MES ACCÈS
Trouver un club près de chez vous
Derniers
clichés
Les
Vidéos
Espaces
FFA
STRUCTURES
CLUBS
l'actu des espaces | infos
MAIF Ekiden de Paris : Yoann Kowal et Hugo Hay pour le plaisir
1600
Commentez cette actualité
MAIF Ekiden de Paris : Yoann Kowal et Hugo Hay pour le plaisir

Les internationaux Yoann Kowal et Hugo Hay prendront part ce dimanche au MAIF Ekiden de Paris, au sein de deux équipes MAIF. Avec l’envie de partager leur passion et de se faire plaisir, le leitmotiv de l’ensemble des participants à la course en relais organisée par la Fédération Française d’Athlétisme.

Après deux ans jour pour jour sans avoir épinglé un dossard à son maillot, Yoann Kowal va retrouver ce dimanche la compétition à l’occasion du MAIF Ekiden de Paris. « Une super occasion de renouer en douceur avec la compétition », sourit le sociétaire de Dordogne Athlé, heureux de tourner enfin la page de cette fissure au talon qui l’a empêché de pouvoir prétendre à un billet pour les Jeux olympiques de Tokyo. « J’ai hâte de me retrouver sur la ligne de départ », poursuit celui qui s’élancera en premier avant d’être relayé par des collaborateurs MAIF, partenaire titre de la course et aux côtés de la Fédération depuis 2017.

Une nouvelle expérience enrichissante, après ses deux précédentes participations à des ekidens. « La première fois, c’était à Périgueux en 2009 avec mes copains du club, se souvient le champion d’Europe 2014. À l’époque, on ne courait pas sur de longues distances, juste du 800 ou du 1500 m, mais ça nous avait permis de disputer un marathon tous ensemble, sans être les uns contre les autres, ça avait été super chouette. » La deuxième n’est guère plus récente. « C’était en 2013 avec l’équipe de France, à Chiba au Japon, le pays de l’ekiden ». Yoann Kowal avait alors été marqué par l’engouement des Japonais pour la discipline. « Lors d’un ekiden, tu ne cours pas que pour toi, mais aussi pour l’équipe, ça te donne encore plus envie de te transcender, assure-t-il. C’est aussi super convivial, car ça permet d’avoir une mixité au sein du collectif, de mélanger les niveaux ou de courir avec ses potes. »

Le sélectionné olympique sur 5000 m Hugo Hay, aligné dans une autre équipe MAIF, son partenaire, est du même avis. « Avec l’ekiden, on retrouve un peu l’ambiance des sports collectifs, celle que l’on peut ressentir en cross et lors des Interclubs, quand il y a un classement par équipes. C’est ce qui m’avait plu en 2018, lorsque j’ai participé pour la première fois au MAIF Ekiden de Paris avec mon club. » Pour le fondeur du Sèvre Bocage Athlétic Club, « l’athlé est peut-être un sport individuel, mais le collectif y est important. Car on a besoin des autres pour progresser et pour prendre du plaisir à l’entraînement ».

Hugo Hay se prépare à vivre « un chouette moment de partage », tout en en profitant pour « intégrer cette course à (s)on programme d’entraînement ». Ce dimanche, positionné en quatrième relayeur, il variera les allures pendant ses 10 km d’effort, sans objectif chronométrique précis. Car l’enjeu, pour les deux internationaux, n’est pas lié à la compétition. « Bien sûr, j’aimerais réussir à terminer en 14’35 pour mon premier 5000 m de reprise, et c’est ce que je me suis fixé, mais je vais d’abord essayer d’y aller mollo pour ne pas risquer de me blesser à nouveau, explique Yoann Kowal. L’idée est avant tout de partager un bon moment et de me faire plaisir. » Le leitmotiv de tous les participants au MAIF Ekiden de Paris.

Véronique Bury pour athle.fr

Les conseils des champions

Le départ
« Avec l’émulation, on a tendance à partir un peu vite, c’est normal. Il faut juste ne pas paniquer et temporiser pour trouver son rythme afin de ne pas se cramer et pouvoir finir plus fort, en prenant du plaisir. L’Ekiden est une compétition conviviale et c’est ce qu’il faut garder en tête… C’est juste du kiff ! »

La transmission de la ceinture porte-dossard
« L’idéal est de bien déterminer en amont la forme de chacun afin de savoir à quel moment son coéquipier va arriver dans le sas. À partir de là, on s’échauffe en amont et on prend juste quelques minutes de rab pour arriver dans le sas un peu avant, afin de ne pas rater son partenaire car il y a toujours beaucoup de monde. Il faut être super attentif. Ensuite, quand on a récupéré la ceinture porte-dossard, on peut l’attacher facilement autour de sa taille en courant. »

 

RB
Admin Athle.fr
les réactions
Commentez cette actualité
Pour commenter une actualité il faut posséder un compte sur le site FFA, utilisez la rubrique ci-dessous pour vous identifier ou vous créer un compte.
Login (Email) : 
Mot de Passe : |
mot de passe oublié ?
dans la même rubrique
12/11 >  
05/11 >  
05/11 >  
13/10 >  
07/09 >  
12/08 > (1)
18/06 >  
23/04 > (1)
09/04 >  
24/03 > (1)
le reste de l'actualité
25/11 >  
10/11 > (1)
09/11 >  
24/09 >  
21/09 >  
19/08 >  
03/08 >  
28/07 >  
05/07 >  
21/06 >  
16/06 >  
04/06 >  
05/05 > (3)
15/04 > (1)
26/03 >  
19/03 >  
12/03 >  
11/01 >  
01/01 >  
15/12 > (1)
10/12 > (1)
07/12 >  
04/12 > (2)
24/11 > (1)
29/10 >  
rechercher
boutique
FFA
INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS