MES ACCÈS
Trouver un club près de chez vous
Derniers
clichés
Espaces
FFA
STRUCTURES
CLUBS
l'actu des espaces | infos
Renaud Lavillenie : « Porte-drapeau, une opportunité incroyable »
3343
Commentez cette actualité
Renaud Lavillenie : « Porte-drapeau, une opportunité incroyable »

Le double médaillé olympique a vécu une dernière semaine intense. Blessé au mollet droit début mars, à la veille de son entrée en lice à Torun pour les championnats d’Europe en salle, il a pu reprendre le saut à la perche le lundi 12 avril. Deux jours plus tard, sa candidature pour le rôle de porte-drapeau de la délégation tricolore à Tokyo était officialisée, en même temps que celle de Mélina Robert-Michon. Il devait partir hier, lundi 19 avril, en stage avec son groupe d’entraînement à San Diego (Californie). Mais le départ a été repoussé d’une semaine pour des raisons logistiques. La soute de l’avion dans lequel les plieurs de gaule devaient embarquer ne pouvaient effet pas accueillir tous les fagots de perches prévus.  Pas de quoi faire perdre à Renaud Lavillenie son sourire, alors que les sensations reviennent déjà sur la piste.

Athle.fr : Renaud, tout d’abord, comment allez-vous ?

Je suis vraiment aux prémices de la reprise de l’entraînement normal. Après les Europe, la première semaine a été légère pour récupérer un petit peu. Ensuite, j’ai bossé pendant trois semaines avec une à deux heures de kiné par jour, plus du travail quotidien avec mon préparateur physique. J’ai repris la course il y a deux semaines et demi (ndlr : l’interview a été réalisée vendredi dernier). Vu l’intensité que j’arrivais à mettre, on a décidé de reprendre la perche le lundi. L’objectif était de vérifier que tout allait bien et de préparer le stage pour pouvoir y passer un cran supplémentaire.

C’était le planning prévu ?

On est presque un tout petit peu en avance par rapport à ce qui était écrit, même si on n’a pas trop cherché à gagner du temps. On a plus eu la volonté d’optimiser ma reprise en étant bien dans les clous. Le mot d’ordre était de bien reconstruire la base et d’y aller progressivement. J’ai gratté trois, quatre jours par rapport à la perche, mais c’est anecdotique car je ne suis pas encore à 100 %. J’ai juste la possibilité de retravailler le geste précis pour retrouver les tensions corporelles induites par la discipline et les assimiler.

Le travail effectué cet hiver n’est pas perdu…

Je ne suis clairement pas en retard. J’ai accepté d’effectuer un gros travail que je n’aurais peut-être pas réalisé auparavant de la même manière. Ça m’a permis de ne pas repartir de zéro. Ça a été une bonne surprise à la fois pour Philippe (d’Encausse, son coach) et pour moi. Après trois semaines sans course, j’ai tout de suite retrouvé une bonne qualité de pied et un peu de dynamisme. C’est plutôt encourageant. Et comme on n’a pas à courir après le temps, on peut avancer sereinement, sans se presser.

Le décalage d’une semaine de votre stage à San Diego, ce n’est pas trop dommageable ?

Ce n’est pas grave. Honnêtement, ça ne change pas grand-chose pour moi, si ce n’est que ça me donne une semaine de plus ici (ndlr : à Clermont-Ferrand) pour monter en puissance et prendre des repères pour le stage. On est dans une telle galère (ndlr : au niveau logistique, avec les contraintes sanitaires) que la priorité est d’être sûrs de pouvoir partir car on sait qu’on peut bien travailler là-bas.

Votre candidature pour être un des deux porte-drapeaux de l’équipe de France olympique à Tokyo a été annoncée mercredi dernier. Comment avez-vous vécu cette journée ?

J’étais déjà dans la même position il y a un peu plus d’un an, même si c’était officieux. C’est plaisant de voir qu’il y a du soutien. Mais il faut bien comprendre qu’il ne s’agit pas d’un vote public. On peut avoir toute la France derrière nous, si les 59 athlètes qui votent ne te choisissent pas, ça ne changera strictement rien. Je suis conscient du challenge qui m’attend, même si je suis en bonne posture. Se retrouver avec le drapeau aux J.O. et la délégation derrière moi, ça peut être quelque chose de phénoménal. C’est une opportunité incroyable !

Comptez-vous mener une campagne ?

J’en rigolais avec Florent Manaudou. Je lui ai dit : ‘’Ca y est, on est en compète pour deux mois, t’inquiète, on a le temps de faire les affiches et les posters !’’ On s’entend bien, ça nous a fait rire. Ce qui est important est de pouvoir montrer à ceux qui vont voter qu’on est prêt, motivé, et qu’on a les épaules pour jouer ce rôle de porte-drapeau. Sur le plan pratique, tout a déjà été planifié avec la FFA. Il y a deux scénarios : si je ne suis pas choisi, j’irai au stage fédéral à Kobe, avant de rejoindre Tokyo à partir du 29 juillet. Si je le suis, j’irai au stage et je ferai un aller-retour Kobe-Tokyo afin de participer à la cérémonie d’ouverture. Si j’avais vu qu’à un moment, ça pouvait poser problème dans ma préparation, je ne me serais jamais présenté.

Propos recueillis par Florian Gaudin-Winer pour athle.fr
Photos : © KMSP / FFA

Retrouvez dans le prochain numéro d’Athlétisme Magazine un reportage au long cours dans les coulisses de la préparation de Renaud Lavillenie. Pour vous abonner, cliquez ici

 

Renaud Lavillenie
Age / Sél.35 ans / 42 A
ClubClermont auvergne athletisme
SpécialitéPerche
RB
Admin Athle.fr
les réactions
Commentez cette actualité
Pour commenter une actualité il faut posséder un compte sur le site FFA, utilisez la rubrique ci-dessous pour vous identifier ou vous créer un compte.
Login (Email) : 
Mot de Passe : |
mot de passe oublié ?
dans la même rubrique
21/04 >  
04/02 >  
19/01 >  
12/01 >  
14/12 >  
03/12 >  
04/10 >  
23/09 >  
18/05 >  
13/05 >  
le reste de l'actualité
16/05 >  
14/05 >  
13/05 >  
12/05 > (1)
12/05 >  
12/05 >  
09/05 > (6)
03/05 > (1)
02/05 > (4)
26/04 >  
25/04 >  
22/04 >  
20/04 >  
19/04 > (1)
17/04 >  
15/04 > (1)
15/04 >  
12/04 >  
12/04 >  
11/04 >  
10/04 >  
08/04 >  
07/04 >  
06/04 >  
05/04 >  
rechercher
Fil
Info
01/05 (00h00)
L'Agenda de Mai 2022 ...
30/04 (18h40)
L'E.P.A 86 recrute
27/04 (08h50)
Limoges Athlé recherche un technicien sportif
24/04 (14h04)
Le Comité de la Corrèze recherche un agent de développement en CDI temps plein
21/04 (11h08)
Le Clermont Auvergne Athlétisme recherche un(e) chargé(e) de développement
12345
Défi
Perf
boutique
FFA
INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS