MES ACCÈS
Trouver un club près de chez vous
Espaces
FFA
STRUCTURES
CLUBS
l'actu des espaces | infos
Jeunes juges : Pablo Capponi, jeune officiel avant tout
3443
Commentez cette actualité
Jeunes juges : Pablo Capponi, jeune officiel avant tout

Il n’est plus pratiquant d’athlétisme, mais a gravi tous les échelons du programme jeune juge, jusqu’au diplôme national en lancers. Pablo Capponi, l’arbitrage comme une profession de foi ?

Il ne saute pas. Ne court pas. Ne lance pas. « Je suis jeune juge, et seulement jeune juge », s’en amuse Pablo Capponi, conscient de son atypisme. « Au départ, je faisais de l’athlé à l’école primaire et puis j’ai dû arrêter à cause d’un problème de croissance au pied, rembobine-t-il. Mon prof de sport m’a alors proposé d’être jeune juge, un peu pour compenser à l’époque. Aujourd’hui, je n’ai plus rien au pied et je pourrais reprendre l’athlétisme, mais après m’être arrêté pendant trois ans, je n’en ressens pas le besoin. Je suis jeune juge, ça me suffit et ça me plaît comme ça. »

L’adolescent de 15 ans, licencié à l’Entente Grenoble Athlé 38, a trouvé dans l’arbitrage plus qu’un dérivatif : une passion. « J’ai tout de suite bien aimé, je ne saurais pas dire clairement pourquoi. Peut-être le fait d’être au cœur de l’action, dans des grands stades… En plus, en tant que jeune juge, je rapporte aussi des points à mon club, donc j’ai la sensation de contribuer collectivement. Des épreuves comme la coupe de France minimes ou l’Equip’Athlé, c’est 40 points ! »

« Trouver une passerelle, un module pour continuer en juge adulte… »

A la finale nationale Equip’Athlé de Dreux, en 2021, Pablo valide sa certification fédérale, spécialité lancers. En mai 2022, c’est ensuite le baptême international lors de ce qui s’apparente à un championnat du monde des scolaires, la Gymnasiade de Caen, « la plus haute compétition pour moi à ce jour. C’est du plaisir et de la fierté à la fois d’officier sur ce type d’évènements. »

Curieusement - ou pas tant que ça, d’ailleurs - de tous les profils interrogés au fil de cette série de portraits de jeunes juges, c’est lui, le non pratiquant d’une discipline athlétique, pas non plus attiré par les métiers du sport pour son avenir professionnel, qui est peut-être celui qui se projette le plus facilement dans une continuité de l’activité en horizon post-Bac : « J’aime vraiment ça, et si je dois arrêter, c’est que les études ne le permettront plus. Je ne sais pas précisément ce que je ferai plus tard, mais ce sera en lien avec la politique. J’ai fait plusieurs stages dans cette voie en 2022, dont celui de Troisième à l’Elysée, en administratif. J’ai pu voir pas mal de services différents, j’ai trouvé ça super ! Mais garder à côté de la place pour l’arbitrage, trouver une passerelle, un module pour continuer en juge adulte… C’est possible. »

Guillaume Willecoq pour athle.fr
Photo : © Maxime Le Pihif

 

RB
Admin Athle.fr
les réactions
Commentez cette actualité
Pour commenter une actualité il faut posséder un compte sur le site FFA, utilisez la rubrique ci-dessous pour vous identifier ou vous créer un compte.
Login (Email) : 
Mot de Passe : |
mot de passe oublié ?
dans la même rubrique
24/04 > (1)
08/03 >  
07/02 > (1)
24/01 >  
09/01 > (1)
10/11 > (1)
25/10 >  
05/10 > (1)
07/09 >  
04/05 >  
le reste de l'actualité
28/05 >  
17/05 >  
28/03 >  
18/01 >  
02/01 >  
08/12 >  
04/12 >  
10/08 > (1)
20/07 >  
14/07 >  
13/07 >  
10/07 > (1)
10/07 > (1)
07/07 > (1)
03/07 > (11)
14/06 >  
30/05 >  
03/05 >  
24/03 >  
13/03 >  
07/02 >  
23/11 >  
25/10 >  
07/10 >  
01/09 > (2)
rechercher
Fête du
Pass'Athlé
Opérations rentrée
2024
boutique
FFA
INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS