MES ACCÈS
Trouver un club près de chez vous
Derniers
clichés
Espaces
FFA
STRUCTURES
CLUBS
l'actu des espaces | infos
Chpt du Monde de Cross à Saint-Galmier : Bekele est immortel, Dibaba nouvelle impératrice
Commentez cette actualité
Chpt du Monde de Cross à Saint-Galmier : Bekele est immortel, Dibaba nouvelle impératrice

Kenenisa Bekele a réussi son impossible pari, en devenant pour la quatrième fois double champion du monde de cross, dans la chaleur de Saint-Galmier et devant 28 000 spectateurs. Il a même été imité par Tirunesh Dibaba, qui s’est imposée sur le cross court après avoir régné sur le long la veille. Les Bleus ? Perdus dans les classements, ils ont pu constater l'écart important qui les sépare, aujourd’hui, du meilleur niveau mondial en cross.

Il l’a donc fait. Personne n’osait vraiment croire que, suite au drame qu’il avait vécu cette année, à sa motivation en chute libre, à ces entraînements manqués, Kenenisa Bekele pourrait encore jouir de la marge dont il disposait sur les autres coureurs pour enlever une quatrième double couronne, l’emporter à la fois sur le court et le long, comme en 2002, 2003, et 2004. Mais Kenenisa Bekele, ce dimanche 20 mars sur le parcours roulant et sec de l’hippodrome de Saint-Galmier, a définitivement rejoint le Panthéon de l’athlétisme. Le Kenya avait pourtant envoyé à ses trousses une armée revancharde, conduite par le jeune Eliud Kipchoge, celui-là même qui avait conquis devant El Guerrouj et Bekele le titre de champion du monde du 5000 m en 2003, au Stade de France. Longtemps, d’ailleurs, on crut que le Kenyan pourrait empêcher l’Ethiopien de réaliser le doublé, après sa victoire de samedi sur le cross court. Après neuf premiers kilomètres passés à dégarnir le peloton de tête (qui bien vite pris l’air d’un championnat d’Afrique avec Kenyans, Ethiopiens, Erytréens, Ougandais mais aussi Qataris et ressortissants du Barhein nés sur les hauts plateaux), Bekele et Kipchoge se retrouvaient seuls en tête. Dernier tour, plus que deux kilomètres à parcourir. Le suspense dura 40 secondes, pas une de plus. Le temps pour Bekele de placer une si terrible accélération qu’il pris, d’un coup, cinquante mètres d’avance sur son poursuivant. La course était jouée, Kipchoge allait exploser en ne terminant qu’à la cinquième place tandis que l'Erytéen, Zersenay Tadesse montait sur la 2ème place du podium devant la Quatari Abdullah Hassan. Et l’Ethiopie conservait, par la même occasion, le titre conquis l’an passé à Bruxelles.

Les Français ? On attendait beaucoup, sans doute trop, des spécialistes de long. Et c’est finalement celui qui aurait dû courir sur le cross court, mais avait remplacé El Lahssini à la dernière minute, qui tira seul son épingle du jeu. Khalid Zoubaa, 29è, terminait aussi 4è Européen. Pas suffisant pour éviter à la France la 12è place par équipes, loin, très loin des places d’honneur. Bob Tahri, victime d’une fissure de la voûte plantaire dès le 2è des six tours, dut se résoudre à l’abandon. Tout comme Mokhtar Benhari, au bord de l’épuisement, en fin de course. Driss El Himer, après un départ plein de bonne volonté dans le peloton de tête, rétrogradait irrémédiablement pour terminer 52è, juste devant Abdellah Behar, 64è. Mickael Thomas et sa 112è place permettant tout de même de classer l’équipe de France. Des Bleus dépassés par le niveau mondial, gênés par la chaleur alors qu’il faisait si froid en France voilà peu de temps, en quête d’une âme et d’un esprit d’équipe ? Il y a sans doute un peu de tout cela pour expliquer l’échec des Français, sur cette course comme sur l’ensemble du week-end. Car sur les autres épreuves de la journée, le bilan ne fut guère meilleurs. Les juniors ont pu constater sur le terrain le gouffre qui séparait les cross nationaux du niveau international. Le meilleur d’entre eux, Denis Mayaud, perdu au fond du peloton, terminait 90è. Et Jason Dufresne, le champion de France, devait se contenter de la 117è place. Asphyxiés par le rythme dès le départ, les Bleuets terminaient d’ailleurs à la 18è et dernière place du classement par équipes… Loin devant, au cœur d’un week-end très largement favorable au vert de l’Ethiopie, c’est une véritable démonstration qu’ont offerts les rouges du Kenya en s’offrant les cinq premières places – juste devant un certain Tariku Bekele, jeune frère de Kenenisa. Augustine Choge et ses coéquipiers préparent sans doute une nouvelle domination kenyane sur le cross mondial.

Finalement, c’est de là où on l’attendait peut-être le moins, le cross court, qu’est venu le meilleur résultat collectif pour la France. Huitième nation mondiale, troisième européenne derrière la Russie et le Portugal, les Françaises ont eu le bon goût de classer toutes les leurs entre la 35è et la 68è place. Et là encore, c’est celle qui aurait aimé courir sur l’autre distance qui s’est distinguée. Préparée pour le cross long, Rodica Moroianu n’en a pas moins fini 35è sur le court, quelques places (41è) devant la régionale de l’étape, la jeune Julie Coulaud – l’une des rares satisfactions du week-end -, avec la 45è place de Stéphanie Nonnotte. Devant, sans surprise, c’est une Ethiopienne, qui s’impose. Mais, plus remarquable, la lauréate du jour est celle qui, la veille, avait déjà imposé sa loi sur le cross court. Tirunesh Dibaba, 20 ans à peine, prend donc le titre d’Impératrice du cross, comme Bekele en avait coiffé la couronne en 2002. Et si elle est encore loin d’avoir égalé le palmarès de son aîné, son exploit reste incommensurable.

Au même titre que la domination de l’Ethiopie sur le cross mondial. Avec 9 titres (5 en individuel, 4 par équipes) sur 12 mis en jeu, avec, en sus, trois médailles d’argent et une de bronze, les hommes en verts ont même quasiment relégués leurs éternels adversaires kenyans au rang de figurants. Les Bleus, eux, vont devoir repenser en profondeur leur politique sur le cross-country s’ils ne veulent pas s’exposer à de nouvelles désillusions. « Il faut être honnête, ce ne sont pas de bons championnats du monde pour l’équipe de France, regrettait Robert Poirier après les épreuves. Mais j’attends qu’on me démontre que la Fédération y est pour quelque chose. La France ne peut plus, aujourd’hui, être présente partout, tous les ans, sur tous les terrains. Et il faut sans doute se poser la question de la place de l’Europe aux championnats du monde de cross. C’est un vrai sujet de réflexion, pour l’IAAF comme pour mon successeur à la DTN. Nous avons amené des juniors, cette année, seulement parce que l’évènement se déroulait en France. Et nous avions une équipe dans chaque course pour la même raison. » Relancer le cross français ? Ce sera l’une des grandes missions du prochain DTN, puisque l’étape forézienne marquait la dernière sortie de Robert Poirier dans ce costume.

A Saint Galmier, Cyril Pocréaux pour athle.com

Retrouvez toutes les déclarations dans la rubrique « Ils ont dit ».

Résultats juniors garçons
Enorme domination kenyane chez les juniors hommes, en effet les athlètes kenyens prennent les 5 premières places et la 7ème, la course étant remportée par Augustine Kiprono Choge (10 pt pour l'équipe, le plus petit total possible). Les juniors français comme leurs juniors féminines hier après midi, sont assez loin au classement et terminent 18ème par équipes avec Denis Mayaud (90è), Yoann Kowal (106è), Anthony Saudrais (107è), Maxime Fico (114è), Jason Dufresne (117è) et Benjamin Malaty (123è)

Juniors hommes

Résultats cross long hommes
4ème doublé (cross court, cross long) pour l'éthiopien Kenenisa Bekele qui remporte le championnat du Monde de cross long avec une aisance extraordinaire. Derrière lui, 2ème, on trouve l'éritréen Zersenay Tadesse et la quatari Abdullah Hassan. Du côté des français, il faut noter la très belle 29è place de Khalid Zoubaa, puis 52è Driss El Himer, 64è Abdellah Behar, 112è Mickael Thomas (Abandon de  Bouabdellah Tahri et Mokhtar Banhari).
Par équipes c'est l'Ethiopie qui l'emporte devant le Kenya et la Quatar, l'équipe de France termine 12è.

Cross long hommes

Résultats cross court femmes
Et c'est encore l'Ethiopie qui remporte l'or avec le doublé court-long pour Tirunesh Dibaba
 qui devance sa compatriote Werknesh Kidane et la kenyanne Isabella Ochichi. Du côté des françaises, on notera une arrivée groupée au coeur du peloton avec les : 35è place de Rodica Moroianu, puis 41è Julie Coulaud, 45è Stéphanie Nonnotte, 60è Christine Bardelle, 67è Elodie Olivares, 68è Christelle Daunay.
Par équipes c'est l'Ethiopie qui l'emporte devant le Kenya et les Etats-Unis, l'équipe de France termine 8è.

Cross court femmes

Retrouvez les photos par course
-
Juniors Hommes
- Cross long Hommes
- Cross court Femmes

Retrouvez les réactions des athlètes français en cliquant ici
Retrouvez tous les résultats, en cliquant ici
 

PG
Administrateur
les réactions
Commentez cette actualité
Pour commenter une actualité il faut posséder un compte sur le site FFA, utilisez la rubrique ci-dessous pour vous identifier ou vous créer un compte.
Login (Email) : 
Mot de Passe : |
mot de passe oublié ?
dans la même rubrique
04/01 > (4)
13/12 >  
05/11 >  
04/11 >  
02/11 >  
18/09 >  
15/09 >  
06/09 >  
27/08 > (4)
24/08 > (1)
le reste de l'actualité
31/01 >  
31/01 >  
31/01 >  
30/01 > (1)
27/01 > (1)
26/01 >  
26/01 >  
26/01 >  
25/01 >  
25/01 > (1)
24/01 >  
23/01 > (2)
23/01 >  
20/01 >  
18/01 >  
16/01 >  
16/01 > (1)
13/01 >  
13/01 > (1)
11/01 > (2)
11/01 >  
11/01 >  
10/01 >  
09/01 > (1)
06/01 > (1)
rechercher
Fil
Info
12345
boutique
FFA
INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS