MES ACCÈS
Trouver un club près de chez vous
Derniers
clichés
Les
Vidéos
Espaces
FFA
STRUCTURES
CLUBS
l'actu des espaces | infos
Coupe d’Europe des lancers à Tel-Aviv (ISR) : les Françaises bien parties
Commentez cette actualité
Coupe d’Europe des lancers à Tel-Aviv (ISR) : les Françaises bien parties

Les féminines, troisièmes au classement général après la première journée, ont les cartes en main pour décrocher un belle performance collective en Israël. Côté garçons, on retiendra la confirmation des progrès de Bertrand Vili au disque. Suite et fin des épreuves ce dimanche.

La première journée de la Coupe d’Europe des lancers, disputée sur un week-end à Tel-Aviv, en Israël, a fait naître quelques beaux espoirs pour l’équipe de France féminine. Les Bleues pointent en effet, à mi-parcours, à la troisième place du classement général, solidement plantée sur un podium qu’elles peuvent raisonnablement espérer conserver. Il faut dire que ces dames se sont déplacées en terre israélienne avec une foi à toute épreuve, les meilleures spécialistes nationales étant toutes de la partie.
La formule, qui repose sur le principe d’une compétition par équipes nationales propre aux coupes d’Europe, peut en outre leur permettre de briller. Après avoir longtemps navigué entre différentes combinaisons, cette Coupe d’Europe des lancers, qui trouve chaque année un peu mieux sa place dans le calendrier, et permet aux meilleurs spécialistes de s’étalonner au sortir de l’hiver, a opté cette fois ci pour un classement sur deux athlètes par pays et par discipline. Disque, marteau, javelot mais également poids sont donc au programme. Les performances des huit athlètes de chaque pays (près de 200 lanceurs représentant 30 nations se sont donné rendez-vous sur la côté méditerranéenne), traduites à la table hongroises, permettant in fine d’établir un classement général (séparant bien sûr hommes et femmes) par nombre de points.
Dès les premières heures de la matinée, Stéphanie Falzon*, appelée à lancer son marteau dans le groupe B, mettait son camp sur la bonne voie. En envoyant voler son engin à 67,26 m, elle s’octroyait la première place de son groupe, améliorait son record personnel d’1,07 m, en réalisant les minima pour les Championnats d’Europe de Göteborg. Du beau travail. Une performance dans la droite ligne des récents progrès de la Bordelaise, malgré un concours entamé à 7h30 heure française, les yeux encore pleins de sommeil. Le doux soleil et le faible vent qui baignaient le stade Hadar Joussef avaient il est vrai l’air de plaire aux athlètes. Et même si au moment de l’entrée en scène de Manuèla Montebrun*, en fin d’après-midi, le temps s’était quelque peu rafraîchi, la Lavalloise allait tranquillement assurer la troisième place du groupe A. 70,29 m suffisaient à la recordwoman de France, encore en quête de sensations, pour se glisser derrière la championne olympique de Sydney, la jeune Polonaise Kamila Skolimowska (73,32 m), et la Russe Gulfiya Khanafeyeva (72,01 m), révélation de l’hiver avec ses étonnants 75,35 m.
Côté poids, les mines françaises étaient nettement plus déconfites. Appelées toutes deux à lancer dans le groupe B, le matin, Laurence Manfredi* et Jessica Cerival* n’ont jamais trouvé leurs marques autour du butoir. 16,74 m pour la première, 16,12 m au dernier essai pour la seconde – soit les douzième et quatorzième places au général. Suffisant, toutefois, pour classer la France, après deux des quatre épreuves, sur le podium. Derrière les intouchables Russes (4219 points sur leurs quatre athlètes), derrière les Italiennes (4152), les Bleues émargent à 4033 points, soit 233 de plus que les Roumaines. Sephora Bissoly et Sarah Walter au javelot, puis Mélina Robert-Michon et la capitaine Agnès Teppe au disque auront pour mission, dimanche, de conserver cette avance, voire de la faire fructifier pour aller, qui sait, chercher la deuxième place.

Chez les garçons, les ambitions initiales ne pouvaient qu’être plus modestes. Pénalisés par le forfait de Gaëtan Bucki, blessé et resté à la maison, au poids, les lanceurs tricolores ne sont que cinq à tenter leur chance à Tel-Aviv – l’encadrement technique n’ayant pas tenu à emmener en Israël des athlètes qui n’auraient pas fait de l’hiver un réel objectif. Le classement par équipe, dominé en fin de journée par les inévitables Russes, n’avait jamais été qu’un doux mirage. Ce qui n’a pas empêché les engagés du matin de se montrer à leur meilleur niveau. Eric Boes*, champion de France du disque à Salon de Provence voilà deux semaines, a amélioré sa meilleure performance hivernale pour se fendre d’un 56,09 m. Quant à Bertrand Vili*, son aller-retour express entre la Nouvelle-Calédonie et la France n’aura pas été vain puisque, avec 58,75 m, le garçon confirmait sa régularité à la lisière des 60 m, une barre qui ne devrait plus lui résister très longtemps. Mais l’épreuve restera marquée par les 65,01 m du Polonais Piotr Malachowski. Et si la journée s’est terminée moins bien qu’elle n’avait commencé au vu des 69,01 m de Vitolio Tipotio*, qui s’est blessé à la cheville sur son deuxième essai  au javelot, la journée de dimanche pourrait apporter quelques belles satisfactions, avec la quête des féminines pour le podium ou la nouvelle tentative d’Yves Niaré contre la barre des 20 m au poids.

A Tel-Aviv, Cyril Pocréaux pour athle.com

* Retrouvez leurs déclarations dans la rubrique « Ils ont dit »

Retrouvez les résultats de tous les français en cliquant ici

Ils ont dit :

Stéphanie Falzon (vainqueur du groupe B avec 67,26 m) :
« Je suis vraiment très contente. Je l’étais déjà en ayant réalisé 66,39 m au deuxième essai, ce qui était déjà un nouveau record personnel. Mais, par la suite, je me suis un peu endormie dans le concours. Pourtant, j’ai voulu prendre des risques… Mais j’ai commencé à faire n’importe quoi. Du grand n’importe quoi ! Sur le dernier essai, je me suis appliquée : je ne voulais pas avoir réussi un seul lancer dans mon concours. Et finalement, je réalise la marque de qualif pour les Europe ! Mais je suis incapable de dire ce que j’ai fait sur le plan technique, je n’avais aucune sensation. A 7h30 du matin heure française, c’est bien… J’avais mal dormi, mais je n’ai pas arrêté de bouger le matin. Je ne pensais pas faire 67 m aussi tôt. Cela prouve que les questions d’horaires sont purement psychologiques. Il faut dire aussi que les conditions étaient parfaites. Nous étions 11 dans le concours, il fait beau, il n’y a pas trop de vent, tout allait très bien.
J’avais déjà battu mon record personnel aux France de Salon de Provence pour le porter de 65,21 à 66,19 m. Là, je gagne encore un mètre… Maintenant, je vais me reposer, alléger un peu mes séances avant de repartir pour cet été.
»

Eric Boes, disque, 6e du groupe B avec 56,09 m :
« Je suis content car c’est ma meilleure perf de la saison, mais les sensations n’étaient pas là. J’ai des raideurs de dos, et j’ai eu peur de me faire mal, je n’étais pas assez délié. C’est dommage, car les conditions ici ne sont pas mauvaises. Je vais maintenant couper une semaine l’entraînement, car j’avais continué ma préparation spécialement pour ce match, avant de réattaquer en vue de l’été. Mais je dois avant tout récupérer. »

Bertrand Vili, disque, 3e du groupe B avec 58,75 m :
« Je ne suis pas trop déçu, je suis même assez content de la perf, car je n’espérais pas lancer comme ça aujourd’hui. Je ne suis arrivé que mercredi de Nouvelle-Calédonie, c’est mon premier grand rendez-vous européen chez les seniors, je suis encore en plein décalage horaire, je me réveille à 3 heures du matin… Je ne pensais pas lancer à plus de 55 m. Mais cette compétition est une bonne leçon, elle va me permettre de bien travailler dessus. Je repars dès mardi en Nouvelle-Zélande pour me préparer, et je devrais être de retour pour les Masters du Mistral au mois de mai. »

Laurence Manfredi, poids, 16,71 m dans le concours B :
« Je n’étais pas réveillée, pas dans le concours, pas dans le rythme… Physiquement ça allait, mais je manquais de fraîcheur, entre l’heure matinale du concours, le long voyage d’hier… C’est un ensemble de choses, et puis c’est de toute façon la même chose pour tout le monde. C’est une perf à l’image de ma préparation hivernale, en demi-teinte et perturbée par des problèmes physiques. Il faut maintenant se remettre au travail. Je ne vais d’ailleurs pas couper et recommencer à travailler tout de suite dans la perspective de l’été. »

Jessica Cerival, poids, 16,12 m dans le concours B :
« Je suis déçue. Mais cette performance est une suite de tout ce que j’ai fait cet hiver. J’étais super contente d’avoir décroché cette sélection alors que je n’étais pas en forme mais là, ça n’avançait pas, il n’y avait plus rien. J’arrivais bien sur le butoir, mais après, je manquais de vitesse. La concurrente allemande (ndlr : Nadine Beckel) a le même gabarit que moi, et elle lance beaucoup plus loin. Je sais que j’ai déçu mon coach et je m’en veux. On dit que le plus important est l’été, mais on ne lance pas non plus l’hiver pour accumuler les déceptions. Je vais maintenant me laisser deux ou trois jours pour réfléchir à la suite des événements. Il faut que je prenne confiance en moi, en ce que je fais, et que je règle certains problèmes, comme le fait d’habiter à une heure de l’Insep où je m’entraîne, ce qui me complique la vie. J’ai plein de choses à résoudre encore. »

Manuèla Montebrun, 3e du marteau (classement général) avec 70,29 m :
« Je ne suis pas satisfaite par rapport à mes sensations, mais davantage pour la perf. Je termine 3e en battant à la bagarre des filles qui avaient déjà lancé à 71 – 72 m cette année, c’est bien. Avec mes problèmes de kystes à l’épaule, j’ai dû m’arrêter deux fois de m’entraîner cette saison. Et je n’ai pas fait de musculation du haut du corps depuis deux mois. Il va donc falloir que je passe au contrôle technique, car le corps tire un peu de partout (rires). Je veux repartir sur de bonnes bases sur cet été. Mais je ne suis pas inquiète : l’an passé, j’avais commencé à lancer en avril, alors… »

Vitolio Tipotio, 69,01 m au javelot :
« C’est la m…. ! Je suis très déçu car je me fais mal à la cheville sur mon deuxième essai, en ouvrant mon pied sur le dernier appui. C’est une entorse interne. Vu ce que je faisais à l’échauffement, je m’attendais à faire plus. J’ai essayé de rentrer dedans, mais cela faisait mal. Je vais être obligé d’arrêter l’entraînement pour me soigner. »

 

RB
Admin Athle.fr
les réactions
Commentez cette actualité
Pour commenter une actualité il faut posséder un compte sur le site FFA, utilisez la rubrique ci-dessous pour vous identifier ou vous créer un compte.
Login (Email) : 
Mot de Passe : |
mot de passe oublié ?
dans la même rubrique
08/08 >  
08/08 >  
07/08 >  
07/08 >  
06/08 >  
06/08 >  
06/08 >  
06/08 >  
05/08 >  
05/08 >  
le reste de l'actualité
20/09 >  
20/09 >  
19/09 > (1)
17/09 >  
15/09 > (1)
13/09 >  
10/09 >  
10/09 >  
08/09 > (1)
06/09 >  
06/09 > (1)
06/09 >  
04/09 >  
04/09 >  
03/09 >  
02/09 >  
31/08 >  
30/08 >  
30/08 >  
30/08 >  
30/08 >  
28/08 > (3)
28/08 >  
27/08 > (1)
27/08 >  
rechercher
Fil
Info
22/09 (12h17)
Histoire (par la CDH) : Le marathon de Neuf-Brisach
12/09 (10h29)
Recherche entraîneur confirmé au Nantes Métropole Athlétisme
06/09 (11h38)
La Fédération Luxembourgeoise d’Athlétisme (FLA) recherche
03/09 (21h44)
Meeting National de la Roche sur Yon (P-L) : les résultats
03/09 (09h02)
Le Castres Athlétisme recrute
12345
Défi
Perf
Gros
Plans
Inscrivez-vous et abonnez-vous gratuitement sur la plateforme de formation pour tous les licenciés FFA en CLIQUANT ICI. Puis sur la plateforme accédez aux différents contenus en cliquant sur « JE M’ABONNE ». En cas de souci d’abonnement, cliquez sur le lien ci-dessus, puis allez dans la rubrique « CONTACT ». Les domaines (Direction, Jury, Encadrement sportif, et Organisation d’événements) ont leurs propres contenus.
boutique
FFA
INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS