MES ACCÈS
Trouver un club près de chez vous
Derniers
clichés
Espaces
FFA
STRUCTURES
CLUBS
l'actu des espaces | infos
Championnats de France de trail : une journée de rêve pour Chassagne et Rousset
3571
Commentez cette actualité
Championnats de France de trail : une journée de rêve pour Chassagne et Rousset

Baptiste Chassagne et Anne-lise Rousset ont décroché leur premier titre national lors des championnats de France de trail long, ce dimanche dans l’Aveyron. Ils ont bravé les éléments et une concurrence redoutable pour inscrire leur nom au palmarès.

Comme si le piquant du plateau ne suffisait pas, la pluie et la fraîcheur sont venus pimenter encore un peu plus la course longue des championnats de France de trail, ce dimanche dans l’Aveyron. Sur les 68 km du parcours (pour environ 2500 m de dénivelé positif), les coureurs ont essuyé les caprices du ciel quasi sans discontinuer. Pour lutter contre les éléments, Baptiste Chassagne, Kevin Vermeulen et Benjamin Roubiol ont choisi d’unir leurs efforts en tête de course. « Chacun utilisait ses propres qualités, sur un parcours avec des montées raides, des causses roulants et des descentes techniques, il n’y a jamais eu de répit », résumait Baptiste Chassagne (Jogging Club Véranne). Après le quarantième kilomètre, Kevin Vermeulen (Chamonix Mont-Blanc Marathon) a commencé à baisser de pied, et Benjamin Roubiol (Annecy Athlétisme) a bien cru avoir fait la différence en plaçant une mine dans la montée vers Pierrefiche-du-Larzac.

C’était sans compter sur la résilience de Chassagne, qui a « laissé passer l’orage » et a ensuite recollé dans la descente, son point fort. Voyant Roubiol montrer des signes d’épuisement, il a « mis tout ce qui restait » dans le réservoir dans l’ultime montée, pour aller cueillir la couronne en 5h32’42’’. « C’est la journée parfaite, exceptionnelle, magnifique, et tous les synonymes qui vont avec », lâchait-il, la voix encore gorgée d’émotion après avoir étreint tous ses proches dans la zone d’arrivée. « Je suis tellement fier de moi. Là, je visualise une vague de kiff, imageait-il, les yeux dans les nuages. C’est mon Nazaré (une vague réputée des surfeurs au Portugal, NDLR) à moi, je vais sortir la planche et kiffer jusqu’aux Mondiaux. »

Une vague de bonheur

Avec cette victoire, le Ligérien a fait ce qu’il fallait pour être du déplacement en Autriche pour les Mondiaux de la spécialité à la fin du mois de mai. A l’automne dernier, il avait préféré décliner la sélection pour l’édition 2022 car il se sentait « totalement cramé. Je préférais que quelqu’un de plus apte à donner la maximum ce jour-là prenne la place. » Depuis, il s’était promis de « tout mettre en place pour la prochaine course de sélection. » Dans quelques semaines, son rêve de gosse deviendra réalité.

Deuxième à 1’57’’, Benjamin Roubiol était particulièrement marqué par la violence de l’effort à son arrivée. « Cette course était vraiment difficile, j’ai eu du mal à trouver du plaisir, reconnaissait-il. J’ai eu l’impression d’être au travail pendant une bonne partie de la course. J’étais confiant quand je me suis retrouvé seul en tête, mais j’ai fait une hypothermie, et Baptiste était très fort aujourd’hui. Cela fait partie de mon apprentissage. » Lui aussi s’est rendu sélectionnable pour les championnats du monde, et incarne, du haut de ses 23 ans, la relève de la longue tradition du trail français.

Derrière lui, c’est un taulier des Bleus, de vingt ans son aîné, qui a cueilli la médaille de bronze : le Clermontois Romain Maillard. Parti plus prudemment que ses camarades de jeu, l’Auvergnat a fait l’effort dans la deuxième moitié du parcours pour recoller, pointant un temps à 50’’ de la tête, mais n’a jamais pu complètement boucher le trou. Maillard, chronométré avec 3’26’’ de débours sur Chassagne, préférait « retenir la satisfaction d’avoir fait une course intelligente et un effort lissé. Tant pis pour la non-sélection, ce n’est quand même pas tous les jours qu’on monte sur le podium des championnats de France. »

Deuxième en 2021, Maillard n’a pas encore trouvé le chemin de l’or en toutes catégories (il a remporté la catégorie masters ce dimanche), mais se rappelle aussi avoir pris déjà quatre fois la place de quatrième. Clément Durance (Caposs) et Rémy Brassac (Athlétisme Lozère), respectivement quatrième et cinquième, ont pris date pour les prochaines éditions des championnats de France, dans une discipline en plein renouvellement. Le premier espoir, Simon Michel-Berger (Annecy Athlétisme), 21e au scratch, devrait également être revu aux avant-postes dans les prochaines années.

Rousset intouchable

Grande favorite sur le papier, Anne-Lise Rousset a tenu son rang sur les sentiers des Causses. En tête de bout en bout, l’athlète d’Annecy Athlétisme a creusé progressivement l’écart sur ses poursuivantes, avant de gérer dans la dernière montée. A 35 ans, la détentrice du record féminin du GR20 a obtenu sa première victoire aux championnats de France, après avoir terminé deuxième sur le fil en 2015, en 6h29’10’’. En pleine phase de préparation pour la Hardrock 100, prévue en juillet aux Etats-Unis, la Lozérienne de naissance a pu profiter de ses « bonnes sensations tout au long du parcours, hormis peut-être dans les montées où j’ai peiné… C’était un joli parcours, et les organisateurs se sont décarcassés pour nous offrir un parcours vraiment parfait. »

Revenue pleine balle dans les dix derniers kilomètres, Manon Bohard-Cailler (Grand Besançon Trail Académie) s’est classée deuxième en 6h36’42’’, pour ses premiers championnats de France. Frustrée de sa prestation aux championnats du monde en Thaïlande il y a cinq mois, la Bisontine s’était jurée de s’offrir une chance de revanche en juin prochain à Innsbruck. C’est chose faite avec sa deuxième place, qui la rend qualifiable pour la grande échéance. « Ce n’est pas mon terrain préféré, et Anne-Lise était très rapide, dans tous les secteurs. Elle a largement mérité sa victoire, et je suis à ma place », posait-elle à l’arrivée. « Contente et réconfortée » de son effort sur les Causses du Larzac, Bohard-Cailler sait que le parcours plus montagneux du Tyrol lui offrira tout ce dont elle rêve pour montrer au monde ce dont elle est capable.

Jocelyne Pauly (CU Pau) a dû batailler fort pour monter sur le podium, et a finalement obtenu gain de cause au forceps, en 6h55’00’’. « Au vu du déroulé de la journée, c’est extrêmement satisfaisant, soufflait-elle. J’ai pris une énorme gamelle au dixième kilomètre, j’ai cru que je n’allais pas repartir. J’ai ensuite eu des problèmes intestinaux tout le long du parcours. Je me suis arrêtée quatre ou cinq fois. » Sa volonté de fer lui a permis de compenser un parcours un peu trop roulant à son goût, pour prendre le meilleur sur la fin sur Aurélie Grange-Paul (Esclops d’Azun), quatrième à 1’48’’ du podium. La championne sortante, Laure Paradan (Clermont Auvergne Athlétisme) s’est classée cinquième, en 7h18’00’’.

Etienne Nappey pour athle.fr
Photos : © Justin Galant / FFA

Tous les résultats en cliquant ici

Anne-lise Rousset
Age / Sél.35 ans / 3 A
ClubAnnecy athletisme
SpécialitéTrail
PG
Administrateur
les réactions
Commentez cette actualité
Pour commenter une actualité il faut posséder un compte sur le site FFA, utilisez la rubrique ci-dessous pour vous identifier ou vous créer un compte.
Login (Email) : 
Mot de Passe : |
mot de passe oublié ?
dans la même rubrique
14/04 >  
07/04 >  
26/03 >  
25/03 >  
17/03 >  
10/03 > (3)
09/03 > (1)
03/03 >  
03/03 >  
02/03 >  
le reste de l'actualité
15/04 > (1)
12/04 >  
11/04 >  
10/04 >  
09/04 >  
09/04 > (5)
07/04 >  
07/04 >  
06/04 >  
05/04 >  
05/04 >  
03/04 >  
02/04 >  
02/04 >  
30/03 > (2)
29/03 > (2)
28/03 >  
25/03 >  
24/03 >  
22/03 >  
22/03 >  
21/03 >  
20/03 >  
20/03 >  
18/03 >  
rechercher
Fil
Info
12345
Plateforme
Enterprise
boutique
FFA
INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS