MES ACCÈS
Trouver un club près de chez vous
Derniers
clichés
Espaces
FFA
STRUCTURES
CLUBS
l'actu des espaces | infos
Championnats de France de cross-country : Amdouni et Trapp en démonstration
12019
Commentez cette actualité
Championnats de France de cross-country : Amdouni et Trapp en démonstration

Morhad Amdouni et Manon Trapp ont, comme prévu, survolé les cross longs aux Mureaux, sur un site qui a accueilli ce dimanche plus de 17 000 personnes malgré la pluie. Les favoris des cross courts, Alexis Miellet et Margaux Sieracki, l’ont aussi emporté au terme de courses spectaculaires.

Cross long hommes
Amdouni creuse l’écart

Il y a sept ans, Hassan Chahdi avait réalisé un impressionnant cavalier seul sur l’île de loisirs du Val de Seine, en s’imposant avec 36 secondes d’avance sur son dauphin, Abdellatif Meftah. Morhad Amdouni (Val d’Europe Athlétisme) a fait encore mieux ce dimanche, en devançant de 46 secondes le deuxième Français à l’arrivée, l’épatant Bastien Augusto (Bourges Entente Athlétisme), le Kényan Maiyo Elias Kipchumba venant s’intercaler entre eux. Grandissime favori, le double médaillé européen en 2018 s’est porté en tête dès les premiers hectomètres. Seul son camarade de club, le Belge Soufiane Bouchikhi, a tenté de le suivre pendant un temps, avant de vite rentrer dans le rang. « Aujourd’hui, je voulais montrer mon niveau réel, clamait à l’arrivée l’athlète formé en Corse. Celui qui voulait me tenir devait valoir 27’, donc je savais que j’avais de la marge et que j’allais faire mal à celui qui voudrait s’accrocher. »
La déception de Montauban, où il avait dû se contenter de la septième place, est désormais derrière lui avec cette troisième médaille d’or dans l’épreuve reine, après Paray-le-Monial en 2011 et Plouay en 2018. « Je voulais montrer que j’étais le leader de la discipline et que c’était un accident en novembre. Un athlète ne peut pas être toute l’année en forme. Ça prouve que je suis humain », soulignait celui qui avait eu le Covid-19 quelques semaines avant d’aller dans le Tarn-et-Garonne. Morhad Amdouni va désormais se tourner vers le marathon de Paris, programmé dans trois semaines, où le record de France de Benoît Zwierzchlewski (2h06’36’’) lui fait de l’œil.

Vice-champion de France, Bastien Augusto se satisfaisait largement de ce résultat. Champion de France chez les espoirs à Montauban, le fondeur à la foulée puissante réalise des débuts tonitruants chez les seniors, après avoir décroché l’or à Miramas lors du rendez-vous national indoor, le 26 février. « Je pense que j’ai passé un gros cap, savourait le fondeur de 21 ans, qui bénéficie depuis une année d’un détachement de la part de son employeur, l’Armée de Terre. Je suis vraiment très content de mon début de saison, pourvu que ça dure. Je ne pouvais pas rêver mieux. » Il sera le 9 avril au départ des championnats de France du 10 km. Pour une troisième récompense chez les grands ? Le podium est complété par Michael Gras (Alès Cévennes Athlétisme), trois ans après sa deuxième place à Vittel. Pierre Bordeau (Racing Multi Athlon), dixième au scratch et un « peu déçu » de son résultat, se consolera avec l’or chez les U23 et par équipes, avec ses coéquipiers du Racing Multi Athlon (Elias Kipchumba, Emmanuel Roudolff-levisse et Krilan Le Bihan).

Cross long femmes
Trapp sur son nuage

Elle était presque gênée de le suggérer, mais Manon Trapp aurait sans doute pu ajouter une boucle à son programme du jour. D’ailleurs, la championne de France en titre du cross long était prête pour ça : « J’étais un peu dans ma bulle aujourd’hui. J’étais très concentrée et j’ai l’impression que c’est passé très vite. D’ailleurs, j’ai eu du mal à réaliser que c’était déjà fini. J’étais perdue, je ne savais plus du tout où j’en étais. » La sociétaire de l’AS Aix-les-Bains a tout de même trouvé le chemin de la ligne d’arrivée, qu’elle a franchie vingt-trois secondes avant sa dauphine, Marie Bouchard (CA Montreuil 93). Première espoir de l’histoire à avoir été en or sur le long, elle coiffe déjà une deuxième couronne à 21 ans.

Marie Bouchard a eu le mérite de s’accrocher longtemps à la Rhônalpine d’adoption, en lui proposant une belle concurrence. A 28 ans, la médaillée de bronze de Vittel, en 2019, signe son retour au plus haut niveau après deux ans de galère et une opération en novembre 2020 au tendon d’Achille. « Je voulais me battre, j’y ai cru presque jusqu’au bout, racontait la native de Paimpol, dans les Côtes-d’Armor. Je me disais que j’allais remonter. Le parcours était super avec des spectateurs tout du long. Manon grappillait des secondes puis l’écart s’est stabilisé. » Le bronze revient à Méline Rollin (GRAC Athlétisme), à plus d’une minute de la vainqueure, pour, au final, un podium très logique. Par équipes, le CA Balma (Fatiha Sanchez, Khadija Boudjellouki, Sophie Duarte et Emeline Gruau) est sacré grâce à une belle densité.

Cross court hommes
La délivrance pour Miellet

« Enfin ! » Ce fut le premier mot prononcé par Alexis Miellet, à l’arrivée de sa course. Deux fois cinquième, deux fois vice-champion de France et trois fois médaillé de bronze, le miler du Dijon UC courait après un premier sacre en cross-country depuis ses débuts. Un graal pour cet amoureux des labours, qui avait dit, dans la foulée de sa deuxième place sur cross court derrière Jimmy Gressier à Montauban en novembre dernier, qu’il reviendrait en mars et gagnerait.  Pour s’offrir ce dimanche la médaille d’or dans la même épreuve, qui convient parfaitement à son profil polyvalent, l’athlète de 26 ans a délivré une leçon tactique à ses concurrents, les laissant s’épuiser dans le premier kilomètre. « Je suis parti à mon rythme, alors qu’ils ont démarré comme des balles devant, racontait-il.

« Mais le cross court n’est pas vraiment court, c’est encore plus dur qu’un 5000 m, avec des variations d’allure. » Sans jamais s’affoler, il est revenu au train. Et a porté sur la fin deux attaques décisives avant d’haranguer la foule massée au-dessus de la longue ligne droite d’arrivée, grâce à un finish largement supérieur à celui de ses adversaires. « J’entendais leur souffle et je savais que ça allait le faire pour moi. J’étais moins émoussé qu’eux. » Yani Khelaf (EFCVO) et Gatien Airiau (Clermont Athlétisme Auvergne) complètent le podium, alors que le premier espoir est Valentin Bresc, cinquième Français au scratch.

Cross court femmes
L’enchaînement réussi de Sieracki

Et de trois ! Après le titre de championne de France Elite du 3000 m le 26 février et un record personnel sur semi-marathon en 1h11’01’’ le 6 mars, Margaux Sieracki a vécu un troisième week-end consécutif de rêve en dominant le cross court féminin aux Mureaux. Pourtant, « lundi et mardi, je ne savais plus du tout marcher, j’étais courbaturée, confiait-elle. J’ai été hyper assidue dans la récup’ et je remercie les kinés qui m’ont remis en jambes. » « Prudente » après tous ces efforts, l’athlète de poche (1,60 m) de Pays de Fontainebleau Athlé a laissé Alice Mitard (AC Romorantin) dynamiter le peloton des coureuses hexagonales, pendant que l’Algérienne d’Athlé 92 Nawal Yahi s’envolait en solitaire vers la première place au scratch.

« Je n’ai pas voulu prendre de risques, expliquait Sieracki, un cœur bleu aux couleurs de son club dessiné sous l’œil gauche. J’étais d’abord là pour aider l’équipe. Je me suis dit que si je faisais un truc en individuel, c’était du bonus. » Son accélération dans la dernière boucle a fait plier une Alice Mitard conquérante, en argent comme à Montauban à quatre secondes de la vainqueur, Leila Hadji (Pays de Fontainebleau Athlé) complétant le podium avec le bronze après déjà une troisième place dans le Tarn-et-Garonne, mais sur le long. Le titre espoirs revient à Julia Ravet (Clermont Athlétisme Auvergne), vingtième au scratch, sur la lancée du titre en relais mixte de son club samedi.

Juniors hommes
Une course masculine à l’accent international

Avec un Espagnol - Imad El Goumri Jebbouri de l’AS Pierrefitte - à la première place, et un Franco-Luxembourgeois - Vivien Henz à la deuxième - la course juniors a pris des allures cosmopolites. Et a donc sacré le sociétaire d’Athlétisme Metz Métropole, qui pouvait prétendre au titre national en raison de sa double nationalité. Très dense sur le papier, l’épreuve a tenu toutes ses promesses avec un groupe de cinq qui s’est rapidement retrouvé aux avant-postes. Y figuraient donc El Goumri Jebbouri et Henz, accompagnés de Gabriel Timba (AS Pierrefitte) et des pistards aux solides références chronométriques Baptiste Cartieaux (EA Cergy-Pontoise, 8’49’’21 sur 3000 m steeple) et Loann Brelivet (Quimper Athlétime, 8’13’’65 sur 3000 m indoor). Les deux derniers nommés lâchés, l’explication finale s’est jouée entre El Goumri Jebbouri, Henz et Timba.
Et c’est l’Espagnol qui a fait parler sa pointe de vitesse pour l’emporter au scratch, laissant Vivien Henz sur un sentiment un peu mitigé, comme en témoignait son soupir au moment de confier sa réaction. « Je suis content mais je me suis fait battre aujourd’hui, le titre aura peut-être un petit arrière-goût de ‘’pas assez fait’’. Mais je ne vais pas me plaindre d’avoir gagné », corrigeait l’athlète né et installé au Luxembourg, qui disputait les France pour trouver « du gros niveau » et rejoindra l’an prochain l’équipe d’athlétisme de l’université de Harvard, aux Etats-Unis. La médaille d’argent est revenue à Gabriel Timba, qui prolonge la longue et belle tradition de l’AS Pierrefitte dans les labours, et celle de bronze à Baptiste Cartieaux.

Juniors femmes
Place au-dessus du lot

Vice-championne de France juniors à Montauban, Camille Place abordait l’édition 2022 en grande favorite. « J’étais très stressée par cette annonce », relevait-elle d’ailleurs à l’arrivée. Un statut loin d’être usurpé, puisqu’après avoir observé en début de course ses adversaires, la sociétaire de l’EA Bourg-en-Bresse a creusé un écart impressionnant, en « essayant d’accélérer au fur et à mesure ».
L’étudiante en Staps à Villeurbanne, qui espère intégrer une école de kiné l’an prochain, s’est imposée avec 26 secondes d’avance sur sa dauphine, Faustine Chaboche (Clermont Athlétisme Auvergne), sacrée hier avec ses coéquipiers lors du relais mixte. De quoi porter haut les couleurs d’Ambérieu-en-Bugey (Ain), où elle vit avec ses parents. Une ville où ont aussi grandi deux figures du sport français, les nageurs Laure et Florent Manaudou.

Cadettes
Le Corre double la mise

Jade Le Corre n’est sans doute pas passée loin du torticolis. Car la demi-fondeuse de l’EA Saint-Quentin-en-Yvelines a dû se retourner une bonne vingtaine de fois pendant les 4465 mètres au programme des cadettes. Comme la plupart des observateurs, la championne de France en titre s’attendait à un mano a mano avec Margot Dajoux (Clermont Athlétisme Auvergne), sa dauphine à Montauban, avant qu’elles inversent les rôles lors des championnats d’Europe de cross à Dublin où elles étaient toutes les deux surclassées chez les juniors (respectivement 27e et 26e).
Mais la Francilienne, à sa propre surprise, s’est finalement vite retrouvée seule en tête. « Je ne devais pas partir trop vite, mais j’étais bien et j’ai vu que ça partait, donc j’ai suivi », rembobinait-elle. Margot Dajoux a, elle, adopté la stratégie inverse, en démarrant tranquillement. Une petite erreur tactique, puisqu’elle ne s’attendait pas à ce que la course s’emballe si vite. « Je pensais que Margot allait revenir, j’ai quand même douté pendant la course, confiait d’ailleurs Jade Le Corre. J’essayais de relancer mais j’étais très fatiguée. Heureusement, j’entendais mon coach, qui me disait que ça allait et qu’elle était loin derrière. » En chasse pendant toute la course, l’Auvergnate n’a jamais pu revenir, terminant à douze secondes de la désormais double championne de France de cross.
« Je savoure autant les victoires de Montauban et des Mureaux, concluait Jade Le Corre, qui visera l’été prochain une qualification sur 1500 m pour les championnats d’Europe U18. Avec peut-être à nouveau à ses côtés Margot Dajoux, qui promettait dans un grand sourire : « Je l’aurai un jour ! »

Cadets
Rohmer, la nouvelle vague

Chez les garçons, après un roundd’observation, la victoire s’est dessinée en deux temps. Gaston Rohmer (SR Obernai), casquette à l’endroit, et Hicham Errbibih (CO Haute Moselotte), casquette à l’envers, se sont d’abord isolés à l’avant. Les deux cadets se connaissent très bien puisque, lors des demi-finales des championnats de France à Charleville-Mézières le 20 février, le premier nommé l’avait emporté au sprint. Le classement a été à nouveau le même à l’arrivée, même si, cette fois Gaston Rohmer a réussi à creuser l’écart avant la dernière ligne droite. « Cette victoire est une fierté pour moi et mon coach, savourait l’étudiant en CAP alternance peinture. J’étais venu pour le titre, même si j’ai eu quelques blessures. Mon coach m’avait dit de suivre. J’ai attaqué sur la fin et j’ai vu que ça ne revenait pas. » Eliminé en séries du 800 m à Evry-Bondoufle l’été dernier, lors de ses premiers championnats de France U18, le Bas-Rhinois a franchi un gros cap ce dimanche et pourra découvrir l’été prochain le 1500 m et le 3000 m, des distances sur lesquelles il ne s’est jamais aligné.

Masters 1 hommes
Le Gall comme annoncé

Patrice Le Gall s’est offert un bel ascenseur émotionnel, lors de la première course du jour disputée avant l’arrivée de la pluie. Après avoir été « à bloc » dans la dernière grande boucle pour faire l’écart en tête de course, le fondeur du Stade Olympique du Maine voyait Paul Melly (Entente Sambre Avesnois 59*) le rattraper dans les derniers hectomètres et s’envoler vers la victoire. « J’étais surpris de le voir revenir, je me suis dit : ‘’merde, je vais me faire avoir’’ », raconte avec son naturel habituel le Ligérien d’adoption et Brestois pur jus. Ce n’est qu’à 100 mètres de l’arrivée, en entendant le speaker au micro, que le huitième du cross court à Montauban a compris que son adversaire était kényan et ne pouvait donc pas prétendre au titre national masters. « Je n’aurais pas gagné, j’aurais été un peu vert, reconnaissait-il. J’étais un peu stressé au départ, j’avais envie de m’imposer. Il y avait beaucoup de pression sur les réseaux sociaux, dans le journal, je ne suis plus trop habitué à ça. » Annoncé grand favori, Patrice Le Gall a atteint son objectif malgré la résistance admirable de Loïc Letellier, 45 ans, excellent troisième au scratch et sacré haut la main chez les masters 2. « Au début, je voulais taper fort, retraçait Le Gall. Mais aux France, ça ne sert à rien, les gens s’accrochent. J’ai donc laissé les autres un peu relayer. » Surnommé « le tracteur » par son entraîneur, l’ex-international Benoît Nicolas, le fondeur de 40 ans a su attendre son heure et gérer l’apparition d’un point de côté, un mal récurrent qui l’assaille dès que la distance s’allonge. C’est peut-être un long règne qui a débuté aux Mureaux.

Masters 1 femmes
Chachignon enchaîne

Chez les masters 1 femmes, qui prenaient part au cross long Elite, Mathilde Chachignon, née en 1982, est allée chercher sa première victoire nationale dans sa nouvelle catégorie, après s’être déjà imposée à Montauban en M0. « Ça reste un titre de catégorie, c’est différent d’une récompense en Elite, mais ça fait super plaisir, confiait la fondeuse du Val d’Europe Athlétisme depuis la tente protocolaire, en attendant la remise des médailles. J’ai essayé de ne pas partir trop vite, car je savais que le parcours était très exigeant. J’ai préféré gérer un petit peu pour ne pas trop griller mes cartouches. » Seizième au scratch, elle reviendra aux France avec « l’objectif d’obtenir toujours la meilleure place en Elite ».
Le bilan final de ces championnats, dressé par le Président de la FFA, est très positif : « Sept ans après une édition déjà très réussie, nous avons retrouvé les Mureaux sur une parcours grandement amélioré et avec une organisation toujours aussi rôdée. Avec plus de 17 000 coureurs et spectateurs, cette édition 2022 a rencontré un grand succès populaire et restera dans les mémoires. Je remercie l'ensemble du comité d'organisation, le club de Grand Paris Seine et Oise Athlétisme, les services fédéraux, la ligue d'Ile-de-France et le comité départemental des Yvelines, qui ont assuré un formidable travail avec leurs 500 bénévoles. »

Aux Mureaux, Florian Gaudin-Winer pour athle.fr
Photos : © S. Kempinaire - JM Hervio / KMSP / FFA

 Tous les résultats des championnats en cliquant ici
 Retrouvez quelques photos de la compétition en cliquant ici
Retrouvez le replay des championnats de France de cross-country sur Athlé TV

Margaux Sieracki
Age / Sél.23 ans / 1 A
ClubPays de fontainebleau athle*
SpécialitéCross - 10 km
Manon Trapp
Age / Sél.21 ans / 1 A
ClubAs aix-les-bains*
SpécialitéCross - 3 000 m - 5 000 m - 5 km - 10 km
Morhad Amdouni
Age / Sél.34 ans / 16 A
ClubVal d'europe athletisme
SpécialitéCross - 1 500 m - 3 000 m - 5 000 m - 10 000 m - Semi-marathon
Alexis Miellet
Age / Sél.27 ans / 8 A
ClubDijon uc*
SpécialitéCross - 1 500 m
PG
Administrateur
les réactions
Commentez cette actualité
Pour commenter une actualité il faut posséder un compte sur le site FFA, utilisez la rubrique ci-dessous pour vous identifier ou vous créer un compte.
Login (Email) : 
Mot de Passe : |
mot de passe oublié ?
dans la même rubrique
26/06 >  
25/06 > (1)
24/06 >  
24/06 >  
23/06 >  
12/06 >  
29/05 >  
28/05 >  
27/05 >  
27/05 >  
le reste de l'actualité
24/06 > (2)
24/06 >  
24/06 >  
23/06 > (2)
23/06 > (4)
23/06 >  
21/06 > (4)
20/06 > (4)
20/06 >  
20/06 > (2)
18/06 > (4)
17/06 >  
17/06 >  
17/06 > (1)
17/06 >  
16/06 >  
16/06 >  
16/06 >  
15/06 >  
15/06 >  
15/06 >  
15/06 >  
14/06 > (1)
13/06 > (2)
10/06 > (1)
rechercher
Compétitions en direct (3)
Fil
Info
12345
Défi
Perf
boutique
FFA
INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS