MES ACCÈS
Trouver un club près de chez vous
Derniers
clichés
Espaces
FFA
STRUCTURES
CLUBS
l'actu des espaces | infos
Championnats de France Elite en salle : Complètement perchés
7091
Commentez cette actualité(2)
Championnats de France Elite en salle : Complètement perchés

Après les femmes hier, les hommes ont à leur tour proposé un spectacle somptueux à la perche. Avec quatre Français à 5,71 m ou plus, dont Thibaut Collet (1er) et Valentin Lavillenie (2e) à 5,81 m, soit un record personnel explosé pour le premier nommé. Sur 60 m haies, le duel entre Wilhem Belocian et Pascal Martinot-Lagarde a été remporté par le Guadeloupéen, sacré en 7’’53. A retenir également : la course de patron de Benjamin Robert sur 800 m, vainqueur en 1’46’’89.

Le Temps Fort

Thibaut Collet sur son nuage

Son frère Mathieu a foncé dans ses bras et ils sont tombés sur le tapis, enlacés et ivres de bonheur. En effaçant au premier essai 5,81 m, Thibaut continue d’écrire l’incroyable saga familiale des Collet. Avec cette performance, il décroche son premier titre de champion de France Elite, fait un grand pas vers les championnats du monde en salle de Belgrade, et devient le neuvième performeur français indoor de tous les temps. Arrivé dans les Bouches-du-Rhône avec un record à 5,72 m, le perchiste de l’EA Grenoble 38 a changé de dimension en un concours.

« Le plus beau de (s)a vie », selon ses propres mots. En dehors d’un accroc au premier essai à 5,71 m, l’athlète de 21 ans entraîné par les deux Philippe - d’Encausse et Collet, son père, troisième tous temps en salle avec 5,94 m, a rendu une copie parfaite jusqu’à 5,86 m (5,41 m, 5,51 m, 5,61 m, 5,76 m et 5,81 m passés dès sa première tentative), imitant presque Margot Chevrier, en or samedi avec 4,65 m. « Avec Margot, on est super potes, souriait d’ailleurs Thibaut Collet. Ce qu’elle a fait hier a été hyper inspirant. Elle a un peu ouvert la voie. » Le salarié de la SNCF en contrat d’insertion professionnelle (CIP) savait qu’il avait dans les jambes une telle performance. Restait à concrétiser. « Aujourd’hui, j’ai fait toutes les choses dans l’ordre, retraçait-il. J’ai fait mes meilleurs sauts sur le plan technique. J’étais hyper concentré tout le long, vraiment dans mon truc, je n’ai regardé que mon petit nombril. »
Pour expliquer sa progression, il met notamment en avant la concurrence qu’il côtoie au quotidien à l’entraînement à Clermont. « C’est la guerre perpétuelle. On est obligés de grandir, car parfois on se prend des tôles. » Une confrontation qui a également fait le sel de ce concours de Miramas, d’une densité exceptionnelle avec cinq Français à 5,66 m ou plus. Renaud Lavillenie, justement, a vu sa route s’arrêter à cette hauteur, avec une cinquième place finale. Un résultat obtenu dans un contexte très particulier, puisque le double médaillé olympique a effectué un aller-retour Miramas-Clermont-Ferrand dans la nuit et au petit matin, suite aux contractions ressenties par sa femme Anaïs, qui doit accoucher sous peu de leur deuxième enfant. Une fausse alerte, mais qui a forcément eu un impact moral et physique sur le recordman de France.

La richesse de la perche française permet aujourd’hui d’atteindre des sommets, même sans son plus prestigieux représentant. Car derrière Thibaut Collet, Valentin Lavillenie (Clermont Athlétisme Auvergne), « toujours vivant » comme il l’a malicieusement souligné, fait un magnifique médaillé d’argent avec 5,81 m lui aussi. Le vice-champion d’Europe indoor n’a rien lâché, en franchissant notamment 5,66 m et 5,81 m au troisième essai. Alioune Sene (CA Montreuil 93) complète le podium avec 5,76 m, encore un record, alors qu’Ethan Cormont (ASA Maisons-Alfort) doit se contenter de la quatrième place malgré ses 5,71 m (une barre franchie aussi par le Japonais du Clermont Athlétisme Auvergne Seito Yamamoto). Faire de la perche en France a beaucoup de bons côtés, mais parfois aussi quelques inconvénients.

La Promesse

Belocian répond présent

Placé en clôture du programme, le 60 m haies a tenu son rang de bouquet final du week-end, le duel entre Wilhem Belocian et Pascal Martinot-Lagarde (malade, Aurel Manga a rejoint Kevin Mayer à l’infirmerie) étant toujours la garantie d’une course de haut vol. C’est le Guadeloupéen du Lille Métropole Athlétisme qui l’a cette fois emporté, en coupant la ligne en 7’’54, soit quatre centièmes de mieux que « PML », après un départ canon. « Déjà, j’ai gardé mon titre de l’an passé, et c’est une satisfaction. J’ai aussi kiffé mes sensations aujourd’hui ! Et comme le premier des France est qualifié pour les Mondiaux, c’est déjà une case de cochée », savourait le champion d’Europe en titre, rappelant au passage que le niveau très relevé de la discipline pouvait parfois donner des maux de tête aux athlètes, mais surtout aux sélectionneurs de l’équipe de France. L’élève de Ketty Cham pouvait également se féliciter d’avoir réalisé « deux courses propres, en comptant la série, dans deux configurations différentes. Cela veut dire que je suis capable d’être efficace à chaque fois, et c’est rassurant en vue des Mondiaux. » En Serbie, il ne cache pas son envie de « monter sur la boîte », à l’issue d’une saison perturbée par quelques pépins dans la foulée de sa blessure de l’été dernier, mais qui a vu les choses se remettre en place au bon moment. « J’ai la chance que mon staff médical puisse me rejoindre cette semaine, donc on va pouvoir harmoniser le corps pour faire monter la forme. »

Deuxième ce dimanche, Pascal Martinot-Lagarde racontait avoir, à l’inverse, mis la pédale douce cette semaine dans sa préparation, pour éviter d’aggraver des petites alertes survenues après son excellent 7’’46 à Liévin le 17 février. « Je n’ai pas dormi de la nuit après ça, et j’ai eu beaucoup de mal à récupérer. Dans ces conditions-là, faire deuxième en 7’’58, ça n’est pas si mal. Honnêtement, je m’attendais à faire une bouse… », soufflait-il devant les micros des journalistes. Beau joueur, le troisième performeur mondial de l’hiver reconnaissait sans fard la supériorité de Belocian, « qui a répondu présent, et pas moi. Avec mon départ tout pourri (sic), j’ai compris dès la quatrième haie que je ne pourrais pas remonter. » Les trajectoires des deux duettistes depuis le début de saison se sont croisées, sans jamais se toucher de près sur une même course. L’objectif, pour tous les deux, est désormais d’arriver au sommet au même moment, pour se frotter à Holloway et aux autres cadors planétaires, dans trois semaines.

Le Chiffre

15

Quinzième sur la liste des engagés et dernier qualifié avec un record en 47’’99, Clément Ducos a rappelé au cours du week-end que le 400 m indoor est sans doute la course où l’aspect tactique joue le rôle le plus primordial. L’espoir du Bordeaux EC, jusque-là plutôt catalogué comme un spécialiste du tour de piste avec obstacles (51’’72), a mis en place la même stratégie en séries et finale, avec un départ rapide pour se rabattre en tête. Premier samedi en 47’’31, l’élève de Camille Bechet, 21 ans, s’est imposé ce dimanche en 47’’27 devant le Congolais du Stade Français Gilles-Anthony Afoumba (47’’30), laissant les favoris perdre du jus dans les bousculades ou en faisant l’extérieur dans le dernier virage. « Je ne pensais pas du tout au titre, mais au niveau du chrono, je valais ça à l’entraînement, analysait Clément Ducos, pas autant bouleversé qu’on aurait pu l’imaginer. J’ai un bon départ donc je mise sur ma vitesse, et l’aspect tactique de la discipline me plait. » Il aura en ligne de mire, l’été prochain, « un petit 50’’ » sur 400 m haies.
Sur la même distance mais chez les femmes, sensation également avec la victoire d’une autre spécialiste du « 4h », Camille Séri. Parfaitement calée dans la foulée de la favorite Amandine Brossier (SCO Angers Athlé), la sociétaire du Nice Côte d’Azur Athlétisme a réussi à déborder la demi-finaliste olympique dans la dernière ligne droite pour l’emporter en 53’’15, son record, contre 53’’40 pour sa dauphine. « Je suis très émue, je n’y crois pas trop, confiait-elle, encore sous le choc. C’est la première fois que je suis championne de France Elite ! A la base, j’étais d’abord venue pour faire une finale, et je ne pensais pas pouvoir gagner. »

La Décla

« J’étais très stressé avant la course, je ne savais pas comment j’allais courir. Mon entraîneur a trouvé les mots justes et j’ai prouvé que je valais les minima. »

Connu pour ses qualités de finisseur, Benjamin Robert a prouvé, ce dimanche après-midi, qu’il était aussi capable d’assumer le rythme en tête du début à la fin. Le demi-fondeur du SA Toulouse UC avait en tête la victoire, mais aussi les minima pour les Mondiaux de Belgrade (1’46’’50). Il n’en a pas fini si loin en 1’46’’89, sa meilleure performance de la saison. Surtout, il a réussi à repousser les assauts du finaliste olympique Gabriel Tual, en argent en 1’47’’35. De quoi faire le plein de confiance avant l’été.
Tactique identique chez les femmes pour Agnès Raharolahy, qui, après le 400 m et le 400 m haies, s’est découvert un nouveau champ d’expression cet hiver : le 800 m. Avec succès puisque, pour ces premiers France Elite sur la distance, la polyvalente athlète du Nantes Métropole Athlétisme est montée sur la plus haute marche du podium. En mettant en œuvre une tactique limpide : prendre la tête dès le rabattage, imprimer un rythme élevé, et tenir jusqu’au bout. « C'était le schéma de course prévu avec mon coach : partir fort et mettre à mal les autres, expliquait-elle. Passer en 58'', ce n’est pas ce qu’il y a de plus difficile pour moi. » Agnès Raharolahy a su éviter une chute collective, qui a entraîné la disqualification de Noélie Yarigo (Running 41) initialement deuxième, et a franchi la ligne d’arrivée en 2’03’’93, son premier chrono sous les 2’04’’.

Et Aussi

Dalmat sur le fil

Maëlly Dalmat a fait une ‘’Kafetien Gomis’’. Longtemps en tête avec 6,37 m, la sauteuse en longueur de l’Amiens UC voyait une Yanis David (Monster Club Athlé) retrouvée lui passer devant au cinquième essai, avec 6,50 m. Mais elle n’avait pas dit son dernier mot. Dernière athlète du concours à s’élancer, elle décollait à 6,52 m à son ultime tentative pour aller chercher sa première d’or chez les grandes, après deux médailles de bronze indoor en 2020 et 2021. Le meilleur saut indoor de sa carrière pour celle qui possède un record à 6,61 m. « Ca faisait à peu près un an et demi que je voulais passer ce cap des 6,50 m en salle. Le franchir dans un grand championnat, c’est important », savourait l’espoir de 20 ans, qui a eu le plaisir de monter sur le podium avec sa camarade de club Tiphaine Mauchant, troisième avec 6,31 m.
Toujours sur le sautoir mais au triple saut, Melvin Raffin (Bordeaux Athlé) a conservé son titre en pliant le concours dès le premier essai, avec 16,76 m. Il se positionne au septième rang provisoire des bilans mondiaux hivernaux. Deux autres athlètes ont dépassé les 16,60 m : Thomas Gogois (Amiens UC), avec 16,63 m, et Yoann Rapinier (Entente Franconville Cesame Val d’Oise), avec 16,61 m.

Fleury et Habz assument leur statut

Les 1500 m ont été remportés par les leaders aux bilans. Aurore Fleury (Nancy Athlétisme Métropole), tout près des minima pour Belgrade avec ses 4’07’’09, a assumé son statut en prenant rapidement les commandes. Son accélération progressive lui a permis de faire le trou pour l’emporter en 4’17’’15. « J’avais à cœur de faire la course devant, confiait-elle. Je trouve que la victoire est belle quand on assume le rythme en tête du début à la fin. J’ai laissé courir mes jambes et, même si je ne suis pas encore à 100 %, je suis sur la bonne voie. » Chez les hommes, Azeddine Habz (Val d’Europe Athlétisme) a sagement attendu son heure pour faire la différence dans le dernier tour, en 3’41’’77.
Les autres champions de France du jour : sur 200 m Ryan Zeze (Bordeaux Athlé) en 20’’99, qui descend pour la première fois de sa carrière sous barrière des 21’’ en salle, et la spécialiste du 400 m Sokhna Lacoste (Grand Angoulême Athlétisme) en 23’’40, qui confirme qu’elle a une sacrée pointe de vitesse. Au pentathlon, Léonie Cambours (SPN Vernon), après un début de compétition compliqué, a su se remobiliser (6,30 m à la longueur notamment) pour dominer les débats avec 4435 points. L’heptathlon est, lui, revenu à Valentin Charles (Stade Rennais Athlétisme) avec 5694 unités, son record. A la hauteur, Sébastien Micheau (Sèvre Bocage AC), en or l’été dernier, a récidivé sous un toit en effaçant une barre à 2,18 m.
Enfin, à la marche, l’espoir Camille Moutard a fait coup double sur 3000 m en battant son record personnel et en montant sur la plus haute marche du podium en 12’43’’45. Sur 5000 m, les trois premiers de la course ont malheureusement effectué un tour de moins que prévu. Leurs chronos ont donc été invalidés, mais leurs places ont été conservées avec l’or pour Martin Madeline-Degy (ECLA Albi), l’argent pour Lucas Dreville (Beauvais Oise Union Club) et le bronze pour Alexis Robichon (AC Roche-sur-Yon).

La rédaction
Photos : © KMSP / Capture My Sport / FFA

Tous les résultats des championnats en cliquant ici
Tous les résultats épreuve par épreuve en cliquant ici
Retrouvez le replay des championnats de France élite sur Athlé TV
Retrouvez quelques photos de la compétition en cliquant ici

Wilhem Belocian
Age / Sél.27 ans / 9 A
ClubLille metropole athletisme*
Spécialité60 m haies - 110 m haies - 4 x 100 m
Thibaut Collet
Age / Sél.23 ans / 3 A
ClubEntente athletique grenoble
SpécialitéPerche
RB
Admin Athle.fr
les réactions (2)
Thierry Gilbert - 28/02 (17h01)
Bravo a tous ces athlètes, dommage que le stadium était loin d'etre rempli. Et le podium si haut perché très peu visible.
Gilbert Uguen - 27/02 (21h18)
Vous citez Raharolahi en terme de reconversion positive, bravo à elle ! Mais que dire de la reconversion de Agathe Guillemot, venue de l' heptatlon et maintenant brillante sur 8OO ET commençant aussi le 1500 mètres ?
Commentez cette actualité
Pour commenter une actualité il faut posséder un compte sur le site FFA, utilisez la rubrique ci-dessous pour vous identifier ou vous créer un compte.
Login (Email) : 
Mot de Passe : |
mot de passe oublié ?
dans la même rubrique
20/11 >  
16/10 > (4)
18/09 >  
07/09 >  
14/08 >  
25/07 > (3)
17/07 >  
16/07 >  
15/07 > (3)
10/07 > (1)
le reste de l'actualité
01/12 > (2)
30/11 >  
29/11 >  
29/11 >  
28/11 >  
26/11 >  
25/11 >  
25/11 >  
23/11 >  
23/11 >  
22/11 >  
20/11 >  
18/11 >  
18/11 >  
18/11 >  
17/11 >  
15/11 >  
15/11 >  
14/11 >  
10/11 >  
10/11 >  
09/11 >  
08/11 >  
06/11 >  
06/11 > (1)
rechercher
Compétitions en direct (5)
Fil
Info
12345
boutique
FFA
INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS