MES ACCÈS
Trouver un club près de chez vous
Derniers
clichés
Espaces
FFA
STRUCTURES
CLUBS
l'actu des espaces | infos
Championnats de France de trail court : Bommier et Sagnes touchent au but
3229
Commentez cette actualité
Championnats de France de trail court : Bommier et Sagnes touchent au but

Après avoir connu plusieurs fois les joies d’un podium national dans différentes disciplines, Timothée Bommier et Mathilde Sagnes ont trouvé le chemin de la plus haute marche ce samedi à Salers, lors de l’épreuve courte des championnats de France de trail.

La victoire s’est jouée entre habitués ce samedi aux championnats de France de trail court, au moins chez les hommes. Sur la boucle de 32 kilomètres pour 1100 m de dénivelé positif autour de Salers, un groupe de quatre s’est rapidement détaché, sous l’impulsion d’Arnaud Bonin (Coureurs du Monde en Isère). Avec le champion de France 2021 de la course longue, on retrouvait Timothee Bommier (Clermont Auvergne Athlétisme), deuxième du court à Rouffach l’an passé, Julien Rancon (AL Echirolles), et le local de l’étape Fabien Demure (Rando Trail Mauriac).

Dans la montée vers le Puy Violent, où la course longue s’était jouée la veille, Rancon a trébuché, perdu quelques mètres, et n’a jamais réussi à renouer contact avec Bonin et Bommier, qui se sont envolés, Demure ne pouvant pas suivre non plus. L’Isérois installé dans l’Ain a alors tenté tout ce qu’il pouvait pour décramponner le Puy-de-dômois, conscient qu’il serait difficile de s’en défaire dans la dernière partie du parcours. « J’ai essayé, mais je n’ai pas réussi à le décrocher, avouait lucidement Arnaud Bonin à l’arrivée. Avec ses qualités de marathonien, je savais que sur les parties roulantes, je n’avais aucune chance. Et dès la sortie du deuxième ravitaillement, il est parti, et je n’ai rien pu faire. Je n’ai aucun regret, je suis content de cette deuxième place. »

Le nouveau champion de France de trail court avait déjà levé les bras sur piste chez les juniors et espoirs dans les années 2000, mais jamais chez les Elite. Voilà l’accroc réparé. L’ancien pistard-crossman passé par la route avant de s’orienter vers le trail depuis deux ans, reconnaissait sans fard s’être « beaucoup caché », attendant son heure pour ne pas avoir à courir contre le vent, « accroché aux mollets d’Arnaud ». « Je ne suis pas le meilleur descendeur, mais j’ai pris des risques et ça m’a souri, remettait le nouveau champion national. Aujourd’hui, c’est pour moi, mais ça aurait pu être pour lui aussi. Je savais que j’avais les capacités de jouer les premiers rôles, et je me suis fait plaisir aujourd’hui, ce qui n’arrive pas tous les jours en course. »

Déjà deuxième l’an passé à Rouffach, sur un parcours beaucoup plus roulant, le fondeur aux dix sélections internationale sur piste et cross entre 2009 et 2016 a prouvé ce samedi qu’il était désormais un traileur accompli. « Je ne suis pas du tout surpris par sa victoire, tranchait Julien Rancon, peu de temps après avoir franchi la ligne en troisième position. Il grimpe bien, il était presque à domicile, donc il connaissait sans doute bien le parcours. Dans les parties techniques en descente, j’ai vu qu’il allait bien, et j’ai compris qu’il serait dur à sortir. » Sans cacher qu’il était venu pour le titre, l’inusable sociétaire de l’AL Echirolles, « trop limite musculairement » pour faire mieux, se satisfaisait tout de même d’avoir réussi à « accrocher une nouvelle boîte » à son interminable palmarès national. Si les trois premiers étaient tous masters, la place de premier espoir est revenu à Simon Paccard (ASPTT Annecy), neuvième au scratch.

Sagnes ouvre son compteur

Mathilde Sagnes, passée comme Bommier par les équipes de France jeunes en cross et sur route dans sa jeunesse (en 2013 et 2014), l’a imité quelques minutes plus tard, après avoir dominé la course féminine depuis le coup de pistolet du starter. En 2021, elle avait pris la deuxième place du trail court en Alsace, et la troisième aux France de montagne à Ancelle. Cette année, la coureuse des Esclops d’Azun n’a laissé le soin à personne de mener les débats, même si la Réunionnaise Isabelle Lamy n’était pointée qu’à une quinzaine de secondes au col de Néronne, après un peu moins de dix kilomètres. 

« Je me voyais progresser chaque année, et l’an passé, j’étais seconde, analysait la Lozérienne d’adoption. Il ne faut pas oublier que les absences d’Anaïs Sabrié et Blandine L'hirondel m’ont facilité la tâche, mais j’ai fait le boulot. Ce n’est jamais facile d’être favorite au départ d’une course, il faut gérer la pression. J’ai essayé de ne pas me prendre la tête, de me concentrer sur le plaisir et les paysages. » N’ayant pas reconnu le parcours, elle a pu apprécier la technicité des chemins de crête, et les surprises offertes par la nouveauté. A peine sa médaille d’or collectée, Mathilde Sagnes se projetait déjà sur les championnats de France de course en montagne, organisés dans deux semaines par son club entre Arrens et Marsous. « Une petite soirée ce soir pour fêter ça, un peu de récup, et on reprend le travail la semaine prochaine en stage avec l’équipe de France dans le Cantal, avant de remettre les gaz dans quinze jours ! »

La deuxième place est revenue à Louise Serban-Penhoat, épatante pour sa découverte des championnats de France. L’athlète d’Athlé Saint-Julien 74, n’ayant jamais couru sur une distance aussi longue, a intelligemment opté pour la prudence dans la première moitié de l’épreuve. Elle a ensuite fait parler ses qualités dans les descentes, pour revenir sur Isabelle Lamy dans les dix derniers kilomètres. « Savoir que je revenais m’a fait du bien au moral, mais ça m’a aussi mis un peu de pression, avec l’enjeu. Mentalement et physiquement, j’ai trouvé cette course assez éprouvante. Je savais qu’en termes de capacité, je pouvais viser un podium, mais avant de vivre ça pour la première fois, c’est toujours compliqué de se l’imaginer », confiait-elle après en avoir terminé. 

Partie sur les chapeaux de roue, Isabelle Lamy (AC Saint-Paul) a finalement terminé à la troisième place, à sept petites secondes de Serban-Penhoat. « Je cours toujours comme ça : je pars vite, et ensuite j’adapte mon rythme en fonction de ce que mon corps donne ou non. Par rapport à la Réunion, ce genre de tracé est très roulant pour moi. C’est donc très fatigant, surtout avec le vent. Je suis très, très, très heureuse de cette troisième place, parce que je visais bien un podium, mais celui de ma catégorie (M2), certainement pas au scratch ! » Evidemment, cette médaille de bronze s’est ajoutée à l’or chez les masters, devant Julia Combe (AL Echirolles, 5e au scratch) et Carol-Ann Eberle (AC Lyonnais, 8e). Au classement par équipes, le duel entre les deux clubs de Clermont-Ferrand a finalement tourné à l’avantage de Clermont Auvergne Athlétisme, devant l'ASPTT Clermont-Ferrand. 

A Salers, Etienne Nappey pour athle.fr
Photos : © Rémi Blomme / FFA

Retrouvez tous les résultats en cliquant ici
Retrouvez quelques photos de la compétition en cliquant ici

Mathilde Sagnes
Age / Sél.26 ans / 1 A
ClubEsclops d'azun
SpécialitéCross - 10 km - Montagne
Timothee Bommier
Age / Sél.35 ans / 10 A
ClubClermont auvergne athletisme
SpécialitéCross - 3 000 m steeple - 10 000 m
PG
Administrateur
les réactions
Commentez cette actualité
Pour commenter une actualité il faut posséder un compte sur le site FFA, utilisez la rubrique ci-dessous pour vous identifier ou vous créer un compte.
Login (Email) : 
Mot de Passe : |
mot de passe oublié ?
dans la même rubrique
26/06 >  
25/06 > (2)
24/06 >  
24/06 >  
23/06 >  
12/06 >  
29/05 >  
28/05 >  
27/05 >  
27/05 >  
le reste de l'actualité
24/06 > (2)
24/06 >  
24/06 >  
23/06 > (2)
23/06 > (4)
23/06 >  
21/06 > (4)
20/06 > (4)
20/06 >  
20/06 > (2)
18/06 > (4)
17/06 >  
17/06 >  
17/06 > (1)
17/06 >  
16/06 >  
16/06 >  
16/06 >  
15/06 >  
15/06 >  
15/06 >  
15/06 >  
14/06 > (1)
13/06 > (2)
10/06 > (1)
rechercher
Compétitions en direct (3)
Fil
Info
12345
Défi
Perf
boutique
FFA
INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS