en immenses noms. Lors de ce feuilleton, il dû batailler avec Manuela Montebrun, Christophe Lemaitre, Mélina Robert-Michon et Stéphane Diagana, avant de finalement céder, avec le sourire, face à Marie-José Pérec.

Des générations différentes

Bien sûr, la tenue du vote sur les réseaux sociaux a donné à la nouvelle génération une voix au chapitre prépondérante. Ce qui a parfois eu pour effet de favoriser les grands noms actuels, logiquement plus souvent sur le devant de la scène que les champions d’hier. Alain Mimoun, Michel Jazy, Colette Besson, ou encore Micheline Ostermeyer, pour ne citer qu’eux, auraient fait également de très beaux finalistes. D’ailleurs, lors du vote organisé à l’occasion du passage à l’an 2000 par la rédaction d’Athlétisme Magazine, la revue officielle de la FFA, c’est le marathonien en or à Melbourne en 1956 qui l’avait emporté devant Marie-José Pérec et le demi-fondeur aux multiples records du monde (cliquez ici pour découvrir le dossier publié à l'époque).
« Nos champions actuels sont mis en valeur, notamment par le biais des réseaux sociaux, et il est normal que le jeune public ait été marqué par leurs performances, remarque Luc Vollard, président de la commission de la documentation et de l’histoire. Mais il ne faut pas oublier qu’un athlète comme Michel Jazy, lorsqu’il était en activité, était une vedette considérable au niveau national. Les deux grands sportifs des années 60, c’étaient lui et le cycliste Jacques Anquetil. »
Autre facteur ayant pu jouer : la densité de compétitions, bien plus importante aujourd’hui que jusqu’aux années 90, et qui offre donc plus de possibilités de monter sur des podiums internationaux. « Les championnats du monde en plein air n’existaient pas avant 1983, et n’avaient lieu que tous les quatre ans jusqu’en 1993, rappelle Luc Vollard. Les championnats d’Europe, eux, se déroulent tous les deux ans depuis seulement 2012. »

La force de la transmission

Reste que l’athlétisme français a pu s’appuyer sur plusieurs générations exceptionnelles au cours des vingt-cinq dernières années, tout particulièrement à partir de la moisson des Europe de Barcelone en 2010. Sans doute, en partie, grâce aux exploits des anciens qui les ont inspirés. « Je suis heureuse de faire partie de cette famille-là, confiait d’ailleurs Marie-José Pérec, très émue, lors de la célébration du centenaire en septembre dernier à Albi. J’ai vraiment le sentiment que j’ai pu donner un petit peu d’envie aux athlètes français qui sont arrivés après moi. Maintenant, c’est mon tour de dire merci. Ce sport m’a tant apporté. Il a été toute ma vie. » Les amoureux d’athlétisme, eux, aussi, lui disent merci.

Tous les résultats de l'élection de l'athlète du centenaire en cliquant ici

 

RB
Admin Athle.fr
les réactions (3)
Catherine Pongin - 14/01 (13h18)
Félicitations à Marie-JO, une belle et grande athlète, ce qui n'enlève en rien les qualités des autres "grand" athlètes.
Pierre Variot - 13/01 (17h10)
Je n'ai rien contre Marie-José, bien au contraire ! Mais, par contre, les réseaux sociaux ... Un jour, il faudra sans doute passer par fesse-book pour prendre une licence !
Mistral Gagnant - 19/12 (14h15)
Faire cela sur les réseaux sociaux, c'est forcément biaiser les résultats par avance! Quant on ne regarde qu'à partir des "1/4 de finale", on se dit que l'athlétisme français ne démarre qu'à partir de 1990!
Commentez cette actualité
Pour commenter une actualité il faut posséder un compte sur le site FFA, utilisez la rubrique ci-dessous pour vous identifier ou vous créer un compte.
Login (Email) : 
Mot de Passe : |
mot de passe oublié ?
dans la même rubrique
04/05 > (1)
14/04 >  
08/04 > (2)
19/03 >  
10/03 >  
24/02 > (4)
23/02 > (2)
18/02 >  
17/02 > (2)
16/02 >  
le reste de l'actualité
21/06 >  
21/06 >  
21/06 >  
18/06 >  
17/06 >  
15/06 > (1)
14/06 > (4)
11/06 >  
11/06 >  
09/06 >  
09/06 > (1)
09/06 > (1)
08/06 > (1)
08/06 >  
07/06 > (1)
06/06 >  
04/06 > (1)
04/06 >  
03/06 > (1)
01/06 > (1)
01/06 > (1)
31/05 >  
30/05 >  
29/05 >  
28/05 >  
rechercher
Fil
Info
12345
Défi
Perf
Gros
Plans
Inscrivez-vous et abonnez-vous gratuitement sur la plateforme de formation pour tous les licenciés FFA en CLIQUANT ICI. Puis sur la plateforme accédez aux différents contenus en cliquant sur « JE M’ABONNE ». En cas de souci d’abonnement, cliquez sur le lien ci-dessus, puis allez dans la rubrique « CONTACT ». Les domaines (Direction, Jury, Encadrement sportif, et Organisation d’événements) ont leurs propres contenus.
boutique
FFA
INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS