MES ACCÈS
Trouver un club près de chez vous
Derniers
clichés
Espaces
FFA
STRUCTURES
CLUBS
l'actu des espaces | infos
Mélina Robert-Michon : « Le choix du porte-drapeau doit venir du cœur »
2355
Commentez cette actualité
Mélina Robert-Michon : « Le choix du porte-drapeau doit venir du cœur »

Contrairement à son habitude, la vice-championne olympique ne participera pas à la coupe d’Europe des lancers. Le rendez-vous continental, déplacé aux 8 et 9 mai à Split (Croatie), ne collait pas avec son calendrier. C’est donc à l’occasion du meeting de Halle (Allemagne), une semaine plus tard, qu’elle devrait effectuer sa rentrée estivale, si la compétition est bien ouverte aux athlètes étrangers. De retour d’un stage à Boulouris, Mélina Robert-Michon fait le point sur sa préparation et revient sur sa candidature pour le rôle de porte-drapeau de la délégation tricolore aux Jeux olympiques de Tokyo, qui a été officialisée le 14 avril dernier en même temps que celle de Renaud Lavillenie.

Mélina, tout d’abord, comment vous sentez vous à l’heure d’aborder cette dernière ligne droite avant les J.O. ?

Ça va bien. Je rentre d’un stage de 15 jours à Boulouris lors duquel on a bien travaillé. J’aime beaucoup cet endroit, le cadre y est agréable. Et puis, il y avait aussi un stage de javelot, ça m’a donc permis de pouvoir échanger et de voir du monde. On a fait deux grosses semaines d’entraînement et on a pu effectuer les derniers réglages. Maintenant, plus on va avancer et plus on va affiner la technique pour aller davantage dans les détails.

Justement, vous avez fait évoluer votre technique depuis un an. Racontez-nous…

L’objectif est d’être toujours meilleure. Donc on change, on améliore. À chaque fois, il faut aller un peu plus loin. On avait déjà commencé à mettre en place quelques changements l’année dernière pour passer un cap. Avec le report des Jeux, on a décidé de continuer. En fait, j’ai surtout travaillé le départ sur la position de ma main qui tient le disque. J’essaie de faire en sorte qu’elle tombe un peu moins, qu’elle reste un peu plus derrière et un peu plus à plat.

Vous êtes une habituée de la coupe d’Europe des Lancers. Pourquoi faire l’impasse cette année ?

Je devais y prendre part en mars (ndlr : la compétition était initialement programmée les 13 et 14 mars à Leiria au Portugal). L’idée était en effet d’enchainer championnats de France hivernaux et coupe d’Europe. Suite à son report, on a décidé de couper après les France afin de repartir sur un cycle pour l’été. Ça n’était donc plus forcément intéressant d’y aller. En plus, avec toutes les contraintes sanitaires actuelles, je préfère bénéficier d’une semaine d’entrainement supplémentaire. Je ferai donc logiquement ma rentrée à Halle le 15 mai. On attend encore la réponse de l’organisateur du meeting, pour savoir s’il peut recevoir des étrangers ou pas. Si ça ne peut pas se faire, ce sera à Doha quinze jours plus tard. Rien n’est encore confirmé. On attend les infos et on s’adapte. De toute façon, ces compétitions ne sont pas ma priorité. Elles servent avant tout pour les réglages. L’important, c’est que les jeux aient lieu.

Cet hiver, vous avez décroché votre 34e titre de championne de France à Salon-de-Provence avec un jet à 63,43 m. En quoi était-ce important de réussir cette mini-saison hivernale ?

L’hiver est souvent long et l’année dernière avait été très particulière. C’était donc important de voir où j’en étais et, surtout, comment les changements techniques que j’avais travaillés depuis un an pouvaient porter leurs fruits en compétition avec la pression. J’avais aussi besoin de tester ma capacité à être compétitive. Ces championnats de France m’ont rassurée. Ils m’ont permis de voir que j’étais toujours capable d’élever mon niveau avec de l’adversité.

La FFA vous a choisie comme candidate pour le rôle de porte-drapeau féminin à Tokyo. Qu’est-ce que cela représente pour vous ?

C’est une fierté et un honneur. Un athlète a la possibilité de disputer plusieurs fois les Jeux, voire de décrocher plusieurs médailles. Mais il ne peut être porte-drapeau qu’une seule fois dans sa vie. C’est donc encore au-dessus. Et c’est quelque chose que je n’aurais jamais imaginé au début de ma carrière ou même lorsque j’ai participé à mes premiers Jeux en 2000. A Sydney, j’arrivais de la campagne en pratiquant une discipline peu médiatique en France. Être porte-drapeau, c’est quelque chose d’hyper fort.

Vous vous sentez plus légitime aujourd’hui…

Il y a plein de champions qui méritent d’être porte-drapeau. Chacun a sa propre définition du bon profil à avoir. Certains s’attachent plus aux résultats, d’autres au parcours. Il n’y a pas une définition type. L’année dernière, quand mon nom a commencé à être évoqué, j’ai reçu beaucoup de messages qui m’ont touchée, parce que je n’avais pas forcément conscience que mon parcours pouvait être considéré comme particulier ou exceptionnel. Bien sûr, au début de ma carrière, certains ont pu dire que je n’étais pas une femme de grands championnats ou que les lancers n’intéressaient personne. Mais justement, mon envie est de montrer qu’il n’existe pas un chemin tout tracé pour être performante, qu’il n’y a pas de disciplines mineures et que tout le monde a sa chance. Il faut juste savoir ce que l’on veut et ne rien lâcher. La force de l’équipe de France, c’est aussi qu’on a tous des histoires différentes.

Maintenant que votre candidature est officielle, comptez-vous faire campagne ?

C’est un mot que je ne n’aime pas trop. Pour moi, si les gens me choisissent, c’est pour ce que je suis et ce que j’ai fait, et pas pour ce que je ferai. Ça ne doit pas être un truc politique. Ça doit venir du cœur.

Propos recueillis par Véronique Bury
Photos : JM Hervio / KMSP / FFA - Céline Domas / FFA

Melina Robert-michon
Age / Sél.42 ans / 61 A
ClubLyon athletisme*
SpécialitéDisque
RB
Admin Athle.fr
les réactions
Commentez cette actualité
Pour commenter une actualité il faut posséder un compte sur le site FFA, utilisez la rubrique ci-dessous pour vous identifier ou vous créer un compte.
Login (Email) : 
Mot de Passe : |
mot de passe oublié ?
dans la même rubrique
18/05 >  
13/05 >  
29/04 >  
20/04 >  
06/04 >  
30/03 >  
26/03 > (5)
16/03 > (1)
28/01 > (1)
21/01 >  
le reste de l'actualité
23/07 >  
22/07 >  
20/07 >  
18/07 >  
18/07 >  
18/07 >  
17/07 >  
17/07 > (1)
16/07 >  
16/07 >  
15/07 > (1)
15/07 >  
13/07 > (4)
13/07 > (3)
13/07 >  
12/07 > (1)
12/07 >  
12/07 > (2)
11/07 > (3)
11/07 > (2)
11/07 >  
10/07 >  
10/07 > (1)
10/07 >  
09/07 >  
rechercher
Fil
Info
12345
Défi
Perf
Gros
Plans
Inscrivez-vous et abonnez-vous gratuitement sur la plateforme de formation pour tous les licenciés FFA en CLIQUANT ICI. Puis sur la plateforme accédez aux différents contenus en cliquant sur « JE M’ABONNE ». En cas de souci d’abonnement, cliquez sur le lien ci-dessus, puis allez dans la rubrique « CONTACT ». Les domaines (Direction, Jury, Encadrement sportif, et Organisation d’événements) ont leurs propres contenus.
boutique
FFA
INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS