MES ACCÈS
Trouver un club près de chez vous
Derniers
clichés
Espaces
FFA
STRUCTURES
CLUBS
l'actu des espaces | infos
Championnats d’Europe de marche par équipes : Vent de jeunesse chez les Bleus
5557
Commentez cette actualité
Championnats d’Europe de marche par équipes : Vent de jeunesse chez les Bleus

Avec la médaille de bronze et le record national de la junior Maële Bire-Heslouis, plus deux podiums par équipes chez les jeunes, la marche française s’est dessiné un avenir prometteur à Podebrady (République tchèque).

Pas le temps de prendre le temps, de frémir, doucement, en voyant revenir les compétitions : les jeunes marcheurs français, sevrés comme les autres athlètes depuis quinze mois, ont révélé leur appétit d’ogre, ce dimanche, lors des championnats d’Europe par équipes à Podebrady. Ce sont d’ailleurs eux qui ouvraient le bal, en République Tchèque. « Les 10 km des juniors ont été des vraies courses à suspense », se réjouissait à chaud Pascal Chirat, référent national de la spécialité, entre deux arrivées.
A commencer par la magnifique démonstration des jeunes filles. Avec une médaille de bronze et un record de France (47’05 contre 47’26 à Emilie Menuet en 2010), Maële Bire-Heslouis emmenait dans son sillage Elvina Carré (4e en 47’13) vers la deuxième place du classement par équipes, à égalité de point avec les jeunes Portugaises. Un grand souffle de fraîcheur pour la marche française, et féminine en particulier. « Je suis vraiment contente, car je ne savais pas du tout où en était mon état de forme, vu que j’avais eu la Covid et que je n’avais pu reprendre l’entraînement qu’il y a un mois et demi », commentait Maële, radieuse. « Je voulais juste m’approcher des 47’30 mais j’ai eu un super peloton. Avec les Portugaises et Elvina, on était sur de très bonnes allures et tout a été plus facile. Finalement, ce n’est qu’après la course que j’ai réalisé que je battais le record de France, car je n’étais plus très lucide pendant ! » Suffisamment, en tout cas, pour ne pas stresser, en voyant se dessiner un podium. « On était cinq, puis quatre pour l’argent et le bronze, mais ça fait tellement longtemps qu’on n’avait plus de compétitions que je n’avais qu’une idée pendant la course, me confronter à des filles d’autres pays et faire une médaille. Ça fait du bien ! »
D’autant que la performance fut obtenue avec la manière, les deux jeunes femmes, tout le temps bien placées, en accélération progressive, augmentant sensiblement l’allure dans les deux derniers kilomètres pour aller chercher les places d’honneur. « Et elles réalisent toutes deux le niveau de performance requis (NPR) pour les championnats d’Europe et du monde juniors », rappelle Pascal Chirat. Un succès loin d’être acquis puisque Maële a donc dû composer, ces derniers mois, avec des complications de santé après avoir contracté le Covid. « C’est vrai qu’on ne l’attendait pas vraiment, même si on savait qu’elle était revenue à un bon niveau, estime Pascal. Mais en stage au Portugal cet hiver, elle ne pouvait quasiment rien faire. Les blessures consécutives à l’infection au Covid s’accumulaient. Elle a dû se contenter de natation, de vélo et de renforcement musculaire. » Une abnégation qui a payé pour la sociétaire du Pays Saint-Lois Athlé. « Quand elle a pu reprendre normalement, elle était prête, note Pascal. Combiné au fait que c’est une gamine particulièrement talentueuse et motivée, qu’elle a un super coach (Alban Pessin), ça lui a permis d’être à ce niveau-là sur cette course. » Avec une Elvina Carré (AS Tournus), junior première année et elle aussi nettement sous l’ancien record de France, la marche féminine s’ouvre de belles perspectives.

Les Bleuets aussi sur la boîte

Il faut dire que les garçons, quelques minutes plus tôt, avaient donné l’exemple avec une épreuve à rebondissements pour Dimitri Durand. Crédité d’un record qui le laissait espérer jouer dans le peloton de tête, le sociétaire du Paris UC allait faire mieux : aux avant-postes dès le début de course, il accélérait dans un dernier kilo avalé en 3’57 pour déposer l’Espagnol José Luis Hidalgo et couper la ligne en tête, record personnel battu d’une minute. Une accélération un peu trop franche, selon les juges. Alors qu’il avait déjà hérité d’un carton rouge, le jeune Bleu en récoltait deux coup sur coup, quasi dans la même minute, dans les derniers hectomètres. Résultat : avec trois rouges, Dimitri écopait de la minute de pénalité désormais prévue par le règlement sur le classement final, puisque celle-ci n’avait pu être effectuée pendant l’épreuve. Le voilà qui rétrogradait donc à la quatrième place, à six secondes du podium, avec un temps officiel correspondant exactement à son record personnel (42’26). « Il n’y a normalement pas de souci technique avec Dimitri, mais on sait que les juges sont plus vigilants sur les fins de course et l’emballage final », observait le référent technique national. Au-delà d’une idée bien plus précise sur son niveau actuel, le jeune homme trouvera plusieurs motifs d’atténuer sa déception de voir l’or lui échapper : un NPR pour les championnats d’Europe et du Monde chez les juniors, et une deuxième place par équipes. Ses coéquipiers Lucas Dreville (8e en 42’46, NPR pour les Europe et à une seconde de celui pour les Mondiaux) et Florian Peter (13e en 43’50) permettaient en effet aux Bleuets de monter sur la deuxième marche du podium collectif, derrière l’Espagne.
Si sur 50 km, dans la foulée, Hugo Andrieu devait lui abandonner dès le 17e kilomètre, victime d’une élongation alors qu’il naviguait autour de la 35e place, une autre génération de féminines remettait les Bleus sur la bonne voie.

Stey soigne ses débuts sur 20 km

Sur 20 km femmes, l’équipe de France affichait pourtant une moyenne d’âge à peine supérieure à celle des juniors, puisque Clémence Beretta faisait figure de doyenne de l’assemblée, à 23 ans seulement. Pour leur apprentissage du haut niveau, les jeunes Bleues se sont elles aussi montrées à la hauteur, du moins au mieux de ce qu’elles peuvent faire, à l’aube de leur carrière senior : Pauline Stey (21e en 1h34’’58 après une belle remontée dans les derniers kilos), Eloise Terrec (23e, 1h35’04), Camille Moutard (25e, 1h35’26), et Clémence Beretta (29e, 1h36’39) la jouaient groupées au classement, alors que les trois premières amélioraient pour l’occasion leur record personnel - et que Stey et Moutard faisaient même leurs premiers pas sur le 20 km. « Ce n’était pas forcément simple de découvrir la distance sur un événement de ce niveau, d’autant que nous n’avions pas pu réaliser les tests prévus, à cause du confinement, pointe Pascal. Mais toutes deux réalisent au final le NPR pour les championnats d’Europe espoirs. Elles ont vraiment marché comme de vieilles ‘‘baroudrices’’, prudentes au début, puis en développant de grosses vitesses à la fin. » Au final, ces dames prenaient la septième place par équipes d’une épreuve remportée par l’Italienne Antonella Palmisano en 1h27’42.

Encore un record pour Bordier

Enfin, derniers à entrer en lice, les marcheurs du 20 km allaient connaître des fortunes diverses. La palme pour Gabriel Bordier, qui, en 1h20’’10, faisait coup double : une belle sixième place et un record personnel raboté de neuf secondes par rapport à la performance accomplie sur le même parcours en octobre dernier. Un beau résultat à trois mois des Jeux, pour lesquels le sociétaire de l’US Saint Berthevin a déjà composté son billet. « C’est vraiment une belle satisfaction car Gabriel a hypothéqué sa préparation foncière à cause de blessures en janvier et février. Il craque un peu avant la fin pour passer sous les 1h20, mais il aura le temps de travailler cela d’ici les Jeux. » Il n’aura en effet manqué qu’un emballage final à Bordier, au terme d’une course très régulière où il aura, jusqu’à cinq kilomètres de l’arrivée, évolué avec un peloton de tête finalement réglé par le Suédois Perseus Karlström (1h18’’54). Derrière lui, Kevin Campion prenait la 29e place (1h25’31). « Un passage obligé pour revenir à son niveau sur la route des Jeux, car il traverse une passe difficile mais a montré qu’il était en train de revenir », analyse le référent national. Respectivement 35e (1h27’21 avec une pénalité) et 45e (1h32’13 et une fin de course difficile), David Kuster et Matteo Duc ont, eux, poursuivi leur apprentissage du haut niveau.

En conclusion, on retiendra que la relève a frappé un grand coup, en ce retour à la normale, ou presque, pour les athlètes. Pascal Chirat recontextualise d’ailleurs bien l’affaire : « L’équipe a été très performante et n’a pas laissé passer l’occasion de se montrer, alors qu’ils ont évolué un an dans les conditions que l’on sait. Les féminines, en particulier, ont été pleines de maîtrise. Il nous faudra les accompagner comme il se doit vers les grands championnats. » Et si Tokyo, cette année, arrive un peu tôt, les Jeux de Paris en 2024 sont déjà dans toutes les têtes pour cette nouvelle génération.

Cyril Pocréaux pour Athle.fr
Photos : © JP Durand / FFA

Tous les résultats en cliquant ici

Maele Bire-heslouis
Age / Sél.18 ans / 3 J
ClubPays saint-lois athletisme*
Spécialité3 000 m marche - 5 000 m marche - 10 km marche
Pauline Stey
Age / Sél.19 ans / 1 A
ClubAlsace nord athletisme*
Spécialité3 000 m marche - 10 km marche - 20 km marche
Gabriel Bordier
Age / Sél.23 ans / 7 A
ClubUs st berthevin
Spécialité5 000 m marche - 10 km marche - 20 km marche
RB
Admin Athle.fr
les réactions
Commentez cette actualité
Pour commenter une actualité il faut posséder un compte sur le site FFA, utilisez la rubrique ci-dessous pour vous identifier ou vous créer un compte.
Login (Email) : 
Mot de Passe : |
mot de passe oublié ?
dans la même rubrique
11/06 >  
06/06 >  
04/06 > (1)
30/05 >  
29/05 >  
28/05 >  
20/05 >  
16/05 >  
14/05 >  
12/05 >  
le reste de l'actualité
11/06 >  
09/06 >  
09/06 > (1)
09/06 > (1)
08/06 > (1)
08/06 >  
07/06 > (1)
04/06 >  
03/06 > (1)
01/06 > (1)
01/06 > (1)
31/05 >  
28/05 >  
27/05 >  
25/05 > (1)
25/05 >  
20/05 >  
20/05 > (2)
20/05 > (2)
18/05 >  
17/05 > (2)
13/05 >  
10/05 >  
07/05 > (1)
07/05 >  
rechercher
Fil
Info
12345
Défi
Perf
Les
Sondages
Athlète du mois - Mai 2021
Athlète du mois - Mai 2021Elisez l'athlète du mois de mai 2021
Quentin Bigot
Gabriel Bordier
Rouguy Diallo
Mouhamadou Fall
Thomas Jordier
Alexis Phelut
Alexandra Tavernier
Teuraiterai Tupaia
Gros
Plans
Inscrivez-vous et abonnez-vous gratuitement sur la plateforme de formation pour tous les licenciés FFA en CLIQUANT ICI. Puis sur la plateforme accédez aux différents contenus en cliquant sur « JE M’ABONNE ». En cas de souci d’abonnement, cliquez sur le lien ci-dessus, puis allez dans la rubrique « CONTACT ». Les domaines (Direction, Jury, Encadrement sportif, et Organisation d’événements) ont leurs propres contenus.
boutique
FFA
INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS