MES ACCÈS
Trouver un club près de chez vous
Derniers
clichés
Espaces
FFA
STRUCTURES
CLUBS
l'actu des espaces | infos
Alice Milliat : Une militante pour l’égalité dans le sport
1714
Commentez cette actualité
Alice Milliat : Une militante pour l’égalité dans le sport

En cette journée internationale des droits des femmes, le CNOSF dévoile, ce lundi 8 mars, au sein de son siège parisien, une œuvre d’art en hommage à Alice Milliat. La Nantaise a été la première grande dirigeante du sport français, et s’est battue sans relâche pour permettre aux femmes d’être les égales des hommes, notamment sur les stades d’athlétisme. L’historienne Florence Carpentier, chercheuse à l’Université de Lausanne, avait retracé son parcours en août dernier, à l’occasion d’un numéro d’Athlétisme Magazine dédié au centenaire de la FFA. Nous vous proposons de le (re)découvrir.

« Je me suis intéressée à Alice Milliat après avoir réalisé une thèse sur l’histoire du Comité International Olympique. L’histoire longtemps méconnue de cette femme m’a passionnée et, aussi, un peu touchée. Parce qu’elle a su faire preuve de pugnacité pour réussir à constituer des fédérations française et internationale dans un contexte extrêmement hostile, évidemment masculin, misogyne pour une grande partie et même antiféministe. Elle a dû lutter contre des oppositions extrêmement fortes, en venant en plus d’un milieu social qui n’était pas celui des dirigeants de l’époque, issus de la haute bourgeoisie voire de l’aristocratie.

Alice Milliat a participé à une compétition d’ath¬létisme au milieu des années 1910, puisque son nom apparaît sur l’affiche d’un meeting. Mais si son nom est aujourd’hui lié à ce sport, c’est surtout par son activité de dirigeante, plu¬sieurs dizaines d’années avant que les femmes intègrent a minima les comités directeurs des fédérations. Elle devient en 1915 présidente du club Fémina Sport, qui fusionne deux ans plus tard avec deux clubs concurrents pour abou¬tir à la création de la Fédération des Sociétés Féminines Sportives de France (FSFSF), dont elle est aussi la présidente. A l’époque, il y a de nombreux débats sur les tenues autorisées, ou encore sur la présence du public lors des com¬pétitions. Mais ce qui fait consensus concernant la pratique des femmes, c’est l’athlétisme, en tant que sport de base. Encore faut-il trouver des épreuves qui plaisent à tout le monde, ce qui n’est pas évident. Pour Alice Milliat, les femmes peuvent pratiquer tous les sports et disciplines sans exception, y compris la perche, et disputer des compétitions.

La Fédération Française d’Athlétisme, avec le soutien de la fédération internationale, a incarné une des plus fortes oppositions à Alice Milliat. D’ailleurs, si cette dernière crée la fédération sportive féminine internationale en novembre 1921, avec comme premier objectif la gestion des championnats, c’est d’abord en réaction à l’organisation par la FFA des premières compé¬titions internationales féminines à Monte-Carlo. Pour elle, le sport féminin doit être dirigé uni¬quement par des femmes, afin qu’elles puissent bénéficier d’une autonomie financière. Car si ce sont les hommes qui les dirigent, ils s’octroieront prioritairement les budgets et l’accès aux ter¬rains sportifs, et le fonctionnement ne sera pas égalitaire. En cela, Alice Milliat, qui se rend aux congrès de l’IAAF pour haranguer les dirigeants et se faire l’avocate de l’athlétisme féminin, est vraiment une féministe.

Quatre éditions des Jeux mondiaux féminins se tiennent entre 1922 et 1934, en alternance avec les Jeux olympiques. La volonté d’Alice Milliat a toujours été que les femmes puissent être les égales des hommes aux J.O. Avant Amsterdam 1928, le Suédois Sigfrid Edström, président de la fédération internationale d’athlétisme, accède à sa demande. Mais seulement à titre d’essai, avec cinq épreuves réservées aux femmes. Malheureusement, dans un premier temps, Alice Milliat y croit. Je pense qu’elle s’en mord les doigts rapidement, puisqu’elle essaye de se rétracter. Mais il est déjà trop tard. La preuve que l’entrée des femmes aux J.O. était un leurre, c’est que leur taux parmi les participant.e.s n’a pas dépassé 15 % jusqu’aux années 1980. Les femmes ont été acceptées aux Jeux, tout comme elles ont ensuite été intégrées au sein des fédérations sportives jusque-là uniquement masculines, dans l’optique de pouvoir contrôler leur développement.

Dans les années 30, les mouvements féministes n’ont plus le vent en poupe et sont moins actifs. C’est la crise économique et, à partir de 1929, on coupe les subventions dans les branches les plus faibles, donc pour le sport féminin. Alice Milliat et les fédérations qu’elle préside sont victimes de ce contexte. Le mouvement catholique féminin, incarné par Marie-Thérèse Eyquem, considère que le sport féminin doit être sous le contrôle des hommes. Elle mettra en place ce principe sous le régime de Vichy pendant la Seconde Guerre mondiale, en tant que directrice des sports féminins.

Alice Milliat est longtemps restée dans l’oubli. Mais il existe un véritable engouement autour d’elle actuellement, notamment grâce à la Fondation Alice Milliat qui milite pour la médiatisation du sport féminin. Reste qu’il existe encore des résistances, contre lesquelles nous devons continuer à nous battre. »

Photo : © Agence Rol / Fondation Alice Milliat

RB
Admin Athle.fr
les réactions
Commentez cette actualité
Pour commenter une actualité il faut posséder un compte sur le site FFA, utilisez la rubrique ci-dessous pour vous identifier ou vous créer un compte.
Login (Email) : 
Mot de Passe : |
mot de passe oublié ?
dans la même rubrique
23/07 > (1)
03/06 >  
29/04 > (2)
27/04 >  
14/04 >  
09/04 > (1)
11/03 > (2)
08/03 >  
03/03 >  
10/02 >  
le reste de l'actualité
19/07 >  
19/07 > (3)
28/06 >  
22/06 >  
12/06 >  
11/06 >  
09/06 > (7)
03/06 >  
03/06 >  
27/05 >  
25/05 > (4)
19/05 >  
11/05 > (1)
11/05 >  
04/05 >  
30/04 > (7)
16/04 >  
09/04 > (6)
02/04 > (5)
26/03 > (5)
26/03 > (1)
25/03 >  
15/03 > (3)
11/03 >  
11/03 >  
rechercher
Infos Clubs
Covid
Fil
Info
12345
Organisme de
Formation
Gros
Plans
PSF 2021
Inscrivez-vous et abonnez-vous gratuitement sur la plateforme de formation pour tous les licenciés FFA en CLIQUANT ICI. Puis sur la plateforme accédez aux différents contenus en cliquant sur « JE M’ABONNE ». En cas de souci d’abonnement, cliquez sur le lien ci-dessus, puis allez dans la rubrique « CONTACT ». Les domaines (Direction, Jury, Encadrement sportif, et Organisation d’événements) ont leurs propres contenus.
boutique
FFA
INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS