MES ACCÈS
Trouver un club près de chez vous
Derniers
clichés
Espaces
FFA
STRUCTURES
CLUBS
l'actu des espaces | infos
Championnats d’Europe off-road : Les Bleus gonflés à bloc
4195
Commentez cette actualité
Championnats d’Europe off-road : Les Bleus gonflés à bloc

Les championnats d’Europe de course en montagne et de trail, qui se déroulent de vendredi à dimanche à Annecy, seront un des points d’orgue de la saison pour les Français engagés, à commencer par Blandine L’hirondel, Benjamin Roubiol et Clémentine Geoffray, qui partent à la conquête de nouveaux sommets.

Les championnats d’Europe de trail et de course en montagne sont à suivre en direct et en intégralité sur Athlé TV, ainsi que sur TV8 Mont Blanc. La retransmission débutera à 8h45 vendredi pour la course ascensionnelle, à 6h30 samedi pour le trail et à 7h45 dimanche pour le format classique de course en montagne. Les commentaires seront assurés par Fred Bousseau, Olivier Gui et Julien Rancon. L’accès à Athlé TV est gratuit pour tous dans le cadre de ces championnats.

Pas de doute, Annecy est bien la capitale européenne du sport outdoor. Au moins pour le week-end, puisque c’est sur les rives du lac haut-savoyard que les meilleurs traileurs et coureurs en montagne s’expliqueront de vendredi à dimanche. Comme chaque année, les différentes équipes de France entendent bien y décrocher un nouveau contingent de médailles. Tour d’horizon, course par course.

Course ascensionnelle : Clément et Dewalle en embuscade

Médaillée de bronze aux Canaries il y a deux ans, Christel Dewalle sera une nouvelle fois de la partie. Pour ce qui pourrait bien être sa dernière campagne sous le maillot bleu, la Haut-Savoyarde aura fort à faire, notamment face à la Suissesse Maude Mathys, la tenante du titre et grande favorite à sa propre succession. Mais elle demeure une féroce concurrente dès lors que la route s’élève. Vainqueure de la course de sélection, Nélie Clément tient la grande forme, de celles qui vous permettent de jouer aux avant-postes. L’adversité ne manquera pas, à commencer par la Britannique Scout Adkin, la Finlandaise Susanna Saapunki, ou encore la vice-championne du monde de trail court Judith Wyder (Suisse). Avec Elise Poncet et Marie Nivet, les Françaises disposent d’une équipe homogène qui peut rêver d’un podium collectif.

Chez les hommes, Quentin Meyleu et Frédéric Tranchand semblent être les meilleurs atouts tricolores dans cette discipline. Avec Théodore Klein et Jérôme Blanc, c’est probablement en jouant groupé que les Tricolores auront une chance de monter sur la boîte en fin de journée. Sur un parcours de 7,6 km pour près de 1000 m de dénivelé positif, le moindre petit coup de mou se paiera cher. Pour la gagne, les Italiens semblent se détacher, avec le tenant du titre Cesare Maestri, mais aussi Xavier Chevrier et Fransesco Puppi. L’Ecossais Jacob Adkin, ainsi que les Suisses Dominik Rolli et Roberto De Lorenzi seront aussi à surveiller de près.

Trail : L’hirondel et Roubiol en favoris

Terrain de chasse préféré des Français depuis quinze ans, l’épreuve de trail, longue de 58 km pour 3500 m de dénivelé positif annoncé, sera une nouvelle fois l’occasion d’une belle moisson pour la bande d’Adrien Séguret. Sacré champion du monde longue distance l’an passé à Innsbruck, à seulement 23 ans, Benjamin Roubiol concentrera une partie de l’attention du public. Parce qu’il est un enfant du pays (il est licencié à Annecy), d’abord, et parce qu’il a les armes pour renouveler sa prestation de l’an passé. Vainqueur des championnats de France, il est en confiance et connait les chemins par cœur.

Face à lui, son dauphin dans le Tyrol, l’Italien Andreas Reiterer mènera la fronde, et les Britanniques Tom Evans et Thomas Roach (deuxième des Mondiaux sur l’épreuve courte en 2023) seront au diapason. Le Slovaque Peter Frano ne devrait pas être trop loin non plus lorsque les choses sérieuses démarreront. Thomas Cardin, troisième des championnats d’Europe en 2022 à El Paso, fera figure d’ancien dans cette équipe de jeunots, du haut de ses 29 ans. Il a toute l’expérience nécessaire pour obtenir un résultat à la hauteur de ses exigences, après plusieurs déceptions internationales lors des années précédentes.

Deuxième des France dans la Drôme, Hugo Deck rêvait depuis longtemps de porter la tunique nationale, et aura à cœur de bien faire. Il a montré en avril qu’il faudrait compter avec lui entre Faverges et Annecy. Comme lui, Loïc Rolland fera ses grands débuts en sélection, avec la volonté de faire perdurer une tradition bien ancrée.

Chez les femmes, Blandine L'hirondel défendra sa couronne, après avoir survolé les débats il y a deux ans sur les pentes volcaniques des Canaries. La double championne du monde (2019 et 2022) aura, comme souvent depuis plusieurs années, la pancarte de favorite sur un parcours à sa convenance. Empêchée de défendre ses chances lors des Mondiaux 2023 en Autriche par une blessure au pied, elle entend bien prendre sa revanche, avant de se lancer vers d’autres défis plus tard dans la saison (elle a entamé l’an passé une transition vers l’ultra-trail).

Outre l’Espagnole Gemma Arenas, la Tchèque Marcela Vasinova ou la Suisse Ariane Wilhelm, la concurrence pourrait bien venir de ses propres compatriotes. Autrice d’une saison 2023 très aboutie (victoires aux Templiers et à la Saintélyon), Julie Roux retrouve l’équipe de France cinq ans après sa première (et dernière) sélection aux Mondiaux 2019, avec des ambitions légitimes de jouer avec les meilleures, comme aux championnats de France 2024, où elle avait terminé deuxième. Clémentine Geoffray, championne du monde l’an passé sur la distance courte, se frottera à un tracé plus long que ceux sur lesquels elle a majoritairement évolué jusqu’alors. Mais il n’y avait « que » quinze kilomètres de moins l’an passé à Innsbruck, et surtout, l’Aindinoise a eu le temps de se préparer en vue de cette échéance, pour laquelle elle avait rempli les critères de sélection depuis longtemps. Il convient donc de ne pas l’écarter trop vite. L’expérimentée Adeline Martin, championne du monde 2017 sous son nom de jeune fille (Roche), sera également de la partie, pour sa onzième sélection internationale seniors.

Course en montagne classique : la force des collectifs

Impérial lors de la dernière édition sur le format classique, Sylvain Cachard ne pourra pas défendre son titre, puisqu’une lésion osseuse au pied l’a mis à l’arrêt au moment des courses de sélection. Douzième des championnats du monde en 2023, Théodore Klein, douzième des Mondiaux 2023, apparaît comme le plus à même de briller, suite à sa victoire aux championnats de France à Briançon fin avril. Son dauphin dans les Hautes-Alpes, pour une poignée de secondes, Frédéric Tranchand, a prouvé qu’il était également en grande forme. Quentin Meyleu et Romain Discher, débutant à ce niveau, formeront une équipe à même de rivaliser avec l’Autriche des frères Innerhofer, l’Italie de Cesare Maestri, la Suisse de Dominik Rolli et la Grande-Bretagne de Jacob Adkin pour une place sur le podium par équipes. Il faudra composer également avec les exigences d'un parcours long de 16 km pour 1000 m de dénivelé positif et autant de dénivelé négatif, annoncé comme très technique et rocailleux.

Dominatrice sur la scène nationale en avril, Nelie Clement a l’occasion de se faire un nom sur la scène européenne. Une belle place d’honneur semble accessible, même si la concurrence sera aussi rude que lors de la course verticale, avec toujours Mathys, Wyder, Saapunki et Adkin, auxquelles il faudra ajouter la Roumaine Madalina Florea, en argent il y a deux ans, et la Suédoise Emelie Forsberg, qui se consacreront au format classique. Cette fois, ce sont l’ancienne médaillée mondiale chez les U20 Jade Rodriguez et l’ancienne marcheuse olympique Emilie Menuet qui accompagneront Nélie Clément et Christel Dewalle derrière la bannière bleue.

Chez les juniors, les deux équipes bénéficieront d’une belle densité aussi bien chez les hommes que chez les femmes. Dans le contexte particulier d’un championnat d’Europe où ils devront s’étalonner face à des adversaires qu’ils n’ont jamais affrontés, pour la plupart, les Français devront se montrer malins et opportunistes pour tirer leur épingle du jeu, sur un format de 6 km pour 400 m de dénivelé positif. Il faudra pour cela opter pour la bonne allure de départ, afin d’être bien placé sans se bruler les ailes. La polyvalente Margot Dajoux, impressionnante lors des courses de sélection, peut légitimement envisager se mêler à la lutte pour un podium individuel, aussi bien sur la course verticale du vendredi (5,6 km pour 830 m de dénivelé positif) que sur le format classique le dimanche.

Etienne Nappey pour athle.fr

 

RB
Admin Athle.fr
les réactions
Commentez cette actualité
Pour commenter une actualité il faut posséder un compte sur le site FFA, utilisez la rubrique ci-dessous pour vous identifier ou vous créer un compte.
Login (Email) : 
Mot de Passe : |
mot de passe oublié ?
dans la même rubrique
10/07 >  
09/07 >  
08/07 >  
07/07 > (9)
07/07 >  
27/06 > (3)
24/06 >  
14/06 >  
12/06 >  
12/06 >  
le reste de l'actualité
16/07 >  
15/07 > (2)
12/07 >  
12/07 >  
12/07 > (1)
12/07 >  
11/07 > (1)
09/07 > (1)
09/07 > (10)
07/07 >  
07/07 >  
06/07 >  
05/07 >  
05/07 > (4)
04/07 >  
01/07 > (3)
30/06 > (1)
30/06 > (4)
29/06 >  
28/06 > (2)
28/06 >  
28/06 > (1)
28/06 > (1)
27/06 > (4)
24/06 >  
rechercher
Fil
Info
12345
Plateforme
Enterprise
boutique
FFA
INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS