MES ACCÈS
Trouver un club près de chez vous
Derniers
clichés
Espaces
FFA
STRUCTURES
CLUBS
l'actu des espaces | infos
Mehdi Baala : « Une ligne écrite pour toujours »
Commentez cette actualité
Mehdi Baala : « Une ligne écrite pour toujours »

Il l’avoue lui-même, bien volontiers, les larmes dans la gorge. « Je ne pensais pas qu’il y aurait une telle émotion. Je n’ai même jamais été aussi ému de ma vie. » Le verbe haché par les sentiments qui affluent, Mehdi Baala s’offre un regard circulaire sur l’auditorium Nelson-Paillou du Comité National Sportif et Olympique Français (CNOSF), dressé devant lui. « Il n’y a peut-être pas 85000 personnes, il n’y a pas le podium, mais mes proches, mes amis sont là. » Le cercle du public est même un peu plus large encore. Le CNOSF et Denis Masseglia, son nouveau président, avaient en effet eu la bonne idée de coupler, ce mercredi 6 janvier, leurs vœux de bonne année et la remise de la médaille de bronze olympique à l’homme de Hautepierre, la quartier de Strasbourg dont Baala est originaire. Une médaille qui n’a longtemps eu que le goût amer d’une 4e place, puisqu’il aura fallu attendre près de dix-huit mois pour le Bahreïni Rashid Ramzi, vainqueur le 19 août 2008 du 1500 m à Pékin, soit définitivement disqualifié. Grâce aux progrès de la lutte anti-dopage, et au fait que les échantillons sont désormais conservés et analysés huit ans après les épreuves…

La fine fleur des dirigeants du sport français, présidents comme DTN, du rugby à l’aviron en passant par le basket, tout comme leur secrétaire d’Etat, Rama Yade, étaient donc présents pour assister au triomphe différé du Français. Martine Aubry, maire de Lille – la ville d’accueil de Mehdi Baala – avait elle aussi tenu à marquer le coup de sa présence. L’athlétisme, bien entendu, était également en piste. Bernard Amsalem, le président, et Ghani Yalouz, DTN, en tête. Des athlètes encore au premier rang lorsque, dans un geste solennel, il fallu passer la médaille autour du cou du héros après une rediffusion de la finale chinoise. Guy Drut, membre du Comité International Olympique et Pierre Weiss, secrétaire général de la Fédération Internationale d’Athlétisme, offraient au miler la breloque qu’il convoitait depuis les Jeux de Sydney, voilà près de dix ans. Après une longue standing ovation de l’assistance, restait à Mehdi Baala à se laisser happer par une forêt de micros et de journalistes. Comme après une course. Premières impressions du tout frais médaillé de bronze des Jeux de Pékin, quelques heures avant qu’il ne s’envole vers l’Afrique du Sud pour un mois de stage.

Athle.com : Mehdi, on vous a souvent demandé si une médaille différée n’avait pas moins de saveur qu’un podium sur le coup. Vous avez affiné votre jugement ?
Mehdi Baala : Je l’ai dit, je ne pensais pas que l’émotion serait si forte pendant cette cérémonie. Je n’ai plus d’énergie, plus de bras, comme si je venais de courir. Je n’avais d’ailleurs jamais revu la course avant ce soir, c’était trop dur. Recevoir la médaille si longtemps après les Jeux ? Je crois qu’il y a aussi des côté positifs. Je me serais peut-être laissé aller, fin 2008, si j’étais monté sur le podium. J’aurais alors atteint l’un des plus grands objectifs de ma carrière… Finalement, j’ai continué à avoir les crocs. Bon, c’est aussi une façon de positiver, car il y a forcément des aspects négatifs à cette situation. Mais il faut bien réaliser aussi que beaucoup n’ont jamais eu la chance de toucher une médaille alors qu’ils en ont été privés par des tricheurs.

En parlant de tricheurs, Ramzi…
Je n’ai même pas envie de parler de lui, de lui donner cette importance. Il a de toute façon faussé la course. En demi-finale, il me regardait en rigolant, il ne respirait même pas… Cela m’avait mis un coup au moral. Et c’est surtout moralement que j’ai cédé, en finale, en le voyant partir. Ne plus l’avoir à côté de moi dans les courses m’enlève une épine du pied, car cela aide de savoir qu’on court contre des gars qui ne sont pas chargés.

Et la procédure qui a mené à sa destitution ?
Il faut vraiment mettre en avant le travail remarquable des instances de lutte contre le dopage. Leurs efforts ont tout changé. Le fait de garder les échantillons pendant huit ans est révolutionnaire. Ce qui tue le mouvement sportif, c’est que les gens ont l’impression que tout le monde est dopé. Mais ce n’est pas vrai ! Beaucoup d’athlètes ne le sont pas, ils font des efforts et des sacrifices tous les jours à l’entraînement…

Que va changer cette médaille pour l’avenir, pour les Jeux de 2012 ?
Cela va m’aider à relativiser, à aborder les choses plus tranquillement. Ne pas avoir eu de médaille olympique à Sydney, puis à Athènes (ndlr : en 2000 et 2004) restent mes plus grandes frustrations. Je suis désormais médaillé olympique, on pourra l’annoncer au début des courses. Le palmarès est important, et cette ligne de mon palmarès est désormais écrite. Le futur s’ouvre à moi.

Propos recueillis par Cyril Pocréaux pour Athle.com

Retrouvez la biographie de Mehdi en cliquant ici

Retrouvez l’intégralité de l’entretien avec Mehdi Baala dans le prochain numéro d’Athlé Magazine, le magazine de référence de l’athlé français. Pour vous abonner, Cliquez ici


Ils ont dit :

Denis Masseglia, président du CNOSF :
« C’est un juste retour des choses, mais qui ne lui rendra pas pour autant la joie et l’émotion du podium qui auraient dû célébrer sa performance. C’est aussi une belle illustration que l’étau se resserre autour des tricheurs. Les apprentis sorciers qui se croient en avance devront désormais s’interroger sur les capacités de la science à les démasquer a posteriori. Ce qui s’est passé après Pékin est loin d’être anodin ; celui qui triche doit savoir que la conservation du sang et des urines peut permettre désormais de le sanctionner après coup. C’est un énorme pas qui vient d’être franchi. »

Bernard Amsalem, président de la Fédération Française d’Athlétisme :
« Même attribuée avec un décalage, cette médaille récompense les valeurs d’un athlète qui s’est battu jusqu’au bout sur la piste. Et des jours, des mois, des années de sacrifices pour l’entraînement que les gens ne soupçonnent pas. C’est aussi la médaille de l’éthique car elle éclaire l’athlétisme sous le jour de la lutte contre le dopage. La science progresse, et envoie le signal que les tricheurs, tôt ou tard, se feront prendre. Et je tiens à dire Jacques de Ceaurriz*, le directeur du laboratoire de Châtenay-Malabry, disparu brutalement hier, va beaucoup nous manquer, ainsi qu’à la recherche. »
* (ndlr : spécialiste mondial de la lutte anti-dopage, il avait en particulier mis au point la méthode de dépistage de l’EPO en 2000)

Jean-Michel Dirringer, entraîneur de Mehdi Baala :
« Moralement, pour moi, il était médaillé olympique bien avant que ce ne soit officiel… Mais il reste de la frustration car Ramzi était au départ de la finale, mais aussi de toutes les autres courses des Jeux. Il a fait souffrir Mehdi en demi-finale, physiquement comme psychologiquement. La compétition aurait sans doute était toute autre s’il n’avait pas été là. Mais cette médaille doit être dédiée aux instances qui luttent contre le dopage. Je crois que c’est le premier champion olympique à être destitué a posteriori, après les Jeux. C’est désormais une énorme épée de Damoclès au-dessus de la tête des tricheurs, qui contribue à un sport plus propre. Même si cela n’enlève pas l’amertume. »

José Marajo, co-entraîneur de Mehdi Baala en 2008 :
« Il y a un petit sentiment de justice, mais aussi d’amertume. Reste tout de même la satisfaction intellectuelle de voir que la réflexion, le travail et le talent peuvent réaliser de grandes choses. Cet exemple peut aussi changer les comportements vis-à-vis du dopage, même si c’est un combat sans fin. Mais il défend aussi des valeurs pédagogiques. L’athlétisme est un sport qu’on aime, qu’on a envie de voir pratiquer par les enfants, mais comment les y inciter si les tricheurs ne sont pas pris et lourdement sanctionnés ? Je suis d’ailleurs pour des sanctions sportives et même sociales beaucoup plus lourdes pour les tricheurs. N’oublions pas que Mehdi est le seul à récupérer quelque chose alors que beaucoup ont été lésés. »

Vincent Le Dauphin, international français sur 3000 m steeple et régulièrement partenaire d’entraînement de Mehdi Baala :
« Je ne sais pas comment j’aurais réagi à la place de Mehdi, mais sa réaction me semble saine et humaine à la fois. C’est aussi l’aboutissement d’une procédure, car il n’était pas gagné, au départ, qu’il récupère cette médaille. Certains cas de dopage ne sont jamais confirmés, et il pouvait très bien demeurer 4e. Je pense aussi, malheureusement, que la nature humaine est plastique et que les tricheurs vont s’adapter. Que les plus riches, en tout cas, trouveront toujours des solutions pour tricher en s’adaptant justement aux progrès de la lutte anti-dopage. La recherche scientifique fonctionne de la sorte… »

Serge Leroy, président du Lille Métropole Athlétisme, club de Mehdi Baala :
« On bascule d’une vraie frustration au sentiment que justice est rendue. On avait vécu la finale à Lille, sur un écran géant devant la mairie, et la déception était grande. En tant qu’ancien athlète international (ndlr : fort de 25 sélections au javelot entre 1970 et 1981), j’ai vécu ça avec les tripes… On aura d’ailleurs l’occasion d’honorer à nouveau Mehdi lors du meeting en salle de Liévin. C’est aussi un retour pour les élus, nos partenaires, une vraie reconnaissance pour son club. C’est un élément capital pour lui comme pour nous. »

Recueilli par C.P.

 

PG
Administrateur
les réactions
Commentez cette actualité
Pour commenter une actualité il faut posséder un compte sur le site FFA, utilisez la rubrique ci-dessous pour vous identifier ou vous créer un compte.
Login (Email) : 
Mot de Passe : |
mot de passe oublié ?
dans la même rubrique
17/04 >  
28/03 >  
13/03 > (3)
04/03 >  
25/01 >  
24/01 >  
02/01 >  
11/12 > (1)
06/12 >  
01/12 >  
le reste de l'actualité
18/05 > (1)
18/05 >  
17/05 > (1)
17/05 > (1)
17/05 >  
17/05 >  
16/05 > (1)
16/05 >  
15/05 >  
15/05 >  
14/05 >  
14/05 >  
13/05 >  
13/05 >  
12/05 > (4)
12/05 >  
10/05 >  
09/05 >  
07/05 >  
06/05 >  
06/05 >  
05/05 >  
04/05 >  
04/05 >  
02/05 >  
rechercher
Compétitions en direct (3)
Fil
Info
12345
Plateforme
Enterprise
boutique
FFA
INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS