MES ACCÈS
Trouver un club près de chez vous
Espaces
FFA
STRUCTURES
CLUBS
l'actu des espaces | infos
Championnats de France de Semi-marathon : Loïc Letellier et Fatiha Klilech-Fauvel sacrés
Commentez cette actualité
Championnats de France de Semi-marathon : Loïc Letellier et Fatiha Klilech-Fauvel sacrés

En l’absence des meilleurs performeurs français de la discipline Abdellatif Meftah (1h00’46) et Christelle Daunay (1h08’43), Loïc Letellier et Fatiha Klilech-Fauvel ont remporté, hier dimanche 31 octobre, la trente-huitième édition de Saint Pol-Morlaix, cadre des championnats de France de semi-marathon. Malgré une participation en baisse, l’épreuve finistérienne a démontré qu’elle demeurait un beau succès populaire.

Il est un peu moins de quatre heures ce dimanche après-midi. Les nuages, plus ou moins menaçants au cours de la journée, n’ont pas gâché la fête. Loïc Letellier vient de franchir la ligne d’arrivée du semi-marathon entre Saint Pol et Morlaix. En vainqueur. François Le Dissès, organisateur de l’épreuve depuis dix ans, se précipite pour le féliciter. Tout souriant aux côtés du nouveau champion de France, le patron de la mythique course, qui ne quitte jamais ses lunettes de soleil, sauf devant les objectifs, affiche sa satisfaction. L’organisation des championnats de France, il connaît. En 2002, Morlaix avait déjà accueilli l’épreuve nationale de semi-marathon. En 2006, c’était au tour des « France » de 10 kilomètres. Malgré « la psychose de l’essence », dixit François Le Dissès, qui a découragé certains de faire le voyage jusqu’à la pointe du Finistère, quelque 9 000 coureurs auront participé aux différentes épreuves.

Sur le semi-marathon masculin donc, Loïc Letellier (Ea Mondeville Hérouville) a impressionné son monde. Et couvert la distance en 1 heure 4 minutes et 16 secondes, tout près de son record. Le Normand, habitué du bitume, s’est régalé, écœurant ses adversaires dans une côte à la mi-course. Il empoche son premier titre national sur route, après des places d’honneur sur 10 kilomètres (3e en 2006, 2e en 2008). « En venant ici, je savais qu’il y avait quelque chose à faire, analysait-il à l’arrivée. J’espérais un podium, ça s’est finalement mieux passé. » Avec 30 seconde d’avance sur le Burundais Emmanuel Nduwayo (AS Rispoli Villeurbanne), son premier poursuivant, il n’a pas vraiment tremblé, même si « les derniers kilomètres n’ont pas été faciles ». Malgré la fatigue, le nouveau champion de France savourait son titre, conscient que l’absence de certaines pointures avait pu jouer en sa faveur. « Les meilleurs spécialistes avaient aujourd’hui d’autres objectifs, reconnaissait-il. Mais, comme on dit, les absents ont toujours tort. Je ne boude pas mon plaisir. » Fair-play, Patrick Tambwe Ngole (Lille métropole athlétisme), quatrième au scratch, le concédait sans difficulté : dimanche, Letellier était le taulier. « Loïc a fait la différence dans une côte, je n’ai pas pu suivre », résumait son dauphin sur le podium national, sur lequel il a entonné la Marseillaise avec un plaisir affiché. D’ailleurs, s’ils n’ont pas eu le plaisir de goûter à la première place individuelle, les Lillois ont réalisé une grande performance collective, avec une deuxième, une troisième et une quatrième place.

Côté féminin, le duel entre Fatiha Klilech-Fauvel (Sco Sainte Marguerite-Marseille) et Patricia Lossouarn (Ea Saint Quentin-en-Yvelines) a tourné à l’avantage de la Marseillaise. Cette dernière a vu sa persévérance récompensée. « J’avais déjà fait deux championnats de France à Morlaix, en 2002 sur semi et 2006 sur 10 km. Chaque fois, j’avais fini deuxième. Cette année, je me suis dit : il faut que je gagne, sinon je ne reviens pas », s’amuse-t-elle. En conservant son titre acquis en 2009, Fatiha Klilech Fauvel confirme son aisance sur la distance, alors qu’elle n’avait plus couru de semi depuis… la dernière édition des championnats de France. Patricia Lossouarn, ravi du soutien du public breton, ne regrettait pas ses attaques dans la première moitié du parcours, même si cet « excès de zèle » a peut-être puisé dans ses réserves. Elle a surtout rappelé qu’à 38 ans, on pouvait encore battre ses records. Les deux premières ont d’ailleurs créé un impressionnant fossé par rapport au reste du peloton. A tel point que certains des nombreux spectateurs massés près des barrières longeant les derniers hectomètres du parcours ont pu se demander ce qui était arrivé aux autres concurrentes. Sur la ligne finale, la Lorraine Svetlana Pretot (Asptt Nancy), troisième accusait trois minutes de retard. 

A noter également la victoire d’Hamid Essaid (ENA Angers) sur le 10 kilomètres de Taulé-Morlaix et celle de la Kényane Jane Wankiju, finalement seule athlète étrangère à s’être imposée à Morlaix. Une exception ces dernières années. La tradition a toutefois été respectée en ce qui concerne l’enthousiasme des spectateurs. « Ici, ça ressemble à une étape de Tour de France », constatait, ravi, l’un d’entre eux.

Yann Bouchez pour athle.com

Déclarations :

Loïc Letellier (EA Mondeville Hérouville, champion de France, 1 h 04 min 16 s) : « En venant ici, je savais qu’il y avait quelque chose à faire. J’espérais un podium, ça s’est finalement mieux passé. Les meilleurs spécialistes avaient aujourd’hui d’autres objectifs, mais comme on dit, les absents ont toujours tort. Je ne boude pas mon plaisir.
Au niveau de la course, on est restés groupés au début. Dans une côte, Fabrice Jaouen (4e Français au final) a relancé, j’ai suivi avec d’autres. Ensuite, l’écart s’est fait naturellement. Comme il était conséquent, j’ai géré au début. Mais les trois derniers kilomètres, ce n’était pas facile.
Maintenant je compte courir les cross qualificatifs pour les championnats d’Europe. »

Patrick Tambwe Ngole (Lille métropole athlétisme, 2e Français, en 1h 05 00s) : « Oui, on a fait une course d’équipe. On est resté ensemble (avec Djamel Bachiri et le Rwandais Gervais Hakizimana, tous deux du LMA) jusqu’au 11e kilomètre. L’objectif c’était de s’entraider le plus longtemps possible. On se voyait tous, tout au long de la course.
Je suis très content de ma place, car en championnat, l’important c’est le podium.
Loïc a fait la différence dans une côte, je n’ai pas pu suivre. Il s’est préparé pour le semi, alors que je prépare le marathon. J’aimerais me qualifier pour les championnats du monde de la discipline. Je suis d’origine congolaise et j’ai servi la Légion étrangère pendant cinq ans. Il est de mon devoir de rendre à la France ce qu’elle m’a donné. »

Djamel Bachiri (Lille métropole athlétisme, 3e Français, en 1h 05 min 14s) : « C’était dur. J’ai hésité à venir, mais le club m’a dit de le faire pour l’équipe. Je pense que je n’ai pas complètement récupéré des championnats du monde de semi-marathon en Chine où j’ai fini troisième Européen.
Ici j’avais déjà couru le 10  kilomètres lors des France, en 2006. C’est assez sympa, il y a du monde et des encouragements, même si sur le semi, il y a des côtes qui sont dures.
Là je pense que je vais couper, je ne pense pas vraiment aux championnats d’Europe de cross. »

Sébastien Hours (Entente Sud Lyonnais, champion de France espoir, 1 h 09 min 00 s) : « On est partis assez vite, en s’abritant dans un groupe, avec deux autres espoirs. Au dixième, on était plus que deux espoirs, puis au treizième, le dernier a lâché. J’ai eu un peu de mal à la fin, avec un point de côté dans la descente. J’ai essayé d’assurer. J’avais déjà gagné l’année dernière, je voulais conserver ma place, même si je me sentais moins bien. J’ai réussi, je suis content, même si je suis loin de mon record. Je vais récupérer puis faire le cross du Val-de-Marne qualificatif pour les Europe. »

Fatiha Klilech-Fauvel (SCO Sainte Marguerite-Marseille, championne de France, 1 h 14’27) : « J’ai bien géré ma course. C’était un peu dur, car ici ça monte et ça descend. Pour moi, aujourd’hui, ce n’est pas le chrono qui compte.
J’avais déjà fait deux championnats de France ici, en 2002 et 2006. Chaque fois, j’avais fini deuxième. Cette année, je me suis dit : il faut que je gagne, sinon je ne reviens pas. (rires)
Là je pars sur la saison de cross, après on verra éventuellement sur marathon, une distance que j’ai déjà couru à Reims. »

Patricia Lossouarn (Ea Saint Quentin en Yvelines, vice-championne de France, 1 h 14’51) : « La semaine dernière, j’ai battu mon record sur 10 kilomètres à Montereau. Là je bats mon meilleur temps de 1 minute et 40 secondes. Je suis contente.
Ici, on retrouve toute la ferveur du public breton. Surtout avec mon nom, car je suis Quimpéroise d’origine. »

Laure Funten (Spn Vernon, championne de France espoir, 1 h 23’38) : « Les montées et les descentes, ce n’et pas mon truc. J’étais venue pour le titre, c’est le principal. Mais j’aurais bien aimé courir en dessous d’1 h 20, mon record. »

Pour retrouver les résultats complets du championnat, cliquez ici

Et pour voir quelques photos de l'événement, cliquez ici.

PG
Administrateur
les réactions
Commentez cette actualité
Pour commenter une actualité il faut posséder un compte sur le site FFA, utilisez la rubrique ci-dessous pour vous identifier ou vous créer un compte.
Login (Email) : 
Mot de Passe : |
mot de passe oublié ?
dans la même rubrique
02/03 >  
01/03 >  
29/02 >  
25/02 > (1)
23/02 > (4)
22/02 >  
16/02 > (1)
15/02 >  
09/02 >  
08/02 > (8)
le reste de l'actualité
14/08 >  
13/08 >  
12/08 > (2)
12/08 > (4)
11/08 > (3)
10/08 > (2)
03/08 >  
31/07 > (4)
31/07 > (1)
28/07 >  
27/07 >  
23/07 >  
22/07 > (1)
20/07 >  
20/07 > (2)
20/07 >  
17/07 > (1)
15/07 > (1)
13/07 >  
11/07 > (2)
10/07 > (1)
10/07 >  
09/07 >  
08/07 > (1)
02/07 >  
rechercher
Athlé
Estival
Fil
Info
12345
Gros
Plans
Inscrivez-vous gratuitement sur la plateforme de formation pour tous les licenciés FFA en CLIQUANT ICI. Puis sur la plateforme accédez aux différents contenus en cliquant sur « JE M’ABONNE ». En cas de souci d’abonnement, cliquez sur le lien « CONTACT ». Tous les domaines (Direction, Encadrement sportif, Jury et Organisation d’événements) ont leurs propres contenus.
boutique
FFA
INFORMATIONSFORMATIONCOMMUNAUTÉBASES DE DONNÉESMÉDICALBOUTIQUE
NOS PARTENAIRES
CONDITIONS D'UTILISATION MENTIONS LÉGALES CONTACTS