MES ACCÈS
Trouver un club près de chez vous
Les
Vidéos
Derniers
clichés
Espaces
FFA
STRUCTURES
CLUBS
l'actu des espaces | infos
Antonin Boyez : « Ça va me servir pour la suite »
Commentez cette actualité
Antonin Boyez : « Ça va me servir pour la suite »

Deuxième du 20 km marche de Podebrady (République Tchèque), Antonin Boyez a franchi un cap ce week-end en améliorant de plus d’une minute son record personnel sur la distance. En 1h23’25, il s’est approché à cinquante-cinq secondes des minima requis pour les Championnats d’Europe de Barcelone. Et s’est longtemps accroché à l’Italien Giorgio Rubino, un vrai client. De quoi lui ouvrir de nouvelles perspectives pour les mois à venir. A 25 ans, l’athlète de l’EFS Reims à la faconde naturelle peut nourrir de légitimes ambitions. Interview.

A l’occasion de ce week-end très fructueux pour la marche française, il faut aussi noter le record de France juniors du 10 km d’Emilie Menuet (AJ Blois-Onzain) en 47’26 (ancien record : 47’33 par Melissa Rodriguez en 2000) qui, comme Inès Pastorino (Nice Côte d’Azur Athlétisme), auteur d’un chrono de 48’07, a réalisé les minima pour les Championnats du Monde juniors de Moncton. « C’est un bon week-end avec dix record pour douze engagés lors du match de Podebrady, apprécie Pascal Chirat, manager national de la marche. Les athlètes avaient conscience qu’ils devaient élever leur niveau par rapport aux derniers Championnats du Monde. Ils ont fait preuve d’un excellent état d’esprit. » Le leader de la marche française, Yohann Diniz, était lui du côté de Rio Maior, au Portugal, pour la deuxième étape du Challenge Mondial. Une compétition qu’il a terminé à une belle deuxième place en 1h20’23’’. « C’est une bonne rentrée avec un bon chrono, analyse son entraîneur Pascal Chirat. Yohann a fait le choix cette année de participer au Challenge IAAF pour aller chercher la confrontation avec les meilleurs. L’objectif est d’apprendre à se battre et à gérer la concurrence. Il a répondu présent sur un circuit assez peu propice à la performance. »

Athle.com : Antonin, vous attendiez-vous à battre de plus d’une minute votre record lors de ce 20 km à Podebrady ?
Antonin Boyez : C’est une performance qui vient confirmer tout le travail effectué cet hiver ainsi que mes victoires sur 5000 m lors des Championnats de France Elite en salle et sur 20 km lors des Championnats de France à Aix-les-Bains. A chaque fois, en l’absence de Yohann Diniz, je me suis retrouvé favori. Ça m’a permis d’engranger de la confiance sans pour autant verser dans l’euphorie.

En descendant sous la barre des 1h24, vous avez franchi un cap…
Il y a trois semaines, j’avais réalisé à peu près 1h26 (1h26’24) à Aix-les-Bains. Là, j’ai gagné trois minutes. C’est une compétition qui va me servir pour la suite. Je me suis retrouvé pour la première fois à la bagarre avec des athlètes de niveau international comme Giorgio Rubino, vainqueur de la Coupe d’Europe de marche sur 20 km l’an dernier. Je suis resté sur les bases des minima pour les Championnats d’Europe de Barcelone (1h22’30’’) pendant quinze kilomètres mais j’ai baissé de pied dans les cinq derniers kilomètres.

Quelle a été plus précisément votre stratégie lors de cette course ?
Je savais que Giorgio Rubino était le favori et que je ne pourrais pas me mêler à la lutte pour la victoire. Mais je pensais qu’un gros peloton se formerait derrière. Finalement, je suis parti avec Rubino et un Polonais. Je me suis accroché pendant deux kilomètres puis Rubino a accéléré et je me suis retrouvé seul. Je suis ensuite revenu sur le Polonais et je l’ai lâché. J’ai donc, hormis les deux premiers kilomètres, fait toute la course en solitaire. Du deuxième au douzième kilomètre, j’ai maintenu l’écart avec Rubino.

Et la suite ?
Lors du passage au dixième kilomètre, je me suis rendu compte que j’étais sur les bases des minima pour Barcelone. J’ai alors effectué une importante accélération. C’était sûrement une erreur de course et je l’ai un peu payé sur la fin. Les performances des Français ont été presque toutes très bonnes à Podebrady. Pour autant, les conditions n’étaient pas idéales avec du vent et même un peu de grêle à un moment. Et pourtant…

Vous avez échoué au final à moins d’une minute des minima pour les « Europe ». Cela ne vous laisse pas trop de regrets ?
Je vais tenter à nouveau dans trois semaines de réaliser 1h22’30 lors d’une étape du challenge IAAF à Sesto San Giovanni (Italie). Je crois qu’il y aura Yohann Diniz et pas mal de marcheurs français. Je pense avoir rempli les modalités de sélection pour la Coupe du Monde qui se déroulera à Chihuahua au Mexique (du 15 au 16 mai). C’est déjà une réussite. Et je pense qu’on peut avoir là-bas une belle équipe sur 20 km, avec peut-être la possibilité de monter sur le podium. Mais j’ai d’abord les yeux rivés sur la qualification individuelle pour Barcelone.

Quelles sont les clés de vos progrès réguliers depuis maintenant deux ans ?
Je suis une progression naturelle depuis l’an dernier et ma première sélection internationale. Je reste dans la continuité de ma coopération avec mes deux coachs : Denis Dugast et Denis Terraz. Ils ont chacun un rôle un peu particulier. Le premier m’a transmis la passion de la marche. Il m’a accueilli chez lui ces trois dernières semaines. C’est un accompagnement sur mesure. Denis Terraz, qui est un ancien international à la marche, est lui un spécialiste de l’entraînement.

Les résultats des Français ont été excellents à Podebrady. L’ambiance devait être euphorique…
Le secret de cette équipe de France, c’est que l’on s’est retrouvé dans le même appartement pour regarder tous ensemble la veille de la course « La Grande Vadrouille ». Et le lendemain matin, on a enchaîné avec « Le Roi Lion » (rires). Il y avait vraiment une bonne ambiance et une belle osmose entre tous les athlètes. Tout le monde était heureux d’être là. La marche retrouve de la vitalité chez les jeunes et même chez les seniors. Bertrand Moulinet, Kevin Campion, ce sont des gens sur lesquels il faudra compter dans l’avenir. Ça faisait longtemps qu’il n’y avait pas eu de telles performances de la part de jeunes seniors. On a tout à gagner à pouvoir se retrouver plus régulièrement à l’entraînement au lieu de se préparer chacun dans notre coin. Si on pouvait monter un Pôle France…

Quels sont vos ambitions pour les années à venir ?
J’ai fait le choix de reprendre une formation cette année en validant une licence STAPS après avoir arrêté il y a deux ans mes études de médecine. L’objectif est de mener à bien mon double-projet, professionnel et sportif, pour décrocher en 2012 mon Master et me qualifier pour les Jeux olympiques.

Propos recueillis par Florian Gaudin-Winer pour athle.com

Retrouvez la biographie d'Antonin en cliquant ici

Retrouvez tous les reportages, interviews et résultats de l’athlétisme en vous abonnant sur ce site à Athlétisme Magazine, le mensuel de référence de l’athlétisme français. Cliquez ici !!

 

RB
Admin Athle.fr
les réactions
Commentez cette actualité
Pour commenter une actualité il faut posséder un compte sur le site FFA, utilisez la rubrique ci-dessous pour vous identifier ou vous créer un compte.
Login (Email) : 
Mot de Passe : |
mot de passe oublié ?
dans la même rubrique
28/11 >  
20/11 > (1)
13/11 > (2)
07/11 > (1)
16/10 > (3)
12/09 >  
04/09 >  
20/08 > (3)
16/08 >  
14/08 > (2)
le reste de l'actualité
05/12 >  
02/12 > (1)
29/11 > (2)
27/11 >  
25/11 > (1)
22/11 > (1)
22/11 > (1)
18/11 > (1)
16/11 >  
16/11 >  
15/11 >  
15/11 > (1)
14/11 >  
13/11 > (1)
12/11 > (1)
08/11 > (2)
07/11 >  
04/11 >  
03/11 >  
01/11 >  
31/10 >  
31/10 > (1)
28/10 >  
28/10 >  
27/10 >  
rechercher
Fil
Info
12345
Les
Sondages
Athlète du mois - Novembre 2019
Athlète du mois - Novembre 2019Elisez l'athlète du mois de novembre 2019
Blandine L'Hirondel
Elise Poncet
Adeline Roche
boutique
FFA
Derniers
résultats
INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS