MES ACCÈS
Trouver un club près de chez vous
Derniers
clichés
Espaces
FFA
STRUCTURES
CLUBS
l'actu des espaces | infos
Championnats de France Elite : Vent de jeunesse sur les haies
7440
Commentez cette actualité(2)
Championnats de France Elite : Vent de jeunesse sur les haies

La finale du 110 m haies a, comme prévu, tenu toutes ses promesses avec quatre hurdlers en 13’’25 ou moins. Le plus rapide d’entre eux a été Sasha Zhoya, qui conserve son titre en 13’’01 devant Wilhem Belocian (13’’07) et Just Kwaou-Mathey (13’’19), Pascal Martinot-Lagarde (13’’25) terminant au pied du podium. De magnifiques chronos malheureusement trop ventés (+2.3). Sur le tour de piste avec obstacles, le duel entre Wilfried Happio et Ludvy Vaillant a tourné à l’avantage du premier nommé. Retour en force de Jules Pommery à la longueur, alors que la logique a été respectée sur 800 m et à la perche, avec les victoires de Gabriel Tual et Margot Chevrier.

Le Temps Fort

Zhoya récidive

Comme l’an passé à Caen, Sasha Zhoya a réglé le plateau royal de la finale du 110 m haies des championnats de France. Avec en prime un très gros chrono, 13’’01, malheureusement trop venté pour être légal (+2,3). A la lutte avec Wilhem Belocian jusqu’au dernier obstacle, le hurlder du Clermont Auvergne Athlétisme s’est détaché dans les vingt derniers mètres pour décrocher la couronne, garnie d’un statut d’athlète prioritaire pour la sélection aux championnats du monde de Budapest. Très attendu après un début de saison retardé, Zhoya a une nouvelle fois prouvé qu’il n’avait pas besoin de beaucoup de courses pour se régler, comme l’a montré sa série, avalée dans le même chrono de 13’’01, mais avec encore plus de vent (+5,3) ! « J’ai commencé les compétitions très tard, mais j’ai pris ça tranquillement, c’est presque une tradition chez moi de commencer la saison avec des petits trucs à gérer physiquement, racontait-il devant une nuée de micros. Je voulais montrer que j’étais toujours présent. On est maintenant trois Français à courir en 13’’0, c’était un vrai kiff ! »

Outre lui, Wilhem Belocian est lui aussi passé sous les 13’’10, en 13’’07, soit le même chrono qu’à La Chaux-de-Fonds il y a quelques semaines, l’altitude en moins mais le vent en plus. « C’est la course attendue : on savait que ça allait aller vite, sur cette piste rapide, avec tous ces mecs. Ça fait des années qu’on se dit que la finale des France est une grosse course, mais cette année, on était vraiment tous là, c’est cool ! », savourait le Guadeloupéen du Lille Métropole Athlétisme. Avant de souffler, déjà projeté vers l’avenir : « C’est du niveau d’une finale mondiale : avec ces chronos-là, tu peux monter sur la boîte aux Mondiaux. »

Troisième en 13’’19, Just Kwaou-Mathey (Evreux AC) regrettait de ne pas avoir « été à la hauteur » de ses deux concurrents. Touché par Dimitri Bascou (GA Noisy-le-Grand) lorsque le médaillé de Rio a perdu son équilibre en milieu de ligne droite, le champion de France indoor n’a pas pu accélérer comme il le voulait. Il a tout de même pu garder le dessus sur Pascal Martinot-Lagarde (ES Montgeron), quatrième en 13’’25 et très déçu. Mais « JKM » n’a pas perdu pour autant ses chances de figurer dans l’avion pour la Hongrie dans trois semaines.

La Perf'

Pommery a du répondant

« J’ait fait du Kaf’ Gomis », se marrait Jules Pommery au moment de se présenter devant la presse, quelques minutes après la fin du concours de longueur, qu’il venait de remporter en bondissant à 8,12 m à son ultime essai (+2,4). Privé de séances spécifiques ces derniers temps en raison d’une cheville douloureuse, le Bourguignon de l’Entente Athlé 58 a pris le temps de « construire [son] concours. J’ai retrouvé mes repères au fur et à mesure. Mon cinquième essai était le même, mais mordu de peu. J’ai réussi à le reproduire tout en corrigeant la planche », se félicitait-il. Débarrassé de toute appréhension sur l’état de sa cheville et sur sa capacité à enchaîner les sauts, il savourait de pouvoir « travailler à la maison » lors des prochaines semaines, puisqu’il sera en stage à l’Insep, son lieu de résidence à l’année.

Deuxième avec 8,04 m, Dreyfus Gbadjale (Athletic Clubs 92) était tout à sa joie d’avoir cassé une nouvelle barrière, sautant pour la première fois de sa vie au-delà des 8 m. « Pour moi, c’est comme si j’avais gagné, ma performance est la meilleure avec un vent légal. Je vais pouvoir fêter ça ! » Erwan Konaté (Amiens UC) a animé le début du concours, en retombant à 8,02 m lors de sa deuxième tentative, mais il a malheureusement dû se retirer après ce coup d’éclat.

Le Chiffre

4

Pour la quatrième fois, Wilfried Happio a devancé Ludvy Vaillant en finale du 400 m haies lors des championnats de France Elite et reste invaincu face au Martiniquais lors du rendez-vous national. Mais pour décrocher un cinquième titre consécutif, du jamais vu depuis 1941 et Prudent Joye, le hurdler du Lille Métropole Athlétisme a dû batailler comme jamais. Il a d’abord fallu, comme tous les athlètes, composer avec un fort vent de face dans la ligne droite opposée. L’ennemi des spécialistes du ‘’4H’’, qui doivent mettre encore plus d’amplitude pour tenir leurs intervalles. « Malgré ça, j’ai réussi à tenir ma stratégie de 13 foulées jusqu’à la huitième haie, se félicitait l’élève d’Olivier Vallaeys. Dans la dernière ligne droite, le stade s’est enflammé et ça m’a poussé. »

Légèrement derrière Vaillant à l’entrée des cent derniers mètres, il a recollé avant le dernier obstacle et a fait la différence sur le plat pour l’emporter en 48’’72, avec douze centièmes d’avance sur son dauphin. Pas mal pour un athlète en proie à plusieurs pépins physiques ces dernières semaines, avec une pubalgie et une tendinopathie au tendon d’Achille. « J’avais hâte que ce championnat se finisse pour pouvoir faire des soins et aller voir des experts, soufflait Wilfried Happio, que l’idée de faire l’impasse sur Albi n’a pas effleuré pour autant. C’était important d’être à ce gros rendez-vous des France. Ils le font aux Etats-Unis, donc pourquoi pas nous ? Il faut montrer qu’on sait gagner. » Contrat rempli.

Beau joueur, Ludvy Vaillant saluait « une belle course » et se disait « satisfait », même s’il n’avait sans doute pas les mêmes jambes qu’à Monaco il y a une semaine, où il avait devancé son compatriote en descendant pour la première fois de sa carrière sous les 48’’ (47’’85).

La Décla

« J’ai tenté toutes les barres, tant que Ninon était encore dans le concours. Et en plein milieu de tout ça, Gabriel qui passe devant moi en étant super mal placé à 250 mètres de l’arrivée de son 800 m… Si la prochaine fois, il pouvait être premier en passant devant moi, ça m’arrangerait pour mon concours ! »

Margot Chevrier, qui a un père demi-fondeur, donnera peut-être des conseils tactiques à son amoureux, Gabriel Tual, avant sa prochaine finale aux championnats de France. Pour éviter de s’exposer au vent, qui soufflait fort sur le stadium d’Albi, le sociétaire de l’US Talence et son entraîneur, Bernard Mossant, avaient décidé de renoncer à la stratégie de départ - emmener la course sur « son allure de croisière » - pour plutôt rester bien caché dans le peloton. « Mais ça n’a pas loupé, quand on reste derrière on se fait enfermer, rigole Tual, qui était encore en queue de peloton à 250 mètres de l’arrivée alors que Yanis Meziane (Athlé 91) avait attaqué. J’ai dû faire des efforts monstrueux pour revenir sur Yanis, mais j’avais pas mal de réserves pour encore accélérer dans la dernière ligne droite. » Cent derniers mètres où il a fait plutôt aisément la différence sur le champion d’Europe espoirs pour décrocher son premier titre de champion de France Elite, en l’absence de Benjamin Robert, pendant qu’une chute collective mettait trois athlètes à terre. Le chrono : 1’47’’84, soit 18 centièmes de mieux que l’Essonnien.« J’ai couru pour gagner. Mais il faudra faire attention à ne pas reproduire ces erreurs, car là je passe, mais en grands championnats, ces erreurs se paient », prévient Tual.

S’il s’agissait d’une première couronne pour le spécialiste du 800 m, Margot Chevrier est, elle, une habituée. La perchiste du Nice Côte d’Azur A. a décroché son troisième titre consécutif en plein air. Elle a franchi 4,41 m et 4,51 m au premier essai, avant de devoir s’y reprendre à trois fois à 4,61 m. Une barre à laquelle s’est arrêtée Ninon Chapelle, autrice d’un concours combatif avec 4,31 m et 4,41 m effacés à sa deuxième tentative, et 4,51 m à sa troisième. Essorée par un concours à rallonge, Margot Chevrier s’est attaquée deux fois, et sans succès, à une barre à 4,73 m qui aurait constitué un record des championnats. Avant d’arrêter là les frais. « C’était une décision pas facile à prendre, mais je crois que c’est ce qu’il y avait de plus mûr à faire, car faire n’importe quoi était risqué. En plus, le vent était folklorique… » A 23 ans, l’étudiante en médecine fait désormais des choix pétris de la sagesse.

Et Aussi

Gletty entre deux eaux

Malgré la satisfaction de sa victoire avec un gros total de 8279 points au décathlon, soit un gain de 68 points sur son précédent record, Makenson Gletty (Montpellier AMM) est sorti du tour d’honneur des combinards avec « un goût amer ». Le nouveau champion de France, s’estimant capable de scorer plus de 8400 points actuellement, pestait après « un concours de perche mal géré », alors qu’il commence à maitriser l’exercice à l’entrainement, et quelques « erreurs bêtes, dans la précipitation », qui le contraindront à attendre fiévreusement le verdict du comité de sélection la semaine prochaine. Ses 48’’44 sur 400  m sont tout de même à ranger dans le tiroir des bonnes nouvelles, puisqu’il n’avait jamais couru si vite.

Deuxième du 100 m la veille, Ryan Zézé (Stade Bordelais) a inversé la donne sur le 200 m en dominant son camarade d’entraînement Mouhamadou Fall (EFCVO), au prix d’un virage efficace et d’une ligne droite au forceps. Son chrono de 20’’32, contre 20’’38 à son dauphin, était hélas trop venté pour être validé (+2,3). Mallory Leconte (Saint-Denis Emotion) a conservé le titre de la ligne droite qu’elle avait conquis en 2022 en Normandie, et y a ajouté un nouveau record bienvenu, en 11’’23. Placée tout à l’extérieur, elle a surmonté une approche des championnats très délicate en raison de multiples bobos pour faire parler ses jambes quand il le fallait. Amandine Brossier (Sco Angers Athlé) n’a laissé aucune chance à ses adversaires sur le tour de piste féminin, qu’elle a une nouvelle fois conclut en vainqueure et en 52’’53. Agathe Guillemot (Haute Bretagne Athlétisme) a, elle aussi, couru à sa main sur le 1500 m, restant bien cachée dans le premier kilomètre et ne paniquant pas quand ses rivales l’attaquèrent dans le dernier tour. En pleine confiance, la Bretonne a placé une mine à la sortie du dernier virage qui a fait sauter tout le monde, pour rallier l’arrivée en 4’22’’69. Dans la dernière course de la journée, Djilali Bedrani (SATUC Toulouse) a patiemment attendu que Nicolas-Marie Daru (AL Echirolles), lancé sur des bases de 8’20, s’épuise, pour aller le cueillir en même temps que la victoire en 8’24’’87.

Dans le bac à sable, Anne-Suzanna Fosther-Katta (ES Montegron) a réalisé sa meilleure prestation de l’année ce samedi à Albi, retombant par deux fois à 13,80 m pour se parer d’or au triple saut. Dorian Lairi (Montpellier AMM) s’est montré impeccable jusqu’à 2,13 m, et cela a suffi pour empocher la première place de la hauteur masculine. Rémi Conroy (Entente Haute Alsace) était le plus costaud du week-end au javelot, et a inscrit son nom au palmarès des France Elite pour la première fois, en expédiant son engin à 77,50 m. Enfin, Christine Gavarin (Aiglon du Lamentin) est la nouvelle championne de France du poids, avec 15,42 m.

La rédaction
Photos : © L. Hahn / KMSP - B. Daniel / Capture My Sport

Tous les résultats des championnats en cliquant ici
Tous les résultats épreuve par épreuve et réactions des champions de France en cliquant ici
Retrouvez le replay des championnats de France élite sur Athlé TV
Retrouvez quelques photos de la compétition en cliquant ici

Sasha Zhoya
Age / Sél.21 ans / 3 A
Club-
Spécialité110 m haies - 4 x 100 m
PG
Administrateur
les réactions (2)
Jean-jacques Behm - 02/08 (15h54)
Bien vu 'les 5 titres consécutifs de Prudent JOYE'
Jean-christophe Jaouen - 30/07 (00h32)
Bravo Agathe, quelle course, quelle détermination, quelle autorité, tu ne pouvais que gagner ce soir, ce titre récompense tout le travail que tu as accompli, Chapeau ! La Bretagne est fière de toi ! Place aux Mondiaux maintenant !!!
Commentez cette actualité
Pour commenter une actualité il faut posséder un compte sur le site FFA, utilisez la rubrique ci-dessous pour vous identifier ou vous créer un compte.
Login (Email) : 
Mot de Passe : |
mot de passe oublié ?
dans la même rubrique
24/02 >  
24/02 >  
18/02 > (2)
17/02 >  
15/02 >  
19/11 >  
22/10 > (3)
24/09 >  
07/08 >  
30/07 >  
le reste de l'actualité
24/02 >  
23/02 >  
23/02 >  
23/02 >  
23/02 >  
22/02 >  
22/02 > (4)
21/02 >  
20/02 >  
20/02 > (1)
20/02 >  
20/02 > (1)
18/02 >  
16/02 >  
16/02 > (3)
15/02 >  
15/02 > (1)
14/02 >  
13/02 >  
12/02 > (5)
12/02 > (5)
11/02 >  
11/02 > (2)
09/02 >  
09/02 >  
rechercher
Compétitions en direct (2)
Fil
Info
12345
Plateforme
Enterprise
boutique
FFA
INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS