MES ACCÈS
Trouver un club près de chez vous
Derniers
clichés
Espaces
FFA
STRUCTURES
CLUBS
l'actu des espaces | infos
Alexandre Bonacorsi : « Kevin sait où il va »
12031
Commentez cette actualité
Alexandre Bonacorsi : « Kevin sait où il va »

Alors que Kevin Mayer s’apprête à prendre part à décathlon universitaire à San Diego (Californie), avec l’objectif de réaliser les minima pour les Jeux olympiques de Paris (8460 points), son entraîneur s’est montré optimiste et détendu mardi soir en conférence de presse.

Arrivés en Californie depuis quinze jours, Kevin Mayer et son clan s’entraînent depuis le 5 mars sur les infrastructures de la San Diego State University, qui accueillera le recordman du monde du décathlon dès jeudi dans le cadre du Aztec invitational. Il y sera à l’œuvre à partir de 10h30 (heure locale) avec, au menu, deux journées de labeur bien condensées : le 400 m aura lieu à 17h15, et les cinq dernières épreuves s’échelonneront entre 9h et 14h30 le vendredi. Un programme serré mais appréciable pour les décathloniens, avec un temps de récupération considérable entre les deux jours.

« Les voyants sont au vert, pose Alexandre Bonacorsi. Le gros de l’entraînement a été fait à Montpellier, on a enchaîné plusieurs mois sans frein depuis Brisbane en décembre. On a travaillé l’ensemble des épreuves, on a fait des gros cycles de travail. Depuis quinze jours, on procède à des réglages et à l’affutage. » Après la tentative avortée en Australie, la Californie avait été envisagée très rapidement comme plan B par le Montpelliérain et son entourage. La gêne qui l’avait empêché de s’entraîner sur les haies avant Brisbane est oubliée, et la frustration des championnats de France Elite en salle est dans le rétroviseur.

« Il était frustré de ne pas avoir pu s’exprimer à Miramas, c’est normal. Il savait et je savais qu’il était fatigué, mais il avait envie d’une compétition individuelle. Ça fait toujours du bien de mettre un dossard, et ça lui permet de se rassurer avant un décathlon. Kevin s’est senti progresser et il a remonté la pente pour être performant le jour de son objectif. Il n’y a aucune épreuve pour lesquelles on est fébrile. C’est même l’inverse, il y en a certaines qu’on a attend avec impatience », se projette le coach.

En mission solo

Sur place, il ne devrait pas y trouver de concurrence féroce, mais cela ne le gêne pas. « Kevin n’a pas besoin d’avoir une grosse adversité pour faire les minima. Et puis même s’il n’y aura, a priori, pas de mec à plus de 8000 points, on est aux Etats-Unis, et il y a des gars capables de courir le 100 m en 10’’40 dans à peu près toutes les universités ici… » « Concentré et plus serein que les années précédentes » selon les mots de son coach, Mayer sait ce qui l’attend. « Il doit se qualifier pour les Jeux. Ce n’est pas ce qu’il aime le plus, mais il n’a pas le choix : il faut le faire. Il a déjà connu cette situation à Götzis en 2016 et à la Réunion en 2020. »

Reste qu’un décathlon comporte toujours son lot d’imprévus et d’aléas à gérer. « Il n’y a pas de signal d’alerte grave, mais le corps d’un décathlonien est mis à l’épreuve tout au long de l’année. Il y a régulièrement des tensions dans celui de Kevin. Mais il arrive à avoir plus de recul, et plus rapidement par rapport à ça. Il s’engagera concrètement, dès le 100 m, et si on doit faire des calculs, ce sera dans les concours. A la longueur ou au poids, par exemple, si on estime que son premier essai est très convenable, on avisera. Et on fera le point avant la perche pour savoir sur quel élan il doit sauter. »

Quant aux conditions météo, un épisode de grêle a fait naitre quelques craintes la semaine dernière, mais les prévisions annoncent soleil et 20°C, soit l’idéal pour un décathlon. Mayer, grand fan de basket et des Boston Celtics, et son équipe adoptent toutefois un vocable de footballeurs pour résumer leur état d’esprit. « Ça se présente bien, mais on préfère prendre les épreuves les unes après les autres. » Cette fois, l’important, ce ne sera pas les trois points, mais les 8460.

Le détail des épreuves (heure française) :
Jeudi 21 mars
18h30 : 100 m
19h15 : saut en longueur
21h15 : lancer du poids
23h15 : saut en hauteur
01h15 : 400 m

Vendredi 22 mars
17h00 : 110 m haies
17h40 : lancer du disque
18h35 : saut à la perche
21h15 : lancer du javelot
22h30 : 1500 m

La compétition est à suivre sur la plateforme en ligne RunnerSpace.com, via un abonnement payant. 

La rédaction

Kevin Mayer
Age / Sél.32 ans / 18 A
ClubMontpellier athletic mediter
SpécialitéOctathlon - Heptathlon - Décathlon
RB
Admin Athle.fr
les réactions
Commentez cette actualité
Pour commenter une actualité il faut posséder un compte sur le site FFA, utilisez la rubrique ci-dessous pour vous identifier ou vous créer un compte.
Login (Email) : 
Mot de Passe : |
mot de passe oublié ?
dans la même rubrique
19/04 >  
18/04 > (1)
17/04 >  
12/04 >  
11/04 >  
06/04 >  
05/04 >  
28/03 >  
24/03 >  
22/03 >  
le reste de l'actualité
22/04 >  
22/04 > (2)
21/04 >  
20/04 > (4)
19/04 >  
18/04 > (3)
15/04 > (1)
14/04 >  
10/04 >  
09/04 >  
09/04 > (5)
07/04 >  
07/04 >  
07/04 >  
05/04 >  
03/04 >  
02/04 >  
02/04 >  
30/03 > (2)
29/03 > (2)
26/03 >  
25/03 >  
25/03 >  
22/03 >  
20/03 >  
rechercher
Fil
Info
12345
Plateforme
Enterprise
boutique
FFA
INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS